Auteur : Jean-Paul Coquinot

3 résultats (3 articles - 0 Tribune - 0 e-Recension - 0 article cahier)

N° 668 Octobre 2004 - Bibliographie - p. 193-194

La convention de 1989 sur l'assistance maritime - Jean-Paul Coquinot

Le 23 septembre  1910, à Bruxelles, une convention internationale a été signée, fixant des règles uniformes en matière d’assistance maritime. Ratifiée par le Parlement français en 1912, elle a fait l’objet de la loi du 29 avril 1916 sur l’assistance et le sauvetage maritime. À la suite du naufrage du paquebot Afrique en 1920 (565 victimes) faute d’un puissant remorqueur disponible, un réseau de quatre stations d’assistances à Brest, Saint-Nazaire, Le Verdon et Marseille, avec des remorqueurs de 1 000 chevaux, a été mis en place en 1923 par l’Union française maritime, sous convention avec l’État. Les navires secourus (72 en dix ans) l’ont été dans le cadre de la convention de Bruxelles, qui a également servi à déterminer les rémunérations d’assistance. À la suite du naufrage du pétrolier Amoco Cadiz en 1978 (223 000 tonnes de pétrole répandus), trois stations d’assistance ont été recréés en 1979 à Cherbourg, Brest et Toulon, avec des remorqueurs civils, affrétés par la Marine nationale, de 12 800 à 9 600 ch. Ils ont œuvré, toujours sous la convention de 1910 (assistant à Brest, 209 navires en 21 ans). Lire la suite

N° 604 Décembre 1998 - Bibliographie - p. 190-191

Le naufrage du K 219 - Jean-Paul Coquinot

Le K 219 est un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), du type soviétique 667A Navaga (Yankee en code Otan), victime d’une explosion dans un tube lance-missiles, en plongée, au large des Bermudes, le 3 octobre 1986. La presse de l’époque a d’autant plus rendu compte de l'événement qu’il a été annoncé par les Soviétiques eux-mêmes. La photo du sous-marin, barres de plongée sur le kiosque tournées à la verticale, un grand trou à la hauteur du 3e missile, prise par un avion américain de patrouille maritime Orion P 3 a fait le tour du monde. L’équipage avait réussi à faire surface, mais n’avait pu maîtriser l’incendie et la voie d’eau consécutifs à l’explosion du propergol liquide d’un missile SS N 6 par contact avec l’eau de mer. Il n’y eut que quatre victimes, dont un matelot qui stoppa les deux réacteurs en descendant à la main les barres de contrôle pour éviter leur explosion. Les Russes disent que Sergueï Preminine est l’homme qui a sauvé l’Amérique en évitant un Tchernobyl marin. Lire la suite

N° 588 Juin 1997 - Bibliographie - p. 192-193

Théories stratégiques - Jean-Paul Coquinot

Théories stratégiques, le monumental ouvrage de l’amiral Raoul Castex (1878-1968), vient d’être réédité, augmenté des Mélanges stratégiques (édition posthume de 1976), et de Fragments stratégiques, regroupant plusieurs textes importants. Avec ses 3 148 pages, en sept tomes, un index par tome, il appartient à la lignée des ouvrages maritimes de poids, ouverte en 1643 par les 922 pages de l’Hydrographie contenant la théorie et la pratique de toutes les parties de la navigation du père Georges Fournier de la compagnie de Jésus, dont on dit que l’ouvrage fut plus utile comme bouclier dans les duels qu’étudié pour son contenu. Il a pourtant été réédité en 1667, 1679, et enfin en 1973 par Jean-Pierre Debbane. Lire la suite

3 résultats