Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 2017 - n° 803

Engagement militaire : de nouvelles formes ?

« Le chef est celui qui prend tout en charge. Il dit : “J’ai été battu”. Il ne dit pas : “Mes soldats ont été battus” »

Antoine de Saint-Exupéry

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Octobre 2017 - n° 803

Engagement militaire : de nouvelles formes ?

La stratégie se construit sur la combinaison des temps, entre-temps long s’appuyant sur la connaissance du passé pour mieux préparer l’avenir, et temps court où l’action s’impose désormais avec en toile de fond la pression politique et médiatique sur les décideurs. C’est alors une contradiction permanente pour le commandeur confronté à des choix d’autant plus difficiles que les ressources sont comptées.

À cet égard, le choix de Paris 2024 en est une illustration paradoxale. Au regard du tempo des chaînes d’informations continues, 2024 c’est encore très loin ! Mais pour ceux qui vont conduire le projet, la course contre le chronomètre est désormais engagée.

Il en est de même pour l’outil de défense de notre pays, engagé au quotidien dans la protection des Français, de nos intérêts et de nos valeurs, avec des contraintes telles qu’elles se sont cristallisées en juillet en une crispation politique. En même temps, il s’agit de préparer cet outil pour répondre aux menaces de demain, dans un monde en déséquilibre où désormais les ambivalences alimentent les surprises stratégiques. C’est l’objet des travaux en cours qui vont définir les ambitions et les moyens nécessaires, avec un calendrier lui-même sujet à discussion, voire à l’inquiétude, si les retards s’accumulent en particulier pour les programmes d’armement, d’autant plus que les lacunes capacitaires clairement identifiées depuis des années sont hélas une réalité pressante pour les forces très fortement sollicitées depuis plusieurs années.

La revue stratégique en cours, suivie ensuite par la Loi de programmation militaire 2019-2024, doit permettre cette réflexion sur la notion d’engagement dont les formes sont autant individuelles que collectives. C’est le sujet de ce dossier de rentrée proposant des approches, très différentes à première vue mais très complémentaires, pour illustrer cette convergence des efforts, avec une évidence commune, la réalité de la violence de la guerre – quelle qu’en soit sa forme. Les attaques terroristes djihadistes démontrent ainsi cette volonté, non seulement de tuer, mais également de remettre en cause – par le sang – notre modèle politique, social et culturel.

Mais il ne faut pas oublier que d’autres incertitudes stratégiques pèsent sur notre défense et notre sécurité. La résurgence d’empires aux exigences nationalistes revendiquées souvent pour renforcer la cohésion interne incite ainsi à accroître les tensions d’autant plus que la prolifération nucléaire et balistique a été de facto relancée avec la crise nord-coréenne. La notion de rapport de force – le « hard power » – oubliée par ceux qui croyaient aux dividendes de la paix – et au « soft power » – reste indéniablement l’un des éléments de régulation des relations internationales. Cela exige donc un effort réel pour notre pays pour qu’il puisse rester un acteur crédible sur la scène internationale, maître de son destin tout en proposant un modèle d’engagement au service de la paix.

 

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Octobre 2017 - n° 803

Engagement militaire : de nouvelles formes ?

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Tribune

15 avril 2021

Les B-1B Lancer de l’US Air Force : manœuvre guerre froide dans les neiges de l’Arctique (T 1265)

Philippe Wodka-Gallien

Alors que l'US Air Force vient d'annoncer que les derniers B-1B Lancer seront retirés du service en 2032, rien n’annonce la moindre éclaircie diplomatique entre les États-Unis et ses principaux rivaux (Russie et Chine, voire Iran ou Corée du Nord). D'ailleurs, les mêmes appareils viennent de participer à un exercice de l'Otan en Norvège en y étant, grande première, basés. La guerre froide n'est pas loin…

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 15 mai 2021

Florilège historique

« Liban, ombres et lumières sur la Finul » (octobre 1980) par Jean-Pierre Colin 

Le 13 avril 1975, le Liban plongeait dans la guerre civile avec une violence intercommunautaire sans précédent. En 1978, Israël intervenait au Liban Sud contre les camps palestiniens. L’ONU mit alors en place la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) chargée, à défaut de rétablir la situation initiale, de limiter les débordements. Le conflit israélo-palestinien était alors la cause principale de l’antagonisme entre Israël et ses voisins arabes. La Finul, dont la France est un contributeur important, est toujours présente dans la région, avec le fait que le Liban a profondément changé depuis 1975, sans pour autant parvenir à surmonter ses clivages. La domination du Hezbollah pro-iranien et la guerre civile en Syrie avec ses flots de réfugiés ont continué à déstabiliser le pays du Cèdre. L’explosion dans le port de Beyrouth le 4 août 2020 et l’actuelle crise politique démontrent la faillite politique de l’État libanais, sans qu’une solution n’apparaisse clairement tant les rivalités politiques sont fortes sur fond de clientélisme. Lire la suite

e-Recensions

Tadao Takemoto : Miyamoto Musashi, guerrier de la transcendance. Vers un dialogue entre Bushidô et chevalerie   ; Signatura ; 2019, 142 pages.

Samouraï légendaire, Miyamoto Musashi (1573-1645) est l’auteur du Traité des cinq roues (Gorin-no-sho), livre d’escrime au sabre tout autant qu’ouvrage de stratégie, qui est encore étudié aujourd’hui dans les académies militaires aux côtés de l’Art de la guerre du chinois Sun Tzu. Lire la suite

Serge Gadal

Les cahiers de la RDN

Cahier numérique - Mars 2021 - 120 pages

Février 2021 - 104 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères