Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 2020 - n° 833

Covid-19 : résilience et rebond

« La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se lever chaque fois que nous tombons »

Confucius

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Octobre 2020 - n° 833

Covid-19 : résilience et rebond

En cette rentrée 2020, jamais l’insouciance estivale si habituelle aux vacances d’été n’aura été aussi assombrie par la crise consécutive à la pandémie de la Covid-19 et à la fracturation géopolitique de notre monde. D’une part, et avant même les affres de la maladie, le retour à un âge de fer et de feu marqué par les rapports de force, la politique du fait accompli et la critique systématique des enceintes internationales – même si elles ont plein de défauts – sont devenus les nouvelles normes. D’autre part, la rivalité États-Unis versus Chine, à quelques mois d’une élection présidentielle décisive, la remise en cause par Pékin de la légitimité des principes démocratiques tels que pratiqués en Europe notamment, le pan-ottomanisme assumé vulgairement par la Turquie… Autant de sources de crises potentielles majeures, alors même que le coronavirus a démontré l’extrême fragilité de notre modèle de développement économique ayant effacé depuis longtemps la notion de souveraineté au profit du bénéfice financier immédiat.

Les leçons sont amères et remettent en cause nos certitudes et le fonctionnement de l’État, des collectivités, des entreprises, mais aussi de nos habitudes individuelles où le collectif n’est plus de mise : d’abord mes droits et pour le reste, on verra ! C’est le paradoxe du dossier proposé sur la résilience, abordé non pas sous un angle visant à encenser les uns ou les autres, mais à mettre en évidence des enjeux mal perçus, qui se sont cependant révélés structurants, en particulier lors du confinement, pour éviter le pire. Que se serait-il passé si la distribution d’eau, d’électricité ou de nourriture s’était effondrée. Cela signifie qu’il faut, d’ores et déjà, en tirer des leçons et surtout les mettre en œuvre, car, d’un côté, la crise sanitaire de la Covid-19 reste présente et que de l’autre, d’autres crises encore plus dramatiques sont susceptibles de se déclencher dans notre environnement proche.

Alors que chacun aspire à retrouver une vie normale « comme avant », mais aussi « différemment », le besoin de sécurité reste plus que jamais d’actualité. Or, trop souvent, les Gaulois que nous sommes – dans la diversité et la revendication permanente, voulant tout et son contraire – sommes obnubilés par nous-mêmes, oubliant de regarder au-delà de notre environnement immédiat. À l’heure où les conséquences économiques de la pandémie pourraient aboutir à « lever le pied » en termes de défense, il faut être réaliste et regarder l’accumulation des menaces avec des dérapages possibles, d’autant plus que les États-Unis, qui ont renoncé à leur rôle de « gendarmes du monde », sont engagés dans une dernière ligne droite avant le scrutin du 3 novembre, laissant ainsi la porte ouverte à toutes les provocations possibles de pays compétiteurs et en rivalité géostratégique. C’est pourquoi il importe d’être capable de répondre sans délais aux défis actuels dont la pandémie, mais aussi de mieux se préparer pour affronter demain.

Il y a 150 ans, la défaite surprise de l’Empire de Napoléon III amena la proclamation de la République, mais aussi instilla le ferment sournois amenant au naufrage de l’Europe des monarchies en 1914, en raison des rivalités impériales. Il y a 80 ans, la France connaissait la débâcle, la honte et la souffrance pour avoir eu trop confiance en elle-même. Le général de Gaulle, par son Appel, releva notre pays en ayant toujours le souci de préserver son indépendance et sa souveraineté. Aujourd’hui encore, la question reste d’actualité. ♦

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Octobre 2020 - n° 833

Covid-19 : résilience et rebond

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Florilège historique

« Le TNP : un traité devenu permanent » (AS 1995) par Marie-Hélène Labbé

Le 11 mai 1995, le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) signé en 1970 pour une durée de 25 ans prenait un caractère permanent valable encore de nos jours. À cette époque, la fin de l’URSS avait été perçue comme permettant une réduction sensible des arsenaux nucléaires, ce qui a été une réalité avec la mise au rebut d’armes obsolètes. Par ailleurs, le risque de prolifération durant la décennie avait motivé la signature du TNP, certains experts prévoyant qu’une trentaine de pays seraient dotés d’armes nucléaires. Depuis, seuls l’Inde, le Pakistan puis la Corée du Nord ont rejoint le club très fermé des États disposant de la Bombe. Toutefois, d’autres États s’efforcent d’accéder à ce statut, en particulier l’Iran, dont les efforts sont une réalité malgré l’accord JCPOA de 2015. De la capacité à résoudre la question du nucléaire iranien dépendra les évolutions futures liées au TNP. Lire la suite

e-Recensions

François Dupuy : On ne change pas les entreprises par décret – Lost in management vol. 3  ; Seuil, 2020 ; 226 pages.

On ne change pas les entreprises par décret : le titre est stimulant, et le contenu l’est, fort heureusement, tout autant ! Sociologue renommé des organisations, François Dupuy livre ainsi en 2020 le troisième tome de sa série Lost in management(dont le premier tome avait reçu en 2012 le prix du meilleur ouvrage sur le monde du travail), qui se distingue, tant sur la forme que sur le fond, de la production surabondante sur le thème désormais éculé du management. Sur la forme, d’abord, car le propos de François Dupuy est volontairement aux antipodes de la langue managériale qui psychologise à outrance et qui incarne la paresse intellectuelle de ceux qui refusent de se plonger dans la complexité des organisations, ces « ensembles de comportements humains » que notre auteur a étudiés pendant quarante ans. Le propos de François Dupuy est avant tout sociologique, c’est-à-dire scientifique, et pratique, c’est-à-dire tourné vers l’action. Sur le fond, ensuite, car celui qui fut le conseiller de nombreux dirigeants européens dresse un constat lucide et propose des solutions ancrées dans la pratique et éclairées par une saine théorie des organisations. Lire la suite

Thibault Lavernhe

Les cahiers de la RDN

Cahier numérique - Mars 2021 - 120 pages

Février 2021 - 104 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères