Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Plus que jamais, notre environnement ne cesse de se dégrader. L’espace géographique du Levant voit l’accélération et la décomposition de l’Irak et de la Syrie, malgré les frappes aériennes conduites par la coalition à laquelle la France participe avec détermination. L’élimination des populations minoritaires, dont les Chrétiens d’Orient, y est devenue « normale ». Le Sud de la péninsule arabique s’enfonce également dans la violence avec un Yémen déchiré par la guerre civile, tandis que les semaines à venir vont être décisives avec le sprint final des négociations autour du nucléaire iranien. Les cartes sont en train d’être redistribuées sans que l’on sache vraiment quelles sont les règles du jeu. Lire la suite

L’Otan et l’UE jouent un rôle majeur dans leurs domaines de responsabilités. Face à un environnement de plus en plus instable, la démarche actuelle de rapprochement basé sur le pragmatisme doit s’accroître notamment en augmentant pour les partenaires européens leurs investissements de défense.

Enjeux stratégiques en Asie

La volatilité actuelle de la scène internationale ne peut qu’inquiéter avec l’augmentation des crises et conflits ouverts aux dimensions multiformes. Plus que jamais, la réflexion stratégique s’avère indispensable pour comprendre les confrontations actuelles et à venir.

Les tensions en mer de Chine impliquent non seulement les États riverains mais également d’autres partenaires appartenant à la sphère de l’économie à travers l’exploitation des ressources maritimes et le transit commercial. De nouvelles formes de coopération sont dès lors nécessaires.

La Chine s’est engagée dans une politique active de revendication d’espaces maritimes en mer de Chine, au détriment de ses voisins, en imposant une présence concrète censée légitimer une souveraineté de facto, par absence de réaction des acteurs régionaux.

Les espaces maritimes asiatiques constituent un enjeu stratégique majeur non seulement pour les pays d’Asie, mais aussi pour de nombreux autres partenaires dont la France. Les risques potentiels imposent de maintenir le dialogue entre tous ces acteurs aux intérêts différents.

L’Asie est engagée dans un processus de nucléarisation. La Chine, puissance en expansion, poursuit la modernisation de son arsenal, incitant d’autres pays de la région à accroître leurs efforts de défense, au risque de remettre en cause les équilibres actuels.

La course à la puissance en Asie est également une réalité industrielle et technologique. La Chine accentue ses efforts, entraînant ses partenaires-rivaux dans une compétition risquée où le nucléaire constitue la clé de voûte.

Le développement accéléré des systèmes de défense antimissiles a un impact sur les différentes stratégies nucléaires des pays de la région disposant d’une capacité de frappe en premier. L’équilibre actuel pourrait ainsi être remis en cause par les projets de DAMB.

L’Asie est le continent le plus « nucléarisé » et l’incertitude quant au risque d’une crise majeure pose la question de l’emploi de l’arme atomique. L’opacité sur les capacités, les doctrines et la chaîne de commandement ne peut qu’inquiéter face à un dérapage qui n’est pas improbable.

Décrire la nature de la relation complexe entre les États-Unis et la Chine amène à s’interroger sur la définition de puissance, remettant en cause les principes classiques de régulation des relations internationales. De nouvelles logiques se mettent actuellement en place.

Les puissances asiatiques ont développé depuis plusieurs décennies des politiques spatiales plutôt différentes, répondant d’abord à des objectifs nationaux et contribuant à accroître des compétences technologiques utilisables pour dynamiser l’économie.

La Chine a de nouvelles ambitions dans le Pacifique, tout en cherchant à y préserver la stabilité en établissant des partenariats avec les pays de la région. L’aide au développement est un des outils permettant un dialogue indispensable pour préserver les équilibres.

La Russie semble tenter de trouver une nouvelle politique vers l’Asie et en particulier la Chine. La crise ukrainienne, en isolant Moscou de l’Occident, pourrait accélérer une ambition asiatique pour les stratèges du Kremlin.

Repères - Opinions

L’instabilité actuelle au Sahel ne laisse pas d’inquiéter avec le développement de groupes armés violents. Résoudre cette crise endémique pose la question d’une opération militaire, dont il faut bien mesurer les contraintes et les limites imposées par cette zone désertique.

