Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Octobre 2018 - n° 813

La communauté française du renseignement

« Qui ne sait pas dissimuler ne sait pas régner »

Louis XI

Un monde chaotique où les rapports de force redeviennent le mode de régulation des relations internationales, où la diplomatie classique est mise à mal par de nouvelles pratiques mêlant tweets, déclarations violentes et démonstrations de puissance. Un monde où malgré une illusion de transparence via les réseaux sociaux, tant les États que les entités terroristes et/ou criminelles cherchent à déstabiliser un état des sociétés, certes fragile mais porteur de progrès. Au Levant, au Sahel mais aussi en Asie et bien sûr en Europe et sur notre territoire national, les menaces tant physiques que virtuelles dans le cyberespace remettent en cause nos valeurs et nos principes de droit et de démocratie. Lire la suite

p. 1-1

La communauté française du renseignement

Renseigner les autorités de l’État est un impératif pour la France, ne serait-ce que pour garantir sa souveraineté et son indépendance. Coordonner la communauté française du renseignement est la mission première de la Coordination nationale du renseignement et de lutte contre le terrorisme (CNRLT) auprès du président de la République. Par son organisation, elle assure cette cohérence.

p. 9-13

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) est un acteur stratégique global contribuant à notre autonomie d’appréciation, de décision, d’action et donc à notre souveraineté nationale. Face à un monde chaotique et imprévisible, la DGSE se doit d’adapter son organisation, ses méthodes et ses ressources humaines pour être toujours plus efficiente.

p. 14-19

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a été désignée comme chef de file opérationnel pour la prévention et la lutte contre le terrorisme affectant le territoire national. Le dispositif coordonné par le CNRLT vise à un leadership actif en coopération avec l’ensemble des services.

p. 20-22

La Direction du renseignement militaire (DRM) s’inscrit pleinement dans l’ambition nationale d’accroître l’effort renseignement et cyberdéfense, en participant à la démarche innovation. Le renseignement d’intérêt militaire permet de conserver à la France son autonomie d’appréciation dont l’enjeu est plus que jamais stratégique dans un monde incertain.

p. 23-27

La Direction du renseignement et de la sécurité de la défense (DRSD) exerce principalement une mission de contre-ingérence afin de protéger nos forces notamment en opérations extérieures mais aussi en veillant à la sécurité des salons d’armement pour préserver nos savoir-faire technologiques de haut niveau et sensibiliser nos industriels face à cette menace réelle.

p. 28-32

La cyberdélinquance ne cesse de se développer, bénéficiant des ressources du darkweb et de l’imagination sans limite des cybercriminels. Cela signifie pour la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), une lutte permanente complexe, interservices, pour détecter, pister puis neutraliser cette criminalité tout en s’appuyant sur un corpus juridique et législatif solide.

p. 33-37

Lutter contre le terrorisme passe également par la traque des flux financiers alimentant ces adversaires. C’est la mission de Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins) dont le rôle s’est accru grâce à l’expertise acquise et aux résultats tangibles en renseignement permettant d’identifier les circuits d’argent contribuant à cette menace toujours permanente.

p. 38-42

Approches régionales

L’importance stratégique de la Baltique a évolué au cours des siècles. Après une période favorable à une intégration régionale, de nouvelles tensions s’y font jour avec une ambition russe remettant en cause les équilibres et pouvant avoir un effet déstabilisateur en l’absence d’un nouveau consensus entre les États riverains.

p. 45-51

La Turquie d’Erdogan a des ambitions stratégiques désormais clairement revendiquées, s’inscrivant dans une perspective pan-ottomane. Pour Ankara, cela signifie également d’accroître son autonomie en développant une Base industrielle et technologique de défense (BITD) nationale et en jouant sur les ambiguïtés de ses alliances politiques.

p. 52-58

L’océan Indien est en pleine mutation stratégique avec des acteurs régionaux et extérieurs comme la Chine dont les ambitions bousculent les cadres traditionnels. Il importe de bien analyser les processus en cours, en particulier avec les projets chinois porteurs d’unification et de polarisation, au risque d’un emballement déstabilisant.

