Auteur : Raymond Aron

(1905-1983) Philosophe, politologie et journaliste français. Normalien, agrégé de philosophie. Condisciple de Jean-Paul Sartre, il s’en sépare lors de la montée des totalitarismes, en ne rejoignant pas le camp de la gauche pacifiste, mais en prônant le libéralisme. Pendant la guerre, il rejoint Londres, mais se tient à distance de la France libre. Éditorialiste au Figaro et à L’Express, parallèlement à une carrière de grand universitaire, il affiche et il maintient des convictions libérales et atlantistes, à contre-courant à la fois du pouvoir gaulliste et de tous les mouvements intellectuels de gauche. Il s’affiche partisan de l’indépendance de l’Algérie dès 1957, mais, esprit indépendant, il soutient Georges Pompidou, puis Valéry Giscard d’Estaing, avant de s’opposer à François Mitterrand, après 1981. Partisan de l’armement nucléaire, dans la querelle qui oppose le général Beaufre à Gallois, il soutient les thèses du premier, car il refuse le recours ultime au tout ou rien. À ce titre, il est partisan du concept de riposte graduée de l’Américain McNamara.

7 résultats (7 articles - 0 Tribune - 0 e-Recension - 0 articles cahiers)

N° 762 Été 2013 - p. 163-174

Défense nationale et unification européenne (avril 1970) - Raymond Aron

Conférence donnée à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) le 1er décembre 1969. Lire les premières lignes

N° HS70 Juin 2009 - p. 84-102

La notion de rapport de forces a-t-elle encore un sens à l'ère nucléaire ? (janvier 1976) - Raymond Aron

Le titre donné à cette conférence, « Rapport des forces dans le monde actuel », pourrait s’interpréter de deux manières : ou bien il s’agit essentiellement d’une analyse conceptuelle de la notion traditionnelle de rapport de forces telle qu’elle peut être transformée par un certain nombre des caractéristiques du monde dans lequel nous vivons, ou bien la relation des forces dans le monde actuel désigne une étude de fait des forces militaires, stratégiques ou classiques qui peuvent exister dans les différents pays. Bien entendu, il s’agira surtout dans cette conférence de la première interprétation car, s’il n’était question que de recenser le nombre et les types de vecteurs ou de têtes nucléaires disponibles dans les différents pays, la lecture du Military Balance, publié chaque année par l’Institut d’Études Stratégiques de Londres, y suffirait. Lire la suite

N° 362 Janvier 1977 - p. 31-46

La force française de dissuasion et l'Alliance atlantique - Raymond Aron

Nous reproduisons ici, dans sa forme orale et improvisée d’origine, un exposé fait par l'auteur le 25 septembre 1976 à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Après un rappel des notions théoriques, et notamment des conceptions américaine et française relatives à l’usage de la menace nucléaire, il s’interroge sur le paradoxe d’une défense qui se veut autonome tout en admettant le maintien de la France dans l’Alliance atlantique. Lire les premières lignes

N° 351 Janvier 1976 - p. 9-26

La notion de rapport de forces a-t-elle encore un sens à l'ère nucléaire ? - Raymond Aron

Ce texte est la reproduction, dans sa forme orale improvisée, d’une conférence prononcée à l’occasion de l’ouverture du cycle annuel du Cours Supérieur Interarmées. L’auteur livre ses réflexions sur l’évolution et la validité de la notion traditionnelle de rapport de forces (qui tient une large place dans son ouvrage fondamental : Paix et guerre entre les Nations). Lire les premières lignes

N° 340 Janvier 1975 - p. 9-26

Stratégie et dissuasion : pour une libre discussion - Raymond Aron

Ce texte est la reproduction fidèle d’une conférence improvisée par l'auteur, Professeur au Collège de France, à l’occasion de l’ouverture du cycle d’études du Cours Supérieur Interarmées, le 9 octobre 1974. Au moment où, suivant les directives du ministre de la Défense (Jacques Soufflet), le chef d’état-major des Armées (François Maurin) veut voir étudier et résoudre dans un sens à la fois libéral et efficace le problème de la circulation des idées dans les Armées, cet exposé est on ne peut plus d’actualité. Lire les premières lignes

N° 318 Janvier 1973 - p. 3-10

Clausewitz et la guerre populaire - Raymond Aron

Exposé de l'éminent sociologue à la séance solennelle de cinq académies, le 25 octobre 1972. Lire les premières lignes

N° 288 Avril 1970 - p. 556-570

Défense nationale et unification européenne - Raymond Aron

Conférence donnée à l'Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN) le 1er décembre 1969. Lire les premières lignes

7 résultats