Août/Sept 1990 - n° 512

Conférence prononcée par le ministre des Départements et Territoires d’outre-mer, porte-parole du Gouvernement, devant les auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) le 3 avril 1990. Lire la suite

  p. 9-23

La Nouvelle-Calédonie est un territoire d’outre-mer retombé un peu dans notre oubli depuis quelque temps au profit de bouleversements plus proches de nous. L’analyse des facteurs favorables et défavorables de la situation sur le « Caillou » est tout à fait juste, mais ne permet en aucun cas de faire un diagnostic d’avenir, et l’auteur s’en garde bien ; aussi termine-t-il par cette très heureuse formule : « avoir le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté ». Lire les premières lignes

  p. 25-35

Le Japon

La nation, comme l’être humain, est de nature hétérogène : on ne saurait la juger en ne s’attachant qu’à un seul de ses aspects. Il en va de même pour la nation japonaise : pour bien la juger, il faut tenir compte de sa politique, de son économie, de sa société, de sa culture. Lire les premières lignes

  p. 37-44

De tous les grands pays, le Japon est sans doute celui dont la politique étrangère est la plus imbriquée dans l’économie. Elle repose sur la puissance industrielle, commerciale, financière de l’archipel ; l’élan vital du peuple nippon s’incarne aujourd’hui dans sa réussite économique. Lire les premières lignes

  p. 45-55

La création des forces d’autodéfense Lire les premières lignes

  p. 57-68

« Les Japonais ne respectent pas les règles du jeu ». Après Mme Edith Cresson, MM. Jacques Calvet et Alain Gomez, c’est M. Jacques Delors, président de la Commission des Communautés européennes, qui remet en cause, cette fois-ci, le comportement japonais. De quelles règles s’agit-il ? M. Delors l’a expliqué (1) : « Nous, les communautaires, nous sommes le continent le plus ouvert du monde, nous représentons à nous seuls 20 % du marché mondial contre 9 % pour les Japonais. Si ceux-ci veulent exercer leurs responsabilités, ils doivent appliquer les mêmes règles que nous. quoi qu’il leur en coûte ! » Lire les premières lignes

  p. 69-81

Repères - Opinions - Débats

L’amélioration des armements et, partant, la spirale des coûts dans laquelle les processus de recherche, développement et fabrication les entraînent, font l’objet de nombreuses réflexions d’experts qui sont souvent loin de s’accorder sur la bonne formule à proposer pour satisfaire tous les critères. L'auteur est spécialiste de la lutte sous-marine. Lire les premières lignes

  p. 83-93

Sous un titre un peu sévère, ce texte est en fait un remarquable plaidoyer pour la défense des valeurs morales et intellectuelles de la France. L’auteur s’est déjà exprimé sur ce thème, mais dans ses aspects plus techniques, dans la revue StratégiqueLire les premières lignes

  p. 95-105

L'aureure connaît parfaitement les pays d’Amérique latine et spécialement ceux d’Amérique centrale. Après une décennie d’affrontements meurtriers accompagnés d’une véritable catastrophe économique, les élections nicaraguayennes et la volonté de cinq présidents centre-américains semblent avoir permis l’amorce réelle d’un processus de paix dans celle région. Bien des défis sont à relever, mais lorsque les armes se taisent et que les peuples se remettent au travail, aidés économiquement par l’extérieur, l’avenir paraît plus souriant. Lire les premières lignes

  p. 107-115

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Institut des langues et civilisations orientales, maintenant docteur en histoire du XXe siècle, spécialiste de la Chine tout particulièrement dans les domaines de la stratégie et de la défense, l'auteure fait le point des relations et négociations sino-soviétiques après les événements qui se sont produits dans presque tous les pays communistes. Elle nous montre quels sont actuellement les craintes mais aussi les atouts de la Chine face à un empire soviétique en voie d’éclatement. Lire les premières lignes

  p. 117-129

Les transferts de technologie de l’Ouest vers les pays de l’Est, officiels, officieux, même par espionnage industriel et « piratage », ont fait l’objet de quelques articles dans notre revue. Avec les changements survenus dans ces États, des stratégies visibles ou occultes vont se mettre en place dans ce domaine ; en particulier, quelles vont être les orientations du Cocom ? Cet organisme va-t-il même survivre ? L'auteure s’efforce d’apporter des réponses à ces questions, et en tout cas recommande aux Occidentaux de rester circonspects. Lire les premières lignes

  p. 131-147

L’Afrique subsaharienne va-t-elle dans l’actualité disputer la vedette à l’Europe de l’Est ? Le fait est que chaque jour apporte son lot d’événements, sanglants ou non, qui manifestent le trouble profond dans lequel se débat un continent devenu, en une génération, celui où l’on dénombre le plus de conflits armés. Lire les premières lignes

  p. 149-154

Chroniques

institutions internationales Lire les premières lignes

  p. 155-158

« La réforme militaire soviétique ». Depuis la fin de l’année 1988, la réflexion est ouverte en Union soviétique sur la réorganisation des forces armées, dans le cadre de la nouvelle pensée stratégique de suffisance défensive. Un débat oppose à ce sujet le haut commandement et les députés du Comité de la défense du Soviet suprême, dont le sous-comité « forces armées » a diffusé en avril 1990 un premier projet de réforme. Celui-ci, commenté par Suzanne Crow dans le numéro de juin de Jane’s Soviet Intelligence Review, vise à constituer une armée réduite en nombre, mais de meilleure qualité, à base de volontaires. Les arguments invoqués à l’appui de cette solution sont ceux de la diminution des pertes en cas de conflit (sic), du renforcement de la discipline, de l’allégement des problèmes sociaux, du climat de détente internationale et de la technicité croissante des armements. Lire les premières lignes

  p. 159-167

La controverse sur le statut de l’Allemagne unie au sein des systèmes militaires en place a été relancée par M. Gorbatchev le 12 juin. Dans un discours au Soviet suprême, ne suggérait-il pas que l’Allemagne devienne simplement « membre associé » de l’Otan ? Ce qui, en matière d’alliance militaire, ne signifie pas grand-chose. Dans La Croix du 13 juin 1990, Jean-François Bouthors considère qu’il s’agit d’un oui mais avant de faire ce constat : Lire les premières lignes

  p. 168-169

Recherche, exploitation et diffusion (1) Lire les premières lignes

  p. 170-173

Après trois réformes majeures en 1967, 1975 et 1983, se traduisant à chaque fois par des réductions d’effectifs significatives, l’Armée de terre devra sans doute faire face bientôt à une nouvelle compression, alors que surviennent dans son organisation et ses techniques des transformations importantes. Lire les premières lignes

  p. 174-175

Le Nord-Ouest de l’océan Indien est une zone de perturbations successives : les tensions dans le golfe Arabo-Persique ont atteint leur paroxysme en 1987 avec ce que l’on a appelé « la guerre du Golfe ». Le déploiement des marines occidentales et soviétique et la protection du trafic marchand contre les attaques des Pasdarans (Gardiens de la révolution islamique, Iran) ont fait la une de l’actualité durant de longs mois. Depuis le cessez-le-feu signé par l’Irak et l’Iran en août 1989, la situation redevenue normale, les feux des médias se sont éteints et la zone est repassée dans l’ombre. Lire les premières lignes

  p. 176-179

Tout le monde s’accorde aujourd’hui sur la nécessité d’améliorer le fonctionnement des administrations et le renouveau du service public est devenu une priorité gouvernementale. À ce titre, le concept de « qualité totale », qui s’est imposé ces dernières années dans les entreprises du secteur privé, constitue une voie de recherche digne d’intérêt. Lire les premières lignes

  p. 180-184

Afrique : évolution des affinités et des démarquages Lire les premières lignes

  p. 185-192

* Dans l’état présent des forces en Europe, l’Otan est nécessaire et doit maintenir sa cohésion, Allemagne unifiée comprise. Mais il sera bon de retoucher son contenu strictement militaire qui lui donne l’allure, à mon sens dépassée, du bloc contre bloc. Ce faisant, l’Alliance s’ouvrira à tous les problèmes politiques de sécurité relatifs à l’équilibre européen, étant entendu que son champ géographique restera celui qu’a fixé le traité et que la France y gardera son statut. En perspective, je souhaite qu’un jour l’Europe assure elle-même sa sécurité. En pratique, cela n’est pas réalisable de sitôt. Lire la suite

  p. 193-194

Bibliographie

Thierry de Montbrial : Que faire ? Les grandes manœuvres du monde  ; La manufacture, 1990 ; 538 pages - Marcel Duval

Nos lecteurs connaissent tous la personnalité de premier plan de Thierry de Montbrial, ingénieur général du corps des mines et président du département des sciences économiques à l’École polytechnique, puisqu’il dirige aussi depuis plus de 10 ans… l’Institut français des relations internationales (Ifri), dont il a été le fondateur après avoir été le directeur du Centre d’analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères, qu’il avait également contribué à créer au début des années 1970. Nous avons d’ailleurs eu l’honneur de présenter dans cette revue chaque année son Ramses, c’est-à-dire son Rapport annuel mondial sur le système économique et les stratégies, et aussi d’y commenter son livre intitulé La revanche de l’histoire, publié en 1984 chez Julliard. Lire la suite

  p. 195-198

Pascal Boniface (dir.) : L’année stratégique 1990  ; Stock et Iris, 1990 ; 550 pages - Claude Le Borgne

L’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), que dirige à l’Université de Paris-Nord Pascal Boniface, a groupé dans ce livre deux documents précieux : son Année stratégique et la version française du célèbre Military Balance de l’IISS (Institut international d’études stratégiques) de Londres. Dresser un tel état des lieux, en ces temps où la belle idée du soir est bévue demain matin, était un périlleux exercice. Les auteurs – nombreux – s’en sortent fort bien et on leur saura gré d’avoir fixé, au vol, ce moment crucial de nos incertitudes. Lire la suite

  p. 198-199

Pierre Béhar : Du Ier au IVe Reich. Permanence d’une nation, renaissance d’un État  ; Éditions Desjonquères, 1990 ; 192 pages - Bernard Deschard

Il y a quelques mois, Régis Debray notait que « la République fédérale [d’Allemagne, RDA], avec une grande insistance, cherchait à recomposer pacifiquement un espace germanique traditionnel ». C’est à l’étude des vicissitudes vécues dans cet « espace » par la communauté allemande qu’est consacré l’ouvrage de Pierre Béhar. Agrégé d’allemand, docteur ès lettres, l’auteur enseigne la littérature et la civilisation allemandes à l’Université de Limoges. Mieux que ne l’indique le titre, un peu accrocheur, le sous-titre annonce clairement ce que ce court essai entend proposer à la réflexion du lecteur : non pas un nouveau « précis » d’histoire de l’Allemagne, mais une analyse des relations entre la « permanence de cette nation et l’alternance de ses dissolutions et de ses résurrections politiques », et cela, dans la « conviction que seule la connaissance du passé permet l’intelligence de l’avenir ». Lire la suite

  p. 199-200

Catherine André, Martine Couderc et Jorge Grandi : L’avenir d’un continent  ; FEDN, 1989 ; 166 pages - Pierre Morisot

Trois experts, dont deux dames, font le point sur la situation de l’Amérique du Sud (Mexique, chapelet d’États de l’Amérique centrale et Caraibes exclus) au moyen de ce petit livre d’une exemplaire clarté. Concision dans l’exposé d’une situation complexe ne veut pas dire indigence : le lecteur appréciera notamment, dans le chapitre II, une série de descriptions menées en trois coups de crayon comme des esquisses, sur chacun des pays concernés, regroupés en trois ensembles : cône Sud, bloc andin, Venezuela. L’essentiel s’y trouve : l’étendue du littoral, les convoitises antarctiques, le poids de la dette, les inégalités sociales, les mouvements de guérilla, les considérables conséquences du conflit des Malouines et bien entendu… le cartel de Medellin. On rencontrera la même fine sobriété au chapitre suivant pour caractériser en quelques pages la position des divers États européens, puis, plus loin, à propos des fabrications d’armement, et enfin, vers la fin de l’ouvrage, dans l’énoncé des points de convergence entre les intérêts européens et latine-américains. Lire la suite

  p. 200-201

Pierre Grémion et Pierre Hassner (dir.) : Vent d’Est. Vers l’Europe des États de droit ? (actes d’un colloque)  ; Puf, 1990 ; 141 pages - Pierre Morisot

Les vents ont soufflé en direction du Centre d’études et de recherches internationales (Ceri) de la Fondation des sciences politiques, lors d’un colloque organisé à Paris en juin 1989, Ce petit livre à la couverture verte comme l’espoir rassemble les textes de quelques-unes des communications prononcées à cette occasion par des universitaires venus d’URSS et de « satellites » qui déjà ne l’étaient plus guère. Lire la suite

  p. 202-203

Fondation du Futur : Enjeux du monde. Bilan et perspectives 1989-1990  ; n° 2, 1990 - Eugène Berg

La Fondation du futur, animée par Jacques Baumel, a analysé au cours de nombreux colloques la plupart des faits, d’ordre stratégique, diplomatique, économique et financier, ou socioculturel, porteurs d’avenir. Pour les dix ans de sa création, 1989, elle ne pouvait rêver d’un plus bel anniversaire ! Elle a tenu à consigner cette année charnière dans une plaquette qui fait le point des principaux enjeux internationaux. Lire la suite

  p. 203-204

Le livre de l’Europe – Atlas géopolitique  ; Stock, édition n° 1, 1990 ; 318 pages - Eugène Berg

Une carte vaut bien mille mots, ce dicton chinois un peu transformé s’applique à merveille à l’Atlas géopolitique européen édité récemment par Stock. Certes, depuis maintenant douze ans, les « atlas géopolitiques », naguère inexistants, tout au moins en langue française, ont eu tendance à se multiplier. Mais abondance de biens ne nuit pas. On trouvera ici une série de cartes, schémas et tableaux portant respectivement sur les 12 pays de la Communauté économique européenne (CEE), ainsi que des citations de grands Européens (Mazzini, Hugo, Romain Rolland…), des pères fondateurs (Coudenhove-Kalergi, Briand, Adenauer, de Gasperi, Jean Monnet, Robert Schuman, Spaak), ou de grands témoins. Les autres parties retracent à l’aide de chronologies, de cartes et de schémas, l’histoire de l’Europe, de son économie, ses institutions, ses principales infrastructures, les principaux enjeux du Vieux Continent. Lire la suite

  p. 204-204

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1990 - n° 512

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1990 - n° 512

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Août/Sept 1990 - n° 512

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.