p. 59-64

Approches historiques

L’opération Prométhée, de juillet 1987 à septembre 1988, a été un temps fort pour la Marine nationale. Le déploiement dans la durée du groupe aéronaval autour du porte-avions Clemenceau a permis une action politique d’envergure, dont les leçons demeurent pertinentes trente ans après.

p. 65-73

Le paradoxe américain repose sur une méfiance constitutive face à l’État fédéral susceptible de remettre en cause le principe fondateur de la liberté individuelle. De fait, l’outil militaire surpuissant peut paraître en contradiction avec la volonté récurrente de réduire le champ de responsabilité de Washington.

p. 74-78

Repères - Opinions

Les opérations menées par la coalition contre Daesh au Levant sont riches d’enseignements et de retour d’expérience, avec notamment l’usage systématique de drones de toutes tailles par tous les protagonistes. De véritables ruptures sont à souligner et doivent être désormais prises en compte pour affronter les conflits de demain.

p. 79-88

L’après-Daesh en Irak ne signifie pas un retour à la paix. L’instabilité politique et sociale demeure, sur fond de rivalités entre tous les acteurs locaux et internationaux dont les États-Unis et l’Iran. Il est urgent de répondre aux besoins des populations épuisées par des années d’un conflit brutal et barbare.

p. 89-94

La question du nucléaire reste posée avec d’une part, un Traité visant à limiter la prolifération et d’autre part, des acteurs passant outre et dont les déclarations et les agissements se contredisent. Un effort de dialogue doit être poursuivi par les diplomates qui peuvent également s’appuyer sur les parlementaires de leurs nations respectives.

p. 95-100

La part de l’industrie n’a cessé de baisser, poussée notamment par une libéralisation tous azimuts et l’arrivée d’une concurrence agressive. La France et l’Europe doivent prendre conscience que l’autonomie stratégique passe par une politique industrielle moins naïve et qu’il convient d’avoir une réponse coordonnée dans un contexte de compétition.

p. 101-107

L’Europe doit changer son approche et repenser sa défense en améliorant tous les mécanismes, y compris avec l’Otan. De nouvelles initiatives prometteuses se mettent en place afin de favoriser des engagements communs, de faciliter des projets et de trouver des financements permettant de répondre avec plus d’efficacité aux défis sécuritaires.

p. 108-115

La coopération militaire entre la Belgique et la France est une réalité tangible mais complexe car dépendant souvent des enjeux de la scène politique intérieure belge. La recherche des équilibres impose des compromis permanents pas toujours favorables sur le plan de la défense. Le choix du successeur du F-16 risque d’en être l’illustration.

p. 116-122

Recensions

Très tôt épris de la Chine, de sa langue et de sa culture, Claude Martin achèvera en 2014 une longue et brillante carrière diplomatique comme Ambassadeur à Pékin puis à Berlin. Les souvenirs qu’il livre dans un ouvrage de plus de 900 pages (un second volume consacré à la période berlinoise est prévu) constituent à la fois le récit d’un itinéraire personnel, une fresque de la transformation de la Chine au cours des quarante dernières années et une longue enquête sur les avatars d’une politique française vis-à-vis de Pékin qui, tout en étant consciente des enjeux, accumule souvent erreurs et rendez-vous manqués. Lire la suite

p. 127-128

Premier ouvrage d’une série consacrée à la guerre économique, L’École des nouveaux espions est tout à la fois une introduction générale à l’intelligence économique, le récit d’une aventure personnelle et un plaidoyer pour la diffusion d’une culture du renseignement économique dans les sphères publiques et privées françaises. Lire la suite

p. 128-129

Il n’est plus nécessaire de présenter Pierre Servent aux lecteurs de la Revue Défense Nationale. Son parcours professionnel et ses écrits font du journaliste, officier de réserve au Commandement des opérations spéciales (COS), un fin connaisseur non seulement de notre outil militaire mais aussi de la scène géostratégique internationale. D’où l’intérêt de son nouvel ouvrage, complétant ses précédentes publications autour du « phénomène guerre » et de son actualité dans un monde de plus en plus complexe et fragile, où les conflits semblent organiser ou plutôt désorganiser de grandes zones régionales de notre planète. Lire la suite

p. 130-131

Philippe Contamine : Charles VII, une vie, une politique  ; Éditions Perrin, 2017 ; 570 pages - Claude Le Borgne

Philippe Contamine, membre de l’Institut, est un éminent médiéviste. Il est aussi des nôtres, ayant écrit sur la guerre et d’abord sur celle que l’on dit « de cent ans ». Traitant ici de Charles VII, on le trouvera discret sur Jeanne d’Arc, à qui ce Charles devait son trône : c’est qu’il en a déjà beaucoup parlé. Ce livre d’érudit est fort plaisant à lire, constamment égayé de citations réjouissantes dans la délicieuse langue d’époque ; on n’en attendait pas tant de ce chevalier à la triste figure, qu’illustre bien le portrait de Jean Fouquet qui fait la couverture. Au reste, Charles VII savait que « mieux vaut prince simple de soy et docile à bon conseil que un prince subtil et voulantique ». Lire la suite

p. 131-132

Revue Défense Nationale - Octobre 2018 - n° 813

La communauté française du renseignement

The French Intelligence Community

It is imperative for France to keep state authorities informed of intelligence matters, at the very least to guarantee the country’s sovereignty and independence. Coordinating the French intelligence community is the primary task of the CNRLT (Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme – National coordination of intelligence and the fight against terrorism) on behalf of the President of the Republic. Its organisation ensures the necessary coherence.

The DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure – General directorate for external security) is a strategic player, contributing to our overall independence in understanding, decision-making and action, and therefore to our national sovereignty. Faced with a chaotic and unpredictable world, the DGSE has to adapt its organisation, methods and human resources in order to be ever more efficient.

The DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure – General directorate for internal security) is nominated as operational leader for prevention and fight against terrorism insofar as it affects national territory. The arrangements coordinated by the CNRLT aim at active leadership in cooperation with the whole range of services.

The DRM (Direction du renseignement militaire – Directorate of military intelligence) is fully involved in the national project to increase the effort expended on intelligence and cyber defence by taking part in the innovation initiative. Intelligence of military interest means France can maintain its independent capability for analysis of events, one that is more strategic than ever in an uncertain world.

The mission of the DRSD (Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense – Directorate of intelligence and defence security) is principally counter-intelligence in order to protect our forces—in particular on overseas operations, but also through keeping watch on the security of arms exhibitions to protect our high-level technological expertise and to alert our industrial concerns to this real threat.

Cyber delinquency continues to grow, benefiting from resources available on the dark web and the unlimited imaginations of cyber criminals. This means maintaining a permanent, complex struggle involving all services in order to detect, track down and neutralise such crime, whilst drawing upon a solidly-founded legal and legislative corpus. DNRED is the Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières - National directorate for customs intelligence and inquiries).

Fighting terrorism also means tracking down financial pathways that feed these adversaries. Such is the mission of Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins ≈ Analysis of intelligence and action against illegal financial networks), whose role has grown through the expertise acquired in intelligence, as well as the tangible results thereof, which lead to identification of the money networks that contribute to this permanent threat.

Regional Approaches

Over the centuries, the strategic importance of the Baltic has changed. Following a period that has favoured regional integration, new tensions are now arising: Russian ambitions threaten current balances and could lead to destabilisation unless a new consensus can be found between the coastal states.

Erdogan’s Turkey has clearly-stated pan-Ottoman strategic ambition. For Ankara, this also means increasing its independence, developing a national defence industrial and technological base and playing on the equivocal nature of its political alliances.

The Indian Ocean is undergoing major strategic change involving players from within the region but also from outside, such as China, whose ambitions are overturning established frameworks. It is important to analyse fully what is happening, particularly in view of Chinese projects which bring both unification and polarisation and therefore the risk of destabilisation if matters run out of control.

Historical Approaches

Operation Prométhée, which ran from July 1987 to September 1988, was an intensive period for the French Marine nationale. The long-term deployment of a naval-air group based around the aircraft carrier Clemenceau allowed wide-ranging political action from which the lessons learned remain pertinent thirty years later.

The American paradox stems from growing mistrust of a federal state that poses a risk to the fundamental principle of individual liberty. Given that, the all-powerful military machine might seem in contradiction to the recurrent theme of reducing Washington’s areas of responsibility.

Opinions and Viewpoints

Feedback from coalition operations against Daesh in the Levant is full of lessons, particularly on the regular use of drones of all sizes by all the protagonists. Significant changes from past conflicts are clearly visible and need now to be taken into account when facing future conflicts.

The conquest of Daesh in Iraq does not mean a return to peace: there is continuing political and social instability that stems from rivalry between local and international players, including the United States and Iran. There is now an urgent requirement to respond to the needs of populations exhausted by years of brutal and barbaric conflict.

The nuclear question remains unanswered: on one hand we have the Non-Proliferation Treaty (NPT) which aims at limiting proliferation, and on the other, players who ignore it and whose declarations directly contradict their acts. It is for diplomats to continue their effort to maintain dialogue and to put pressure on the elected representatives of their respective nations.

Our industrial share continues to fall, spurred on by liberalisation on all fronts and the appearance of aggressive competition. France and Europe have to recognise that maintaining strategic independence requires a less naïve industrial policy and that a coordinated response is needed in this competitive context.

Europe needs to change its approach and to revisit and improve its defence arrangements, including those with NATO. Promising new initiatives are being put in place in order to encourage common commitment, facilitate projects and find finance to respond more effectively to security challenges.

Military cooperation between Belgium and France, though real, is complex since it is frequently affected by internal Belgian politics. Compromise is permanently on the agenda when seeking a balance in the relationship and yet such compromise does not always favour defence matters. The choice of a successor to the F-16 looks set to be an example of this.

Book reviews

Philippe Contamine : Charles VII, une vie, une politique  ; Éditions Perrin, 2017 ; 570 pages - Claude Le Borgne

Revue Défense Nationale - Octobre 2018 - n° 813

La communauté française du renseignement

Un monde chaotique où les rapports de force redeviennent le mode de régulation des relations internationales, où la diplomatie classique est mise à mal par de nouvelles pratiques mêlant tweets, déclarations violentes et démonstrations de puissance. Un monde où malgré une illusion de transparence via les réseaux sociaux, tant les États que les entités terroristes et/ou criminelles cherchent à déstabiliser un état des sociétés, certes fragile mais porteur de progrès. Au Levant, au Sahel mais aussi en Asie et bien sûr en Europe et sur notre territoire national, les menaces tant physiques que virtuelles dans le cyberespace remettent en cause nos valeurs et nos principes de droit et de démocratie.

Il faut dès lors répondre à ces défis en les anticipant, en les identifiant et en apportant les solutions adéquates. C’est la mission première de la communauté française du renseignement dont les acteurs, sous l’impulsion de la Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT). Le dossier proposé dans ce numéro de rentrée n’est certes pas exhaustif mais apporte un éclairage sur nos services, et en particulier sur leurs processus d’adaptation pour répondre aux enjeux de demain et donner aux autorités politiques non seulement une analyse mais tout un éventail d’actions possibles pour, au final, assurer la sécurité de notre pays et donc de nos concitoyens.

Et ce n’est pas un hasard si les articles suivants complètent ce dossier avec des illustrations concrètes montrant cette instabilité stratégique aujourd’hui, mais aussi hier, exigeant dès lors que la France, acteur souverain de la scène internationale, soit en mesure d’agir à la fois par la connaissance et par ses capacités à intervenir. C’est d’ailleurs tout l’intérêt du retour d’expérience de l’engagement de nos forces contre Daesh au Levant où de nombreuses leçons sont à tirer tant sur les modes opératoires de l’Ennemi que sur les évolutions nécessaires pour nos futurs modes d’action.

C’est aussi une des missions de la RDN, en ce nouveau cycle éditorial, d’apporter ces contributions à la réflexion sur les questions de défense en alimentant le débat et en ouvrant des perspectives quant aux besoins de transformation de notre outil de défense. D’autant plus que les mois à venir seront décisifs pour que les choix écrits dans la LPM 2019-2025 promulguée cet été soient réalisés, dans un contexte tendu au cœur d’une Europe où les tentations populistes et le repli sur soi remettent en cause un acquis chèrement payé au XXe siècle : la Paix !

Jérôme Pellistrandi

Été 2019
n° 822

La Méditerranée stratégique – Laboratoire de la mondialisation

Actualités

20-09-2019