Auteur : André Dumoulin

Attaché à l’Institut royal supérieur de défense (IRSD, Bruxelles) et à l’Université de Liège.

35 résultats (32 articles - 3 Tribunes - 0 e-Recension - 0 articles cahiers)

N° 831 Juin 2020 - La puissance américaine : assise et évolutions stratégiques - Repères - Opinions - p. 129-134

L’armée belge face au Covid-19 : le choix de la sémantique - André Dumoulin

Face à la pandémie, les forces armées belges ont apporté leur contribution aux dispositifs de santé. À la différence de la France, le vocabulaire a été moins « guerrier » dans un pays complexe et divisé politiquement. Cependant, le constat reste identique quant à sa capacité de résilience, qu’il faudra réexaminer demain.

N° 830 Mai 2020 - L'Europe de la défense : quelle réalité ? - Repères - Opinions - p. 85-90

La dimension plurielle du phénomène de radicalisation djihadiste violent - André Dumoulin

La radicalisation djihadiste peut être abordée sous plusieurs angles, au final complémentaires pour comprendre ce mouvement qui a conduit aux actions terroristes ces dernières années. Cette approche plurielle est indispensable pour analyser un phénomène de grande ampleur générateur d’une violence aveugle qui doit être combattue.

N° 819 Avril 2019 - Relancer la défense de l’Europe - p. 49-56

PSDC : le jeu des scénarios autour de la défense européenne - André Dumoulin

La défense européenne a connu quelques avancées, mais de nombreux obstacles demeurent structurellement. Cependant, plusieurs scénarios semblent se dégager pour des évolutions rendues nécessaires par l’environnement stratégique qui nécessiteront une réelle volonté politique et une prise de conscience des menaces actuelles.

N° 813 Octobre 2018 - La communauté française du renseignement - Repères - Opinions - p. 116-122

La coopération militaire belgo-française : oscillations politiques et identitaires - André Dumoulin

La coopération militaire entre la Belgique et la France est une réalité tangible mais complexe car dépendant souvent des enjeux de la scène politique intérieure belge. La recherche des équilibres impose des compromis permanents pas toujours favorables sur le plan de la défense. Le choix du successeur du F-16 risque d’en être l’illustration.

N° 810 Mai 2018 - Préparer demain : concevoir et imaginer - Repères - Opinions - p. 111-115

La nouvelle Nuclear Posture Review : évolution ou révolution ? - André Dumoulin

La NPR 2018 traduit non pas un changement radical de doctrine mais une évolution avec des programmes de modernisation des armes nucléaires américaines. Il faut ici distinguer entre les tweets à des fins médiatiques et le langage de la dissuasion pleinement assumée dans cette nouvelle NPR.

Tribune - 04-05-2016

  Conséquences des attaques terroristes sur l’outil de défense belge (T 770) - André Dumoulin

Les récents attentats islamistes à Bruxelles reposent la question des moyens consacrés à la défense par la Belgique. La baisse drastique du budget consacré aux forces armées a entraîné une diminution dramatique des effectifs et des moyens disponibles alors même que la menace s’est accrue. Une véritable réflexion s’impose avec la prise de conscience que l’outil militaire ne peut plus absorber de nouvelles réductions au risque de perdre toute crédibilité opérationnelle.

Tribune - 07-01-2016

  Belgique : vers un rééquipement des forces armées (T 731) - André Dumoulin

Le plan stratégique 2030 pour la Belgique se présente d’abord comme un catalogue d’investissements destinés aux forces armées avec une liste d’acquisitions d’équipements majeurs dont un nouvel avion de combat en 35 exemplaires destinés à remplacer les actuels 54 F 16 et qui sera le programme majeur. La question des objectifs stratégiques reste cependant posée, même si Bruxelles confirme sa volonté de rester fidèle à ses alliances et de pouvoir poursuivre ses engagements en coalition.

N° 782 Été 2015 - Le nucléaire militaire - Perspective stratégique - p. 120-123

Le remplacement des F-16 belges : la dimension nucléaire - André Dumoulin

La Belgique envisage le remplacement de ses avions F-16 aujourd’hui à capacité nucléaire, dans le cadre de l’Otan. Les choix de Bruxelles quant au prochain appareil seront donc déterminants et s’inscriront dans une dimension politique européenne qu’il reste à définir.

N° 779 Avril 2015 - Criminalité et terrorisme : une menace militaire ? - Repères - Opinions - p. 84-89

La défense belge dans le futur - André Dumoulin

La défense belge est à la croisée des chemins avec la rédaction d’un plan stratégique à dix ans. La question désormais posée est l’objectif recherché avec le risque d’une armée trop réduite, juste capable de conserver quelques « niches » de compétences à partager dans un cadre multinational.

Tribune - 22-01-2015

  Belgique et terrorisme : « C’est arrivé près de chez nous » (T 603) - André Dumoulin

La Belgique a connu, quelques jours après la France, une affaire de terrorisme se référant au djihad. Si l’action des forces de sécurité a permis d’éviter le pire, le pays se retrouve lui aussi confronté à une menace complexe et hybride, entre terroristes issus du pays lui-même et idéologie se référant à une approche religieuse venant de l’extérieur. Les réponses à ce défi sécuritaire seront donc difficiles et demanderont à s’inscrire dans la durée.

N° 762 Été 2013 - p. 88-93

PSDC et prise de risque : telle est la question - André Dumoulin

C’est de réponse d’urgence, de risque consenti et de solidarité que l’auteur traite comme ingrédients d’un patriotisme européen dont il cherche la trace dans les récentes opérations et sollicite la stimulation lors du prochain conseil européen consacré à la défense.

N° 752 Été 2012 - p. 103-114

Le Conseil de coopération Nord-Atlantique (juillet 1992) - André Dumoulin

Depuis deux ans, les bouleversements en Europe centrale et orientale et la désintégration du communisme ont créé un « vide de sécurité » de plus en plus ressenti par les pays d’Europe centrale. Déjà, la dissolution de l’organisation militaire puis politique du Pacte de Varsovie avait entraîné une redéfinition des doctrines militaires et des postures de défense dans chacun des anciens pays signataires du traité multilatéral. Pour des raisons politiques, économiques, militaires, et sachant prématurée l’entrée des pays d’Europe centrale et orientale dans l’Otan, leurs dirigeants ont commencé à conclure de nouveaux traités multilatéraux et bilatéraux sur la sécurité. Lire la suite

N° 750 Mai 2012 - p. 29-36

Conflit libyen et crise de l’euro : conséquences sur l’Europe de la défense - André Dumoulin, Wally Struys

C’est en prenant la mesure de la crise économique et des abstentions récentes des pays européens en matière de sécurité et de défense et en relevant que les institutions de l’Union peuvent être, soit mieux utilisées, soit complétées, que les auteurs appellent à un nouvel effort d’intégration militaire des Européens.

N° 741 Juin 2011 - Repères - Opinions - Débats - p. 161-166

La fin de l’Union de l'Europe occidentale (UEO) et l’avenir de l’interparlementarisme - André Dumoulin

Une organisation, l’Union de l'Europe occidentale (UEO) disparaît, qui a joué un rôle décisif dans plusieurs épisodes de l’élaboration de la communauté de destin et d’intérêts de l’Europe. Abordant résolument les questions de sécurité et de défense, elle laisse derrière elle un héritage utile qui a servi l’actuelle PSDC et quelques convulsions mais laisse orphelin le parlementarisme européen.

N° 737 Février 2011 - Repères - Opinions - Débats - p. 84-88

Défense antimissiles et dissuasion nucléaire : un jeu contradictoire, exclusif ou complémentaire ? - André Dumoulin

La corrélation entre dissuasion nucléaire et bouclier antimissiles pose des questions sensibles sauf si l’on s’attache à les différencier dans leurs calendriers, effets recherchés et leurs réalisations concrètes. L’auteur nous expose cette dialectique complexe en sept points.

N° 732 Été 2010 - Recensions - p. 191-193

La technologie militaire en question. Le cas américain - André Dumoulin

Quelle peut bien être l’empreinte de la technologie dans la stratégie militaire contemporaine ? Telle est l’interrogation déclinée magistralement par un auteur fin connaisseur à la fois du monde militaire, des atouts et contraintes de la technologie et de la complexité des doctrines opératoires. C’est la conjugaison « guerre et technologie » qui sert ici de base à une analyse des rapports complexes entre le matériel et la pensée, l’homme et la machine dans le champ du militaire. Joseph Henrotin nous fait voyager dans la complexité de la Transformation, de la Révolution des affaires militaires (RAM) aux réseaux centriques, de l’informatique au Quadriennal Defense Review, de la digitalisation du champ de bataille aux opérations autres que la guerre, des nanotechnologies au swarming, de la boucle OODA au « système des systèmes ». L’auteur a cette faculté de montrer combien la technologie ne peut être l’unique réponse aux enjeux militaires et stratégiques et qu’il faut dissocier victoire militaire et victoire politique ; les exemples irakiens et du Kosovo étant des plus éclairant à cet égard. Le piège est là. La techno-guérilla, la guerre asymétrique, le leurrage, le terrorisme, les hackers, la guerre informationnelle et la propagande sont quelques-unes des réponses à la supériorité technologique occidentale focalisée sur le niveau tactique, en oubliant la recherche de la victoire politique. Lire la suite

N° 728 Mars 2010 - p. 59-64

Regards sur la nouvelle Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) - André Dumoulin

La vision des citoyens européens en matière de Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) associée au Traité de Lisbonne ratifié repose encore sur de fortes inerties. Au-delà des visions « réalistes » et « idéalistes » trop réductrices et trop simplistes, les opinions publiques européennes soutiennent globalement cette politique par le biais des missions de gestion de crise et par l'intermédiaire des médias vers lesquels les politiques de communication restent imparfaites et trop souvent exclusivement nationales.

N° 722 Août/Sept 2009 - Union européenne - Pratique de la PESD - p. 56-68

La PESD autour du Sommet de Strasbourg-Kehl - André Dumoulin

Le Sommet de l’Otan d’avril 2009 n’a pratiquement pas abordé la PESD. La normalisation française au sein de l’Otan fut le sujet porteur tout comme les questions capacitaires et le dossier afghan. En outre, la grande réforme de l’Organisation atlantique impose la rédaction annoncée d’un nouveau Concept stratégique attendu pour 2010, devant tenir compte en partie de la mise à jour de la Stratégie européenne de sécurité réalisée fin 2008.

N° 713 Novembre 2008 - Otan - p. 66-72

Vers un retrait des armes nucléaires de l'Otan ? - André Dumoulin

Le paysage nucléaire américain en Europe pourrait être modifié dans les prochains mois. Des signes avant-coureurs existent et les implications d’une nouvelle posture stratégique seront majeures pour les Européens autant que pour la visibilité de la force de dissuasion française. Reste que la crise géorgienne, les tensions iraniennes, la musculation russe et le discours de l’Otan pourraient affaiblir l’hypothèse d’un retrait partiel sinon complet des bombes américaines B-61 dans le cadre du 60e anniversaire de l’Alliance en avril 2009.

N° 708 Mai 2008 - Repères - Opinions - Débats - p. 155-163

Belgique, armes nucléaires et opinion publique - André Dumoulin

Le lancement d’une démarche prudente d’extension des intérêts vitaux de la France à ses proches voisins renvoie à la question des armes nucléaires. Dans le royaume de Belgique la question de la perception de la dissuasion est plurielle, ambiguë et attentiste, entre les « assurances otaniennes », « les ballons d’essai hexagonaux », les audaces « contenues » des résolutions parlementaires et les incertitudes américaines à l’approche du 60e anniversaire de l’Alliance atlantique.

N° 686 Mai 2006 - Débat stratégique - p. 47-55

La France et l'Otan : entre méfiance politique et rapprochement doctrinal - André Dumoulin

Les critiques diplomatiques françaises autour d’une Otan tendant à devenir une organisation « attrape tout », sinon « le gendarme du monde », vont de pair avec le refus répété de revenir dans les organes intégrés de l’Alliance. Aujourd’hui, la France refuse d’être repliée sur elle-même, tant sur le plan militaire, opérationnel, doctrinal et technologique. Il existe bien des niches de rapprochement, des jeux d’influences, des tentatives de partages, des interactions doctrinales. Il s’agit de poser ses marques au sein même de l’Otan. Le « jeu » français de la concurrence entre organisations Otan-UE, puis la stratégie du balancier ont fait place à une plasticité diplomatico-militaire imposant de « travailler » dans l’esprit d’une complémentarité entre l’Alliance et l’Union européenne, de s’assurer d’une place dans le commandement de coalitions de circonstance et d’acquérir un savoir-faire aux côtés des Américains si nécessaire lors d’opérations particulières.

N° 684 Mars 2006 - p. 45-55

Dissuasions française et américaine : scénarios pour l'Europe - André Dumoulin

Version écrite de l’intervention d’André Dumoulin au colloque des « Club Participation et Progrès » et « Démocraties », sur « La dissuasion nucléaire française en question(s) », Paris, 23-24 septembre 2005, qui tient compte aujourd’hui des déclarations du président Chirac du 19 janvier 2006. Le nucléaire entre en zone de turbulence, non plus dans la dynamique de la crédibilité face à la course technologique, mais par la mise en évidence de risques proliférateurs. Au concept de dernier recours dans la stratégie de l’Otan répond le discours politique de la dissuasion française qui prend en compte certains aspects du terrorisme nucléaire par complicité étatique. Flexibilité, crédibilité et tous azimuts deviennent les mots-clés dans un environnement incertain.

N° 683 Février 2006 - PESD - Veille stratégique - p. 25-33

L'Union de l’Europe occidentale (UEO) crépusculaire - André Dumoulin

Longtemps unique organisation intra-européenne compétente en matière de défense, l’Union de l’Europe occidentale (UEO) est dans une nouvelle phase d’amaigrissement au profit de la PESD et de l’Agence européenne de l’armement. Son avenir très incertain repose à la fois sur l’évolution du dossier du Traité constitutionnel européen et sur l’ampleur des économies budgétaires imposées par les capitales. En attendant, l’UEO survit comme référent prudent à la défense collective (avec son article V) et s’exprime par le dynamisme de son Assemblée parlementaire.

N° 671 Janvier 2005 - p. 17-28

La recherche « stratégique » en Belgique - André Dumoulin

La recherche « stratégique » au sens large, est en Belgique très peu représentée. Elle est parcellaire, dispersée et fortement marquée par les écoles de pensée des relations internationales et le différentiel de posture entre communautés linguistiques. Le peu d'intérêt de l'opinion publique et des décideurs politiques pour ces matières devrait amener à terme le regroupement des chercheurs au sein d'une structure réunissant les deux grands pôles que sont l'Institut royal des relations internationales (Irri) d'un côté, et l'ERM/IRSD/CED de l'autre, sous la forme de réseaux pluridisciplinaires ouverts aux universités.

N° 653 Mai 2003 - Repères - Opinions - Débats - p. 127-133

Vers une coopération renforcée belgo-germano-française ? - André Dumoulin

Les événements en Irak et les tensions au sein de l'Otan à propos de la sécurité de la Turquie ont singulièrement donné une large visibilité au trio belgo-germano-français. Ce rapprochement qui repose à la fois sur une proximité géographique et institutionnelle n'est-il que conjoncturel ou repose-t-il sur des bases solides avec un projet assuré ? Peut-il aboutir à une coopération renforcée dans le champ de la sécurité-défense ou sera-t-il mis à mal par la permanence des intérêts stratégiques entre la France et le Royaume-Uni ?

35 résultats

Juin 2020
n° 831

La puissance américaine : assise et évolutions stratégiques

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...