La livraison des numéros papier est suspendue, mais l'édition PDF reste disponible           

Mars 2020 - n° 828

Avenir de la guerre et ses mutations

« Se préparer à la guerre est le meilleur moyen de préserver la paix. »

George Washington

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Mars 2020 - n° 828

Avenir de la guerre et ses mutations

Ce début d’année est marqué par deux surprises stratégiques. D’une part, le ratage des velléités iraniennes dans la montée des tensions dans le Golfe, avec la destruction du Boeing 737 ukrainien au décollage à Téhéran. La baisse des menaces qui s’en est suivie reste sûrement provisoire mais non négligeable dans le contexte international. D’autre part, l’épidémie du Covid-19 (ou Coronavirus), née en Chine, mettant à mal l’autoritarisme du régime de Xi Jinping et bouleversant la machine de propagande autour des Routes de la Soie. Ces deux ruptures, dont on ne connaît pas encore les conséquences géopolitiques, soulignent combien notre environnement est devenu fragile et tendu, au risque de confrontations militaires de haute intensité et dans des espaces de plus en plus variés.

Comprendre le monde et le fait « guerre » sont donc plus que jamais indispensables pour prévenir les apocalypses. C’est d’ailleurs ce qui ressort tant de l’entretien accordé par Gérard Araud – ambassadeur de France au terme d’une très longue carrière de diplomate – que de l’hommage rendu à l’Amiral Lacoste, récemment disparu. Avec, au-delà de la diversité des parcours, ce lien commun de la nécessité impérieuse d’analyser les rapports de force et d’agir pour que la France reste un acteur reconnu et crédible sur la scène internationale.

D’où le dossier de ce numéro – qui sera poursuivi en avril – consacré aux évolutions de la guerre dans le futur. Il ne s’agit pas d’un essai de prospective, mais de proposer des pistes de réflexion autour d’approches de natures très différentes. Avec cependant des invariants qui constituent des fondamentaux dont l’oubli amène à l’échec. Certes, les technologies de demain (notamment l’intelligence artificielle et les datas) peuvent accélérer à la fois le tempo de l’engagement et la complexité de la gestion de l’espace de bataille. Toutefois, la guerre, même sous une forme cyber, impose la violence, la souffrance et la mort. D’où le rôle essentiel du Chef, qu’il soit le politique ou le militaire. Il lui appartient de comprendre, de choisir puis de décider. Cela impose notamment intelligence mais aussi caractère. Cette dimension est essentielle et déterminante, l’histoire abondant en exemples. Cette année 2020, avec les commémorations des 80 ans de l’année 1940, représentera l’occasion de se rappeler que le courage est une vertu essentielle pour le Chef, du caporal au général, tout comme pour ceux qui portent la Toge.

Réfléchir sur les conflits du futur oblige donc à sortir de ses certitudes doctrinales ou de ses pratiques d’état-major souvent confortables intellectuellement. Cela impose de se confronter à la réalité géopolitique d’aujourd’hui, car elle constitue le terreau de la conflictualité de demain. C’est assumer une responsabilité stratégique souvent négligée et parfois contestée par crainte de regarder la réalité en face. C’est de fait l’enjeu réaffirmé par le président de la République, le 7 février, devant notamment les stagiaires de l’École de Guerre autour de la dissuasion nucléaire, en demandant à nos partenaires européens de se montrer plus actifs et de s’engager pour une Europe plus souveraine et maîtresse de son destin, dans un monde fait de tensions, de rapports de force et de remises en cause du multilatéralisme et des principes, ayant construit nos démocraties après le suicide des années 1940. ♦

Jérôme Pellistrandi

Tribune

30 mars 2020

Coronavirus : les premières fractures géopolitiques (T 1158)

Jérôme Pellistrandi

La pandémie du Covid-19 a déjà des conséquences géopolitiques majeures remettant en cause les fondements actuels des relations internationales. Il est encore trop tôt pour en discerner les évolutions majeures mais les fractures risquent de s’accroître d’autant que certains États ont des ambitions clairement affichées comme la Chine.

Lire la suite
Article gratuit jusqu'au 30 avril 2020

Florilège historique

« La crise des îles Falkland (Malouines) » (juin 1982) par Jacques Vernant

La guerre des Malouines a été atypique dans la mesure où elle a concerné deux pays se réclamant du bloc occidental alors que la guerre froide divise toujours le monde. L’Argentine, dirigée par une Junte militaire, a cru par son coup de force obtenir un succès stratégique renforçant son régime. Mais la Grand-Bretagne dirigée par Margaret Thatcher ne pouvait pas accepter ce fait accompli et Londres engagea une opération militaire conséquente pour reprendre les Malouines. Les combats furent de haute intensité avec des pertes non négligeables. Ainsi, la marine argentine perdit son croiseur-cuirassé Belgrano (admis au service en 1939 dans l’US Navy puis transféré en 1951) et la Royal Navy a vu plusieurs bâtiments coulés dont le HMS Sheffield touché par un missile Exocet. Les pertes furent quasiment militaires (649 Argentins et 255 Britanniques). Seules 3 victimes civiles habitant sur les îles furent à déplorer. La défaite argentine amena la chute de la junte, tandis que Margaret Thatcher fut brillamment réélue. Cette guerre fut très riche d’enseignements notamment pour la construction navale militaire et sur le besoin de « fighting spirit » que les Anglais avaient et qui faisaient défaut aux soldats argentins mal équipés. Lire la suite

e-Recensions

Raoul Delcorde : Diplomatie et politique étrangère à l’heure de la mondialisation  ; Académie royale de Belgique ; 111 pages.

Raoul Delcorde, diplomate belge, fait ici une brève histoire de la mondialisation ou comment la fin de la guerre froide a correspondu à celle de l’ordre westphalien. À la toute-puissance des États s’est substituée une société-monde où de nouveaux acteurs sont entrés dans la danse (ONG, communautés scientifiques, villes, grandes entreprises, etc.). Désormais, la planète entière se trouve interconnectée, les problèmes (notamment économiques, sociaux et environnementaux) des uns concernent forcément les autres. Lire la suite

Antoine Aubert

Les cahiers de la RDN

Un monde en turbulence - Regards du CHEM - septembre 2019

International Paris Air Show - June 2019

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères