Mai 1956 - n° 136

Quelques années avant le dernier conflit mondial, un parti politique couvrit d’affiches les murs de Paris. Ces affiches, qui comportaient plusieurs cartes géographiques de l’Europe, montraient de façon frappante le plan de conquête établi par l’Allemagne hitlérienne. On y voyait cette dernière absorber successivement l’Autriche, la Bohême, la Pologne, la moitié de la France, la côte nord-ouest de l’Espagne, et enfin l’Ukraine. Les dates de ces annexions étaient même données, avec la précision du mois. À cette époque, le Français moyen, insouciant et sceptique, se contenta de sourire, de hausser les épaules ou de crier à la provocation. Et cependant, année par année, il put voir se matérialiser le vieux rêve monstrueux des pangermanistes. Après l’armistice de juin 1940 même, ceux qui se souvenaient encore de ces affiches, marquées de la svastika, découvrirent avec horreur que la ligne de démarcation y avait été fort exactement tracée. Quant aux dates, Hitler était « en avance » sur son plan ! Lire les premières lignes

  p. 531-553

« Comme une barre à l’embouchure d’un grand fleuve, le service militairese dresse… devant toute la jeunesse à l’entrée de la vie. Sera-t-il un péril où risqueront de sombrer ces corps, ces cœurs et ces esprits, ou sera-t-il l’épreuve fortifiante d’où elle sortira mieux trempée ? Toute la question est là ». Lyautey.
  Lire les premières lignes

  p. 554-567

Les interférences d’ordre international qui se produisent en Afrique noire française visent à créer un climat psychologique défavorable à notre action, à saper notre autorité et provoquer la rupture des liens existant entre la métropole et ses territoires d’outre-mer. Lire les premières lignes

  p. 568-580

CE titre général souligne un fait irréfutable : le Gouvernement de la République populaire de Chine étend aujourd’hui son autorité sur des territoires qu’avaient quelquefois embrassés les empires de Chine, du ixe au xxe siècle, dans les périodes de leur plus grande expansion. Lire les premières lignes

  p. 581-593

Au lendemain de la signature du Traité de l’Union de l’Europe Occidentale, le 23 octobre 1954, toutes les espérances étaient permises. Beaucoup pensaient que la nouvelle organisation serait le point de départ d’une nouvelle formule de construction européenne incluant la Grande-Bretagne et respectant les souverainetés des États signataires. Lire les premières lignes

  p. 594-604

On se bat en Afrique du Nord après s’être longtemps battu en Indochine. Est-il trop tard pour revenir sur la campagne d’Extrême-Orient, pour tenter de rechercher les clauses de l’échec final ? Est-il possible d’appliquer les enseignements d’Indochine à l’Afrique du Nord, malgré les évidentes différences de climat, de population, de terrain, de situation ? Il est toujours utile de raisonner sur un « cas concret » et d’en tirer les conclusions. Les leçons d’Indochine ont été payées assez cher pour qu’elles servent, au moins partiellement, à inspirer les solutions des problèmes présents. Ceux-ci ne se présentent pas seulement en Afrique du Nord. Il ne faut pas qu’un conflit local masque l’évolution de la guerre. Or, la guerre d’Indochine a été un long exemple de ce qu’était une guerre révolutionnaire, dans laquelle les facteurs psychologiques et passionnels jouaient comme des éléments de force et se combinaient étroitement avec les facteurs proprement militaires. Lire les premières lignes

  p. 605-623

La Division Mécanique Rapide (D.M.R.) continue, depuis sa création, à faire l’objet de controverses passionnées. Partisans et adversaires se disputent à l’envi sur les missions qu’elle peut remplir, sa structure et son emploi. Hérétiques, certains de ses amis lui portent plus de tort que ses détracteurs les plus farouches. Lire les premières lignes

  p. 624-632
  p. 633-637
  p. 638-643

Chroniques

  p. 644-648
  p. 648-652
  p. 652-656
  p. 656-661

Algérie.  Le vote des pouvoirs spéciaux, la discussion au sein du gouvernement des problèmes de la reconversion tactique et de l’accroissement des effectifs, la déclaration de M. Pineau [ministre des Affaires étrangères] devant la presse anglo-américaine, le 2 mars 1956, et les réponses des Ambassadeurs de Grande-Bretagne et des États-Unis ont reporté l’attention, au cours du mois de mars, de l’Algérie à la métropole. Lire les premières lignes

  p. 661-663

Bibliographie

« Il faut orienter la culture ».
Gabriel Bonnet.
 Lire la suite

  p. 664-666

Norbert Casteret : Sondeurs d’abîmes  ; Librairie Perrin, 1955 ; 254 pages - R. Bt.

L’auteur a consacré sa vie à l’étude des grottes et des abîmes. Il a tiré de son expérience et de ses découvertes de nombreux ouvrages. Celui-ci a pour objet principal l’expédition d’août 1954 au cours de laquelle fut accompli le tour de force de ramener en surface du gouffre de La Pierre Saint-Martin (Pyrénées) le corps du spéléologue Marcel Loubens (décédé accidentellement deux ans plus tôt). Après le récit de cette entreprise qui exigea de tous les membres de l’équipe un courage souvent porté aux limites des possibilités humaines, Norbert Casteret nous fait un vivant historique des débuts de la spéléologie et nous expose une des formes dramatiques de la vie des gouffres sous le titre : « Les chiens des abîmes ». Lire la suite

  p. 666-666

James Shepley et Clay Blair Jr : La guerre secrète autour de la superbombe  ; Librairie Plon, 1955 ; 270 pages - R. Bt.

Est-ce un ouvrage de polémique ou une étude strictement objective ? Le volume fit scandale aux États-Unis ; de même que le sujet traité (la décision de fabriquer la bombe à hydrogène), il eut des détracteurs et des défenseurs passionnés. Lire la suite

  p. 666-666

Revue Défense Nationale - Mai 1956 - n° 136

Revue Défense Nationale - Mai 1956 - n° 136

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Mai 1956 - n° 136

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.