Octobre 1981 - n° 414

François Seydoux de Clausonne, Ambassadeur de France, le grand Français, l’homme exceptionnel, l’ami si attachant qui vient de nous quitter brutalement, était l’un des animateurs les plus actifs du Comité d’études de Défense nationale qui édite cette Revue, puisqu’il fut le Vice-président de son conseil d’administration jusqu’en juin dernier. Il assurait cette charge, à côté de beaucoup d’autres, avec l’enthousiasme, la curiosité d’esprit, l’ouverture aux autres, l’élégance morale et la générosité toujours en éveil qu’il mettait dans toutes ses entreprises, auxquelles il apportait en outre son expérience incomparable du monde et des hommes. Lire la suite

  p. 13-14

Discours du Premier ministre lors de la séance d'ouverture de la 34e session de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) le 14 septembre 1981. Lire les premières lignes

  p. 15-28

Cet article est la présentation d'un rapport effectué par un groupe de travail sur la gestion de la défense présidé par M. Christian Schmidt à un colloque tenu à Paris-Dauphine en mai 1980. La première partie est consacrée à une vue d'ensemble de cette appréhension économique du problème de défense et à la gestion du système des hommes. Un deuxième article sera consacré au système des armements.

  p. 29-44

Dans cet article, l'auteur s'élève à juste titre contre l'abus du langage militaire transposé dans l'économie. A-t-il pourtant réglé tous les problèmes de la défense économique, terme qui ne recouvre pas exactement celui de guerre économique ? Un pays, quel qu'il soit, vit dans un certain état de dépendance, ou d'interdépendance, vis-à-vis d'autres Nations du monde. Son gouvernement n'en cherchera pas moins à garder le maximum d'autonomie de décision, ce qui constitue en fait sa véritable indépendance et sa souveraineté. Ceci touche en particulier au domaine économique, et là l'auteur ne nous donne pas de réponse. Il a, par contre, tout à fait raison de ne pas vouloir faire de tout affrontement une cause de « guerre », même économique, et la coopération doit le plus souvent prévaloir.

  p. 45-57

Cet article est le texte d'une conférence faite par l'auteur devant l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). L'auteur, actuellement conseiller économique de la Société Générale, est un spécialiste des problèmes de défense, ayant été directeur des affaires économiques de l'Otan.

  p. 59-66

L'auteur cherche à mettre en évidence les principales difficultés du concept de dissuasion nucléaire, en y introduisant un élément de jugement d’ordre géostratégique. La situation n’est pas la même suivant que le défenseur est relié à l’agresseur potentiel par un espace terrestre ou se trouve être une île véritable. La France et les États-Unis représentent les deux types de situation. Les « subtilités » de la doctrine française sont imposées par sa continentalité, les « subtilités » de la doctrine américaine sont plus délibérément élaborées. Il faut en tirer les conséquences. Lire les premières lignes

  p. 67-74

Il y a deux cents ans, une troupe britannique mettait bas les armes après avoir défilé sur un air appelé « The world upside down ». Ce monde à l’envers était l’indépendance des États-Unis, obtenue par une opération interarmées et interalliée, menée après la réussite d’une concentration de moyens terrestres et maritimes extraordinairement dispersés. Certes, le mérite en revient à Washington et à La Fayette du côté américain, aux comtes de Grasse et de Rochambeau du côté français. Il y avait pourtant un autre responsable, Vergennes, dont la diplomatie a permis de gagner une guerre maritime, parce qu’il n’y a pas eu de front terrestre en Europe. Lire les premières lignes

  p. 75-87

Les lecteurs trouveront ici l’histoire de deux événements qui se sont produits à l'automne 1956, il y a vingt-cinq ans, c’est-à-dire hier. Ces deux évènements, qui ont eu lieu à peu près simultanément, ont réagi l’un sur l’autre sans avoir été liés à leur origine. Ils comportent bien des enseignements que l'auteur nous dégage. Ils ont été également lourds de conséquences pour la période actuelle. Lire les premières lignes

