Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Décembre 1995 - n° 570

L'auteur traite de la dissuasion nucléaire, concept remis en cause par certains, mais qui reste pourtant le volet essentiel de notre politique de défense.

Des trois composantes de notre dissuasion nucléaire, celle constituée des missiles mégatonnlques du plateau d'Albion semble actuellement remise en cause ; toujours est-il qu'une commission étudie cette question. L'auteur est un défenseur de la « triade », donc d'Albion : il nous donne très clairement ses raisons. Des extraits de ce texte ont par ailleurs fait l'objet d'une publication dans le bulletin de l'Association des anciens élèves de l'École navale.

Nous avons déjà beaucoup évoqué le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et la conférence qui devait permettre de se prononcer sur sa prorogation (ce qui fut conclu). Le sujet est suffisamment d'actualité et suscite tellement de controverses qu'il nous semble utile de continuer de faire connaître les opinions des spécialistes du nucléaire. En conséquence, l'auteur dresse une liste des pays d'Asie-Pacifique ayant exprimé leur position quant à la prorogation du TNP.

L'auteur propose une analyse des conséquences du nouvel équilibre entre logiques de défense et de sécurité collective sur le rôle du « stratège occidental ».

L'auteur aborde les notions de crise, de projection de force, de réserve sélectionnée, et expose le concept de la gendarmerie sur ces questions ; une directive sur la montée en puissance des forces a été diffusée dans le courant de l'été 1995.

L'auteur aborde le traité sur les Forces conventionnelles en Europe (FCE), qu'il a étudié avec soin et dont il fait le bilan, en attendant la conférence d'examen de 1996. Nous avons conservé le terme « conventionnel » devenu officiel, mais il nous a toujours semblé que « classique » était plus approprié quand on parle de forces et d'armements.

L'auteur explique quelles sont les positions et décisions prises par les familles de militaires lors des mutations, et présente quelques réflexions sur une modernisation des relations entre les armées et ces familles.

En février 1994, le général Bernard de Bressy abordait dans notre revue l'avenir des forces américaines : « Une révision de fond en comble des forces armées américaines » puis en juillet, c'est Olivier Lepick qui présentait : « Les évolutions doctrinales dans l'armée de terre des États-Unis ». L'auteur développe ici le processus engagé depuis trois ans pour aboutir vers 2010, dans une quinzaine d'années, à une armée de terre complètement renouvelée : Force XXI. Dans cet article très spécialisé, nous avons tenu à conserver les termes anglo-saxons.

De retour d'un voyage d'étude au Vietnam, l'auteur a découvert un pays en pleine mutation qui, après l'échec patent du communisme, a entrepris un changement radical de sa politique économique, notamment en s'ouvrent au monde extérieur. Le processus de développement est cependant entravé par de nombreux obstacles. Toutefois, certains événements récents et le dynamisme particulier de la population laissent apparaître une lueur d'espoir. Ce nouveau souffle est susceptible de sortir du marasme ce pays du Sud-Est asiatique avec lequel la France possède des liens, historiques et affectifs, très forts.

Dans son souci de brosser un tableau aussi complet que possible de révolution des pays d'Amérique latine, l'auteur, grand spécialiste de ce continent, aborde cette fois-ci le Chili, État dont on peut dire que, malgré des aléas politiques difficiles — mais quel est le pays d'Amérique latine qui n'a pas connu de bouleversements politiques ? —, se trouve en 1995 dans une situation économique et sociale assez satisfaisante.

En cette fin d'année 1995, à l'aube du scrutin présidentiel du printemps 1996, le destin de la Russie revêt un intérêt primordial pour l'avenir du continent européen.

p. 135-143

Chroniques

Depuis 1993, l’Organisation des Nations unies s’est largement impliquée contre l’emploi de certaines armes classiques, en particulier les mines antipersonnel (1). En effet, les organisations internationales estiment aujourd’hui à 110 millions le nombre de mines disséminées dans 64 pays. Chaque année, 2 à 5 millions de mines supplémentaires sont posées. Selon le CICR, 800 personnes sont tuées par les mines antipersonnel chaque mois et des milliers d’autres mutilées. Les pays victimes sont essentiellement les États en voie de développement qui ont été soumis à des conflits, souvent internes, dans lesquels le droit humanitaire sur l’emploi des mines ne s’applique pas. Les objectifs de l’ONU sont d’intensifier les opérations de déminage et de développer le droit humanitaire dans ce domaine, en particulier en l’imposant en droit interne par un amendement au protocole 2 de la convention de 1980 sur les armes inhumaines. Lire les premières lignes

p. 145-149

• « L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est », ou Ansea, plus connue sous son sigle anglais Asean, que vient de rejoindre le Vietnam, se voit consacrer l’intégralité du n° 3/1995 de The Pacific Review sous le titre « Asean in the post-cold war era ». Ce numéro spécial, introduit par Lee Lai To, de l’université de Singapour, est le résultat des travaux de l’Asean-Isis (Asean Instiutes of Strategic and International Studies), association regroupant les instituts concernés des sept pays membres de l’Association. Lire la suite

