Auteur : Michel Forget

(1927-2020) Général de corps aérien, a commandé la Force aérienne tactique (Fatac) de 1979 à 1983.

24 résultats (13 articles - 0 Tribune - 0 e-Recension - 11 articles cahiers)

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 17-22

Les forces aériennes de combat dans notre stratégie d’action en Europe (1) (décembre 1983) - Michel Forget

Notre politique de défense, basée sur la dissuasion, est dans notre pays largement approuvée. Le rôle essentiel de nos forces nucléaires stratégiques y est clairement établi. Si des divergences apparaissent sur l’évolution de ces forces, elles portent sur des questions à caractère technique et financier, sans que la finalité même des systèmes d’armes et la nécessité de maintenir leur seuil de crédibilité soient remises en cause. Quant à la mise en œuvre de la Force nucléaire stratégique (FNS), elle est assurée au sein d’une organisation remarquablement stable, celle des forces aériennes stratégiques et de la force océanique stratégique. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 23-32

Puissance aérienne et stratégie (1) (mars 1984) - Michel Forget

C’est au cours de la Grande Guerre que, pour la première fois dans l’histoire, la lutte s’étendit à la troisième dimension. S’il s’agit là d’un événement bien connu, la rapidité et l’ampleur du développement de l’aviation militaire pendant ces quatre années de conflit ne manquent cependant pas d’étonner. Ainsi en France avons-nous construit, entre 1914 et 1918, plus de cinquante mille avions et presque le double de moteurs. Nous avons été les fournisseurs de plusieurs pays alliés, dont les États-Unis. En quatre ans, le nombre de nos avions militaires en ligne passait d’un peu plus d’une centaine à près de 3 500 au moment de l’armistice. Pendant la même période, et surtout à partir de 1916, le concept d’emploi de la nouvelle arme se précisait. Dès la bataille de Verdun, l’importance de la lutte pour la supériorité aérienne s’affirmait, lutte marquée par ces combats entre chasseurs où s’illustrèrent les plus grands noms de l’aviation militaire. En 1917, l’emploi de l’arme aérienne s’étendait au domaine tactique, en appui direct et indirect des troupes terrestres. Aucune grande offensive ne devait plus être lancée sans une participation, déjà massive, de l’aviation. Ainsi, l’attaque du corps américain contre le saillant de Saint-Mihiel, en septembre 1918, fut-elle appuyée par une masse de près de mille cinq cents avions, dont environ sept cents chasseurs, quatre cents bombardiers et plus de trois cents avions d’observation. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 33-39

Le changement dans la troisième dimension (juin 1985) - Michel Forget

Le salon du Bourget. Une occasion de parler technique, performances, et de mesurer sans doute aussi la vigueur de notre industrie aéronautique, importante pour notre économie, importante pour notre défense ; car il y a couplage étroit entre cette industrie et notre propre aviation militaire. Mais par-delà la seule technique et les seules performances, c’est le moment d’évoquer aussi la situation de nos forces aériennes face aux contraintes de leur éventuel engagement. Il faut alors parler de qualité des matériels certes, mais également de nombre et de tactique. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 40-50

Vaincre… les illusions (octobre 1985) - Michel Forget

Au moment où le débat stratégique tend de plus en plus à occuper la place publique, il faut se souvenir qu’il y a une quinzaine d’années, les problèmes de défense n’étaient pas, en France, au premier plan des préoccupations. Certes, à l’époque – fin des années 1960 –, le pouvoir poursuivait l’effort que l’on sait pour affirmer notre politique de dissuasion, pour réaliser les systèmes d’armes adaptés et donner à nos armées de nouvelles structures. Mais l’opinion publique ne portait à ces affaires qu’un intérêt en général limité. L’heure était en effet à l’expansion et à la croissance de l’économie, tandis que, dans l’euphorie de la coexistence pacifique et de sa fausse interprétation – la détente – la notion même de menace militaire tendait à s’estomper, entraînant dans son déclin, malgré les efforts des uns et des autres, celui de l’esprit de défense. À l’époque, bien des militaires, lorsqu’ils évoquaient déjà la modernisation et le développement considérables des forces du Pacte de Varsovie, constataient avec surprise et amertume que leurs propos étaient parfois accueillis avec scepticisme, voire avec indifférence. Pour certains de leurs interlocuteurs, ces affaires n’étaient pas d’actualité. Pour d’autres, la dissuasion nucléaire était la garantie absolue, vérité admise sans réflexion sérieuse sur la détermination, le courage et l’ampleur des moyens nécessaires à la crédibilité du concept. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 51-60

Le vent du large (juin 1986) - Michel Forget

Du fait de sa position géographique, notre pays est à la fois une puissance continentale et une puissance tournée vers le large. Un tel constat explique que, très tôt, la France soit devenue une puissance maritime, qu’elle ait pris possession de terres lointaines, dont les unes sont restées françaises, dont d’autres, un moment colonies, ont acquis leur indépendance tout en maintenant avec notre pays des relations privilégiées. Mais le double aspect de cette situation a pesé sur notre histoire et en explique certains aléas, tant il a été difficile de maintenir un équilibre satisfaisant entre les contraintes de notre défense en Europe et celles de nos problèmes d’outre-mer, entre les contraintes de notre stratégie continentale et celles de notre stratégie du « large ». L’équilibre a été rarement atteint. Le problème se pose encore aujourd’hui, mais de façon plus pressante. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 61-69

L’Europe, le piège et le sursaut (juin 1987) - Michel Forget

Les événements se précipitent. À Reykjavik, en décembre dernier, les Européens se sont rendus compte qu’ils pouvaient faire les frais de négociations dont ils seraient absents. Beaucoup pensaient alors qu’ils disposeraient de délais pour réagir avant que les discussions ne reprennent au niveau des deux Grands. Or, à peine était-il rentré d’Islande que M. Gorbatchev faisait, le 28 février dernier, de nouvelles et spectaculaires propositions sur le retrait d’Europe des forces nucléaires intermédiaires. Quatre jours plus tard, les États-Unis répondaient en présentant un plan qui allait dans le même sens. L’Europe se trouvait brusquement propulsée sur l’avant-scène des négociations, où elle apparaissait beaucoup plus comme enjeu que comme acteur, pour une pièce dont personne ne peut aujourd’hui discerner le véritable dénouement. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 70-74

La dissuasion : un concept galvaudé (décembre 1995) - Michel Forget

Août 1945, Hiroshima, une ville rasée, 80 000 victimes. Ce sinistre bilan n’était pas exceptionnel en soi. Quelques mois auparavant, Dresde et Tokyo avaient connu une catastrophe de même ampleur ; mais les conditions avaient été différentes. Les deux villes avaient subi chacune l’assaut de plusieurs centaines d’appareils, un assaut qui avait duré des heures, offrant ainsi au moins à quelques habitants une chance d’échapper au désastre et aux organismes de secours une possibilité, faible mais réelle, d’intervenir. À Hiroshima, tout s’est produit en une fraction de seconde, par l’explosion d’une bombe larguée d’un seul avion, ne laissant aux rares survivants qu’une possibilité, celle de constater l’anéantissement de leur cité. L’instantanéité et l’ampleur du désastre couplées avec le faible volume des moyens mis en œuvre expliquent que l’arme nouvelle, l’arme atomique, soit devenue d’emblée synonyme de terreur. Il n’est pas possible d’aborder la question de l’arme nucléaire sans remettre en mémoire les images de cet événement d’août 1945. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 75-82

La dissuasion nucléaire française : continuité et changement (décembre 1997) - Michel Forget

« La dissuasion nucléaire reste l’un des fondements de la défense du pays ». Ce propos, extrait de la préface du Livre blanc de 1994, se retrouve, deux ans plus tard, dans le rapport annexe au projet de loi relatif à la programmation militaire : « La dissuasion reste l’élément fondamental de la stratégie de défense de la France. Elle demeure la garantie contre toute menace sur nos intérêts vitaux, quelles qu’en soient l’origine et la forme ». Ainsi la continuité est-elle encore la marque de notre stratégie nucléaire. Pourtant, les choses ont changé après les bouleversements de la fin des années 1980, qu’il s’agisse du contexte géostratégique avec ses conséquences politiques ou bien des conditions dans lesquelles la dissuasion doit être conduite. Une réflexion s’impose sur ces deux aspects du problème, un problème difficile, complexe, important. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 83-88

Capacités de nos forces et sixième scénario (juillet 1998) - Michel Forget

La professionnalisation des armées décidée en 1996 et la réduction draconienne du volume de nos forces qui en a été la conséquence n’ont pas modifié pour autant les grandes lignes de la politique de défense de notre pays, telles que celles-ci ont été tracées dans le Livre blanc de 1994. Celui-ci reste en quelque sorte la bible pour ceux qui sont chargés de notre défense, au niveau politique comme au niveau militaire, tout au moins pour ce qui concerne les parties consacrées à l’analyse du contexte, à la définition des stratégies et aux capacités prioritaires requises pour nos armées. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 89-95

À propos du Kosovo (décembre 1999) - Michel Forget

Le 20 juin dernier, la fin de l’opération « Force alliée » était officiellement proclamée. Depuis, les bons points ont été fort justement distribués et les motifs de satisfaction largement commentés. Le Kosovo n’en reste pas moins aujourd’hui au premier plan de nos préoccupations. La difficulté des tâches confiées tant à la Kfor qu’aux autorités civiles chargées de rétablir un minimum d’administration se révèle dans toute son ampleur. La tournure prise ainsi par les événements mérite commentaires. Lire la suite

Cahier - 08-02-2021 - Le Général Forget dans la RDN (1983-2003) - p. 96-103

Premières réflexions sur une guerre atypique (juin 2003) - Michel Forget

Essayer de tirer des enseignements de la guerre au lendemain même de la chute de Bagdad est sans doute une entreprise risquée, par manque de recul sur l’événement. Cependant, le schéma des opérations apparaît désormais clairement. Il permet d’ores et déjà de mettre en évidence les caractéristiques essentielles de cette guerre, ses mystères et les surprises qu’elle nous a réservées. Lire la suite

N° 704 Janvier 2008 - Bibliographie - p. 179-181

Force des armes, force des hommes - Michel Forget

L’auteur a reçu cette année pour ce livre le prix Edmond Fréville de l’Académie des sciences morales et politiques. Ce prix créé en 1903, récompense aujourd’hui des œuvres traitant de stratégie et notamment de stratégie militaire, conformément à la volonté de M. Pierre Messmer. Il est aussi désormais largement doté. Le but est d’encourager les études se rapportant à de tels sujets. Lire la suite

N° 701 Octobre 2007 - Bibliographie - p. 203-206

Le front de l'Est en 1943/1944 - La guerre à l'Est et sur les fronts secondaires - Michel Forget

Ce livre publié – en allemand – par le colonel Frieser constitue le 8e tome de la série Das deutsche Reich und der zweite Weltkrieg réalisée par l’Office de recherche d’histoire militaire de Potsdam. Le colonel Frieser est un historien connu en France pour avoir publié chez Belin en 2003, en français, un livre passionnant, primé d’ailleurs par l’Académie des sciences morales et politiques : Le mythe de la guerre-éclair – La campagne de l’ouest de 1940, dans lequel il retrace les épisodes de cette campagne, vus du côté allemand. Lire la suite

N° 654 Juin 2003 - Repères - Opinions - Débats - p. 105-115

Premières réflexions sur une guerre atypique - Michel Forget

Cet article a été rédigé au lendemain même de la chute de Bagdad. Il porte essentiellement sur les aspects militaires de cette guerre. Il retrace les grandes lignes des opérations telles qu'elles ont pu être alors perçues, et évoque les questions qui se posent sur l'état réel de l'armée irakienne et la nature même de certaines actions conduites par les coalisés. Tout en mettant l'accent sur l'énorme puissance de feu dont ont disposé les forces attaquantes, l'auteur met également en évidence les caractéristiques originales des opérations qui contrastent quelque peu avec celles relevées jusqu'ici chez les Américains : simultanéité, par exemple, de l'engagement des forces aériennes et terrestres, nombre relativement réduit de divisions engagées et style même de leurs actions. Lire les premières lignes

N° 615 Décembre 1999 - Repères - Opinions - Débats - p. 63-71

À propos du Kosovo - Michel Forget

Le 20 juin dernier, la fin de l’opération « Force alliée » était officiellement proclamée. Depuis, les bons points ont été fort justement distribués et les motifs de satisfaction largement commentés. Le Kosovo n’en reste pas moins aujourd’hui au premier plan de nos préoccupations. La difficulté des tâches confiées tant à la Kfor qu’aux autorités civiles chargées de rétablir un minimum d’administration se révèle dans toute son ampleur. La tournure prise ainsi par les événements mérite commentaires. Lire la suite

N° 600 Juillet 1998 - Repères - Opinions - Débats - p. 30-37

Capacités de nos forces et sixième scénario - Michel Forget

Après avoir évoqué et défendu la dissuasion nucléaire française dans la nouvelle situation stratégique mondiale, l'auteur reprend la plume pour analyser l’aptitude de nos forces à satisfaire les scénarios prévus dans le Livre blanc de 1994, et plus particulièrement le sixième, qui semble tomber actuellement en désuétude en raison d’une hypothèse jugée peu probable : appréciation bien risquée, démontre-t-il ! Lire les premières lignes

N° 593 Décembre 1997 - Repères - Opinions - Débats - p. 44-54

La dissuasion nucléaire française : continuité et changement - Michel Forget

L'auteur explique pour quelles raisons il est nécessaire que la France conserve et améliore en qualité un armement nucléaire strictement suffisant. Il nous présente aussi les difficultés que nous pouvons rencontrer dans la mise en œuvre de cette politique. Lire les premières lignes

N° 570 Décembre 1995 - p. 7-13

La dissuasion : un concept galvaudé - Michel Forget

L'auteur traite de la dissuasion nucléaire, concept remis en cause par certains, mais qui reste pourtant le volet essentiel de notre politique de défense. Lire les premières lignes

N° 477 Juin 1987 - p. 31-44

L'Europe, le piège et le sursaut - Michel Forget

Que ce soient les entretiens de Reykjavik ou les propositions de Gorbatchev en matière de désarmement, ces événements de la « communication » ont troublé les Européens qui cherchent, avec bien des difficultés, à définir une politique commune de sécurité. L'auteur nous fait part de ses réflexions sur ce sujet et estime que, face au piège habilement tendu, le moment du sursaut est venu, si nous, Européens, voulons assurer notre avenir et celui du monde libre. Lire les premières lignes

N° 466 Juin 1986 - p. 9-23

Le vent du large - Michel Forget

L'auteur nous présente une analyse fort bien argumentée de la stratégie d'action extérieure et de ce qu'elle doit continuer à représenter pour la France. Mais malgré toute la pondération qui le caractérise, il n'oublie pas qu'il a appartenu à l'Armée de l'air et ne peut s'empêcher – ce qui est logique – de faire quelque plaidoyer en faveur de celle-ci. Lire les premières lignes

N° 458 Octobre 1985 - p. 11-26

Vaincre… les illusions - Michel Forget

Le débat stratégique a pris depuis quelque temps une ampleur particulière, et les polémiques soulevées par l'Initiative de défense stratégique ne l’ont en rien simplifié, bien au contraire ! À ce foisonnement d'idées nouvelles et de remises en cause qui peuvent légitimement inquiéter l'opinion, l'auteur, ancien commandant de la Force aérienne tactique (Fatac), oppose un ensemble d'arguments qui incitent à la sagesse et à l'objectivité. Il était sans aucun doute grand temps que quelqu'un fît cette mise au point. Lire les premières lignes

N° 455 Juin 1985 - p. 31-40

Le changement dans la troisième dimension - Michel Forget

Le salon du Bourget. Une occasion de parler technique, performances, et de mesurer sans doute aussi la vigueur de notre industrie aéronautique, importante pour notre économie, importante pour notre défense ; car il y a couplage étroit entre cette industrie et notre propre aviation militaire. Mais par-delà la seule technique et les seules performances, c’est le moment d’évoquer aussi la situation de nos forces aériennes face aux contraintes de leur éventuel engagement. Il faut alors parler de qualité des matériels certes, mais également de nombre et de tactique. Lire la suite

N° 441 Mars 1984 - p. 17-30

Puissance aérienne et stratégie - Michel Forget

Cet article est l’expression des réflexions de l'auteur, ancien commandant de la Force aérienne tactique (Fatac), pendant sa longue carrière d’aviateur, réflexions appuyées sur une connaissance approfondie de l’histoire relativement courte mais très fournie de ce qu’il appelle la puissance aérienne. Lire les premières lignes

N° 438 Décembre 1983 - Repères - Opinions - Débats - p. 97-105

Les forces aériennes de combat dans notre stratégie d'action en Europe - Michel Forget

L'emploi de la Force d'action rapide en Europe devrait être très souple et s'inscrire dans un large éventail d'hypothèses de crises et de conflits. Cet article s'appuie sur les cas de situations conflictuelles en Centre-Europe susceptibles de mettre en jeu l'ensemble de nos forces, et notamment nos forces aériennes. Lire les premières lignes

24 résultats

Octobre 2021
n° 843

Les leçons militaires de la guerre du Golfe

 

Actualités

12-10-2021
24-09-2021
18-10-2021

Avec le soutien de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) en partenariat avec l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et la Revue Défense Nationale

Jean FOURNET (président d’EuroDéfense-France) et Colin CAMERON (président d’Europe IHEDN) ont le plaisir de vous inviter au Conférence-débat : « Diplomatie européenne et action extérieure de l’Union »

lundi 18 octobre 2021 de 15h00 à 19h00

Inscriptions en présentiel closes. Inscription pour la visioconférence

Amphithéâtre Des Vallières, École militaire, 1 Place Joffre - 75007 PARIS
Cette invitation ainsi qu’une pièce d’identité et le pass sanitaire seront demandées à l’accueil.

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...