  p. 89-104

Au mois d'octobre 1980, à l'Université de Chicago, l'Inter-University Seminar on Armed Forces and Society (IUS) association regroupant près de mille membres tant universitaires que fonctionnaires civils et militaires, célébrait son 20e anniversaire. Au cours de la conférence qui s'est tenue à cette occasion, une cinquantaine de communications ont été prononcées devant plus de 200 participants venus du monde entier. Cet événement, surtout par les dimensions qu'il a revêtues, illustre l'importance acquise par la recherche relative à la res militaris. Lire la suite

  p. 105-119
  p. 121-126

Chroniques

La tension russo-polonaise continue à se développer selon une courbe sinusoïdale dont les mouvements sont fonction de facteurs politiques et économiques, tandis que l’URSS se réfère toujours au Pacte de Varsovie pour s’opposer à des changements qui affecteraient le régime lui-même. La capture d’une vedette iranienne par un commando monarchiste a montré que l’opposition à Khomeiny est plus diversifiée qu’on ne le pensait : les différentes tendances politiques restent séparées les unes des autres par des divergences fondamentales, cependant que dans certaines régions les mouvements centrifuges paraissent s’organiser. Lire les premières lignes

  p. 127-131

• Études, août-septembre 1981 : « La crise des rationalisations », par Jean Moussé SJ (pour Societas Jesu, jésuite). Dans cet article, le père Moussé commente les thèmes de Jürgen Habermas qui prolongent les travaux de Max Weber et des philosophes de l’École de Francfort. Celles-ci montrent que la société traditionnelle, dite « interactionnelle » par Habermas, a favorisé le développement des sciences et des techniques qui ont progressivement mis en place ce que Weber appelle une « rationalisation par les fins », les hommes assignant des objectifs à leurs actes et organisant leurs activités en conséquence. Il en est résulté la société industrielle moderne. La critique même de Karl Marx ne renonce pas à une rationalité scientifique et technique mais, au contraire, la développe et aboutit à la planification socialiste. Lire les premières lignes

  p. 132-137

En matière de défense, c’est incontestablement la décision du président Reagan de fabriquer la bombe à neutrons qui a dominé le débat au cours de cet été 1981. D’abord parce que cette initiative a nettement aggravé la crise ouverte avec l’URSS, ensuite parce qu’elle a ravivé au sein de l’Otan la querelle sur le déploiement de cette nouvelle arme, enfin parce qu’elle a mis en évidence, au sein de la majorité en France, les divergences existant entre socialistes et communistes. En de nombreux points on a retrouvé les arguments déjà avancés au cours de la controverse de 1977-1978. Jimmy Carter avait fini par classer le dossier. Pourquoi son successeur a-t-il pris la décision inverse ? Voici l’explication fournie par le général Buis dans Le Nouvel Observateur du 15 août 1981 : Lire les premières lignes

  p. 138-142

Le Conseil de coopération des États arabes du Golfe Lire les premières lignes

  p. 143-147

Trois événements valent d’être notés dans le domaine de la défense pour la période d’été : l’inspection du président de la République à l’Île Longue et son entretien avec la presse à cette occasion, les déclarations du ministre de la Défense sur le service national, la polémique concernant la bombe à neutrons. Lire les premières lignes

  p. 148-151

L’exposition d’armement Satroy VIII s’est tenue du 16 au 20 juin 1981 sur le terrain de l’établissement AMX proche de Versailles pour la huitième fois depuis sa création en 1967. Elle a réuni cette année plus de cent quatre-vingts exposants provenant des établissements d’État et de sociétés nationales ou privées. Elle a présenté : Lire les premières lignes

  p. 152-157

Visite du président de la république aux installations de la force océanique stratégique de l’Île Longue Lire les premières lignes