Onze ans après le premier engagement de troupes sous sa bannière, l’Union européenne reste incapable malgré son statut de puissance mondiale d’assumer certaines responsabilités. Une décennie d’oppositions stériles, d’intérêts contradictoires et de crises économiques a eu raison de belles déclarations d’intention et d’ambitieuses réformes institutionnelles dans le domaine de la défense européenne. Lire la suite

Les drones MALE (Moyenne altitude, longue endurance), dont l’emploi en Opex est intensif, pourraient être engagés sur le territoire national contre les menaces terroristes en apportant de nouvelles capacités d’acquisition du renseignement, en particulier par l’endurance et la permanence de l’observation.

La piraterie maritime, qui a fortement régressé en océan Indien grâce à l’action internationale redevient un facteur de risques en particulier dans le golfe de Guinée. Les évolutions en cours appellent à une nouvelle prise de conscience des autorités internationales.

À l’aube du XXIe siècle, alors qu’en France le lien Armée-Nation est de plus en plus ténu et que les témoins des derniers grands conflits mondiaux et coloniaux disparaissent petit à petit, les musées militaires pourraient devenir à la fois les garants et les vecteurs de notre esprit de défense tout en participant activement au rayonnement international de notre pays.

La compréhension du djihadisme impose une approche pluridisciplinaire à laquelle contribuent experts et acteurs de terrain. À travers plusieurs ouvrages récemment publiés, ils apportent une connaissance sur un fait majeur dépassant le monde arabe lui-même.

Chronique

Celui que nous célébrons en ce bicentenaire de Waterloo savait qu’on fait la guerre avant de disserter de stratégie, que s’il faut aller du particulier au général il est essentiel de penser local et d’isoler un événement. Les empires se glissent, disait-il, dans la distance qui sépare une bataille gagnée d’une bataille perdue. Prenons la campagne de 1809 : alors que l’armée est partagée entre le Tage et le Danube, les Britanniques débarquent dans l’embouchure de l’Escaut. Panique à Paris au sein de l’élite du monde déjà rétréci, qui s’imagine l’ennemi héréditaire sur les moulins de Montmartre et décrète la levée des gardes nationaux jusqu’en Italie. Mais colère de l’Empereur qui connaît sa carte et qui, de Vienne, rapporte la mesure, expliquant pourquoi Albion va perdre dans ce Gallipoli flamand vingt milles hommes qui seraient plus utiles à Wellington tout juste arrivé en Ibérie. Lire les premières lignes

Recensions

Collectif : Hervé Coutau-Bégarie, 1956-2012 - L’homme, l’historien, le stratégiste  ; Institut de Stratégie Comparée, 2015 ; 294 pages - Jérôme Pellistrandi

À peine trois ans après sa mort, Hervé Coutau-Bégarie reste présent dans le paysage de la recherche stratégique en France et son œuvre continue à irriguer la réflexion de nombreux collègues, chercheurs, disciples et amis du Maître qu’il a été. L’Institut de Stratégie Comparée (ISC) implanté à l’École militaire vient ainsi de publier un livre hommage permettant de retracer ce parcours intellectuel exceptionnel trop rapidement vaincu par la maladie. Lire la suite

p. 127-128

Michel Eltchaninoff : Dans la tête de Vladimir Poutine  ; Solin/Actes Sud, 2015 ; 170 pages - Philippe Sidos

Michel Eltchaninoff, agrégé et docteur en philosophie, spécialiste de philosophie russe, a récemment publié Dostoïevski, le roman du corps (Éditions Jérôme Millon, 2013). Il est rédacteur en chef adjoint de Philosophie MagazineLire la suite

p. 128-130

Comment juger la politique étrangère d’Obama ? Beaucoup se sont gaussés de l’attribution d’un Prix Nobel de la paix dès le début de son premier mandat, alors qu’il n’avait encore rien prouvé. Maintenant que le deuxième mandat approche de son terme, il est possible de dresser un premier bilan. Or, sans être atlantiste, je constate qu’il est plutôt positif et que Barack Obama a mis en œuvre une vraie stratégie. Certes, elle doit composer avec plusieurs facteurs adverses, notamment à l’intérieur : entre l’opposition Républicaine et l’inertie du complexe militaro-industriel, il est parfois ardu de comprendre la stratégie américaine. Lire la suite

Revue Défense Nationale - Juin 2015 - n° 781

NATO and the EU play a major role in their domains of responsibility. Faced with an increasingly unstable environment, the current approach of convergence based on pragmatics must increase notably while expanding defense investments for European partners.

Strategic Issues in Asia

The current volatility of the international scene can do nothing but cause concern with the increase of crises and open conflicts in multiform dimensions. More than ever, strategic reflection is recognized as vital to the understanding of current confrontations and those to come.

Tensions in the China Sea involve not only coastal States but also other partners belonging to the economic sphere through the exploitation of maritime resources and commercial transit. New forms of cooperation are consequently necessary.

China is engaged in an active policy of demands concerning maritime spaces in the China Sea, to the detriment of its neighbors, imposing a concrete presence meant to justify a de facto sovereignty through the absence of a reaction from regional players.

Asian maritime spaces comprise a major strategic stake not only for Asian countries, but also for numerous other partners including France. Potential risks necessitate the continuation of dialogue between all of these players with different interests.

Asia is engaged in a process of “nuclearization.” China, whose power expands, pursues the modernization of its arsenal, encouraging other countries in the region to expand their defense efforts, risking the reevaluation of the current equilibrium.

The course of power in Asia is equally an industrial and technological reality. China accentuates its efforts, rousing its rival-partners into a risky competition in which the keystone is nuclear power.

The accelerated development of antimissile defense systems impacts the different nuclear strategies of countries in the region with the capacity to strike first at their disposal. The current equilibrium could thus be brought into question by the DAMB’s project.

Asia is the most “nuclearized” continent, and the uncertainty concerning the risk of a major crisis opens the issue of the use of atomic weaponry. With obscure capacities, doctrines and the chain of command can do nothing but worry faced with a sideslip that is not improbable.

Describing the nature of the complex relationship between the US and Chine engenders reflections on the definition of power, calling into question the classic principles of the management of international relations. New reasoning is currently being established.

Asian powers have, for several decades, developed quite different spatial policies, answering first to national objectives and contributing to the increase of technological expertise serviceable for economic galvanization.

China has new ambitions in the Pacific, concurrently searching to preserve stability there while also establishing partnerships with the countries of the region. Developmental aid is one of the tools permitting a dialogue crucial to preserving equilibrium.

Russia seems to be attempting to find a new policy toward Asia, particularly toward China. The Ukranian crisis, while isolating Moscow from the West, could accelerate an Asian ambition for Kremlin’s strategists.

Opinions and Viewpoints

Current instability in Sahel is very worrying, with the development of violent and armed groups. Resolving this endemic crisis poses the question of a military operation, which would well necessitate the measurement of constraints and limits imposed by this desert zone.

Eleven years after the first engagement of troops under its banner, the European Union rests incapable—despite its status of world power—to assume certain responsibilities. A decade of sterile oppositions, contradictory interest, and economic crises created motivations for fine declarations of intention and ambitious institutional reforms in the domain of the European defense. Read more

MALE drones, whose employment in OPEX is intensive, could be engaged on national territory against terrorist menaces, bringing new capacities for the acquisition of intelligence, particularly through endurance and permanence of observation.

Maritime piracy, which has sharply declined in the Indian Ocean thanks to international action, becomes a risk factor once more, particularly in the Golf of Guinea. Ongoing evolutions call for a new awareness from international authorities.

At the dawn of the 21st century—as the link between the nation and its army in France is held more and more tightly, and witnesses of the latest great global and colonial conflicts disappear one by one—military museums could simultaneously become safeguards and mediums for our spirit of defense while actively participating in the international influence of our country.

Understanding djihadism demands a multidisciplinary approach to which experts and ground players contribute. Through several recently published works, they deliver understanding of a major point surpassing the Arab world itself.

Chronicle

Book reviews

Collectif : Hervé Coutau-Bégarie, 1956-2012 - L’homme, l’historien, le stratégiste  ; Institut de Stratégie Comparée, 2015 ; 294 pages - Jérôme Pellistrandi

Michel Eltchaninoff : Dans la tête de Vladimir Poutine  ; Solin/Actes Sud, 2015 ; 170 pages - Philippe Sidos

Revue Défense Nationale - Juin 2015 - n° 781

Plus que jamais, notre environnement ne cesse de se dégrader. L’espace géographique du Levant voit l’accélération et la décomposition de l’Irak et de la Syrie, malgré les frappes aériennes conduites par la coalition à laquelle la France participe avec détermination. L’élimination des populations minoritaires, dont les Chrétiens d’Orient, y est devenue « normale ». Le Sud de la péninsule arabique s’enfonce également dans la violence avec un Yémen déchiré par la guerre civile, tandis que les semaines à venir vont être décisives avec le sprint final des négociations autour du nucléaire iranien. Les cartes sont en train d’être redistribuées sans que l’on sache vraiment quelles sont les règles du jeu.

Malgré tout, au Sahel, il y a des signaux positifs avec plusieurs succès tactiques de nos forces tant contre des chefs terroristes que contre des trafiquants de tout ordre, montrant l’efficacité du dispositif français mais aussi sa nécessité, impliquant un effort de longue haleine pour notre défense. À ce sujet, la révision prévue pour cet été, et désormais engagée de la LPM 2014-2019, constitue un changement de cap majeur pour la France, depuis plusieurs décennies, avec une reprise sensible de nos investissements, tout en sachant qu’il faudra poursuivre les restructurations pour gagner des marges de manœuvre. Renforcer notre défense devient vital, alors même que le monde change et que les incertitudes stratégiques ne cessent de s’accroître, comme le démontre le dossier consacré aux perspectives en Asie.

La Revue publie ainsi les interventions du colloque de clôture de la chaire « Grands enjeux stratégiques contemporains » de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Pour la deuxième année, ces publications permettent de proposer une lecture croisée sur le nouveau centre de gravité du monde avec une complexité croissante des relations entre des États aux ambitions contradictoires et aux capacités humaines, économiques et militaires en croissance exponentielle. La Chine, l’Inde, les Corées ou encore le Japon se disputent des espaces dans un contexte crisogène et de rivalités marquées par une histoire conflictuelle ne facilitant pas le dialogue pourtant nécessaire. À cela s’ajoute l’engagement réaffirmé des États-Unis, puissance tutélaire depuis des décennies et dont la garantie nucléaire semble remise en cause. La France, ne serait-ce que par sa présence dans la région, ne peut se désintéresser de ce qui s’y passe et y joue un rôle réel. La compréhension des enjeux asiatiques est donc plus que jamais indispensable, d’autant plus que tous les indicateurs économiques montrent que l’Asie est devenue le centre du monde. Avec une conséquence essentielle, y compris pour la défense française, de la dimension maritime puisque l’essentiel des trafics commerciaux se fait par la voie des océans. En garantir la sécurité et la liberté de navigation est une obligation majeure à laquelle la France se doit d’être présente avec les navires de la Marine nationale. L’Asie est aussi le continent le plus « nucléarisé ». Avec la crise ukrainienne, et les négociations complexes avec l’Iran, c’est le rappel que la question nucléaire reste centrale dans les relations internationales. Raison pour laquelle le prochain numéro d’été de la Revue sera exclusivement consacré à la dissuasion nucléaire.

Jérôme Pellistrandi

Novembre 2019
n° 824

Formation et opérations militaires

Actualités

20-11-2019

Découvrez l'éditorial et le sommaire du numéro de décembre 2019
Disponible à partir du 3 décembre

PRÉCOMMANDE

04-11-2019

Un militaire français tué au Mali

 

16-10-2019

Premiers essais pour le Serval

01-10-2019

Découvrez les grandes lignes du budget 2020 du ministère des Armées

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...