Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 2020 - n° 833

Covid-19 : résilience et rebond

« La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se lever chaque fois que nous tombons »

Confucius

En cette rentrée 2020, jamais l’insouciance estivale si habituelle aux vacances d’été n’aura été aussi assombrie par la crise consécutive à la pandémie de la Covid-19 et à la fracturation géopolitique de notre monde. D’une part, et avant même les affres de la maladie, le retour à un âge de fer et de feu marqué par les rapports de force, la politique du fait accompli et la critique systématique des enceintes internationales – même si elles ont plein de défauts – sont devenus les nouvelles normes. D’autre part, la rivalité États-Unis versus Chine, à quelques mois d’une élection présidentielle décisive, la remise en cause par Pékin de la légitimité des principes démocratiques tels que pratiqués en Europe notamment, le pan-ottomanisme assumé vulgairement par la Turquie… Autant de sources de crises potentielles majeures, alors même que le coronavirus a démontré l’extrême fragilité de notre modèle de développement économique ayant effacé depuis longtemps la notion de souveraineté au profit du bénéfice financier immédiat. Lire la suite

  p. 1-1

L’avenir des relations États-Unis/Europe devient trouble, même si les deux parties tiennent au maintien du lien. Les incertitudes géopolitiques liées à la rivalité États-Unis/Chine fragilisent les équilibres actuels. La question demeure ce que veulent les Européens, mais ceux-ci semblent aujourd’hui paralysés par les enjeux. Lire les premières lignes

  p. 5-12

La relation transatlantique s’est toujours inscrite dans une dimension géostratégique qui a évolué au cours des décennies de l’existence de l’Otan et de l’UE. La confrontation sino-américaine et la remise en question de l’unité du monde occidental obligent la France et l’UE à avoir une vraie réflexion géopolitique pour affronter l’avenir. Lire les premières lignes

  p. 13-21

Covid-19 : résilience et rebond

La Covid-19 a été le révélateur et l’accélérateur des fractures du monde, démontrant nos faiblesses et nos limites dans un environnement géopolitique chargé de menace. Il est urgent de restaurer notre souveraineté au niveau national et européen pour rester maîtres de notre destin collectif et préserver nos libertés chèrement acquises. Lire les premières lignes

  p. 25-30

La crise de la Covid-19 affecte durablement les finances de l’État, avec la tentation de trouver des sources d’économies notamment à la défense. Or, plus que jamais, les investissements prévus par la LPM auront un impact très positif pour notre économie et constituent un levier efficace et pertinent. Lire les premières lignes

  p. 31-36

Combattre la pandémie de la Covid-19 ne doit pas se limiter à la recherche du vaccin, futur jack pot financier, mais également s’obliger à comprendre les mécanismes de transmissions des espèces animales, dont la chauve-souris vers l’espèce humaine. Cette recherche est indispensable si l’on veut affronter les épidémies de demain. Lire les premières lignes

  p. 37-40

La distribution d’électricité est un service essentiel à la vie de la nation, en pleine mutation avec la digitalisation et la transition énergétique. La pandémie a révélé l’importance du besoin d’accroître la résilience du réseau et de poursuivre la transformation de celui-ci, véritable outil de souveraineté. Lire les premières lignes

  p. 41-45

La crise sanitaire a démontré l’importance vitale du secteur des installations hydrauliques qui a su, malgré les contraintes du confinement, maintenir l’exploitation, la distribution et le traitement des eaux usées. Cela a signifié des initiatives prises par les opérateurs et leurs agents, et une réflexion pour améliorer le dispositif global. Lire les premières lignes

  p. 46-51

Les installations hydrauliques sont essentielles pour la vie courante de notre société. D’où la nécessité de travailler avec tous les acteurs et opérateurs pour en améliorer la sécurité. La crise sanitaire a montré une réelle capacité à fonctionner, mais aussi a démontré des pistes de progrès pour faire face aux risques de demain. Lire les premières lignes

  p. 52-59

L’Armée de terre dispose de moyens dédiés à la défense NRBC avec le 2e RD et le RMED, en liaison avec le SSA. Les menaces et les risques NRBC sont protéiformes et exigent des expertises de haut niveau. La crise sanitaire liée au coronavirus a validé la nécessité de ces capacités, en évolution technique permanente. Lire les premières lignes

  p. 60-65

Contrairement aux apparences, la mer a protégé de la pandémie qui est passée par les terres et les voyages aériens. La dimension maritime est un atout en ces temps troublés et la France dispose avec ses terres ultramarines et sa ZEE d’un espace essentiel pour renforcer sa résilience. À condition d’assumer sa dimension océanique. Lire les premières lignes

  p. 66-70

Repères - Opinions

La révolution numérique est une réalité devenue très concrète pour les armées, en modifiant profondément les modes d’action. Les données et leur exploitation obligent à réfléchir sur l’amélioration des processus et sur l’appui numérique pour les combats de demain. Cet appui pourrait devenir une nouvelle fonction opérationnelle renforçant l’efficacité de l’engagement. Lire les premières lignes

  p. 73-80

Le wargame est devenu un outil performant, peu coûteux et aisé à mettre en œuvre pour préparer nos officiers en complétant les entraînements et les mises en situation. Le Royaume-Uni utilise les wargames sur une large échelle, notamment pour répondre à des besoins d’analyse prospective et anticiper les conflits de demain. Lire les premières lignes

  p. 81-87

L’espace joue un rôle majeur dans l’organisation militaire des États-Unis depuis 1945. L’évolution et l’adaptation des structures et des moyens a évolué avec alternance d’approches organiques ou opérationnelles. Les défis actuels dans l’usage de l’espace sont en train d’accélérer les mutations du système américain. Lire les premières lignes

  p. 88-93

La dissuasion repose essentiellement sur le nucléaire. Toutefois, pour l’Otan, les forces conventionnelles avec leurs modes d’action diversifiées contribuent à la mise en œuvre de la Deterrence. Le concept mis en œuvre par l’Alliance vise à délivrer des effets stratégiques spécifiques en évitant l’usage de la force et en définissant des cibles particulières, obligeant la puissance adverse à discuter et négocier. Lire les premières lignes

  p. 94-104

Approches régionales

L’Éthiopie a su conduire ces dernières années une profonde transformation économique, mais le pays reste une fédération fragile dont les acquis récents pourraient être remis en cause. Les prochaines élections seront donc un test majeur qui pourrait avoir des répercussions dans tout l’Est africain, en quête de stabilité. Lire les premières lignes

  p. 105-109

Approches historiques

Refusant la défaite de 1940, le contrôleur général Carmille, a par son action clandestine, contribué aux combats contre les nazis. Spécialiste de la statistique, il a su mettre sur pied une organisation « civile » dont est issul’Insee, permettant de préparer la revanche, mais aussi protéger de nombreux Français. Lire les premières lignes

  p. 111-114

Vauban (1633-1707) n’est pas seulement un ingénieur militaire doué. C’est aussi un des grands créateurs de l’État moderne en ayant agi et réfléchi avec une vision globale du territoire pour sa défense, mais aussi pour sa cohérence et son unité. Grand serviteur, il préfigure les transformations qui découleront du Siècle des Lumières. Lire les premières lignes

  p. 115-118

Chronique

À l’automne 1939, le Royaume-Uni et la France s’efforcent de trouver des conceptions stratégiques visant à disperser les troupes allemandes, avec l’idée de nouveaux théâtres d’opérations périphériques. Les Balkans furent l’objet d’études d’état-major, mais sans lendemain. Lire les premières lignes

  p. 121-132

Recensions

Hubert Védrine : Et après ?  ; Fayard, 2020 ; 142 pages - Thibault Lavernhe

Dans le flot des analyses à chaud de l’après crise sanitaire, les éditions Fayard se distinguent en publiant coup sur coup les courts essais de Philippe de Villiers (1) et d’Hubert Védrine, deux observateurs avisés de la vie politique qui ont mis à profit leurs retraites de confinés pour tenter d’identifier les grands enseignements de cet épisode inédit. Prenant acte du caractère unique de ce qu’il nomme le « premier trauma universel » (4,5 milliards d’humains confinés en même temps en avril 2020 et pire récession économique depuis 1930), l’ancien ministre des Affaires étrangères s’attache dans Et après ? à identifier les enjeux de l’après crise sanitaire. Car s’il est acquis que rien ne sera jamais comme avant, Hubert Védrine estime que tout ne changera pas pour autant, et que la fenêtre de « disponibilité intellectuelle » des décideurs et des peuples pour traduire en décisions concrètes les leçons de la crise Covid-19 est tout au plus de deux années. Un temps très court, qui justifie selon l’auteur d’agir rapidement, mais sans précipitation, pour ne pas payer les conséquences d’une reprise bâclée et d’un retour à une forme d’aveuglement sur les risques de renouvellement d’une telle pandémie. De quels tournants est-il donc question, alors que l’humanité sort du tunnel de la première vague ? Lire la suite

  p. 121-122

Benoît Schnoebelen : La Balistique du martyre - Comprendre le terrorisme suicide  ; Éditions de l’École de Guerre, 2020 ; 220 pages - Paul La Combe

