Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Janvier 2021 - n° 836

Armement et économie de défense

« Les grandes puissances se rendent compte que c'est de manière permanente qu'il faut pratiquer leur manœuvre d'armement. »

Pierre Marie Gallois
136 pages

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Janvier 2021 - n° 836

Armement et économie de défense

Étrange année que 2020 ! Elle aura été marquée à la fois par son imprévisibilité incarnée par la pandémie de la Covid-19 et par la confirmation des fractures du monde avec l’accroissement des tensions et des rivalités géopolitiques. La liste des inquiétudes est hélas trop longue entre crises sanitaires, économiques, sociales et stratégiques où certains États ont délibérément jeté de l’huile sur le feu, comme la Turquie en Méditerranée orientale ou la Chine réécrivant l’histoire du coronavirus pour se disculper. Le repli sur soi et la tentation nationaliste renforcée par des surenchères populistes ont émaillé cette année passée comme la minimisation de la maladie par le Brésil ou par la campagne électorale aux États-Unis où le Président sortant est allé de protestations en dénégations.

Sur le plan opérationnel, les théâtres sont restés actifs avec – et c’est tant mieux – un recul de Daech au Levant et des groupes armés terroristes au Sahel grâce à Barkhane et à la coalition du G5 Sahel. Certes, la solution reste d’ordre politique, mais les coups portés à ces entités islamistes sont essentiels pour déboucher sur une esquisse de règlement du conflit. À ces satisfecit, d’autres lieux de confrontation se sont réveillés comme au Haut-Karabagh où la défaite de l’Arménie face à l’Azerbaïdjan a révélé une bataille de haute intensité avec la mise en œuvre de moyens low cost de la guerre de demain, comme l’emploi massif des drones. Une campagne à étudier de très près, car elle préfigure les engagements du futur avec des adversaires de mieux en mieux organisés et tirant profit des technologies de l’information.

2020 a cependant permis un timide réveil de l’Europe et la prise de conscience de sa vulnérabilité stratégique dans de nombreux domaines dont la santé, le numérique et la défense. Même si l’élection de Joe Biden rouvre une nouvelle période de dialogue plus apaisé avec Washington, les Européens commencent à comprendre qu’ils sont trop dépendants dans tous les domaines et qu’il convient de redresser la barre tant face aux États-Unis et notamment les GAFAM sur les données, enjeux essentiels de l’économie du futur, que face à la Chine dont le projet impérialiste, remettant en cause les normes construites depuis des décennies, doit désormais être pris en compte au-delà de l’appétence pour un marché économique certes colossal, mais qui n’est plus l’Eldorado d’hier. La mainmise définitive sur Hong Kong doit faire réfléchir, de même que l’agressivité diplomatique envers des États comme l’Australie trop dépendante économiquement désormais de Pékin.

2021 s’ouvre donc sur un nouveau cycle avec la mise en place de l’Administration Biden. Pour l’Europe, c’est une opportunité, mais aussi un risque de retourner à une certaine léthargie stratégique en considérant que l’amélioration du dialogue avec Washington dans sa forme suffira à occulter le fond, c’est-à-dire le besoin de renforcer une souveraineté européenne plus crédible. Le débat est ouvert, mais il risque d’être très vite refermé avec la campagne électorale allemande pour la succession de la chancelière Angela Merkel à l’automne, les conséquences désormais concrètes du Brexit et le début de la campagne présidentielle française à la rentrée de septembre. La politique intérieure risque donc de dominer les débats dans les pays de l’Union européenne, laissant hélas le champ libre à d’autres États aux ambitions géopolitiques clairement affichées. ♦

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Janvier 2021 - n° 836

Armement et économie de défense

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Tribune

15 avril 2021

Les B-1B Lancer de l’US Air Force : manœuvre guerre froide dans les neiges de l’Arctique (T 1265)

Philippe Wodka-Gallien

Alors que l'US Air Force vient d'annoncer que les derniers B-1B Lancer seront retirés du service en 2032, rien n’annonce la moindre éclaircie diplomatique entre les États-Unis et ses principaux rivaux (Russie et Chine, voire Iran ou Corée du Nord). D'ailleurs, les mêmes appareils viennent de participer à un exercice de l'Otan en Norvège en y étant, grande première, basés. La guerre froide n'est pas loin…

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 15 mai 2021

Florilège historique

« Liban, ombres et lumières sur la Finul » (octobre 1980) par Jean-Pierre Colin 

Le 13 avril 1975, le Liban plongeait dans la guerre civile avec une violence intercommunautaire sans précédent. En 1978, Israël intervenait au Liban Sud contre les camps palestiniens. L’ONU mit alors en place la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) chargée, à défaut de rétablir la situation initiale, de limiter les débordements. Le conflit israélo-palestinien était alors la cause principale de l’antagonisme entre Israël et ses voisins arabes. La Finul, dont la France est un contributeur important, est toujours présente dans la région, avec le fait que le Liban a profondément changé depuis 1975, sans pour autant parvenir à surmonter ses clivages. La domination du Hezbollah pro-iranien et la guerre civile en Syrie avec ses flots de réfugiés ont continué à déstabiliser le pays du Cèdre. L’explosion dans le port de Beyrouth le 4 août 2020 et l’actuelle crise politique démontrent la faillite politique de l’État libanais, sans qu’une solution n’apparaisse clairement tant les rivalités politiques sont fortes sur fond de clientélisme. Lire la suite

e-Recensions

Tadao Takemoto : Miyamoto Musashi, guerrier de la transcendance. Vers un dialogue entre Bushidô et chevalerie   ; Signatura ; 2019, 142 pages.

Samouraï légendaire, Miyamoto Musashi (1573-1645) est l’auteur du Traité des cinq roues (Gorin-no-sho), livre d’escrime au sabre tout autant qu’ouvrage de stratégie, qui est encore étudié aujourd’hui dans les académies militaires aux côtés de l’Art de la guerre du chinois Sun Tzu. Lire la suite

Serge Gadal

Les cahiers de la RDN

Cahier numérique - Mars 2021 - 120 pages

Février 2021 - 104 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères