Résultats de votre recherche sur 'Edmond Combaux'

15 résultats

N° 842 Été 2021 - Renseigner au XXIe siècle : hier ne meurt jamais ? - Mémoire stratégique - p. 105-118

L’action militaire de la résistance française (décembre 1945) - Edmond Combaux

Jusqu’à la libération de l’Afrique du Nord, le lien entre la France résistante et son Empire s’est situé en Grande-Bretagne, dans les organismes créés par la France Combattante autour de l’homme dont l’inébranlable foi animait le combat, de l’État-major particulier du général de Gaulle, qui devait plus tard, à Alger, laisser la place au Comité de Défense nationale, traitant sur le plan supérieur toutes les questions militaires, aériennes et navales que la guerre posait aux quatre coins de notre Empire. Il ne s’occupait pas directement de la Résistance. L’action du général et du Comité français de la Libération nationale s’exerça, dans ce domaine, par l’intermédiaire du Comité d’action en France. Cet organisme disposa, dès l’origine, d’un instrument d’exécution qui devait prendre peu à peu un développement considérable : le Bureau central de renseignements et d’action de Londres (BCRA). Après la libération de l’Afrique du Nord, une filiale du BCRA fut créée à Alger. Enfin, peu avant le débarquement, cette organisation fut complétée par la création de deux commandements supplémentaires, la délégation zone Nord et la délégation zone Sud du Comité français de libération nationale (général Kœnig et général Cochet), qui devaient, chacun dans leur zone, coordonner l’action des Forces Françaises de l’Intérieur avec celle des Forces expéditionnaires françaises et alliées. Lire la suite

Tribune - 25-07-2012

Nécessité d'une eurafrique – décembre 1957 (T 4 été) - Edmond Combaux

L'Union française est aujourd'hui en péril. Elle prétend réunir dans une communauté à la fois politique et économique des peuples, ceux de la Métropole et ceux de ses anciennes « colonies », qui n'ont pu encore atteindre ni le même niveau de vie, ni le même degré de civilisation (…)

N° 752 Été 2012 - p. 165-173

Débat sur l’Alliance atlantique (mars 1966)  - Edmond Combaux

Crise de l’Otan (1) ! Depuis longtemps, tout le monde en parle. Des « flashes » s’inscrivent périodiquement sur les bandes des téléscripteurs : « La France dit non à la Force multilatérale – Non à la Force nucléaire atlantique – Non à la doctrine McNamara de riposte graduée – La France retire ses forces navales de l’Otan ».  Lire la suite

N° 422 Juin 1982 - p. 73-85

Le Bureau central de renseignements et d'action (BCRA) et l’opération Overlord  - Edmond Combaux

L'auteur a été le chef du « planning » du BCRA, le service de renseignements de la France libre à Londres. Si nous publions ce récit, fort vivant et très intéressant par lui-même, ce n'est pas tellement en raison de sa valeur de témoignage mais pour montrer que la logique de la stratégie opérationnelle est largement dominée par la géographie. Le plus curieux est de constater que quelques hommes travaillant sans information précise sont arrivés à la même solution que l'état-major d'Eisenhower, alors que les Allemands, qui avaient certainement effectué de leur côté le même travail, ont probablement été induits en erreur par l'« intox » savamment menée par les alliés, et ont ainsi cru que le débarquement du 6 juin sur les plages normandes pouvait ne pas être l'opération principale. Il est enfin sidérant de constater que cette étude a été, pratiquement jusqu'au 6 juin, tout ce qui avait été mis à la disposition du général de Gaulle au sujet du débarquement en France. Lire la suite

N° 272 Novembre 1968 - p. 1600-1618

Défense tous azimuts ? Oui, mais… - Edmond Combaux

Nous croyons bon de publier aujourd'hui, à la place même où l'a été l'article du général Ailleret sur la « Défense tous azimuts », une intéressante étude qui cherche à définir les limites et les conditions d'application d'une telle politique de défense, afin d'éviter qu'un déséquilibre ne s'instaure entre une force nucléaire puissante et le contexte national, politique et moral, dans lequel elle devrait nécessairement s'insérer. Il ne s'agit, bien entendu, là que d'une opinion personnelle. Lire la suite

N° 252 Décembre 1966 - p. 1891-1910

Vie ou mort de l’Alliance atlantique - Edmond Combaux

Débat imaginaire. Y participent, autour du meneur de jeu, l’Américain, le Français, le Britannique, l’Allemand, l’Européen, l’Homme de l’OTAN, le Philosophe. Lire la suite

N° 244 Mars 1966 - p. 403-432

Débat sur l’Alliance atlantique - Edmond Combaux

Dans cet article peu commun, l'auteur fait dialoguer sur l'Otan, autour d’un meneur de jeu, quelques interlocuteurs imaginaires : le philosophe, l’américain, le Français, l’Européen, l’homme de l’Otan, et l’ingénieur militaire. Lire les premières lignes

N° 180 Mai 1960 - p. 863-878

L’électronique et l’ordre politique - Edmond Combaux

N° 029 Octobre 1946 - p. 435-452

Les télécommunications, arme de guerre - Edmond Combaux

N° 025 Juin 1946 - p. 719-731

Les limites infranchissables de la force - Edmond Combaux

N° 019 Décembre 1945 - p. 723-742

L'action militaire de la résistance française - Edmond Combaux

Jusqu’à la libération de l’Afrique du Nord, le lien entre la France résistante et son Empire s’est situé en Grande-Bretagne, dans les organismes créés par la France Combattante autour de l’homme dont l’inébranlable foi animait le combat, de l’État-major particulier du général de Gaulle, qui devait plus tard, à Alger, laisser la place au Comité de Défense nationale, traitant sur le plan supérieur toutes les questions militaires, aériennes et navales que la guerre posait aux quatre coins de notre Empire. Il ne s’occupait pas directement de la Résistance. L’action du général et du Comité français de la Libération nationale s’exerça, dans ce domaine, par l’intermédiaire du Comité d’action en France. Cet organisme disposa, dès l’origine, d’un instrument d’exécution qui devait prendre peu à peu un développement considérable : le Bureau central de Renseignements et d’Action de Londres (B. C. R. A.). Après la libération de l’Afrique du Nord, une filiale du B. C. R. A. fut créée à Alger. Enfin, peu avant le débarquement, cette organisation fut complétée par la création de deux commandements supplémentaires, la délégation zone Nord et la délégation zone Sud du Comité français de libération nationale (général Kœnig et général Cochet), qui devaient, chacun dans leur zone, coordonner l’action des Forces Françaises de l’Intérieur avec celle des Forces expéditionnaires françaises et alliées. Lire la suite

15 résultats