Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

On l’a souvent exposé ici, la carte de visite stratégique de la France est brillante : patrie des droits de l’homme, poumon d’une francophonie d’exception, moteur de la construction européenne, acteur permanent du Conseil de sécurité, adepte d’une communauté internationale articulée sur le droit et la justice, grande puissance moyenne à la capacité militaire éprouvée. On a aussi évoqué son équation stratégique à trois axes, le continental qui requiert l’Union européenne, le méridional avec ses engagements méditerranéen et africain, l’atlantique qui organise la solidarité américaine et, derrière elle, la vision planétaire. On a volontiers décliné ses atouts géopolitiques de cap occidental de l’Eurasie, géo-économiques de laboratoire des intégrations industrielles complexes et de l’économie sociale de marché, et sociétaux de relais démographique de l’Europe vieillissante. Chacune de ces dimensions stratégiques a sa trace plus ou moins explicite dans les Livres blancs. La posture de défense de la France les a prises en compte. Lire la suite

 

Dans cet éloge posthume d’un chercheur singulier, on trouve la trace d’une des denrées les plus convoitées à notre époque d’incertitude, une vision qui donne un sens, c’est-­à­-dire une explication et une direction, à la réalité conflictuelle du monde.

 

Avec ce survol des fonctions assurées par les forces françaises depuis quelques décennies, on prend conscience du transfert qui s’est opéré progressivement de la défense des intérêts nationaux et de la raison d’État à une pratique étatique de la sécurité collective dans le système complexe de la mondialisation. Mais, c’est seule et pour elle-­même que la France doit d’abord entretenir son outil militaire, explique l’auteur. 

 

Enjeux ultramarins

C’est en faisant l’inventaire de leur répartition stratégique sur les océans, de leur potentiel de développement et de leur intégration dans un réseau européen de territoires périphériques que l’on peut prendre la mesure du capital stratégique des outremers dont le développement et la sécurité s’imposent.

 

Répertorier les atouts et les contraintes qu’offre à la France son vaste espace maritime permet de mesurer l’important réservoir de richesses et la source de développement qu’il recèle, tout comme la nature et l’importance des responsabilités qu’imposent sa préservation et sa sécurité.

 

Où il est exposé comment un groupe industriel français de dimension mondiale perçoit les enjeux maritimes actuels et s’organise pour sécuriser et fiabiliser ses activités dans le but de les rendre productives et durables.

 

Dans un monde qui va devoir chercher dans les océans de nouvelles ressources, la France apparaît comme très bien dotée, non seulement en espaces maritimes mais également en opérateurs de premier rang. Reste que les moyens dont elle dispose pour participer au contrôle et à la sécurisation de ses espaces ultramarins sont bien faibles au regard de ces enjeux.

 

L’espace de la grande caraïbe au carrefour des deux Amériques constitue pour la France et ses trois départements américains une zone qui combine les tensions d’une transition économique et sociale et les atouts d’une région en développement au fort potentiel, notamment du fait de ses ressources et de ses infrastruc­tures stratégiques.

 

Le pivotement américain vers l’Asie a créé les conditions d’un nouvel espace stratégique Indo­-Asie­-Pacifique dans lequel la France est impliquée comme puissance, à la fois basée au Nord et riveraine au Sud, de l’océan Indien.

 

Dans cette analyse au large spectre, l’auteur fait l’inventaire du rapport stratégique actuel de la France, rive­raine du Pacifique, à l’Asie, évalue et hiérarchise ses modes d’intervention et ses ambitions.

 

La France a désormais plus de ressortissants dans le Pacifique que dans l’Afrique subsaharienne ; la protec­tion et l’assistance à leur apporter, la défense de nos intérêts stratégiques, la coopération avec nos partenaires et la préservation des ressources d’un espace maritime immense justifie que l’État y entretienne des moyens significatifs de souveraineté aujourd’hui à l’étiage.

 

Dans la zone maritime asiatique essentielle au développement économique de l’Europe, des rivalités navales et des revendications territoriales se manifestent de plus en plus comme l’atteste le renforcement des capa­cités amphibies des riverains. Cette réalité militaire fragilise une région vitale de la planète dans laquelle la France doit défendre ses intérêts.

 

Revenir sur la genèse stratégique des puissances navales japonaise et chinoise fournit d’utiles repères à la compréhension des rivalités en cours en mer de Chine. Elle éclaire l’actuelle montée en puissance maritime chinoise et permet de tempérer les inquiétudes de ceux qui prévoient un rendez­vous guerrier dans la zone.

 

Combats en milieu urbain ; voilà, paraît-il, une nouveauté nouvelle, entendons par là un vieux truc qu’on avait voulu oublier. Relisons plutôt l’Histoire de l’Empire de Thiers et ses développements sur la guerre d’Espagne. Saragosse 1809 ou Gaza 2009, à deux siècles de distance, ce sont les mêmes héroïsmes dans la défense indigène et, pour la réduire, les mêmes terribles expédients. Lire les premières lignes

 

Contrepoints

L’auteur interroge la notion de revue de questions internationales et de défense, et en redéfinit la fonction politique et sociale à l’heure de l’aplatissement de l’Internet

 

Un expert du domaine propose un vademecum précis pour sauvegarder les revues traitant de questions de défense dont les mots­-clés sont la qualité et l’originalité.

 

Repères ­- Opinions

Préserver l’avantage militaire aérien, c’est tout à la fois sélectionner soigneusement les secteurs clés à proté­ger, réduire l’exposition de nouvelles vulnérabilités aux actions adverses, consolider les secteurs d’excellence, dont la suppression des défenses aériennes et le combat air-­air, et repenser la manœuvre aérienne.

 

Un point est fait sur les technologies navales qui se développent dans le monde sous-­marin.

 

Constitué sur une base coopérative depuis plus de quatre ans, le centre Euromaghrébin de recherche et d’études stratégiques conduit des études pour le bénéfice des ministres de la Défense des pays riverains de la Méditerranée occidentale. Un premier bilan de cette entreprise est effectué par l’un de ses chercheurs.

 

C’est en récapitulant l’ensemble des efforts de paix des vingt dernières années qu’on mesure combien est mince la probabilité de la voir s’établir dès lors qu’elle serait paradoxalement pour beaucoup source de dan­gers et que ses inconvénients pourraient être finalement plus importants que ses avantages. Les récentes révoltes arabes n’ont pas modifié cette donne qui trouve ses racines dans le déséquilibre entre acteurs régio­naux et dans l’unilatéralisme des interventions extérieures.

 

L’origine et la nature de l’État d’Israël conduisent à des distorsions internes importantes qui menacent profondément la structure d’un État-nation qui peine à se stabiliser, provoquant de la part de ses dirigeants une surestimation volontaire de la menace extérieure à des fins de cohésion nationale. Telle est la thèse développée.

 

Depuis les années 1970, l’Iran investit avec détermination et méthode dans le développement d’un programme nucléaire, utilisant la nature intrinsèquement duale du cycle du combustible pour maintenir l’ambiguïté sur sa finalité. Si les Occidentaux refusent le « containment » d’un Iran nucléarisé, un renoncement de Téhéran à l’ensemble de ces activités est aussi illusoire. Un faisceau d’indices vient ici illustrer cette analyse.

 

Écrire pour témoigner, expliquer, convaincre. Peu d’officiers le font. L’auteur qui le regrette prodigue ses conseils et ses encouragements.

 

Recensions

Thierry de Montbrial et Philippe Moreau Defarges (dir.) : Ramsès 2014 - Les jeunes : vers l’explosion ?  ; Dunod, 2013 ; 350 pages - Claude Le Borgne

Pour la 32e édition de son Ramses, l’Institut français des relations internationales (Ifri) a décidé de regarder « les jeunes ». Il faut se méfier des thèmes accrocheurs. On le savait pourtant : comme la solitude pour Gilbert Bécaud, la jeunesse, ça n’existe pas. Heureusement. Yahvé, par la bouche d’Isaïe (3, 4), nous a menacés : « Je leur donnerai comme princes des adolescents, et des gamins feront la loi chez eux ». L’Ecclésiaste en rajoute (10, 16) : « Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant ». Lire la suite

 

Mélanie Bénard-Crozat : 61e Régiment d’Artillerie - Les drones et l’imagerie de l’Armée de terre  ; Éditions Crepin-Leblond, 2013 ; 196 pages - Claude Monier

Qui sait que Chaumont-Sémoutiers, en Haute-Marne, est la ville d’accueil du 61e Régiment d’Artillerie, le régiment de drones de l’Armée de terre française ? C’est désormais chose faite avec ce livre, témoignage d’un siècle d’histoire militaire. Lire la suite

 

Béatrice Heuser : Penser la stratégie de l’Antiquité à nos jours  ; Picard, 2013 ; 430 pages - Christian Malis

Il y a plusieurs manières de chercher à prendre une vue synoptique de la stratégie en tant que domaine de pensée. On peut faire un traité où l’architecture théorique domine le propos à la manière de Clausewitz (De la guerre), de Beaufre (Introduction à la stratégie) sous une forme beaucoup plus ramassée, plus récemment encore et sous une forme très didactique comme Hervé Coutau-Bégarie (Traité de stratégie). Mais on peut également partir de la matière première empirique, l’ensemble des théories stratégiques dans leur succession temporelle, pour en proposer une histoire critique faisant apparaître constantes et changements à la lumière de quelques problématiques structurantes. Lire la suite

 

Benjamin Massieu : Philippe Kieffer : chef des commandos de la France libre  ; (préface de l’amiral Prazuck) ; Éditions Pierre de Taillac, 2013 ; 288 pages - Pascal Lecardonnel

Il n’avait aucune expérience militaire, n’avait pas fait son service militaire, « n’était pas fils de… » ; et il avait quarante-deux ans quand il devint le chef des commandos de la France libre. Lire la suite

 

Claude Le Borgne : La prison nomade  ; Économica, 2013 ; 312 pages - Jean Dufourcq

Réédition d’un roman paru en 1990 chez François Bourin et primé alors, cette nouvelle prison nomade arrive à point nommé pour nous initier au sens le plus fort du terme à la civilisation nomade de ces Maures qui vivent à l’Ouest du Sahel entre le Nord du Sénégal et le Sud de l’Ifni. Lire la suite

 

Revue Défense Nationale - Décembre 2013 - n° 765

In this posthumous praise of a remarkable researcher, one finds traces of one of the most coveted commodities in our time of uncertainty, a vision that makes sense; that is to say, one that provides explanation and direction to the reality of conflict in the world.

With this overview of the functions performed by the French forces in recent decades, one becomes aware of the transfer that took place gradually in the defense of national interests and state reasons toward a state practice of collective security in the complex system of globalization. But, the author explains, it is for itself that France must first maintain its own military tools.

Overseas Issues

It is in taking stock of their strategic distribution at sea, their potential for development, and their integration into a European network of peripheral territories that can measure the strategic ultramarine capital whose development and security is needed.

Identifying the strengths and constraints offered to France by its vast maritime space allow for the measurement of important reservoirs of wealth and the source of development it contains, as the nature and importance of these responsibilities impose its preservation and security and safety.

Where it is exposed how a French industrial group of global dimension detects current maritime issues and arranges for secure and reliable operations in order to make them productive and sustainable.

In a world that will have to search through the oceans of new resources, France appears to be very well endowed, not only in maritime areas but also the leading operators. Nevertheless, the means available to participate in monitoring and securing its overseas areas are very weak in terms of these issues.

The space of the greater Caribbean at the crossroads of the two Americas constitutes for France and its three American departments a zone that combines the tensions of an economic and social transition, and the advantages of a developing region with great potential, especially because of its resources and its strategic infrastructure.

The U.S. pivot toward Asia has created the conditions for a new strategic Indo-Asia-Pacific area in which France is involved as a power, based both in the North and the waterfront in the South, the Indian Ocean.

In this analysis of the spectrum, the author takes stock of the current French strategic report, borders on the Pacific, Asia, and assesses and prioritizes its intervention methods and ambitions.

France now has more citizens in the Pacific than in the sub-Saharan Africa; the protection and assistance offered to them, the defense of our strategic interests, cooperation with our partners, and the preservation of maritime resources of a huge space there justify the fact that the State maintains significant means for sovereignty at low water.

Within the Asian maritime zone that is essential to the economic development of Europe, naval rivalries and territorial claims are occurring more and more as evidenced by the building of “amphibious” residents. This military reality undermines a vital region of the world in which France must defend its interests.

Returning to the strategic genesis of Japanese and Chinese naval powers provides a useful benchmark for understanding rivalries within the Chinese sea. It illuminates the current rise in Chinese naval power and helps temper the concerns of those who are planning a warrior visit in the area.

Counterpoint

The author questions the notion of international review and defense issues, and redefines the social and political function at the time of the grounding of the Internet.

A domain expert provides a precise handbook to save the journals on defense issues in which the keywords are quality and originality.

Opinions and Viewpoints

Preserve aerial military advantage means to carefully select key sectors to protect, reduce exposure to new vulnerabilities from adverse actions, consolidate areas of excellence, including the suppression of aerial defense and air-air combat, and rethinking the aerial maneuver, all at once.

A point is made on naval technologies that thrive in the underwater world.

Established on a cooperative basis for more than four years, the Euro-Maghreb Centre for Research and Strategic Studies conducts research for the benefit of the defense ministries bordering the western Mediterranean. A first assessment of this business is conducted by one of its researchers.

It is in summarizing all peace efforts of the past twenty years that one measures how thin the probability of seeing the establishment is, since it would be paradoxically the source for many dangers, and its disadvantages could finally be greater than its advantages. The recent Arab uprisings have not changed this situation which is rooted in the instability between regional actors and the unilateralism of external interventions.

The origin and nature of the State of Israel lead to significant internal distortions that deeply threaten the structure of a nation-state, which is struggling to stabilize as a result of its voluntary overestimation of external threats, all for the purpose of national cohesion. This is the thesis developed for its discussion.

Since the 1970s, Iran has invested with determination and method in developing a nuclear program, using the inherently dual nature of the fuel cycle to maintain ambiguity about its purpose. If Westerners refuse the “containment” of a nuclear Iran, Tehran’s renouncement of these activities is illusory and unreal. This article is a source of evidence illustrating this analysis.

Write to testify, explain and convince. Few officers do this. The author that deplores this provides his own advice and encouragement for other officers.

Book reviews

Thierry de Montbrial et Philippe Moreau Defarges (dir.) : Ramsès 2014 - Les jeunes : vers l’explosion ?  ; Dunod, 2013 ; 350 pages - Claude Le Borgne

Mélanie Bénard-Crozat : 61e Régiment d’Artillerie - Les drones et l’imagerie de l’Armée de terre  ; Éditions Crepin-Leblond, 2013 ; 196 pages - Claude Monier

Béatrice Heuser : Penser la stratégie de l’Antiquité à nos jours  ; Picard, 2013 ; 430 pages - Christian Malis

Benjamin Massieu : Philippe Kieffer : chef des commandos de la France libre  ; (préface de l’amiral Prazuck) ; Éditions Pierre de Taillac, 2013 ; 288 pages - Pascal Lecardonnel

Claude Le Borgne : La prison nomade  ; Économica, 2013 ; 312 pages - Jean Dufourcq

Revue Défense Nationale - Décembre 2013 - n° 765

On l’a souvent exposé ici, la carte de visite stratégique de la France est brillante : patrie des droits de l’homme, poumon d’une francophonie d’exception, moteur de la construction européenne, acteur permanent du Conseil de sécurité, adepte d’une communauté internationale articulée sur le droit et la justice, grande puissance moyenne à la capacité militaire éprouvée. On a aussi évoqué son équation stratégique à trois axes, le continental qui requiert l’Union européenne, le méridional avec ses engagements méditerranéen et africain, l’atlantique qui organise la solidarité américaine et, derrière elle, la vision planétaire. On a volontiers décliné ses atouts géopolitiques de cap occidental de l’Eurasie, géo-économiques de laboratoire des intégrations industrielles complexes et de l’économie sociale de marché, et sociétaux de relais démographique de l’Europe vieillissante. Chacune de ces dimensions stratégiques a sa trace plus ou moins explicite dans les Livres blancs. La posture de défense de la France les a prises en compte.

On a moins parlé des atouts essentiels que lui procuraient ses outremers bien répartis dans la planète globalisée. Elle pourrait en tirer aujourd’hui bien meilleur parti pour développer une véritable ambition du large en y établissant les relais d’une nouvelle croissance, les bases d’une réelle sécurité économique durable pour figurer enfin parmi les puissances de la mer. Mais on semble encore négliger en France le phénomène général de la maritimisa­tion mondiale, en le réduisant à une simple perspective industrielle et commerciale, sur fond de compétition interministérielle voire, au sein de la défense, de tensions interarmées.

Or si nous devons développer une nouvelle dynamique maritime, c’est parce que nous sommes mieux dotés que quiconque en Europe pour ce faire. Car voici une autre carte de visite prestigieuse : une métropole placée au carrefour des artères maritimes les plus denses du monde, des relais océaniques sur tous les continents, une industrie de construction navale performante qui conçoit et assemble les unités les plus complexes, et des opérateurs majeurs capables d’installer de lucratives activités industrielles en mer.

C’est aussi parce que notre exposition économique à la mer est plus importante que jamais ; c’est dans nos ports qu’arrivent les richesses et les ressources indispensables à notre prospérité ; c’est de là que partent nos exportations vitales et toute la logistique de nos expéditions humanitaires et militaires. Ainsi, la protection des activités maritimes du pays est-elle devenue un impératif vital. Il faut à la fois valoriser et sécuriser le large réseau des outremers français dont les ressources humaines, matérielles, minières sont des territoires essentiels de développement mais aussi les préserver des tensions liées à des appro­priations antagonistes qui reproduisent des schémas continentaux belligènes. La mer développe une approche coopérative des échanges et des compétitions et une déontologie que fondent les valeurs que partagent tous ceux qui la fréquentent assidûment. La défense et la sécurité du territoire, et le développement du pays passent aujourd’hui par la mer.

Jean Dufourcq

Juin 2019
n° 821

L’affirmation stratégique des Européens

Actualités

20-06-2019

Le SNA Saphir va être désarmé - This is the End for the SSN Saphir

17-06-2019

Discours de Florence Parly, ministre des Armées, 53e Salon international de l'aéronautique et de l'Espace

17-06-2019

Baptême du Patrouilleur Antilles Guyane (PAG) La Combattante à Saint-Malo

16-06-2019

Par décret du président de la République du 14 juin 2019, le remplacement en 1re section de l'amiral Bernard Rogel est prorogé jusqu'au 1er mai 2020 avec maintien dans ses fonctions de chef de l'état-major particulier du président de la République.

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...