Auteur : Guillaume Venard

Colonel, Directeur de la formation des élèves, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (ESCC).
 

2 résultats (0 article - 0 Tribune - 0 e-Recension - 2 articles cahiers)

Cahier - 12-02-2019 - Autonomie et létalité en robotique militaire - p. 118-132

La nécessaire place du chef militaire dans les systèmes d’armes robotisés autonomes - Gérard Boisboissel (de), Guillaume Venard

La polémologie regorge de ruptures tactiques ou stratégiques consécutives à l’invention de systèmes d’armes découlant de l’évolution technologique. On remarquera que l’imagination humaine n’ayant guère de limites, chaque invention fait évoluer un ordre établi : les us et coutumes de la guerre. Ainsi, durant le deuxième Concile de Latran en 1139, l’arbalète fut considérée comme une arme perfide puisque son carreau perçant les armures rompait l’ordre séculaire du combat chevaleresque et le code d’honneur qui l’accompagnait. L’évolution de la conflictualité en Occident a connu une inflexion très sensible au moment de la Révolution française. En effet, alors que les Princes s’affrontaient pour le contrôle de terres ou de populations au moyen d’armées professionnelles dans des guerres circonscrites aux gens de l’art, la levée en masse de troupes parmi la population a introduit une dimension idéologique nouvelle dans la guerre. C’est au nom de la « Liberté ou la mort » que les armées françaises ont envahi l’Est de l’Europe pour libérer les peuples des supposés tyrans qui les oppressaient. Le XIXe siècle a mêlé à la dimension idéologique, l’industrialisation des équipements et a donné une grande importance à l’économie dans la conduite de la guerre devenue industrielle avant de devenir totale. Lire la suite

2 résultats