Novembre 2022 - n° 854

Nouvelles questions militaires et stratégiques

« Envers et contre tous il faut croire à son pays et en son avenir. »

Hélie Denoix de Saint-Marc

Après 250 jours de batailles depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine, le retour de la guerre de haute intensité oblige à revoir l’ensemble de notre façon d’envisager les conflits de demain, entre hybridité et usage aveugle de la force brute. De nouvelles approches sont désormais nécessaires pour à la fois comprendre les bouleversements géopolitiques accélérés depuis le 24 février 2022 et adapter notre défense pour y faire face. Sans pour autant se limiter à ne prendre en compte que les enseignements tirés des combats à l’est de l’Ukraine, car ce serait une erreur stratégique que de ne se focaliser exclusivement sur ce théâtre. Lire la suite

  p. 1-1

Nouvelles questions militaires et stratégiques

Jusqu’à la fin de la guerre froide, la défense de la France a organisé le territoire. La loi du 16 mars 1882 a fondé durablement son fonctionnement avec sa dimension territoriale qui a été abandonnée, le contexte géopolitique éloignant la menace directe. Aujourd’hui, la question peut se reposer et oblige à repenser cette relation. Lire les premières lignes

  p. 7-12

La mobilité stratégique de nos forces armées est une condition essentielle pour le succès opérationnel. Or, ces capacités ont été réduites, fragilisant la cohérence de nos actions. Au regard du 24 février 2022 avec la guerre en Ukraine, il convient de revoir à la hausse nos moyens, en particulier pour les vecteurs aériens. Lire les premières lignes

  p. 13-17

La donnée est l’élément central nécessaire au raisonnement puis à la décision. La donnée est donc indispensable pour le chef militaire. Acquisition, traitement et classement des données sont essentiels pour obtenir le succès. Dès lors, la guerre « donnée-centrée » est aujourd’hui une réalité inévitable. Lire les premières lignes

  p. 18-23

La rémunération des militaires est une des conditions clé de leur fidélisation et de leur attachement à servir. D’où l’enjeu que représente la nouvelle politique de rémunération des militaires (NPRM) qui doit contribuer à consolider le modèle d’armée professionnelle. Il reste à vérifier l’efficacité de cette nouvelle NPRM. Lire les premières lignes

  p. 24-32

Le changement climatique oblige les États à réagir, mais cela n’est pas antinomique avec la défense de nos intérêts et la consolidation de nos industries d’armement. Il importe que l’UE prenne conscience de ce double enjeu et arrête de faire preuve d’une naïveté confondante par rapport à sa propre sécurité. Lire les premières lignes

  p. 33-38

Économie de guerre, économie dirigée, une approche économique différente de l’économie globalisée libérale et mondialisée que nous connaissons. Passer à une économie de guerre nécessite de profondes et rapides mutations sous le contrôle étroit de l’État, afin de répondre à des besoins opérationnels conséquents. Lire les premières lignes

  p. 39-43

L’année 2021 a vu un embrasement dans plusieurs territoires dans les Outre-mer, obligeant à un déploiement conséquent de la Gendarmerie quasi simultanément en Nouvelle-Calédonie et dans les Antilles. Avec l’appui sans faille des forces armées, les gendarmes ont su ramener la sécurité et l’ordre public. Lire les premières lignes

  p. 44-50

Il y a 50 ans

RDN n° 316, novembre 1972« Il faut toujours laisser à son adversaire une ligne de retraite, un moyen de ne pas perdre la face. Ainsi faisaient jadis les princes chrétiens – les paix qui suivaient les guerres étaient honorables pour le vaincu. » Lire la suite

  p. 52-52

Gouvieux 2022

Les crises intérieures sont une réalité et sont de plus en plus polymorphes. La Gendarmerie, de par sa militarité, se révèle être un acteur essentiel pour relever ces défis sécuritaires. Les évolutions en cours permettront aux gendarmes d’active et de réserve de répondre avec efficacité aux risques d’un environnement conflictuel. Lire les premières lignes

  p. 53-58

La guerre en Ukraine oblige à tirer de nombreux enseignements dont la recomposition « multipolaire » du monde. Il faut également souligner l’usage désinhibé de la force, avec toutes les conséquences pour notre propre défense, prenant en compte nos limites et nos dépendances. Lire les premières lignes

  p. 59-64

Repères

Après des décennies dédiées aux Opex, les armées françaises pourraient se retrouver face à un conflit de haute intensité en Europe, conséquence possible de la guerre en Ukraine. Il importe donc de réfléchir aux implications d’une telle mutation de la conflictualité et d’en tirer les enseignements notamment doctrinaux. Lire les premières lignes

