Décembre 1990 - n° 515

Discours du Premier ministre devant les auditeurs de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) le 22 octobre 1990. Lire la suite

  p. 9-21

La crise du Golfe

La crise du Golfe, loin d’être locale, affecte l’ensemble du monde arabe, et, au-delà, les relations entre celui-ci et les Occidentaux. Elle remet en question le rôle des États-Unis et de l’Union Soviétique dans les affrontements régionaux. Ce sont là des réalités évidentes, encore que ces réalités, ou tout au moins leurs manifestations, changent rapidement, rendant périmées en quelques jours les réflexions que l’on tente de formuler. L’exercice mérite cependant d’être tenté, d’abord pour ce qui concerne le monde arabe, puis le monde occidental avec les États-Unis et l’Europe, enfin l’Union Soviétique. Lire les premières lignes

  p. 23-41

La période actuelle présente un panorama diversifié en crises de toute nature. Nombreuses sont celles impliquant un volet militaire. Nombreuses aussi sont les situations de voisinage entre un État totalitaire puissamment armé et un autre, plus faible, convoité et vulnérable. Toutes ces situations n’évoluent pas nécessairement vers l’invasion du faible par le fort. Lire les premières lignes

  p. 43-51

Les relations franco-irakiennes ne datent pas de 1970. Elles sont beaucoup plus anciennes, remontant aux premiers temps du mandat britannique. Lire les premières lignes

  p. 53-63

L’attaque du Koweït par l’Irak le 2 août 1990 a suscité une réprobation universelle. L’invasion et l’annexion d’un État membre des Nations unies ne sauraient en effet être tolérées par la communauté internationale, comme le rappelait le Conseil de sécurité de l’Onu lors du vote à l’unanimité de la résolution 662, le 9 août dernier. Lire les premières lignes

  p. 65-76

Les États-Unis et l’URSS sont actuellement les deux seules puissances à disposer de satellites couvrant l’ensemble des utilisations militaires reconnues de l’espace : observation et alerte avancée, écoute, télécommunications, navigation, météorologie, rudiments d’armes antisatellites, voire antimissiles balistiques. Lire les premières lignes

  p. 77-86

Repères - Opinions - Débats

On a toujours mis en avant les « 45 jours de permission » des militaires, mais on a rarement évoqué les contraintes et les charges auxquelles ceux-ci sont soumis. C'est pourquoi il est fort utile de publier cet article qui résume les résultats d'une enquête sur l'emploi du temps des militaires : on pourra ainsi constater le décalage qui existe en fait entre la condition de ces derniers et l'environnement civil.

  p. 87-97

Cet article, comme celui sur le coût des armements publié en novembre, est tiré d'une communication faite au cours du séminaire économique de l'Otan en mai 1990. Il nous montre bien les difficultés qu'on rencontre si l'on veut déterminer avec précision l'effort de défense d'un pays à partir de son budget militaire.

  p. 99-110

Parmi tous les bouleversements qui se sont produits à l'Est, l'aspiration des pays Baltes à l'indépendance n'est pas des moindres. L'auteur nous brosse une synthèse des avantages et difficultés que ces États rencontreront sur ce chemin de l'indépendance. Lire les premières lignes

  p. 111-119

Depuis les événements du printemps de Pékin, sont apparues des évolutions dans les relations extérieures de la Chine. En particulier, comment se présentent celles avec les États du Sud-Est asiatique ?

  p. 121-137
  p. 139-150

Au cours de l’automne 1989, en quelques semaines, la division de l’Europe prend fin. Le glacis soviétique se décompose. Dans le sillage de cette débâcle, ce qui symbolise le partage du Vieux Continent se règle en moins d’un an : l’Allemagne retrouve son unité et sa souveraineté. L’Europe, objet privilégié des rapports Est-Ouest de la fin des années 40 aux années 80, se retrouve maîtresse de son avenir. Peut-être ne s’en rend-elle pas tout à fait compte… Lire les premières lignes

