Pour tout achat (ou abonnement) de produits numériques, pensez à vérifier vos Courriers indésirables           

Octobre 2019 - n° 823

L'importance stratégique des Outre-mer

Celui qui commande sur mer possède un grand pouvoir sur terre

Cardinal de Richelieu

Les tensions dans le golfe Arabo-Persique montrent l’extrême fragilité de l’environnement géopolitique. La dérégulation des relations internationales au profit d’un bilatéralisme s’appuyant sur le rapport de forces ne peut qu’inquiéter quant à l’avenir. La France, de par son histoire et sa géographie, est de fait un acteur majeur, même si la propension au déclinisme voudrait faire passer notre pays pour une relique du passé, incapable d’enrayer sa perte d’influence. Et pourtant, la France dispose d’atouts exceptionnels dont ses Outre-mer. Certes, cette situation résulte de notre histoire avec ses réussites et ses ombres. Mais aujourd’hui, ces Outre-mer répartis sur tous les océans constituent une force et un lien communs, en particulier pour nos compatriotes ultramarins. Avec la deuxième zone économique exclusive de la planète, nombreux sont ceux qui en convoitent les ressources, y compris et surtout de manière illégale. Dès lors, il importe de protéger notre souveraineté et ainsi de contribuer à un développement maîtrisé de ces territoires, respectueux d’un environnement qui pourrait être mis à mal. Ces points d’appui sont autant d’interfaces stratégiques qui nous permettent d’agir et de pouvoir ainsi peser sur les transformations en cours, en particulier dans l’immensité de la zone Indo-Pacifique où la montée en puissance de la Chine ne doit pas laisser indifférent. D’où l’importance de l’outil maritime, indispensable, pour contrôler ces espaces. Or, il faut bien admettre qu’il y a eu érosion réelle de nos capacités et de véritables lacunes capacitaires qui commencent enfin à être résorbées. Là encore, il importe de raisonner dans la durée alors même que les besoins propres de nos Outre-mer ne cessent de s’accroître. C’est par exemple le cas de la Guyane où l’orpaillage clandestin pose de nombreux défis sécuritaires, économiques et environnementaux portant atteinte au plus grand département français et à ses habitants. Lire la suite

p. 1-1

L'importance stratégique des Outre-mer

La puissance maritime reste un atout géopolitique majeur à condition d’en avoir les moyens. La maritimisation de la mondialisation joue ainsi en faveur des pays ayant une vraie politique dans ce domaine. La France dispose de ces atouts et a pris conscience de ces enjeux stratégiques avec un effort réel pour notre Marine. Lire les premières lignes

p. 7-11

Nos territoires ultramarins constituent un atout stratégique majeur pour la France, mais aussi pour l’Europe. Dans un monde globalisé et « maritimisé », ces points d’appui sont essentiels pour préserver nos intérêts mais il est nécessaire de revoir à la hausse les moyens militaires qui ont subi de fortes déflations peu pertinentes. Lire les premières lignes

p. 12-17

La politique Indo-Pacifique de la France doit prendre en compte la diversité des territoires dans cette région aux nombreuses interactions. La France est de fait un État insulaire qui doit accroître ses relations en prenant en compte de multiples dimensions pour répondre aux nouveaux défis dont le réchauffement climatique. Lire les premières lignes

p. 18-24

L’Outre-mer, de par ses intérêts stratégiques, exige une augmentation des besoins navals. La LPM 2019-2025 a déjà marqué un effort pour réduire les trous capacitaires. Il est cependant nécessaire d’aller au-delà, ne serait-ce que pour préserver nos propres intérêts et valoriser le potentiel de notre ZEE. Lire les premières lignes

p. 25-30

Les îles Éparses ont été découvertes au XVIIIe siècle par des marins français. Inhabitées, elles ont toujours été sous notre souveraineté et constituent un enjeu stratégique face à des convoitises souvent hypocritement argumentées. Il est donc nécessaire de préserver ces territoires sous le pavillon national. Lire les premières lignes

p. 31-34

Le contrôle de nos espaces ultramarins incombe à la Marine nationale, dans un cadre interministériel. La stratégie actuelle vise à renforcer nos capacités d’intervention grâce à un renouvellement de nos moyens avec de nouvelles générations de bâtiments et l’emploi accru de drones aériens accroissant le rayon de surveillance. Lire les premières lignes

p. 35-41

Le service militaire adapté (SMA) est un outil très performant pour la formation et l’insertion professionnelle de jeunes ultramarins dans leurs territoires. La qualité de l’encadrement, le choix des filières et l’apprentissage constituent des gages d’efficacité reconnus et contribuent au développement des Outre-mer. Lire les premières lignes

p. 42-46

L’or guyanais attire les convoitises. L’orpaillage clandestin par les garimpeiros déstabilise le département tant sur le plan social qu’environnemental. L’État et les partenaires locaux sont engagés dans une lutte contre ce fléau et les armées avec la Gendarmerie y contribuent majoritairement. L’opération Harpie s’inscrit de fait dans la durée. Lire les premières lignes

p. 47-53

Repères - Opinions

La diplomatie et ses métiers évoluent pour répondre aux changements des relations internationales. Construire une influence positive devient essentiel. Le soft power utilise des vecteurs et mobilise, en plus de l’État, des acteurs aux profils divers. Les réseaux sociaux sont ainsi des instruments de la transformation de la diplomatie. Lire les premières lignes

p. 57-63

Les menaces hybrides sont devenues une réalité fragilisant la sécurité des États-membres de l’Union européenne. L’UE a pris conscience de cette réalité déstabilisante et a commencé à mettre en œuvre des outils spécifiques et des procédures permettant de réagir collectivement, en partenariat avec l’Otan. Lire les premières lignes

p. 64-70

Le risque cyber est une réalité, se déclinant en de multiples manières de déstabiliser des entités diverses. Toutefois, si le pouvoir de nuisance est effectif, le cyber ne peut pas être comparé à la puissance destructrice de l’atome. Il convient donc de ne pas mélanger les concepts et de ne pas faire du cyber une arme de dissuasion. Lire les premières lignes

p. 71-75

L’Aviation légère de l'Armée de terre (Alat) a engagé une mutation majeure avec l’arrivée depuis quelques années des hélicoptères nouvelle génération (Tigre et NH90). Certes, les difficultés ont été importantes mais le processus est en pleine maturation avec de réels progrès, permettant une remarquable efficacité opérationnelle, en attendant l’arrivée du H160M GuépardLire les premières lignes

p. 76-82

La 11e brigade parachutiste stationnée dans le Sud-Ouest est une grande unité de l’Armée de terre qui fait exception dans le paysage militaire européen. La France dispose avec la 11e BP d’un outil exceptionnel, particulièrement réactif et agile, basée sur une communauté humaine puissante et homogène. Lire les premières lignes

p. 83-86

L’avion d’entraînement avancé T-38 Talon construit par Northrop vient de dépasser les 60 ans. Cette longévité s’appuie sur une cellule bien conçue et des modernisations successives pour maintenir à niveau cet appareil. C’est aussi un exemple de l’approche américaine visant à rallonger la durée de vie de ses systèmes d’armes. Lire les premières lignes

p. 87-91

Approches régionales

Les mers de Chine font l’objet de revendications territoriales notamment de Pékin et remettent en cause certains fondements du droit de la mer. Celui-ci est ouvertement critiqué car il serait la transposition d’une rationalité occidentale. Il est donc urgent de raffermir le droit de la mer par la communauté internationale. Lire les premières lignes

p. 92-98

Le Pakistan, de par sa composition ethnique, est instable avec une montée des extrémismes et des revendications identitaires. De par cette fragilité, dans un contexte géopolitique tendu avec l’Afghanistan, l’Iran et surtout l’Inde, les forces armées disposent du soutien total du régime et sont bien équipées et motivées. Lire les premières lignes

p. 99-105

Approches historiques

La France entre en guerre en septembre 1939 contre son gré. Malgré les déclarations lénifiantes du haut commandement, les lacunes sont nombreuses et touchent tous les domaines : équipements obsolètes, doctrines inadaptées, chaînes de commandement défaillantes. Les responsabilités incombent aux autorités politiques et militaires incapables d’agir collectivement, sans oublier les erreurs majeures de Gamelin. Lire les premières lignes

p. 106-114

Chroniques

L’œuvre de Lyautey et de ses successeurs au Maroc est indissociable du contexte juridique au sein duquel elle se situe : le protectorat. Cette notion, découverte par la France à la fin du XIXe siècle lors de l’installation de celle-ci en Tunisie, mais déjà mise en pratique depuis longtemps par l’Angleterre dans le cadre de l’indirect rule est fondamentale pour comprendre la finalité de l’action de Lyautey au Maroc ainsi que ses ressorts : il ne s’agit pas pour la Nation protectrice de conquérir un pays, encore moins de l’assimiler ou de l’annexer ; mais, en s’appuyant sur ses structures propres et les élites locales, et en exerçant en son nom les pouvoirs régaliens, il s’agit pour la « puissance protectrice » de contrôler son administration tout en renforçant l’assise du pouvoir central en place : c’est ce qui est dénommé l’administration indirecte qui conserve à tous les échelons l’appareil administratif et judiciaire local, mais lui superpose ses représentants qui dépendent des services de la Résidence. Dans l’absolu, ceux-ci doivent borner leur action au contrôle de l’action de l’État « protégé » tout en prenant à leur charge la diplomatie et la défense ; le plus souvent, leurs conseils – impératifs – orientent également l’évolution intérieure, au point que la distinction entre administration directe et indirecte n’est pas toujours très claire (comme au Tonkin, par exemple). Dans les faits, en replaçant l’établissement de ces protectorats dans le contexte du concert des nations européennes de la fin du XIXe et du début du XXe siècles, il faut bien admettre que la raison première de leur établissement consiste la plupart du temps à s’implanter dans un pays tiers, plus ou moins en déshérence institutionnelle et administrative, tout en lui conservant quelques aspects de souveraineté, ce qui permet d’en exclure les autres concurrents européens. Dans le cas particulier du Maroc, la « concurrence » franco-allemande est tout à fait révélatrice à cet égard. Lire les premières lignes

p. 115-120

Recensions

Bruno Tertrais (dir.) : Atlas militaire et stratégique  ; (préface de Bruno Racine) ; Autrement, 2019 ; 96 pages - Jérôme Pellistrandi

La Fondation pour la recherche stratégique (FRS) a publié, au mois de mars, sous la coordination de Bruno Tertrais, directeur-adjoint, un excellent Atlas militaire et stratégique, qui, en moins de cent pages, apporte un flot de connaissances et d’analyses remarquablement illustré par une cartographie complète réalisée par Hugues Piolet ainsi que par des tableaux comparatifs. Lire la suite

p. 121-122

Général Henri Bentégeat : Chefs d’État en guerre  ; Éditions Perrin, 2019 ; 496 pages - Benoît Aboville (d')

Figure hautement respectée au sein des armées, le général Bentégeat, ancien conseiller militaire des présidents Mitterrand et Chirac, chef d’état-major des Armées puis président du Comité militaire de l’Union européenne, a participé directement à l’évolution récente des forces armées françaises, notamment dans leur phase expéditionnaire. À la différence d’autres hauts responsables militaires, il s’abstient de participer au débat public mais a choisi de présenter ses vues sur le rôle du militaire face au politique à partir de l’approche historique. Lire la suite

p. 122-125

Philippe Forget : Puissance stratégique & réseaux techniques  ; Éditions Perspectives Libres, 2019 ; 72 pages - Arta Seiti

C’est une vaste fresque historique, épistémologique et anthropologique que brosse Philippe Forget dans un texte concentré où se déplie le concept de puissance appliqué à la notion de réseau, jusqu’au maillage de nos sociétés contemporaines qui encadre notre vie collective et individuelle. Il mettra en jeu les notions de puissance, de lieu, d’espace et de productivité. Lire la suite

p. 126-129

Pierre Montagnon : L’Honneur, pas les honneurs – Mémoires, tome I - Avec le 2e REP en Algérie  ; Éditions Bernard Giovanangeli, 2018 ; 298 pages - Pierre Brière

« Tout est perdu fors l’Honneur », s’écrie le roi de France, François Ier, au soir de la bataille de Pavie. Cette phrase, le capitaine Pierre Montagnon peut la faire sienne en ce soir du 20 juillet 1961 où le Haut tribunal militaire vient de le condamner à un an de prison avec sursis pour sa participation au putsch d’Alger. Ce verdict met un terme à sa carrière militaire : sept années passées dans les rangs de la Légion étrangère, au sein du prestigieux 2e Régiment étranger de parachutistes (REP). Lire la suite

p. 129-131

Léa Havard : L’État associé - Recherches sur une nouvelle forme de l’État dans le Pacifique Sud  ; Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2018 ; 485 pages - Emmanuel Desclèves

Cet ouvrage très structuré est issu d’une thèse de doctorat en droit public soutenue par Mme Léa Havard, Maître de conférences à l’Université de Bordeaux. Elle porte sur l’étude des rapports particuliers que les îles Cook, Niue, les Palaos, les îles Marshall et les États fédérés de Micronésie entretiennent avec la Nouvelle-Zélande ou les États-Unis. Ces cinq micro-États du Pacifique Sud sont en effet liés politiquement de façon originale à deux États majeurs qui sont leurs anciennes puissances coloniales ou administratives. Lire la suite

p. 132-132

Revue Défense Nationale - Octobre 2019 - n° 823

L'importance stratégique des Outre-mer

The Strategic Importance of Overseas Territories

Maritime power remains a major geopolitical advantage so long as a country has the means to put it into effect. The increasingly maritime nature of globalisation also plays to the advantage of those countries that have a maritime policy worthy of the name. France possesses these advantages and, well aware of the strategic stakes involved, is devoting great effort to support its Navy.