  p. 158-163

Il y a quelques mois est intervenu un événement aéronautique tout à fait révélateur des nouvelles tendances en matière de choix et d’emploi des matériels aériens : le retrait des Sud-aviation Caravelle III en service à la Compagnie Air France. Cette décision ne découle pas de considérations techniques qui mettraient en cause la qualité des appareils. Bien qu’ils aient une vingtaine d’années d’utilisation, ces avions offrent toutes garanties de fiabilité et sont encore fort appréciés par la clientèle (170 Caravelle sont en service et la Défense en exploite encore 4 de modèles 10R et 11R qui, plus récents, sont d’une exploitation relativement économique). Lire les premières lignes

  p. 164-167

Sénégambie : illusion ou nécessité Lire les premières lignes

  p. 168-174

* Mon pays dispose d’une force de dissuasion nucléaire autonome. Mais les conditions de l’équilibre mondial m’intéressent, et tout particulièrement de l’équilibre européen. Si l’on négocie, c’est pour qu’il n’y ait plus de menace pour personne. Lire la suite

  p. 175-176

Bibliographie

Alexandre Bennigsen et Chantal Lemercier-Quelquelay : Les Musulmans oubliés. L’Islam en URSS aujourd’hui  ; Éditions Maspero, 1981 ; 315 pages - René Cagnat

Lorsqu’en 1968 parut L’Islam en Union Soviétique (Payot) d’Alexandre Bennigsen et Chantal Lemercier-Quelquejay, d’aucuns perçurent dans cet ouvrage une curiosité d’universitaires très spécialisés. En 1981, les mêmes auteurs réitèrent avec Les Musulmans oubliés. Mais cette fois, après les événements d’Iran et d’Afghanistan et le bouillonnement général du monde islamique, l’importance des préoccupations de nos deux chercheurs n’échappe plus au public. Lire la suite

  p. 177-179

Collectif : Travail et monnaie en système socialiste  ; Économica, 1981 ; 310 pages - Jean-Alphonse Bernard

NDLR : Dans ce texte, le mot « socialisme » est entendu au sens qu’on lui donne en URSS. Lire la suite

  p. 179-181

Vladimir Volkoff : Le complexe de Procuste  ; Éditions Julliard–L’Âge d’homme, 1981 ; 190 pages - Claude Le Borgne

On a signalé aux lecteurs de notre revue (livraison de février 1981) l’œuvre déjà abondante de Vladimir Volkoff, son talent très original, l’intelligence qu’il a des choses militaires. Un mot sur son dernier ouvrage, aimable essai philosophique qu’on pourrait sous-titrer : Éloge de la différence. Le Procuste qui lui sert de prétexte est ce brigand de l’Attique qui, plaçant ses victimes sur un lit-étalon, les raccourcissait ou les étirait à la mesure exacte de celui-ci. Ce tortionnaire égalitaire fait aujourd’hui école, et le complexe de Procuste élargit sans cesse son domaine, « monde gris de l’indifférence ». Mais le livre n’est rien moins que triste, car l’auteur nous fait partager, en de plaisants aperçus, sa passion joyeuse pour le « monde gai de la différence ». Lire la suite

  p. 181-182

Franklyn Griffths et John C. Polanyi : The Dangers of Nuclear War  ; University of Toronto Press, 1979 ; 197 pages - Georges Vincent

Cet ouvrage rassemble les contributions d’une vingtaine d’auteurs ayant participé au 30e symposium du mouvement Pugwash tenu à Toronto au Canada en 1978, et c’est pourquoi M. Pierre Elliott Trudeau l’a gratifié d’un avant-propos. Lire la suite

  p. 182-185

Daniel Yergin : La paix saccagée. Les origines de la guerre froide et la division de l’Europe  ; Éditions Balland/France Adel, 1980 ; 327 pages - Armand Boussarie

