Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juin 1984 - n° 444

  p. 9-26
  p. 27-49

Cet article est la conséquence logique d'un précédent article que l'auteur nous avait donné, en décembre dernier sur les résultats de la réunion de Madrid et sur les suites de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). La Conférence de Stockholm est en effet une des réunions annoncées dans le document de clôture et qui s'étendront jusqu'en fin 1986.

  p. 51-67

D'origine yougoslave, l'auteur maîtrise les langues slaves et russe mais les difficultés de terminologie sont nombreuses car on ne peut trouver d'équivalent exact dans les deux langues. Aussi a-t-il préféré utiliser des termes qui sont souvent des traductions plus ou moins approchées du mot russe, plutôt qu'un terme technique français ayant pour nous un sens précis mais différent du concept soviétique.

  p. 69-82

L'auteur nous dépeint ici une institution nouvelle (le Conseil de coopération du Golfe ou CCG) propre à cette région du monde (péninsule arabique) et dont la réussite semble fort prometteuse.

  p. 83-104

Cet article est le texte d'un exposé fait par l'auteur, président du Conseil supérieur de la marine marchande et membre de l'académie de marine lors d'un séminaire intitulé « Transferts de technologie civil/militaire et stratégie ».

  p. 105-119
  p. 121-127
  p. 129-141

Chroniques

Le mois d’avril 1984 a été jalonné de conférences financières qui n’ont abouti à aucune décision notable mais qui auront permis de prendre le pouls de l’économie mondiale. L’essentiel s’est passé à Washington, au siège du Fonds monétaire international (FMI) qui venait de publier son rapport. Le Comité intérimaire du FMI, groupant 22 ministres, puis le Comité de développement, émanation du FMI et de la Banque mondiale, enfin le « Groupe des 24 », chargé des intérêts des pays du Tiers-Monde, ont tour à tour fait le point. Auparavant s’étaient concertés, à Paris, les grands argentiers de la zone franc. Lire les premières lignes

  p. 143-146

• La revue américaine Strategic Review dans son numéro d’hiver 1984, contient un article sur l’évolution de la stratégie nucléaire des États-Unis, dont les auteurs sont MM. Léon Sloss et Marc Dean Millot. Lire les premières lignes

  p. 147-150

Deux événements ont été au centre d’une controverse en ce mois d’avril 1984 : la fusillade de l’ambassade de Libye à Londres et l’écart de vol du Tupolev 134 dans le ciel de Toulon, le 16 avril. Deux événements qui ont agité la fourmilière des médias mais, il faut bien le reconnaître, avec plus d’imprécations que de raisonnements. Nous n’en faisons pas grief à nos confrères qui, en la circonstance, ont parfaitement traduit les sentiments de l’opinion. Pourquoi celle-ci a-t-elle été aussi secouée ? Lire les premières lignes

  p. 151-155

Selon le Maréchal Ogarkov qui signe un des articles majeurs de l’Encyclopédie militaire soviétique : « La stratégie militaire soviétique (Strategya Voyennaya, Tome 7, p. 564, Moscou, 1979) conçoit une guerre mondiale comme un choc décisif entre deux systèmes socio-économiques radicalement opposés… Dans une telle guerre, la majorité des États de la Planète se trouveront impliqués. Elle prendra alors la forme d’un affrontement général, d’une ampleur et d’une violence sans précédent entre coalitions de millions d’hommes ». Traitant des effectifs, il tire un peu plus loin l’enseignement suivant : « Comme le maintien en temps de paix de tels effectifs est pratiquement impossible, nous apportons une grande attention à la mobilisation ». Lire les premières lignes

  p. 156-158

La valeur d’une armée est pour une grande part fonction de celle de ses cadres, officiers et sous-officiers. C’est aux premiers qu’était consacrée notre chronique de mai 1984 dernier, à travers la réforme de l’enseignement à l’École spéciale militaire de Coëtquidan (Morbihan). C’est aux seconds que sera consacrée la présente chronique. Dans les deux cas, nous nous limiterons aux cadres de l’Armée de terre, car de leur qualité dépend largement celle de notre corps de bataille et de notre Force d’action rapide (FAR). Entre ces deux catégories de cadres existe un lien d’origine très fort puisque 80 % des officiers de l’Armée de terre proviennent des sous-officiers (1)Lire les premières lignes

  p. 159-166

Du 6 au 10 avril 1984, un voyage de presse organisé par l’antenne terre du Service d’information et de relations publiques des Armées (Sirpa), a permis à une dizaine de journalistes – essentiellement de la région Picardie – de rencontrer les volontaires du contingent affectés aux Éléments français d’assistance opérationnelle en République centrafricaine (EFAO, RCA). Lire les premières lignes

  p. 167-170

L’avenir de la protection du trafic pétrolier au Moyen-Orient Lire les premières lignes

  p. 171-174

L’augmentation rapide du coût de l’heure de vol, alliée à de récentes percées technologiques sont à l’origine du développement de simulateurs de vol de plus en plus sophistiqués. Notre propos est de faire le point sur ces systèmes et leur utilisation actuelle et à venir au sein de l’Armée de l’air. Lire les premières lignes

  p. 175-177

L’Angola sans la Namibie Lire les premières lignes

  p. 178-184

• La France garde son indépendance, c’est-à-dire sa capacité de dissuasion nucléaire. Elle consulte ses voisins et notamment la République fédérale d’Allemagne (RFA). Elle souhaite un débat public. Elle attache une grande importance à l’assemblée de l’Union de l’Europe occidentale (UEO). Elle souhaite que la production des armements soit mieux coordonnée au niveau européen mais elle ne peut envisager de partager la responsabilité des armes suprêmes parce que ce partage, s’agissant d’armes nucléaires, n’est pas imaginable. Lire la suite

  p. 185-185

Bibliographie

Centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale de Montpellier (dir.) : Forces armées et systèmes d’alliances  ; (Actes du colloque international) ; Fondation pour les études de défense nationale (FEDN), 1981 ; 427 pages - Olivier Sevaistre

Ce colloque, qui a eu lieu à Montpellier du 2 au 6 septembre 1981, s’intégrait dans le programme des activités de la Commission internationale d’histoire militaire comparée présidée par le professeur André Corvisier, de l’Université Paris-Sorbonne, qui a prononcé l’adresse introductive. Réunissant des historiens de divers pays (89 étrangers sur 224 participants effectifs), il a été l’occasion de rencontres entre les militaires et les universitaires. Lire la suite

  p. 186-186

Revue Défense Nationale - Juin 1984 - n° 444

Revue Défense Nationale - Juin 1984 - n° 444

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Juin 1984 - n° 444

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.