Our overseas territories give France—Europe, too—a major strategic advantage. In a globalised world largely dependent on maritime trade these support bases are essential for the preservation of our interests, but we need to re-establish a level of expenditure on military assets which has suffered considerable reduction, out of line with the current situation.

French Indo-Pacific policy needs to recognise the diversity of territories in this very active region. These territories mean that France is in effect an island nation, one that has to increase its relations whilst taking into account a broad range of aspects in order to respond to many challenges, among which is climate change.

By virtue of their strategic value, French overseas territories and the commitments that go with them need increased naval forces. The 2019-2025 military programming law acknowledges that effort is needed to reduce capability gaps, and yet we need to go further—if only to preserve our own interests and to make the most of the potential of our Exclusive Economic Zones.

The Îles Éparses (the Scattered Islands in the Indian Ocean) were discovered in the eighteenth century by French sailors. They are uninhabited and have always been under our sovereignty, and today represent a significant strategic stake in the context of often hypocritically-argued covetousness. We must, therefore, retain these territories under the national flag.

Security surveillance of our overseas areas is conducted by the French Navy, operating within an inter-ministerial framework. Current strategy is aimed at boosting our intervention capability through renewal of material assets with new generations of ships and greater use of airborne drones to increase the surveillance radius.

‘Adapted military service’ (Service militaire adapté—SMA) is a very effective system for training and starting the professional life of young people at home in their overseas territories. The quality of management and the choice of applied subjects for study are measures of SMA’s recognised effectiveness and contribute to the development of overseas territories.

The gold deposits in Guyane (French Guiana) are greatly coveted. Illegal panning for gold by the garimpeiros that infiltrate from Brazil destabilises this overseas department both socially and environmentally. The state and local partners are committed to fight this scourge, and the armed forces together with the gendarmerie are the majority contributors to that fight. Operation Harpie will continue for the foreseeable future.

Opinions and Viewpoints

The various skills that contribute to diplomacy are evolving in response to changing international relationships. Building positive influence is becoming essential. In addition to mobilising state bodies, soft power employs means and players of widely-ranging profiles. Social networks also act as instruments for transforming diplomacy.

Hybrid threats have become a distinct risk to the security of member nations of the European union. The EU has taken note of the reality of potential destabilisation and has started to set in place particular means and procedures to allow collective reaction in partnership with NATO.

Cyber-related risks are well and truly with us and are manifested in many ways able to destabilise highly diverse types of organisation. Nevertheless, whilst their disruptive power is effective, cyber attacks cannot be compared with the destructive power of the atom. We should therefore be careful not to confuse these concepts or turn cyber warfare into a weapon of deterrence.

The ALAT (French Army light aviation) is committed to major change with the arrival in recent years of new-generation helicopters, such as Tigre and NH90. There have been some significant teething problems but the process is maturing well and real progress is being made towards notable operational effectiveness whilst awaiting the arrival of the H160M Guépard.

The 11th Parachute Brigade, stationed in the south west of France, is a major army unit that stands out from the European military landscape. This Brigade gives France an exceptional asset that is highly reactive and agile and is founded upon a powerful and tightly-knit community of personnel.

The Northrop T-38 Talon advanced training aircraft has just celebrated its sixtieth year of service. Such longevity comes from a fine original design and successive modernisations to keep it up to date. It represents an example of the American approach to extending the service life of weapon systems.

Regional Approaches

The seas around China attract numerous territorial claims, notably by Beijing, and call into question a number of fundamental precepts of the law of the sea. That law is openly criticised since it is based on Western reasoning: it is therefore urgent that the international community reaffirm the law of the sea.

The ethnic composition of Pakistan makes it an unstable country in which extremism and identity claims are increasing. By dint of this instability in a tense geopolitical environment with Afghanistan, Iran and India especially, Pakistani armed forces enjoy the total support of the regime and are well equipped and motivated.

Historical Approaches

France went to war in September 1939 against its will. Despite the optimistic declarations of the high command, there were many shortcomings in all areas: obsolete equipment, inappropriate doctrine and failing chains of command. Responsibility lay with political and military authorities unable to work together, added to which Gamelin’s major errors should not be forgotten.

