Mars 2017 - n° 798

Du porte-avions

« Être une puissance mondiale, cela veut dire être une puissance maritime »

Georges Leygues

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Il y a soixante ans, six pays d’Europe occidentale signaient le 25 mars 1957 le Traité de Rome, donnant ainsi naissance au projet européen. Celui-ci avait été initié quelques années plus tôt avec la création de la CECA permettant de mettre en commun charbon et acier, les matières premières indispensables à la reconstruction du « vieux » continent marqué par les cicatrices encore douloureuses de la guerre. Lire la suite

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Mars 2017 - n° 798

Du porte-avions

Il y a soixante ans, six pays d’Europe occidentale signaient le 25 mars 1957 le Traité de Rome, donnant ainsi naissance au projet européen. Celui-ci avait été initié quelques années plus tôt avec la création de la CECA permettant de mettre en commun charbon et acier, les matières premières indispensables à la reconstruction du « vieux » continent marqué par les cicatrices encore douloureuses de la guerre.

Dans un contexte d’incertitude stratégique et idéologique majeur, liée à la guerre froide avec la menace avérée de l’apocalypse nucléaire, ces États s’engageaient politiquement et économiquement dans une perspective de progrès partagé, per- mettant d’étouffer les nationalismes et les populismes des années 1930, source des désastres ultérieurs. Force est de constater que ces leçons de l’Histoire semblent aujourd’hui hélas oubliées par certains leaders politiques prompts à dresser des frontières et des murs.

Il y a quelques semaines, le porte-avions Charles-de-Gaulle rentrait au bassin, à Toulon, pour un chantier majeur d’une durée de dix-huit mois visant à le moderniser et à poursuivre jusqu’à l’horizon 2040 une carrière opérationnelle déjà particulièrement dense. Cette indisponibilité technique est l’occasion à la fois de présenter les objectifs du programme industriel en cours, mais aussi de réfléchir à l’outil politique que constitue ce type de navire. Ce n’est pas un hasard si les marines de Russie, de Chine et d’Inde s’efforcent de rattraper leur retard dans le domaine de l’aéronavale embarquée par rapport aux puissances occidentales comme les États-Unis ou la France. Ainsi, le deuxième cycle opérationnel de notre porte-avions a démontré la pleine maturité de notre groupe aéronaval désormais équipé en « tout Rafale », fruit de bientôt quatre-vingts ans d’expérience de ce type de bâtiment.

Ce type de maturité opérationnelle est également le résultat de notre système de formation. C’est le thème du deuxième dossier de ce mois avec des contributions portant sur des aspects souvent peu connus mais pourtant indispensables pour préparer nos cadres militaires mais aussi civils à assumer des responsabilités – que ce soit dans le cadre de la fonction publique, à l’international ou des entreprises, voire des ONG – dans un contexte plus difficile, où les tensions stratégiques ne cessent de croître sur fond d’une menace terroriste islamiste permanente.

À l’heure où notre pays est désormais entré dans la campagne présidentielle, il est essentiel que tant nos décideurs que les électeurs prennent conscience de ces enjeux de sécurité et de défense. Et que toute négligence ou baisse dans l’effort se payent désormais au prix fort.

Les leçons de l’histoire sont là pour nous le rappeler, à condition d’y réfléchir avec sérieux et sans se contenter d’en extraire des tweets.

Tribune

20 Avril 2017

  La nouvelle marine bangladaise (T 882)

Nicolas Picciotto

La mise en service récente de deux sous-marins acquis d’occasion à la Chine est l’occasion de faire un point sur la politique navale du Bangladesh. Pays confronté à de multiples difficultés dont sa géographie, il développe un outil maritime censé le protéger dans une région soumise à de fortes tensions géopolitiques.

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 20 Mai 2017

Florilège historique

Semaine 16

« La politique allemande après Adenauer » (août 1963) par Alfred Grosser

Le 15 octobre 1963, le chancelier Konrad Adenauer (1867-1967) démissionne. Figure emblématique de la reconstruction politique et morale de l’Allemagne après le cauchemar nazi, son action et son influence ont déterminé à tout jamais les spécificités de la RFA. Il est aussi l’un des pères de l’Europe et le grand architecte, avec le Général de Gaulle, de la réconciliation franco-allemande, condition sine qua non du retour à la paix entre les deux peuples les plus importants du « vieux continent ». Lire la suite

e-Recensions

Ioulia Shukan : Génération Maïdan - Vivre la crise ukrainienne  ; L’Aube, 2016 ; 202 pages.

Lorsqu’éclate la révolution ukrainienne, en février 2014, Ioulia Shukan, chercheuse en sociologie politique, maître de conférences à l’université Paris-Ouest, est sur le terrain. À Kiev, sur le Maïdan Nezalezhnosti en ukrainien, devenue depuis synonyme du combat pour la liberté, la démocratie, ou la dignité humaine ou dans l’Est de l’Ukraine touchée par l’insurrection, elle multiplie les enquêtes, les contacts avec les protagonistes du drame. Lire la suite

Eugène Berg

Les cahiers de la RDN

Conférence du 20 avril 2017

Cyberattaques 7 avril 2017

Cyber-Attacks 7 avril 2017

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères

 

Avril 2017
n° 799

Présidentielle : questions de défense

Brèves

21-04-2017

Découvrez le dernier
cahier de la RDN

09-04-2017

Mai 1939 - Mai 2017
800 revues publiées,
16 Directeurs de publication,
8 rédacteurs en chef, plus de 21 000 articles dont 800 tribunes en ligne, écrits par 5 150 auteurs... Un numéro à ne pas manquer !

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...