Novembre 1981 - n° 415

Exposé du Chef d'état-major des armées au Centre des hautes études de l'armement (CHEAr) le mardi 29 septembre 1981. Lire les premières lignes

  p. 7-26

La puissance soviétique est-elle sans faille ?

Comme nous en avons pris l’habitude, appréciée semble-t-il par nos lecteurs, nous leur présentons dans ce numéro la reconstitution des débats de notre dernière journée d’études, qui s’est tenue le 11 juin sous le patronage commun du Comité d’études de défense nationale (CEDN), éditeur de cette Revue, et de la Fondation pour les études de défense nationale (FEDN). Lire la suite

  p. 27-32
  p. 33-44
  p. 45-55

Après deux exposés consacrés au système politique soviétique, aux faiblesses des institutions et à leur avenir, il convient de réfléchir aux problèmes de la société soviétique. Peut-elle, à un moment donné, se transformer de société passive qui subit toujours en un élément actif du devenir politique de l’Union Soviétique ? Lire les premières lignes

  p. 57-70
  p. 71-78
  p. 79-86
  p. 87-98

Un sujet aussi vaste ne pouvait manquer de soulever un nombre considérable de questions et de remarques qui ont été, en fait, limitées par le temps disponible dans le programme de la journée d’études. Questions, commentaires et réponses ne pourront donc que poursuivre la réflexion ouverte par les exposés, sans pouvoir épuiser une matière extrêmement riche. Lire la suite

  p. 99-112

Les vulnérabilités de l’URSS sont nombreuses, mais on ne peut dire qu’elles portent réellement atteinte à sa puissance. Il en va différemment de la crise polonaise. Si celle-ci continuait à s’étendre, elle poserait à l’Union soviétique des problèmes de très grande ampleur. Lire la suite

  p. 113-125

Comme nous l'avons annoncé, cet article vient compléter, sur un sujet important, le dossier que nous avons constitué grâce à la reconstitution des débats sur le sujet : « La puissance de l'URSS est-elle sans faille ? »

  p. 127-134

Repères - Opinions - Débats

  p. 135-141
  p. 143-148

Chroniques

Traditionnellement, l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies, en septembre à New York, est l’occasion non officielle de la reprise de certaines négociations car, en dehors des séances où les positions sont affirmées de façon très catégorique, elle permet de nombreuses rencontres entre les ministres des Affaires étrangères. C’est ainsi que, le 23 septembre, l’entretien entre MM. Haig et Gromyko a été le premier du genre entre les chefs des diplomaties américaine et soviétique, depuis plus d’un an, et surtout depuis le changement de gouvernement à Washington. Lire les premières lignes

  p. 149-152

• Dans le numéro de septembre-octobre 1981 de la revue Herakles, Paul-Marie de La Gorce analyse « la nouvelle stratégie », c’est-à-dire les idées du nouveau ministre de la Défense M. Charles Hernu, telles qu’on peut les connaître dans ses écrits, en tenant compte de la différence qui peut exister entre le langage d’une personnalité d’opposition et celui d’un homme politique ayant assumé de hautes responsabilités. Lire les premières lignes

  p. 153-158

S’il n’y avait eu, en septembre, le plan de modernisation des forces stratégiques américaines, les problèmes de défense auraient été absents dans la presse française. Au mieux aurait-on pu faire écho à l’approbation générale qui a suivi l’allocution du Premier ministre, M. Pierre Mauroy, à l’ouverture de la session annuelle de l’IHEDN (Institut des hautes études de Défense nationale). Un consensus qui n’est aucunement négligeable, d’autant moins qu’il reste toujours préférable que les questions de Défense nationale ne soient pas l’occasion de déchirements internes. Il n’en est pas toujours ainsi et on le constate actuellement chez nos voisins de l’Alliance atlantique (Otan). Leur tendance au neutralisme aura d’ailleurs sa place dans cette chronique. Lire les premières lignes

  p. 159-162

Unique en son genre, l’USMC (United States Marine Corps) conserve, sans doute pour longtemps encore, son originalité. Créé il y a plus de deux siècles, il a longtemps fait partie de la Marine, mais constitue maintenant une 4e « armée », très particulière. Lire les premières lignes

  p. 163-166

Les deux plus hautes autorités de France ont eu, ces temps derniers, l’occasion de s’exprimer sur la politique de Défense et la politique militaire qu’elles entendent mener : le président de la République lors de sa conférence de presse du 24 septembre, le Premier ministre en ouvrant, le 14 septembre, la 34e session de l’IHEDN (Institut des hautes études de Défense nationale). Lire les premières lignes

  p. 167-171

La Société Matra a exposé au Salon de Satory 1981 la maquette en vraie grandeur du nouveau missile de défense aérienne à courte portée accompagné de l’affût trépied de lancement. Dénommé missile SATCP (Surface-air très courte portée), ce missile est prévu dans l’Armée de terre pour la défense des unités sur le terrain, avant la fin de la décennie 1980. Composé de deux fardeaux, d’un poids inférieur à 20 kg chacun, l’arme est déployée par deux hommes. L’un transporte le poste de tir et l’autre le missile abrité dans son tube de lancement. Le missile mesure 1,80 mètre de longueur, 90 mm de diamètre et pèse 17 kg. Il est équipé d’un moteur à poudre bi-étage et utilise des charges propulsives. Lire les premières lignes

  p. 172-176

Après la visite du président de la République à l’Île Longue, la présence du ministre de la Défense au lancement du Saphir, puis son séjour à bord du Clemenceau survenant quelques jours avant la participation de ce bâtiment à un important exercice de l’Alliance atlantique (Otan), ont été largement commentés par la presse tant régionale que nationale. En l’espace d’un mois, l’opinion publique a été informée en détail sur trois des principales composantes de la Marine nationale, tant au point de vue technique qu’opérationnel. Lire les premières lignes

  p. 177-179

Une des nouveautés du dernier Salon du Bourget a été l’hélicoptère Mi-26 qui faisait sa première apparition officielle. À ses côtés se trouvait le Mi-17 de taille plus modeste. Les aéronefs à voilure tournante ont donc eu une place de choix dans la représentation soviétique, limitée comme à l’habitude aux appareils de transport. Cette constatation traduit l’intérêt que porte traditionnellement l’industrie aéronautique soviétique aux hélicoptères depuis deux décennies environ. Lire les premières lignes

  p. 180-183

À première vue, et sans vouloir juger de l’opportunité de l’événement, l’opération Protea menée par l’Armée sud-africaine dans le Sud de l’Angola, paraît viser un triple objectif. En premier lieu, il fallait détruire les sanctuaires de la SWAPO (Organisation du peuple du Sud-Ouest africain) équipés par l’Union soviétique de missiles qu’il convenait de neutraliser ; Pretoria cherche d’ailleurs à justifier son action en soulignant l’intervention soviétique. Le second objectif est moins avouable mais tout aussi clair : avant même que la nouvelle administration des États-Unis ait pu approfondir sa connaissance des dossiers internationaux, l’obliger à prendre position sur la lancée des thèmes développés durant la campagne électorale du président Reagan ; ce calcul pourrait être rapproché d’un des buts poursuivis par Israël lors de la destruction des installations palestiniennes du Liban. Le troisième objectif est aussi concret que le premier, mais les résultats obtenus ne pourront se mesurer qu’avec le temps. Il aurait visé, selon certains experts, à permettre à l’UNITA (Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola) d’étendre sa zone opérationnelle à la région située immédiatement au nord du pays Ovambo afin d’isoler la SWAPO dans le sud de l’Angola et d’accroître l’insécurité de ses voies de communication, dans le dessein de retarder la reconstruction des sanctuaires détruits. Si le premier objectif paraît avoir été atteint, le second l’est peut-être également ; quant au troisième, il est fonction de la situation intérieure de l’Angola : l’UNITA a certes besoin de l’aide sud-africaine mais son action s’inscrit dans un contexte angolais, et la politique qu’elle entend mener a d’autres ambitions que d’aider l’Afrique du Sud à maintenir son influence en Namibie. Lire les premières lignes

  p. 184-190

* La sécurité de la France tient à sa capacité de se défendre elle-même d’abord, ensuite à la qualité et à la rapidité de ses alliances. À cet égard, ce sont les États-Unis d’Amérique qui
sont nos alliés, avec treize autres, et il est bien normal de considérer ce qui renforce cette alliance défensive, devenue, en tout cas malgré nous la France, un bloc, et de souhaiter que cette alliance dispose du moyen d’assurer la sécurité de l’Occident, de son aire géographique en tout cas, et de la France. Si j’aperçois un déséquilibre, alors j’interviens. Lire la suite

  p. 191-192

Bibliographie

Cindy Cannizo (dir) : The Gun Merchants-Politics and Policies of the Major Arms Suppliers  ; Pergam Policy Studies, 1980 ; 211 pages - Claude Lachaux

Les informations sérieuses sur le commerce des armes sont rares et partielles. Aussi doit-on se réjouir de la publication récente par Pergamon d’un ouvrage clair et complet sur ce sujet. En moins de 200 pages faciles à consulter – grâce notamment à un index par pays et par sujet – sont fournis l’essentiel des faits et des idées. Lire la suite

  p. 193-193

Charles Zorgbibe : Le risque de guerre  ; Éditions de la Revue politique et parlementaire, 1981 ; 172 pages - Georges Vincent

Le titre de l’ouvrage est aussi celui de sa deuxième partie, la première étant consacrée au système international des années 1980 et la troisième au lancinant problème de la défense de l’Europe, une question qui a toujours été au centre des préoccupations de cet éminent juriste et spécialiste des relations internationales qu’est Charles Zorgbibe. Lire la suite

  p. 193-195

Marcel Merle : Forces et enjeux dans les relations internationales  ; Économica, 1981 ; 410 pages - Olivier Sevaistre

Dans cet ouvrage Marcel Merle, professeur au département de science politique à l’Université de Paris 1, a rassemblé 28 articles qu’il a publiés dans diverses revues telles que la Revue de droit contemporain, Recherches et Débats, Défense Nationale, Politique étrangère, Pouvoirs, etc. ou qui sont le texte de conférences. La grande majorité a paru après 1976. Lire la suite

  p. 195-196

Maurice Aharhango Glélé : Religion, culture et politique en Afrique Noire  ; Économica, 1981 ; 193 pages - Eugène Berg

Hétérogènes et pluralistes, les sociétés africaines l’apparaissent également sur le plan religieux. Elles comprennent des « animistes », des chrétiens et des musulmans en proportions variables. La Mauritanie, la Somalie et les Comores sont les seuls États ayant une homogénéité religieuse. Lire la suite

  p. 196-196

Martin Binkin et Irène Kyriakopoulos : Paying the Military-Studies in Defense Policy  ; The Brookings institution DC, 1975 ; 83 pages - Olivier Sevaistre

Cette courte étude est la 22e de la série et a été précédée par un travail effectué par les mêmes auteurs sur le sujet : « Youth or experience ? Manning the modem military » [Jeunesse ou expérience ? Le personnel militaire dans une armée moderne], où ils montraient que les Forces armées américaines, en mettant l’accent sur la jeunesse et la résistance physique, recrutaient un personnel incapable de s’occuper des matériels actuels. La thèse de « Paying the military » est de montrer que le système des soldes en vigueur a pour effet de faire partir les gens qu’on voudrait garder et de conserver ceux dont on pourrait se passer. Lire la suite

  p. 197-197

René Pélissier : Le naufrage des Caravelles, études sur la fin de l’empire portugais (1961-1975)  ; Éditions Pélissier, septembre 1980 ; 265 pages - Olivier Sevaistre

Cet ouvrage, écrit par un spécialiste des questions ibéro-africaines, rassemble des articles publiés par l’auteur, entre 1967 et 1975, dans de nombreuses revues et de journaux, en particulier Le Monde, Le Million, la Revue française d’études politiques africaines et la Revue française d’études politiques. Lire la suite

  p. 197-198

Revue Défense Nationale - Novembre 1981 - n° 415

Revue Défense Nationale - Novembre 1981 - n° 415

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Novembre 1981 - n° 415

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Janvier 2023
n° 856

Pour une stratégie d'influence

 

Actualités

30-01-2023
27-01-2023
26-01-2023
21-01-2023
15-01-2023
02-02-2023

Le jeudi 2 février 2023, le Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC) organisera son colloque annuel de pensée militaire de l’armée de Terre à l’École militaire (Paris), en amphithéâtre Foch, à partir de 14 h.

Les conflits récents en Ukraine, au Haut-Karabagh ou au Moyen-Orient, ainsi que les tensions en Asie, sont révélateurs des enjeux majeurs de la guerre de haute intensité. S’ils permettent de réfléchir aux guerres d’aujourd’hui, ils sont aussi une source de réflexion pour les guerres de demain.

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...