Chronicles

Book reviews

Bruno Tertrais (dir.) : Atlas militaire et stratégique  ; (préface de Bruno Racine) ; Autrement, 2019 ; 96 pages - Jérôme Pellistrandi

Général Henri Bentégeat : Chefs d’État en guerre  ; Éditions Perrin, 2019 ; 496 pages - Benoît Aboville (d')

Philippe Forget : Puissance stratégique & réseaux techniques  ; Éditions Perspectives Libres, 2019 ; 72 pages - Arta Seiti

Pierre Montagnon : L’Honneur, pas les honneurs – Mémoires, tome I - Avec le 2e REP en Algérie  ; Éditions Bernard Giovanangeli, 2018 ; 298 pages - Pierre Brière

Léa Havard : L’État associé - Recherches sur une nouvelle forme de l’État dans le Pacifique Sud  ; Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2018 ; 485 pages - Emmanuel Desclèves

Revue Défense Nationale - Octobre 2019 - n° 823

L'importance stratégique des Outre-mer

Les tensions dans le golfe Arabo-Persique montrent l’extrême fragilité de l’environnement géopolitique. La dérégulation des relations internationales au profit d’un bilatéralisme s’appuyant sur le rapport de forces ne peut qu’inquiéter quant à l’avenir. La France, de par son histoire et sa géographie, est de fait un acteur majeur, même si la propension au déclinisme voudrait faire passer notre pays pour une relique du passé, incapable d’enrayer sa perte d’influence. Et pourtant, la France dispose d’atouts exceptionnels dont ses Outre-mer. Certes, cette situation résulte de notre histoire avec ses réussites et ses ombres. Mais aujourd’hui, ces Outre-mer répartis sur tous les océans constituent une force et un lien communs, en particulier pour nos compatriotes ultramarins. Avec la deuxième zone économique exclusive de la planète, nombreux sont ceux qui en convoitent les ressources, y compris et surtout de manière illégale. Dès lors, il importe de protéger notre souveraineté et ainsi de contribuer à un développement maîtrisé de ces territoires, respectueux d’un environnement qui pourrait être mis à mal. Ces points d’appui sont autant d’interfaces stratégiques qui nous permettent d’agir et de pouvoir ainsi peser sur les transformations en cours, en particulier dans l’immensité de la zone Indo-Pacifique où la montée en puissance de la Chine ne doit pas laisser indifférent. D’où l’importance de l’outil maritime, indispensable, pour contrôler ces espaces. Or, il faut bien admettre qu’il y a eu érosion réelle de nos capacités et de véritables lacunes capacitaires qui commencent enfin à être résorbées. Là encore, il importe de raisonner dans la durée alors même que les besoins propres de nos Outre-mer ne cessent de s’accroître. C’est par exemple le cas de la Guyane où l’orpaillage clandestin pose de nombreux défis sécuritaires, économiques et environnementaux portant atteinte au plus grand département français et à ses habitants.

Cet automne débutant est aussi celui de la nouvelle Commission européenne, suite aux élections de ce printemps. Trop longtemps, l’Union européenne s’est voulue un soft power, protégé par le parapluie américain et l’Otan. Le ton a changé face aux incertitudes stratégiques actuelles. La prise de conscience du besoin d’une Europe plus forte commence enfin à se diffuser. Là encore, la France a montré l’exemple, avec de nombreuses initiatives, soutenues et relayées par ses partenaires. Pourtant, certains dossiers structurants pour l’avenir semblent se heurter à de nouveaux obstacles. Il serait regrettable que des logiques comptables l’emportent sur une véritable analyse stratégique. Il y a certes des enjeux industriels légitimes, mais il y a d’abord des enjeux opérationnels majeurs qui doivent être prioritaires.

Nos armées, soutenues par nos directions et services, le démontrent au quotidien, y compris au prix du sang. Il faut souhaiter que cette approche soit celle qui sera retenue. L’histoire a hélas démontré que le manque de courage et l’absence d’ambitions amenaient à la défaite. Les leçons de 1939 restent aujourd’hui encore valables. Faisons en sorte que celles-ci contribuent à encore mieux préparer l’avenir et à affronter en face les défis de demain.

Jérôme Pellistrandi

Novembre 2019
n° 824

Formation et opérations militaires

Actualités

20-11-2019

Découvrez l'éditorial et le sommaire du numéro de décembre 2019
Disponible à partir du 3 décembre

PRÉCOMMANDE

04-11-2019

Un militaire français tué au Mali

 

16-10-2019

Premiers essais pour le Serval

01-10-2019

Découvrez les grandes lignes du budget 2020 du ministère des Armées

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...