Voici une étude importante, ample et documentée sur la période 1943-1950, portant sur les rapports entre les États-Unis et l’URSS. Son titre tranchant traduit un manque d’objectivité que la lecture confirme peu à peu. La paix dont il traite est la paix virtuelle qui aurait pu s’établir à la cessation des hostilités entre l’Axe et le reste du monde. Son saccage est en réalité un avortement. Il paraît bien présomptueux de l’imputer à tel régime plutôt qu’à tel autre, à tel homme d’État plutôt qu’à son vis-à-vis. Or, c’est ce que fait, assez subtilement, l’auteur. Lire la suite

  p. 185-186

Revue Défense Nationale - Octobre 1981 - n° 414

Revue Défense Nationale - Octobre 1981 - n° 414

François Seydoux de Clausonne, Ambassadeur de France, le grand Français, l’homme exceptionnel, l’ami si attachant qui vient de nous quitter brutalement, était l’un des animateurs les plus actifs du Comité d’études de Défense nationale qui édite cette Revue, puisqu’il fut le Vice-président de son conseil d’administration jusqu’en juin dernier. Il assurait cette charge, à côté de beaucoup d’autres, avec l’enthousiasme, la curiosité d’esprit, l’ouverture aux autres, l’élégance morale et la générosité toujours en éveil qu’il mettait dans toutes ses entreprises, auxquelles il apportait en outre son expérience incomparable du monde et des hommes.

Diplomate dans l’âme, tant par tradition familiale que par vocation personnelle profonde, il avait occupé les postes les plus éminents avant d’être nommé Conseiller d’État. Il avait notamment été Directeur des Affaires d’Europe, Ambassadeur en Autriche, Représentant de la France au Conseil de l’Otan. Mais c’est l’Allemagne qui fut sa résidence d’élection ; il y était né en 1905, alors que son père y était secrétaire de notre ambassade à Berlin, il y était retourné lui-même comme secrétaire de cette ambassade avant la guerre, il y était revenu ensuite dès la capitulation comme conseiller de notre Haut Commissaire, et il y fut enfin notre ambassadeur pendant neuf ans et à deux reprises, ce qui est tout à fait exceptionnel et témoigne de l’estime dans laquelle le tenait le général de Gaulle. Il avait tiré les enseignements de son incomparable connaissance de ce pays et de son peuple dans deux livres qui furent très remarqués et qui font maintenant autorité en la matière : Mémoires d’outre-Rhin et L’intimité franco-allemande.

Resté profondément attaché à la Carrière, qu’il avait ainsi servie avec tant d’éclat, il en avait résumé tout récemment l’expérience dans un livre savoureux : « Le métier de diplomate », qu’il considérait un peu comme son testament professionnel. C’est avec sa verve, sa fougue, sa chaleur humaine qu’il y avait décrit « le Quai », « le Département » et ses « Agents », en nous expliquant le pourquoi de leurs usages et le comment de leurs évolutions. S’il regrettait parfois ces dernières, ses jugements ne se départissaient jamais de la profonde sagesse et de la parfaite courtoisie qu’il possédait au plus haut point. Ses réserves sur les hommes, parfois teintées d’une légère ironie, étaient toujours exprimées sans la moindre méchanceté et même avec une sorte de tendresse indulgente, celle qui caractérise l’humour et l’humanisme les plus authentiques.

Dans ce livre il nous avait donné aussi, avec son talent d’écrivain qui égalait son exceptionnel talent d’orateur, de charmants tableaux de son enfance, dans le Gard et à Clausonne en particulier, dans cette propriété qui lui était si chère, et aussi de sa famille, cette grande famille protestante qui a si bien servi notre pays. Dans ces récits transparaît sa sensibilité qui était grande mais s’exprimait toujours avec beaucoup de pudeur.

Enthousiaste, chaleureux, fidèle et généreux, tel nous apparaît dans ce livre François Seydoux de Clausonne, et tel il était effectivement dans la vie. C’est le souvenir que garderont de lui avec respect et affection tous ceux qui ont eu le privilège de le connaître.

Jusqu’à ces derniers moments, qui furent lucides, courageux et empreints de sérénité, sans doute parce qu’il détenait deux certitudes : son patriotisme et sa foi, il s’est intéressé à notre Revue avec passion. Nos huit mille abonnés et nos lecteurs infiniment plus nombreux qui sont répandus à travers le monde doivent donc aussi à ce « Grand Monsieur » un souvenir d’admiration et de reconnaissance. ♦

Marcel Duval

Revue Défense Nationale - Octobre 1981 - n° 414

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.