Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Après la vague d’émotion légitime suite aux attentats du 22 mars à Bruxelles, le sentiment d’une menace domestique diffuse a occulté le fait que la guerre contre Daech se déroulait également loin du territoire national. La France, depuis janvier 2013 au Sahel et depuis l’automne 2014 au Levant, est engagée avec ses forces sur plusieurs fronts. Lire la suite

Projection de force

La logistique opérationnelle est un enjeu majeur pour le succès de nos engagements. La projection de force exige un effort permanent pour permettre de disposer, en temps voulu et au bon endroit, des moyens nécessaires au soutien. L’organisation actuelle – bien que sous contrainte – répond à ces exigences.

L’avion A400M, entré en service en 2013, constitue un saut capacitaire majeur en apportant une véritable plus-value pour la projection de nos forces. Issu d’une collaboration européenne, il va constituer un atout fédérateur et contribuera directement à renforcer les liens avec nos alliés.

La France dispose d’une panoplie complète permettant la projection de forces dans des conditions de réactivité impressionnantes. Cependant, malgré les efforts conduits, il existe des fragilités capacitaires qui pourraient conduire à de véritables ruptures affaiblissant dès lors l’aptitude des forces à conduire leurs missions.

L’opération Serval, puis aujourd’hui Barkhane, ont déjà permis de tirer des enseignements logistiques. Les exigences du théâtre sahélien sont hors normes et obligent à des efforts permanents d’adaptation tant des moyens que des modalités d’organisation, avec une chaîne de commandement éprouvée et réactive.

L’emploi des forces spéciales (FS) répond à des objectifs souvent politiques et oblige à disposer de capacités de projection importantes dans un contexte tactique souvent périlleux. La difficulté est que l’action des FS ne peut rarement suffire à résoudre des crises qui s’inscrivent généralement dans la durée.

La Russie a souffert de ne pas avoir d’accès direct aux océans mais développe aujourd’hui des capacités navales de projection de puissance à partir de la mer Noire et de la mer Caspienne, transformant ainsi un handicap géographique grâce à de nouveaux armements en un avantage tactique.

L’Europe doit avoir une stratégie navale crédible lui permettant de projeter de vraies capacités maritimes, alors que les moyens nationaux ne suffisent plus à répondre aux besoins. Il y a nécessité d’une véritable ambition politique, à condition de vouloir vraiment agir.

Soldat et citoyen

L’Armée de terre a besoin d’accroître ses liens avec la haute fonction publique, en utilisant davantage la mobilité extérieure au profit de ses officiers supérieurs. Une telle démarche serait nécessaire et renforcerait la connaissance mutuelle, aujourd’hui insuffisante.

Les attentats de 2015 ont démontré le besoin de pouvoir mobiliser des effectifs militaires supplémentaires. L’idée d’une Garde nationale pourrait répondre à cette nécessité en s’appuyant sur un projet réaliste à la portée de nos ressources humaines et budgétaires.

Le lien Armée-Nation incarné par le service militaire et les épreuves des guerres a pâti de sa suspension en 1996. Il convient de le revoir alors que les menaces s’accroissent, y compris sur notre territoire. Les Réserves rénovées pourraient ainsi contribuer à renforcer l’indispensable relation entre les citoyens et leurs forces armées.

L’expression de la revendication professionnelle assumée par des syndicats a toujours suscité la méfiance de la part de l’institution militaire réticente à une remise en cause des prérogatives du commandement. La création des APNM (Associations professionnelles nationales de militaires) pourrait voir une nouvelle étape dans la mise en place d’un dialogue social au sein des armées.

Les Associations professionnelles nationales de militaires (APNM) constituent une nouveauté dans le dispositif de concertation du ministère de la Défense autour de la condition militaire. Les APNM de création récente peuvent être un atout à condition qu’elles aient une réelle représentativité et démontrent leur intérêt au sein de la communauté de défense.

Approches régionales

L’Asie centrale connaît des évolutions contradictoires avec, en particulier, la question sensible de la succession de certains dirigeants. S’y rajoute la relation complexe avec l’Islam, entre radicalisation venue de l’extérieur et nationalisme musulman propre à chacun des États de la zone. Mais des perspectives de développement économique pourraient ouvrir la voie à une nouvelle ère de prospérité.

La Chine a l’ambition de reconstituer une nouvelle « Route de la Soie » terrestre. Le réalisme impose d’être prudent face à de tels projets grandioses mais risquant de ne jamais être réalisés tant le transport terrestre est au final moins compétitif que la voie maritime, malgré des délais qui pourraient sembler plus rapides.