  p. 65-69

En 1975, l’Acte final d’Helsinki marquait une étape décisive dans le processus de dialogue entre le bloc occidental et le pacte de Varsovie dirigé par l’URSS. Or, aujourd’hui, tous les principes posés alors semblent remis en cause, d’autant plus qu’une nouvelle puissance, la Chine, se veut être reconnue. Lire les premières lignes

  p. 70-77

Opinions

L’humour et la bravoure sont souvent très utiles en temps de guerre. Ils permettent une certaine distanciation avec le tragique des événements et servent de « respiration » face à l’absurde. Le conflit en Ukraine voit les Ukrainiens faire preuve d’une très grande résilience grâce, notamment, à un sens aigu de l’humour. Lire les premières lignes

  p. 78-82

Face aux évolutions stratégiques accélérées par la guerre en Ukraine, la défense belge envisage un effort budgétaire pour ses capacités qui avaient connu de fortes réductions depuis des décennies. Le plan STAR (sécurité/service, technologie, ambition, résilience) permettra de redonner à la Belgique un nouveau rôle à ses armées. Lire les premières lignes

  p. 83-88

Approches régionales

La doctrine nucléaire nord-coréenne reste complexe à décrypter tant la transparence n’est pas une vertu première du régime de Kim. Cependant, certains éléments permettent de comprendre les ambivalences de la dissuasion voulue par Pyongyang, avec beaucoup de gesticulations et de déclarations comminatoires. Lire les premières lignes

  p. 89-96

Approches historiques

Le sabordage, le 27 novembre 1942, de la quasi-totalité de la Flotte à Toulon constitue une défaite morale au nom d’une conception de l’honneur touchant à l’aveuglement. La fidélité absolue au Maréchal Pétain priva la France combattante d’un outil parti en fumée. Lire les premières lignes

  p. 97-106

Il y a juste 60 ans, la crise de Cuba posait la question de l’emploi de l’arme nucléaire et de la dissuasion. Le sang froid de J.F. Kennedy permit d’éviter l’escalade sans pour autant humilier l’URSS. À l’heure de la guerre en Ukraine, réétudier cet épisode de tension reste indispensable pour comprendre la grammaire nucléaire. Lire les premières lignes

  p. 107-112

1961-1962 : l’Algérie choisit l’indépendance, après des années de guerre et de violence. Pourtant, les nouveaux élèves de l’ENA y sont affectés, souvent après y avoir servi sous l’uniforme. Et surtout avec l’ambition d’y agir pour le bien collectif, voyant alors leurs illusions s’envoler face aux déchirures entre Européens et Algériens. Lire les premières lignes

  p. 113-120

Chronique

La question polonaise a traversé les siècles depuis le XVIe siècle avec la difficile constitution d’un État viable et indépendant. Son existence fut souvent contestée par ses puissants voisins, la Russie et ce qui allait devenir l’Allemagne. Il fallut attendre la chute du Mur (1989) pour que Varsovie puisse enfin exercer sa souveraineté. Lire les premières lignes

  p. 121-124

Recensions

Régis Debray : D’un Siècle l’autre  ; Gallimard, 2021 ; 300 pages - Thibault Lavernhe

La lecture d’un ouvrage de Régis Debray est toujours une cure salutaire. Outre le plaisir que l’on prend à lire cet esprit vif au style clair et lapidaire, s’y ajoute la satisfaction de mettre des mots sur des sentiments parfois diffus. Ce don de l’explication sans doute le propre de tout observateur avisé et cultivé, qui a beaucoup vu et beaucoup fait, tel Régis Debray à l’automne de sa vie. Que nous apporte donc D’un Siècle l’autre ? Lire la suite

  p. 125-126

Général André Beaufre : Le Drame de 1940  ; Préface du général Le Nen ; Éditions Perrin, 2020 ; 358 pages - Claude Franc

Tout le monde connaît le général Beaufre, certainement l’esprit le plus brillant de sa génération, et beaucoup ont eu son Introduction à la Stratégie comme livre de chevet. Lire la suite

  p. 126-130

Raymonde Litalien : La Louisiane, une affaire d’État (1684-1687)  ; Septentrion, Québec, 2021 ; 160 pages - Jean Esmein