  p. 151-158

Chroniques

C’est par un coup de théâtre fort bien agencé que la livre sterling est entrée dans le SME. On savait depuis la Conférence de juin 1989 à Madrid que Mme Thatcher, Premier ministre du Royaume-Uni, n’était plus foncièrement hostile à une telle initiative mais, ne cessait-elle de répéter, elle ne serait prise qu’au moment opportun. Une manière de différer sans cesse la décision, pensaient tous les observateurs. Or, voici que le vendredi 5 octobre, juste avant la clôture de la Bourse, le chancelier de l’Échiquier (ministre britannique de l’Économie), M. John Major, annonce l’intégration de la devise britannique dans le SME à des conditions qu’il fixe lui-même, ne laissant au Comité monétaire de la Communauté économique européenne (CEE) que le soin de les approuver le lendemain. Lire les premières lignes

  p. 159-162

• « Maîtrise des armements navals ». La Strategic Review, organe de l’United States Strategic Institute de Washington, dans son numéro de l’été 1990, publie un article de Roger W. Barnett, ancien officier de marine et coéditeur avec Colin S. Gray d’un livre sur la puissance maritime et la stratégie. L’article porte comme titre « Naval Arms Control : a One-Way Channel ». Lire les premières lignes

  p. 163-169

Depuis trois mois, dans le Golfe, tout paraît avoir la fixité de la lumière sur les sables du désert. Conscients que la situation ne saurait demeurer éternellement ainsi, nos confrères sont aux aguets. Ils cherchent à découvrir le moindre signe d’infléchissement des autorités de Bagdad ou à mieux cerner les intentions de la coalition qui leur fait face. Nul n’est devin et l’analyse reste le seul recours. Celle-ci ne part-elle pas cependant constamment des mêmes prémisses ? Lire les premières lignes

  p. 170-172

La crise du Proche-Orient pourrait voir, après une première apparition lors de la crise de Panama (1892), l’emploi de l’avion de combat « furtif » Lockheed Martin F-117 Nighthawk. Cet appareil dont la construction est optimisée pour une signature radar minimale, a été développé puis mis en service dans le secret le plus total. Dans le même temps, la lutte tant politique que technologique se développe sur un programme américain exceptionnel : le bombardier Northrop B-2 Spirit, successeur du Rockwell B-1 Lancer ; un enjeu considérable qui soulève de nombreuses discussions et polémiques. Lire les premières lignes

  p. 173-175

La chronique de novembre a exposé la gestion du service national telle qu’elle se présentait en juin 1990. Les décisions annoncées en juillet : retrait des Forces françaises en Allemagne (FFA), réduction des effectifs terrestres et service à 10 mois, ont apporté en effet une certaine perturbation à la gestion prévisionnelle de la Direction centrale du service national (DCSN). La cohérence de ces décisions n’a pas toujours paru évidente, et il convient d’en rappeler la chronologie pour en apercevoir le lien. Lire les premières lignes

  p. 176-181

Depuis le 1er septembre 1990, la Ve région militaire expérimente les nouvelles structures Armées 2000. Ce plan vise un double objectif, opérationnel et économique, puisqu’il doit permettre une meilleure gestion des crises, mais aussi de mieux employer les ressources dans un contexte budgétaire difficile, tant en ce qui concerne les effectifs en personnels autorisés que les crédits alloués. Lire les premières lignes

  p. 182-184

Avant la fin de l’année, le Service de documentation sur les carrières de la marine (SDCM) et les trente-trois bureaux régionaux qui lui sont rattachés auront changé de sigle et d’appellation pour devenir des services et bureaux d’information, le Système d’information pour le contrôle des militaires (SICM) et les Bureaux d’information des carrières de la marine (BICM). Il serait hâtif de ne voir là qu’une modification de pure forme car, au-delà des mots, il s’agit d’une réelle adaptation de l’outil sur lequel repose, pour une très large part, la qualité du recrutement des marins. Cette adaptation traduit bien le souci qu’a la marine de remplir avec plus d’efficacité sa mission d’information à l’égard de ceux qui demain formeront ses rangs. Lire les premières lignes

  p. 185-188

« L’espace aérien est un bien collectif. Les affectations consenties à telle activité ou tel service public sont par nature précaires, révocables, modifiables. Elles créent, pour les bénéficiaires, des devoirs de gestion, d’information et d’ouverture à l’égard des autres usagers ». (Pierre Breuil, préfet, délégué à l’espace aérien). Lire les premières lignes

  p. 189-192

Les pays voisins de l’Afrique du Sud ont institué, en 1980, en réplique à des propositions faites par M. Pieter Botha, Premier ministre d’Afrique du Sud de créer une communauté économique des pays de l’Afrique australe, la « Conférence pour la coordination du développement de l’Afrique australe » (SADCC). Cet organisme a fêté, fin août 1990, son dixième anniversaire à Gaborone (Botswana). Ce fut l’occasion de faire une analyse de la situation de cette partie du continent dont la stabilité dépend, pour une part de la faculté d’adaptation de chaque État aux nouvelles donnes du jeu international, pour une autre part des dispositions que peut prendre le gouvernement de Pretoria en vue d’associer les formations politiques noires à l’élaboration et à la gestion des affaires de l’État et de supprimer toute trace d’un « développement séparé » surtout lorsque les règlements qu’il inspire prennent une forme « mesquine ». Lire les premières lignes

  p. 193-199

* Le président François Mitterrand a chargé le ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement de préparer des propositions précises qui devront être présentées d’ici à la fin de l’année en vue d’assurer, à l’horizon du prochain siècle, l’avenir de la dissuasion française et le maintien de sa crédibilité. Lire la suite

  p. 200-202

Bibliographie

Habib Ishow / Charles Saint-Prot : Le Koweït / Saddam Hussein, un gaullisme arabe  ; L’Harmattan, 1989 ; 202 pages / Éditions Albin Michel, 1987 ; 246 pages - Claude Le Borgne

Le Koweït, dans son exiguïté, mérite le diminutif dont on le nomme : Koweït, petit fort. Pour que l’annexion d’un si petit pays ait soulevé un si grand hourvari, il faut bien que l’affaire ne soit pas simple. Le livre de Habib Ishow, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), nous aidera à cerner sa complexité. Lire la suite

  p. 203-204

Paul Giniewski : L’an prochain à Jérusalem  ; Éditions Atlantic, 1990 ; 237 pages - Pierre Morisot

Comme l’annonce le sous-titre « Préhistoire de l’État d’Israël » et à l’exception d’un bref épilogue, la période décrite se termine en mai 1948 ; mais elle commence il y a bien longtemps, à l’époque du royaume de David. Lire la suite

  p. 204-205

François-Georges Dreyfus : Histoire de Vichy  ; Éditions Perrin, 1990 ; 918 pages - Olivier Sevaistre

Trente ans après le livre de Robert Aron, il était bon que quelqu’un s’en prenne aux mythes manichéens issus de la dernière guerre sur ce qui s’est passé en France depuis 1930, sans verser dans un stupide « révisionnisme ». C’est le travail courageux qu’a entrepris François-Georges Dreyfus, agrégé d’histoire, titulaire de la chaire d’histoire du XXe siècle et de sciences politiques de l’université de Strasbourg, directeur de l’Institut d’études européennes (IEP) de Strasbourg (il a été également adjoint RPR du maire de cette ville, de 1971 à 1989, et auditeur du Centre des hautes études de l’armement, CHÉAr). Lire la suite

  p. 205-206

William Shawcross : Dubeck, un homme pour toutes les saisons  ; Éditions Stock, 1990 ; 339 pages - Eugène Berg

Cette traduction de l’ouvrage paru en 1970 du célèbre journaliste britannique est agrémentée d’une préface et d’un épilogue fournis qui retracent la lente sortie de l’ancien dirigeant du « printemps de Prague » de son exil de Bratislava. Parcours pathétique fut le sien. Conçu à Chicago en 1921, né en Slovaquie, il passa sa jeunesse en Kirghizie et fut éduqué à Gorki où son père, charpentier marxiste, avait mené sa famille pour découvrir les merveilles de l’univers soviétique. Lire la suite

  p. 206-206

Revue Défense Nationale - Décembre 1990 - n° 515

Revue Défense Nationale - Décembre 1990 - n° 515

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Décembre 1990 - n° 515

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.