La Corée du Sud, bien que très dépendante des États-Unis, s’est engagée dans le développement d’une industrie de défense nationale bénéficiant ainsi des retombées technologiques induites. Séoul cherche à consolider sa place, tout en restant conscient du besoin du soutien de Washington.

Taïwan constitue un cas géopolitique très particulier au cœur de l’Asie, avec une ambivalence permanente dans sa relation avec Pékin, entre partenariat économique et rivalité politique. Cette complexité est le fruit de l’histoire mais traduit les tensions actuelles dans la région entre crainte et besoin de rapprochement.

Repères - Opinions

Au terme d’une année de réflexions stratégiques sur l’École polytechnique, le gouvernement a rendu ses arbitrages le 15 décembre 2015, par le ministre de la Défense : tour d’horizon des nouvelles orientations de l’X.

La doctrine militaire russe a évolué, prenant en compte les leçons des crises, notamment au Kosovo. La modernisation des forces s’inscrit dans cette perspective en évitant d’entrer dans une course technologique avec l’Otan et en développant le concept de « guerre sans contact ».

Le Portugal a élaboré un projet stratégique « défense 2020 » visant à adopter les forces armées aux ambitions nationales en rationalisant les structures tout en veillant à conserver un outil opérationnel efficace, disponible et moins coûteux, permettant à Lisbonne de remplir ses engagements internationaux.

L’Afrique du Sud dispose d’un potentiel scientifique et technologique très important lui conférant une place à part sur le continent africain. Le nucléaire – désormais civil – mais aussi l’industrie d’armement constituent des atouts qui restent solides et répondent aux nouvelles ambitions de Pretoria.

Chroniques

Recensions

Journaliste de défense et consultant pour les chaînes d’information, Pierre Servent connaît bien l’institution défense et l’apprécie. Observateur avisé, mais aussi acteur engagé notamment comme réserviste, il a suivi nos forces sur tous les théâtres d’opérations depuis des années et en a tiré plusieurs ouvrages. Le titre de sa dernière production peut surprendre mais reflète la réalité géostratégique actuelle. Lire la suite

p. 125-126

Jacques-Jocelyn Paul : Arabie saoudite - L’incontournable  ; Riveneuve éditions, 2016 ; 544 pages - Alain Oudot de Dainville

Jacques-Jocelyn Paul, un pseudonyme qui cache le nom d’un acteur majeur de la France en Arabie saoudite. Il réside à Riyad depuis plus de quinze ans. Son activité professionnelle l’a conduit, à fréquenter les grandes familles et les membres de la famille royale saoudienne. Lors de sa présence dans le Royaume, il a en acquis une connaissance encyclopédique. Son épais ouvrage L’Arabie saoudite – L’incontournable paru chez Riveneuve éditions, comblera tous ceux qui s’intéressent aux grandes problématiques de la région. Lire la suite

p. 126-127

S’il est un livre qu’il faut avoir lu en 2016, c’est incontestablement celui de l’historien militaire Claude Franc ! Honoré du prix du livre de la Saint-Cyrienne 2016, cet ouvrage, préfacé par le Grand Chancelier de la Légion d’honneur, le général d’armée Jean-Louis Georgelin, est rédigé par un officier supérieur à la plume élégante, expert reconnu des questions relatives au commandement, qui nous offre un regard inédit sur la bataille de Verdun. Lire la suite

p. 127-128

Émilie Frenkiel : Parler politique en Chine - Les intellectuels chinois pour ou contre la démocratie  ; Presses universitaires de France, 2014 ; 317 pages - Jean Esmein

S’il convient de commencer par une citation propre à résumer commodément ce qu’on découvre dans ce livre, on pourra prendre la suivante (p. 277) : « Peut-on parler de liberté de conscience et de pensée en Chine ? Oui, mais la liberté académique demeure relative, et la liberté de publication limitée car les recherches et l’engagement des universitaires chinois sont encore bridés par le Parti et la résilience des phénomènes de censure. Les chercheurs souhaitent infléchir les décisions politiques, sans que cela signifie qu’ils soient simplement inféodés au pouvoir, auquel ils sont toujours associés d’une façon ou d’une autre. Il existe en Chine un véritable marché des idées : la nature technocratique et pragmatique du régime chinois et la grande diversité des points de vue au sein des équipes politiques rendent possibles l’expression de critiques et de suggestions, et l’expérimentation à différentes échelles de propositions de réformes, notamment institutionnelles ». Lire la suite

p. 128-130

Emmanuel de Waresquiel (dir.) : Dans les archives secrètes du Quai d’Orsay - Cinq siècles d’histoire et de diplomatie  ; L’Iconoclaste, 2015 ; 642 pages - Eugène Berg

Les archives exceptionnelles du Quai d’Orsay contiennent une part importante de l’histoire de France et de celle du monde. Le présent ouvrage, auquel ont collaboré une riche pléiade de prestigieux historiens, propose un bel aperçu de ce patrimoine avec une sélection d’archives, la plupart du temps ces fameux télégrammes diplomatiques, ces TD, comme on les nomme au Quai, qui couvrent cinq siècles d’histoires diplomatiques inédites. Lire la suite

Gilles Kepel et Antoine Jardin : Terreur dans l’hexagone, genèse du djihad français  ; Gallimard, 2015 ; 330 pages - Claude Le Borgne

Depuis qu’il nous a donné Le Prophète et Pharaon (1), ouvrage fondateur qui n’a pas pris une ride, Gilles Kepel s’impose comme un des meilleurs connaisseurs de l’islam. Il s’est depuis lors attaché à nous prévenir de ce qui se passait chez nous : l’islamisation discrète mais constante de la France, phénomène dont Pierre Manent a, de son côté, signalé les effrayants progrès (2)Lire la suite

p. 131-132

Revue Défense Nationale - Mai 2016 - n° 790

Power Projection

Operational logistics are a major issue for the success of our engagements. The projection of force requires an ongoing effort to permit the disposal—at the desired time, in the desired place—of resources necessary for supporting these operations. Current organization, even under constraint, responds to these demands.

The A400M aircraft, entered into service in 2013, constitutes a major leap in capacity by delivering a veritable capital gain for the projection of our forces. Stemming from a European collaboration, this aircraft will comprise a unifying asset and contribute directly to the reinforcement of ties with our allies.

France has a complete arsenal at its disposal permitting power projection in conditions of substantial reactivity. However, despite efforts conducted, there exist weaknesses of capacity that could lead to veritable and attenuating ruptures, consequently weakening the aptitude of forces to drive their missions.

Operation Serval, and today Operation Barkhan, have already permitted the drawing of logistical lessons. The requirements of the Sahelian theater fall outside of norms and necessitate ongoing efforts of adaptation concerning resources just as much as modes of organization, with an experiences and responsive chain of command.

The employment of the special forces (SF) responds to objectives that are often political and necessitate the disposal of capacities of projection that are important in a tactical, and often perilous, context. The difficulty lies in the fact that the action of the SF can only rarely suffice to resolve crises that are generally maintained over time.

Russia has suffered from not having direct access to oceans, but currently develops naval capacities for power projections starting from the Black Sea and the Caspian Sea, thus transforming a geographic handicap thanks to new armaments and a tactical advantage.

Europe must have a viable naval strategy permitting it to project real maritime capacities, while national resources are no longer sufficient to address these needs. There is need for a real political ambition, depending on a true desire to act.

Soldier and Citizen

The Army is in need of augmenting its ties with high public functioning, using exterior mobility more strenuously to the profit of its superior officers. Such an approach would be necessary and would reinforce mutual recognition, which is currently insufficient.

The 2015 attacks have demonstrated the need to be able to mobilize supplementary military troops. The idea of a National Guard could to respond to this necessity, supported by a realistic project within reach of our human and budgetary resources.

The Army-Nation relationship personified by military service and the trials of war has suffered from its suspension in 1996. It is necessary to review this relationship while threats increase, including on our territory. The renovated Reserves could thus contribute to the reinforcement of the indispensable relation between citizens and their armed forces.

The expression of professional demands assumed by trade unions has always stirred up mistrust on the part of the military institution reluctant to call into question command prerogatives. The creation of the APNM (Associations professionnelles nationales de militaires) could witness a new step in the positioning of a social dialogue at the heart of the armed forces.

The National Professional Military Associations (Associations professionnelles nationales de militaires, APNM) comprise a novelty in the measures of dialogue of the Ministry of Defense around the condition of being a military member. The recently created APNM could be an asset, under the condition that it has a real representation and demonstrates interests at the heart of the community of defense.

Regional Approaches

Central Asia recognizes contradictory evolutions with, in particular, the sensitive question of the succession of certain leaders. This compounds on its complex relation with Islam, between radicalization from the exterior and Muslim nationalism belonging to each state in the zone. But perspectives on economic development could open the path for a new era of prosperity.

China has an ambition to reconstruct a new, terrestrial “Silk Road.” Realism necessitates prudency facing such grandiose projects but risks never being realized, as terrestrial transport is ultimately less competitive than maritime routes, despite seemingly faster transport periods.

South Korea, even though it is very dependent on the United States, is engaged in the development of a national defense industry, thus benefitting induites waning technologies. Seoul seeks to consolidate its place, all while remaining conscious of the need for Washington’s support.

Taiwan comprises a very particular geopolitical case at the heart of Asia, with an ongoing ambivalence in its relation with Beijing, between economic partner and political rival. This complexity is the fruit of history but is manifested through current tensions in the region between fear and need to come closer.

Opinions and Viewpoints

At the end of a year of strategic reflections on the École Polytechnique (Polytechnic School, X), the government announced its decision on December 15, 2015 through the Minister of Defense: an overview of the X’s new orientation.

Russian military doctrine has evolved, taking into account lessons from crises, notably in Kosovo. The modernization of its forces falls in line with this perspective, while avoiding entrance into a technological race with NATO, and while developing the concept of “War Without Contact.”

Portugal has developed a strategic project, “Defense 2020,” looking to adapt its armed forces to national ambitions by rationalizing its structures, all while aspiring to conserve an effective and operational tool—both available and less costly—permitting Lisbon to meet its international engagements.

South Africa has a very important scientific and technological potential at its disposal, setting it apart from the African continent. Nuclear power, henceforth civil but also in the armament industry, constitutes an asset that remains solid and responds to Pretoria’s new ambitions.

Chronicles

Book reviews

Jacques-Jocelyn Paul : Arabie saoudite - L’incontournable  ; Riveneuve éditions, 2016 ; 544 pages - Alain Oudot de Dainville

Émilie Frenkiel : Parler politique en Chine - Les intellectuels chinois pour ou contre la démocratie  ; Presses universitaires de France, 2014 ; 317 pages - Jean Esmein

Emmanuel de Waresquiel (dir.) : Dans les archives secrètes du Quai d’Orsay - Cinq siècles d’histoire et de diplomatie  ; L’Iconoclaste, 2015 ; 642 pages - Eugène Berg

Gilles Kepel et Antoine Jardin : Terreur dans l’hexagone, genèse du djihad français  ; Gallimard, 2015 ; 330 pages - Claude Le Borgne

Revue Défense Nationale - Mai 2016 - n° 790

Après la vague d’émotion légitime suite aux attentats du 22 mars à Bruxelles, le sentiment d’une menace domestique diffuse a occulté le fait que la guerre contre Daech se déroulait également loin du territoire national. La France, depuis janvier 2013 au Sahel et depuis l’automne 2014 au Levant, est engagée avec ses forces sur plusieurs fronts.

Les opérations Barkhane et Chammal aujourd’hui, Épervier, Trident ou Pamir hier… Depuis 1976, les armées françaises n’ont cessé de conduire des opérations interarmées sur presque tous les continents et les océans. Cette capacité de projection est le résultat de décennies d’expérience et de mise en oeuvre de moyens militaires mais aussi civils pour assurer ces missions. Projeter des forces pour agir et déployer notre puissance, tel est l’enjeu aujourd’hui, alors même que les théâtres extérieurs se sont accrus et que le territoire national est devenu une priorité depuis janvier 2015.

La problématique posée à nos armées est désormais la confrontation entre les exigences demandées par les autorités politiques et les moyens disponibles, alors que les effectifs et les budgets consacrés à la défense ont été orientés à la baisse depuis des années. Cependant, il faut souligner la capacité d’adaptation et de réactivité de nos armées, qui savent faire face à ce défi opérationnel permanent. Projeter de la puissance en projetant des forces n’est d’ailleurs pas à la portée de toutes les nations. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont cette capacité. D’autres nations occidentales en ont les moyens mais pas la volonté et d’autres ni l’un, ni l’autre. La Russie, quant à elle, après deux décennies de déclin militaire, est revenue sur la scène internationale de manière spectaculaire en Syrie avec la mise en oeuvre de forces interarmées conséquentes. La modernisation de ses moyens, associée à une doctrine renouvelée, ouvre une nouvelle page stratégique où le rapport de force est redevenu la règle.

Il faut cependant souligner ici que la force d’un système militaire, outre les équipements, repose d’abord sur la qualité des ressources humaines. Être soldat, marin ou aviateur reste une exigence, dans une société où les valeurs intrinsèques militaires semblent remises en cause par une culture du zapping et de l’individualisme. Quelle place alors doiton accorder au militaire dans la cité ? Comment lui permettre d’être un citoyen à part entière ? Autant de questions qui ne peuvent être évitées aujourd’hui et dont les réponses conditionneront l’efficacité opérationnelle de nos unités évoquées plus haut.

Avec son dossier et ses articles proposés ce mois-ci, la RDN poursuit son travail d’analyse stratégique avec la certitude que le débat est indispensable et nécessaire pour dépasser le stade des émotions, et ainsi construire la défense dont la France a besoin alors même que l’incertitude stratégique est devenue le quotidien de nos armées.

Jérôme Pellistrandi

Été 2019
n° 822

La Méditerranée stratégique – Laboratoire de la mondialisation

Actualités

20-09-2019