p. 150-159

La campagne électorale en Russie est déjà largement engagée, et l’un des thèmes majeurs dans les médias est celui des candidatures militaires. En effet, dès le début du mois de septembre, de nombreux militaires avaient fait connaître, à titre individuel, leur intention de solliciter les suffrages de leurs concitoyens. Plus récemment, le ministère de la Défense a fait savoir qu’il avait l’intention de présenter officiellement plus de 120 candidats pour représenter l’institution militaire au sein de la future Douma d’État. Lire les premières lignes

p. 160-162

Engagée dans de profondes restructurations de ses forces depuis l’effondrement du mur de Berlin qui a totalement modifié les données stratégiques de son engagement potentiel, l’Armée de terre a dû simultanément prononcer d’importants efforts d’adaptation de ses méthodes, notamment dans le domaine de l’instruction, pour faire face aux nouveaux défis auxquels elle se trouve désormais confrontée. Lire les premières lignes

p. 163-166

Au cours de cette année 1995, la Marine nationale procède au passage de son système informatisé de gestion du personnel militaire au système d’information et d’aide à la décision pour les ressources humaines (SIAD/RH). La mise en service de ce dernier est le résultat d’une démarche lancée en 1990 par la direction du personnel militaire de la Marine (DPMM). L’ancien système du centre informatique du personnel de la Marine (CIPM) a rendu d’excellents services pendant quinze ans, mais il est apparu inapte à satisfaire les besoins nouveaux. Lire les premières lignes

p. 166-168

Avec la fin de l’affrontement bipolaire Est-Ouest et du face-à-face militaire en Europe, la France ne connaît plus de menace directe à proximité de ses frontières. En revanche, la perception des risques que peut faire peser sur nos intérêts l’instabilité du monde actuel se fait chaque jour plus précise et conduit à évoluer vers un nouveau concept de défense dans lequel les forces classiques retrouvent un rôle stratégique propre, indépendant de la mission de non-contournement de la dissuasion qui, pour autant, ne disparaît pas. Lire les premières lignes

p. 169-173

Ainsi qu’a pu l’écrire Norbert Elias, la mission de l’observateur de la réalité sociale est de faire « la chasse aux mythes » (Qu’est-ce que la sociologie ? ; 1970) ; et s’il est, concernant les phénomènes « gendarmiques », un mythe profondément ancré, depuis des lustres, dans les mentalités et les représentations, c’est bien celui de l’assimilation de la Gendarmerie à une « quatrième armée ». Lire les premières lignes

p. 174-176

Le 25 septembre 1995, vingt ans après le début de la guerre civile et l’indépendance de l’Angola, le président José Eduardo Dos Santos et son adversaire Jonas Savimbi, chef de l’Unita, se retrouvaient à Bruxelles, après s’être déjà rencontrés à Franceville, au Gabon, le 11 août et à Lusaka, en Zambie, le 6 mai, et dix mois après avoir signé les Accords de Lusaka, pour, ont-ils affirmé en présence du secrétaire général des Nations unies Boutros-Boutros Ghali et des représentants des principaux bailleurs de fonds, tourner enfin et définitivement la page de la guerre en Angola. « Tournant historique », « réconciliation nationale enfin en marche », « confiance maintenant rétablie », les formules et déclarations déployées lors de cette rencontre devraient laisser penser qu’une étape positive importante pourrait bien avoir été franchie dans ce long et laborieux processus de paix concernant l’un des conflits les plus graves et les plus difficiles du continent africain. Lire les premières lignes

p. 177-180

Le Pakistan est mal parti. Ce pays de 130 millions d’habitants figure en 132e position sur 172 dans l’index des Nations unies sur le développement humain. On y compte 3,1 millions de drogués. Le développement est freiné par le fait que 65 % de la population est illettrée. Dans ce pays où la défense représente 35 % du budget, l’armée est intervenue cinq fois dans la vie politique et a contrôlé le pays pendant vingt-six ans. Un seul Premier ministre a terminé son mandat de cinq ans. Benazir Bhutto, déjà démise en 1990 après deux ans de pouvoir, revenue aux affaires en octobre 1993, doit faire face à de graves difficultés. Lire les premières lignes

p. 180-183

Vomissements, nausées, crampes, eczéma, troubles respiratoires, perte de mémoire et troubles du langage : tels ont été les symptômes présentés par un grand nombre de militaires de retour dans leur pays après la guerre du Golfe. Lire les premières lignes

p. 184-186

Bibliographie

Thierry de Montbrial et Pierre Jacquet (dir.) : Ramses 96, synthèse annuelle de l’actualité mondiale  ; Ifri, Éditions Dunod, 1995 ; 415 pages -

Nous voici donc, une fois encore, au rendez-vous que Ramses, c’est-à-dire le Rapport annuel mondial sur le système économique et la stratégie, nous donne chaque année avec l’actualité mondiale. Rédigé collectivement par l’équipe de l’Institut français des relations internationales, il comporte, suivant une tradition maintenant bien établie, trois parties qui traitent respectivement de la situation des relations internationales, de celle de l’économie mondiale, et, plus en profondeur, d’un thème d’actualité qui, comme il se doit à la veille de la Conférence de révision du traité de Maëstricht, est cette année « l’avenir de l’Union européenne ». Lire la suite

p. 187-189

Philippe Delmas : Le bel avenir de la guerre  ; NRF essais, Éditions Gallimard, 1995 ; 282 pages - Claude Le Borgne

L’ordre, dit Philippe Delmas en une jolie formule, « ne fut jamais la paix, mais une définition des raisons de faire la guerre ». Au fil des siècles, on voit diminuer le nombre des États, en raison de la puissance croissante nécessaire au combat. L’évolution atteint son terme à l’ère nucléaire, où seuls les deux Grands sont maîtres de « la logique de la mort assurée ». Cet ordre-là paraît heureusement dépassé, la prospérité et le droit des gens imposant désormais leur loi pacificatrice. Lire la suite

p. 189-190

Catherine Withol de Wenden et Anne de Tinguy (dir.) : L’Europe et toute ses migrations  ; Éditions Complexe, Bruxelles, 1995 ; 173 pages - Jean Klein

Depuis l’effondrement des régimes communistes et la montée du « fondamentalisme » dans le bassin Méditerranéen, la question des migrations se pose en termes nouveaux et la plupart des États européens ont pris des mesures pour réglementer l’accès à leurs territoires des réfugiés et des demandeurs d’asile. Toutefois, on est en droit de s’interroger sur la pertinence d’une politique exclusivement « sécuritaire » pour contenir les pressions démographiques des pays sous-développés et on peut douter que l’érection de barrières, qui tendent à perpétuer économiquement et socialement les vieux clivages Est-Ouest, s’accorde avec la logique de l’unification européenne telle qu’elle se reflète dans le traité de Maastricht. Lire la suite

p. 191-192

Jean Picq : Il faut aimer l’État  ; Éditions Flammarion, septembre 1996 ; 199 pages - Jean Klein

Jean Picq a été chargé par le précédent Premier ministre de rédiger un rapport sur les responsabilités et l’organisation de l’État en France. Rendu public en août 1994, ce document, intitulé L’État en France : servir une nation ouverte sur le monde, est devenu un ouvrage de référence dans les milieux politique et universitaire. Ce haut fonctionnaire a complété ici sa réflexion dans un nouveau livre qui se propose de « réinventer l’État. » Lire la suite

p. 192-193

Christophe Girod : Tempête sur le désert  ; Éditions Bruylant, 1995 ; 401 pages - Pierre Morisot

Vue par le Comité international de la Croix-Rouge, la guerre du Golfe apparaît sous un jour particulier. Le message clé, sans cesse rappelé, semble être le suivant : pour être efficace, il faut être crédible aux yeux de toutes les parties. La position de neutralité absolue du CICR a été difficile à tenir, mais les responsables du Comité se sont abstenus de toute condamnation stérile et se sont efforcés de ne pas apparaître comme le « bras humanitaire » du Conseil de sécurité, dans la mesure où celui-ci (et derrière lui, l’ONU en quasi-totalité) était somme toute un des belligérants et ne se tenait donc pas au-dessus de la mêlée. Lire la suite

p. 193-195

Rémy Leveau (dir.) : L’Algérie dans la guerre  ; Éditions Complexe, Bruxelles, 1995, 160 pages - Bruno Callies de Salies

Dans cet ouvrage collectif, plusieurs universitaires du Centre d’études de recherches internationales (Ceri) apportent des informations concrètes sur la situation en Algérie. Le premier article rappelle les difficultés « d’une économie de rente réticente aux réformes » au lendemain du retournement du marché pétrolier et du dollar. Il indique comment « le système des prix administrés et l’encadrement de l’économie en monopole de production et de distribution ont joué un rôle important dans le développement d’une économie » parallèle. Si l’interruption des élections et la fermeture des frontières ont rendu plus difficile le trabendo (marché noir) et développé le commerce des armes demandées par de nouveaux acteurs, « l’ajustement structurel tend à court terme à aggraver la détérioration de l’économie et à abaisser le pouvoir d’achat de la population ». Lire la suite

p. 195-195

Collectif : Le commissariat de la Marine  ; Éditions Addim, 1995 ; 144 pages - François Estrangin

La Marine aime ses commissaires, les commissaires aiment la Marine : l’aventure du commissariat de la Marine est admirablement contée dans l’ouvrage collectif consacré à ce grand service. La préface du Chef d’état-major de la Marine et la postface du directeur central expriment et symbolisent cette parfaite adéquation entre la Marine et son commissariat qui explique la réussite de celui-ci dans ses missions, et aussi le succès de l’ouvrage lui-même. Lire la suite

p. 196-196

Revue Défense Nationale - Décembre 1995 - n° 570

Revue Défense Nationale - Décembre 1995 - n° 570

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Novembre 2019
n° 824

Formation et opérations militaires

Actualités

04-11-2019

Un militaire français tué au Mali

 

16-10-2019

Premiers essais pour le Serval

01-10-2019

Découvrez les grandes lignes du budget 2020 du ministère des Armées

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...