Ce livre est fort intéressant. On y lit les circonstances dans lesquelles Cavelier de La Salle s’embarqua pour une mission militaire qu’il se savait mal équipé pour accomplir, mais qu’il accepta pour enfin retrouver l’embouchure du Mississippi et l’ouvrir au commerce et au peuplement, comme le Saint Laurent. Le texte met en valeur deux manuscrits de témoins de sa dernière expédition, pour laquelle on peut dire que La Salle se commit personnellement à constituer la Louisiane. C’est un complément d’histoire, fresque accolée à une expédition assez mince, mais chargée d’enjeux régaliens. Cette fresque déroule la vie d’une petite troupe qu’on voit emmenée en mer, débarquée n’importe où, et tôt décontenancée de la tournure prise par les événements, car La Salle n’expliquait rien. Les manuscrits composent deux tableaux, l’un en mer devant la côte de l’actuel État du Texas, l’autre suivant l’exode d’un groupe en survie dans les bois à la recherche du Mississippi (appelé d’ailleurs fleuve Colbert). Lire la suite

  p. 130-132

Revue Défense Nationale - Novembre 2022 - n° 854

Nouvelles questions militaires et stratégiques

New Military and Stategic Questions

Up to the end of the Cold War, the defence of France directed the manner in which the territory was organised. The long-standing law of 16 March 1882 which established this territory-based organisation was abandoned once the geopolitical situation removed any direct threat. Today this matter might well be raised again and the link between defence and territory be reconsidered.

The strategic mobility of our armed forces is an essential condition for operational success. The capability has nevertheless been reduced, with a deleterious effect on the coherence of our actions. In the light of 24 February 2022 and the war in Ukraine, it is timely to increase our assets—in particular, our airborne assets.

Data is necessarily central to thought processes and to subsequent decision-making, hence data is essential for the military chief. Acquisition, handling and classification of data are critical to success. It follows that data-centric warfare is now inexorable.

The pay of military personnel is one of the key conditions for their retention and willingness to serve. The new military pay policy (Nouvelle politique de rémunération des militaires—NPRM) therefore represents a major stake in consolidating the professional armed forces model. The effectivenss of this new NPRM remains to be seen.

Climate change is forcing countries to react, but such reaction is not antonymous to defending our interests and consolidating our arms industries. It is important for the EU to take stock of this double issue and to put an end to its stupendous naïvety with regard to its own security.

A war economy implies a state-controlled economy: an economic approach different from the liberal and globalised economy that we are used to. To move to a war economy requires rapid and fundamental changes under strict state control in order to respond to major operational requirements.

Unrest in several overseas territories during 2021 required deployment of the Gendarmerie in considerable numbers almost simultaneously in New Caledonia and the French West Indies. With the support of the armed forces the gendarmes were able to return public order and security.

Gouvieux 2022

Current domestic crises come in increasingly different forms. By virtue of its military nature, the Gendarmerie is an essential player in facing up to such security challenges. Changes now underway will active and reserve gendarmes to respond effectively to the risks inherent to a conflictual environment.

Many lessons have to be drawn from the war in Ukraine, among which the multi-polar recomposition of the world. The uninhibited use of force needs also to be highlighted together with the consequences for our own defence, taking into account our limits and dependencies.

Viewpoints

After decades of overseas operations, French armed forces could find themselves facing high-intensity conflict in Europe as a possible consequence of the war in Ukraine. It is therefore important to consider the implications of such a change in the style of conflict and from them draw lessons, particularly regarding doctrine.

The Helsinki Accords of 1975 were a decisive step in the process of dialogue between the Western bloc and the USSR-led Warsaw Pact. Today, it would seem that the principles then agreed are being called into question, especially since a new power, China, seeks to be recognised as such.

Opinions

Humour and bravura are frequently of great value in times of war. They allow us to step back from the tragedy of events and offer a breathing space when facing the absurd. In the conflict in Ukraine we are seeing tremendous resilience among Ukrainians, in particular thanks to their sharp sense of humour.

In the face of the increasingly rapid strategic developments resulting from the war in Ukraine, extra budgetary effort is being envisaged for Belgian defence forces, which for several decades have suffered considerable reductions. The STAR plan (security/service, technology, ambition and resilience) will give a new role to Belgian forces.

Regional Approaches

Deciphering North Korean nuclear doctrine remains a complex exercise given that transparency is hardly one of the Kim regime’s prime virtues. A number of elements allows us to understand ambivalences in Pyongyang’s vision of deterrence—one accompanied by much tirade and gesticulation.

Historical Approchaes

The scuttling of almost the entire French fleet in Toulon on 27 November 1942 was a moral defeat in the name of a concept of honour bordering on blindness: absolute loyalty to Marshal Pétain deprived French forces of an asset that went up in smoke.

Just 60 years ago the Cuban Missile Crisis raised questions of deterrence and the use of nuclear weapons. President JF Kennedy’s sangfroid prevented escalation yet avoided humiliating the USSR. With the war now being waged in Ukraine, it is essential to have a new look at that period of tension in order to understand nuclear language.

1961-1962: Algeria chose independence after years of war and violence, despite which newly-graduated pupils from the ENA (the national school of administration) were appointed to the country, often having already served there in uniform. They went with great ambition to act for the common good yet saw their illusions evaporate in the face of rifts between Europeans and Algerians.

Chronicle

Since the 16th century the Polish question had remained an enigma, given the difficulty in establishing a viable and independent state. Its existence has often been contested by its powerful neighbours—Russia and what was to become Germany—and it was not until the fall of the Berlin Wall in 1989 that Warsaw was at last able to exercise its sovereignty.

Book Reviews

Régis Debray : D’un Siècle l’autre  ; Gallimard, 2021 ; 300 pages - Thibault Lavernhe

Général André Beaufre : Le Drame de 1940  ; Préface du général Le Nen ; Éditions Perrin, 2020 ; 358 pages - Claude Franc

Raymonde Litalien : La Louisiane, une affaire d’État (1684-1687)  ; Septentrion, Québec, 2021 ; 160 pages - Jean Esmein

Revue Défense Nationale - Novembre 2022 - n° 854

Nouvelles questions militaires et stratégiques

Après 250 jours de batailles depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine, le retour de la guerre de haute intensité oblige à revoir l’ensemble de notre façon d’envisager les conflits de demain, entre hybridité et usage aveugle de la force brute. De nouvelles approches sont désormais nécessaires pour à la fois comprendre les bouleversements géopolitiques accélérés depuis le 24 février 2022 et adapter notre défense pour y faire face. Sans pour autant se limiter à ne prendre en compte que les enseignements tirés des combats à l’est de l’Ukraine, car ce serait une erreur stratégique que de ne se focaliser exclusivement sur ce théâtre.

C’est ainsi que le dossier de ce mois propose plusieurs pistes de réflexion autour des évolutions nécessaires de notre écosystème de défense. Ainsi, la défense opérationnelle du territoire qui avait été mise en sourdine après la disparition de la menace soviétique redevient une exigence opérationnelle alors même que de nombreux « déserts militaires » ont de fait vu disparaître en métropole la présence de nos armées. Dans certains départements, seul le délégué militaire départemental avec sa petite équipe maintient un semblant d’armées. C’est d’ailleurs un des enjeux pour la Gendarmerie nationale – dont la militarité est vitale et essentielle – que d’assurer en même temps cette permanence militaire et le maintien de l’ordre public, alors même que celui-ci est de plus en plus contesté par des manifestants ou des groupes hostiles à l’État et à ses représentants.

Autre leçon brutalement imposée par le 24 février, le passage à une « économie de guerre ». Avec les « dividendes de la paix », il est vrai que notre BITD avait dû s’adapter et s’inscrire dans des schémas économiques marqués par les flux et la diminution des budgets. Au point de maintenir parfois le juste nécessaire pour conserver des savoir-faire précieux. Or, l’accroissement des menaces polymorphes oblige désormais à revoir à la hausse nos besoins, mais aussi de travailler différemment pour affermir notre souveraineté stratégique largement mise à mal ces dernières décennies. La crise sanitaire commencée en janvier 2020 avec la Covid-19 et maintenant la guerre en Ukraine ont révélé nos faiblesses et nos lacunes mettant à mal notre capacité à assurer notre indépendance, tant au niveau national qu’européen. Cela oblige à revoir le fonctionnement de la BITD pour être plus réactif, plus productif et donc plus efficace.

Cette accélération du tempo géopolitique se fait dans une recomposition « multipolaire » du monde comme l’ont démontré les « Conversations de Gouvieux » de juillet. Au tragique du monde, il faut désormais faire face et accepter simultanément la remise en cause des équilibres internationaux, mais aussi le besoin et l’exigence absolue de préparer notre défense à relever ces nouveaux défis, sous peine un jour de devoir revivre le tragique de l’histoire.

Celle-ci revit ce mois-ci avec deux épisodes indispensables à être relus avec acuité : le 80e anniversaire du sabordage de la Flotte à Toulon, où l’aveuglement ne permit que de sauver l’honneur et le 60e anniversaire de la crise des missiles de Cuba, où le sang-froid, associé à la fermeté permit d’éviter l’apocalypse. ♦

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Novembre 2022 - n° 854

Nouvelles questions militaires et stratégiques

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.