Pour les Occidentaux, le terrorisme suicide réveille des fantasmes. On peut les rattacher à l’ignorance et à l’incompréhension face à un objet aussi extraordinaire. En effet, pour nos contemporains, ce phénomène relève de l’absurde, de la folie ou de la manipulation, parfois des trois. Nous peinons à trouver des explications rationnelles satisfaisantes et rassurantes : misère sociale, déséquilibre mental, manipulation et radicalisation. Pourtant, ce qui apparaît être un scandale absolu pour nous est paradoxalement considéré par le camp adverse comme un acte de générosité et de courage. Lire la suite

  p. 122-123

La Croisée des mondes : La Blessure et la souffrance  ; Éditions de l’École de Guerre, 2020 ; 130 pages - Grégoire Choné

En apportant son témoignage à « La Croisée des mondes », colloque de fin d’année de l’École de Guerre, le général François Lecointre, chef d’état-major des armées, insistait sur le devoir qu’ont les militaires de témoigner auprès de notre société de la souffrance. Ceux-ci, en effet, confrontés du fait de leur métier à des situations souvent difficiles, acquièrent une meilleure « conscience du monde ». Porter ce témoignage est la mission de ce recueil. Lire la suite

  p. 123-124

Jean-Philippe Delsol :  Éloge de l’inégalité  ; Manitoba, 2019 ; 206 pages - Thibault Lavernhe

« C’est le dévoiement de l’égalité qui oblige à faire l’éloge de l’inégalité avec la mesure qui y sied. » Telle est l’intention de Jean-Philippe Delsol avec cet essai au titre volontiers provocateur, comme Érasme en son temps avec son Éloge de la folie. C’est en effet face au constat de la perversion de la légitime égalité en droit en une douteuse égalité forcenée de tous avec tous que le président de l’Institut de recherches économiques et fiscales (Iref) entend montrer que « l’inégalité a ses mérites et toute sa valeur autant que l’égalité en diverses occasions ». Et le résultat de cette démonstration est un remarquable ouvrage à la croisée de la philosophie, de la politique, et des sciences économiques et sociales. Lire la suite

  p. 124-126

Philippe Wodka-Gallien : La Dissuasion nucléaire française en action. Le dictionnaire d’un récit national  ; Éditions Decoopman, 2019 ; 488 pages - Jérôme Pellistrandi

Philippe Wodka-Gallien poursuit avec ce dictionnaire son travail d’investigation et de recherche sur la dissuasion nucléaire et son histoire. Cet ouvrage est cette fois-ci consacré à la bombe française grâce à trois approches principales : le passé, autour de la construction progressive du projet national dont les racines puisent au désastre de mai-juin 1940 ; le présent avec les outils actuels garantissant notre sécurité selon le principe d’une juste suffisance et permettant à la France d’être un acteur crédible et donc respecté sur la scène internationale ; enfin, l’avenir, avec les projets en cours visant à préserver nos capacités et donc à protéger notre souveraineté en sauvegardant nos intérêts vitaux. Lire la suite

  p. 126-128

Farid Alilat : Bouteflika – L’histoire secrète  ; Éditions du Rocher, 2020 ; 398 pages - Antoine Aubert

Menteur, arriviste, fainéant, paranoïaque et bien peu intéressé par le bien-être de son pays. Le portrait dressé par Farid Alilat dans Bouteflika – L’histoire secrète s’avère terrible pour l’ancien maître de l’Algérie. Lire la suite

  p. 128-129

Lieutenant-colonel (er) Éric Vieux de Morzadec : Le 1er Bataillon de Zouaves de Louisiane  ; Atelier Fol’fer, 2019 ; 248 pages - Pierre Brière

On ignore, à l’exception de quelques rares spécialistes, que des Français combattirent aux côtés des Sudistes lors de la guerre de Sécession aux États-Unis (1861-1865). Le livre du lieutenant-colonel de Morzadec vient heureusement mettre fin à cette ignorance. En effet le 1er Bataillon de Zouaves de Louisiane, s’il n’appartient pas à l’Armée française, est essentiellement composé de Français dont plusieurs zouaves anciens des campagnes du Second Empire, Crimée en particulier. La cession de la Louisiane aux États-Unis par Napoléon ne remonte qu’à un demi-siècle et les Français composent encore la majorité de la population. Aussi, lorsque la Louisiane entre en dissidence, le 26 janvier 1861, un mois après la Caroline du Sud, il n’est pas étonnant que de nombreux Français se portent volontaires pour rejoindre le 1er Bataillon de Zouaves de la Louisiane que sont en train de mettre sur pied les quatre frères de Coppens, Français venus de la Martinique. Malgré l’opposition du gouverneur Moore, jaloux de leur succès, le président des États confédérés, Jefferson Davis, donne son agrément à l’intégration du Bataillon au sein de l’Armée confédérée. Lire la suite

  p. 129-132

Revue Défense Nationale - Octobre 2020 - n° 833

Covid-19 : résilience et rebond

The future of relations between the United States and Europe looks increasingly blurred despite both sides being keen to maintain the link. Geopolitical uncertainty stemming from rivalry between the US and China is weakening current balances. As ever, matters revolve around what the Europeans wish for, and yet those Europeans appear hamstrung by the challenges presented.

Throughout the decades of existence of NATO and the EU, the transatlantic relationship has remained part of an evolving geostrategic dimension. The Sino-American confrontation and doubts shed on the unity of the Western world are compelling France and the EU to give serious consideration to geopolitical matters in order to face the future.

Covid-19: Resilience and Recovery

Covid-19 has revealed and accelerated rifts throughout the world, and has demonstrated our weaknesses and limits in a highly threatening geopolitical environment. We urgently need to restore our sovereignty at both national and European levels in order to remain masters of our collective destiny and to safeguard our liberties so dearly acquired.

The Covid-19 crisis is having a long-term effect on state finances, and the temptation is to seek economies—in defence in particular. And yet now, more than ever, the investment planned in the Military Programming Law (Loi de programmation militaire—LPM) will have a positive impact upon our economy, by giving it an effective and pertinent boost.

Combatting the Covid-19 pandemic should not be limited to searching for a vaccine despite the temptation of a future financial jackpot: it should carry with it the need to understand the mechanisms of transmission from animals (including bats) to humans. This research is essential if we want to be able to face future epidemics.

The distribution of electricity is a service essential to the life of the nation. It is undergoing rapid change with digitisation and energy transition. The pandemic has revealed the magnitude of the need to improve the resilience, and to continue the transformation of the distribution network that is so important to our independence.

The health crisis has demonstrated the vital importance of the water installations sector, which, despite the constraints of lockdown, has been able to maintain the provision and distribution of water as well as sewage treatment. This has been made possible by initiatives taken by operators and their agents and by consideration of improvements to be made to the system overall.

Water installations are essential to the everyday life of our society, hence the need to work with all players and operators in order to improve their security. Whilst the health crisis has demonstrated genuine operational capability, it has also indicated a number of matters that need to be pursued in order to face future risks.

The Army has dedicated CBRN defence assets in the 2nd RD (Régiment de dragons—Dragoon Regiment) and the RMED (Régiment medical­—Medical Regiment), in liaison with the SSA (Service de santé des armées—Forces’ medical service). CBRN threats and risks are highly varied and changeable, and require high levels of expertise. The Coronavirus health crisis has highlighted the need for these constantly-evolving capabilities.

Contrary to appearances the sea has offered protection from the pandemic, which has spread over land and through air travel. The maritime aspect is an advantage in these troubled times, and with its sovereign sea areas and its EEZ France possesses the essential room for manoeuvre to support its resilience—on condition, that is, that France accepts its oceanic dimension.

Viewpoints and Opinions

The digital revolution is well and truly established in the armed forces and has fundamentally altered their modes of action. Data and its use demand consideration of how processes might be improved and of digital support for future combat. Such support could become a new operational function to boost the effectiveness of an engagement.

Wargaming has developed into a low-cost, effective and easily implemented tool for the preparation of our officers as a complement to training and role-play exercises. The United Kingdom makes large-scale use of wargaming, in particular to respond to the needs of prospective analysis and preparation for future conflicts.

Space has had a major role in US military organisation since 1945. Development and adaption of structures and assets has evolved through approaches alternating between organic and operational. Current challenges in the use of space are hastening transformations in the American system.

Deterrence is essentially nuclear. That said, within NATO, conventional forces and their diverse modes of action contribute to the implementation of deterrence. The Alliance’s concept aims at delivering specific strategic effects whilst avoiding the use of force and by defining particular targets that compel the adverse power to discuss and negotiate.

Regional Approaches

In recent years Ethiopia has succeeded in carrying out fundamental economic reform, and yet the country remains a fragile federation whose recent advances risk renewed challenge. The forthcoming elections will be a major test that could have repercussions on the quest for stability across the whole of East Africa.

Historical Approaches

Contrôleur général Carmille refused to accept the defeat of 1940 and conducted clandestine activities that contributed to fighting the Nazis. As a statistics specialist he was able to establish a civilian organisation which developed into today’s INSEE, the national statistics institution, and which allowed him both to organise revenge and to protect numerous French citizens.

Vauban (1633-1707) was not only a gifted military engineer, he was also one of the great creators of the modern state who thought and acted through his broad vision of territory in order to secure its defence, its coherence and its unity. A servant in the grand manner, he foreshadowed the changes that followed the age of enlightenment.

Chronicle

In the autumn of 1939 the United Kingdom and France endeavoured to find strategic concepts aimed at dispersing German troops, one idea being to establish new peripheral theatres of operation. Staff studies focused on the Balkans, but were not followed up.

Book reviews

Hubert Védrine : Et après ?  ; Fayard, 2020 ; 142 pages - Thibault Lavernhe

Benoît Schnoebelen : La Balistique du martyre - Comprendre le terrorisme suicide  ; Éditions de l’École de Guerre, 2020 ; 220 pages - Paul La Combe

La Croisée des mondes : La Blessure et la souffrance  ; Éditions de l’École de Guerre, 2020 ; 130 pages - Grégoire Choné

Jean-Philippe Delsol : Éloge de l’inégalité  ; Manitoba, 2019 ; 206 pages - Thibault Lavernhe

Philippe Wodka-Gallien : La Dissuasion nucléaire française en action. Le dictionnaire d’un récit national  ; Éditions Decoopman, 2019 ; 488 pages - Jérôme Pellistrandi

Farid Alilat : Bouteflika – L’histoire secrète  ; Éditions du Rocher, 2020 ; 398 pages - Antoine Aubert

Lieutenant-colonel (er) Éric Vieux de Morzadec : Le 1er Bataillon de Zouaves de Louisiane  ; Atelier Fol’fer, 2019 ; 248 pages - Pierre Brière

Revue Défense Nationale - Octobre 2020 - n° 833

Covid-19 : résilience et rebond

En cette rentrée 2020, jamais l’insouciance estivale si habituelle aux vacances d’été n’aura été aussi assombrie par la crise consécutive à la pandémie de la Covid-19 et à la fracturation géopolitique de notre monde. D’une part, et avant même les affres de la maladie, le retour à un âge de fer et de feu marqué par les rapports de force, la politique du fait accompli et la critique systématique des enceintes internationales – même si elles ont plein de défauts – sont devenus les nouvelles normes. D’autre part, la rivalité États-Unis versus Chine, à quelques mois d’une élection présidentielle décisive, la remise en cause par Pékin de la légitimité des principes démocratiques tels que pratiqués en Europe notamment, le pan-ottomanisme assumé vulgairement par la Turquie… Autant de sources de crises potentielles majeures, alors même que le coronavirus a démontré l’extrême fragilité de notre modèle de développement économique ayant effacé depuis longtemps la notion de souveraineté au profit du bénéfice financier immédiat.

Les leçons sont amères et remettent en cause nos certitudes et le fonctionnement de l’État, des collectivités, des entreprises, mais aussi de nos habitudes individuelles où le collectif n’est plus de mise : d’abord mes droits et pour le reste, on verra ! C’est le paradoxe du dossier proposé sur la résilience, abordé non pas sous un angle visant à encenser les uns ou les autres, mais à mettre en évidence des enjeux mal perçus, qui se sont cependant révélés structurants, en particulier lors du confinement, pour éviter le pire. Que se serait-il passé si la distribution d’eau, d’électricité ou de nourriture s’était effondrée. Cela signifie qu’il faut, d’ores et déjà, en tirer des leçons et surtout les mettre en œuvre, car, d’un côté, la crise sanitaire de la Covid-19 reste présente et que de l’autre, d’autres crises encore plus dramatiques sont susceptibles de se déclencher dans notre environnement proche.

Alors que chacun aspire à retrouver une vie normale « comme avant », mais aussi « différemment », le besoin de sécurité reste plus que jamais d’actualité. Or, trop souvent, les Gaulois que nous sommes – dans la diversité et la revendication permanente, voulant tout et son contraire – sommes obnubilés par nous-mêmes, oubliant de regarder au-delà de notre environnement immédiat. À l’heure où les conséquences économiques de la pandémie pourraient aboutir à « lever le pied » en termes de défense, il faut être réaliste et regarder l’accumulation des menaces avec des dérapages possibles, d’autant plus que les États-Unis, qui ont renoncé à leur rôle de « gendarmes du monde », sont engagés dans une dernière ligne droite avant le scrutin du 3 novembre, laissant ainsi la porte ouverte à toutes les provocations possibles de pays compétiteurs et en rivalité géostratégique. C’est pourquoi il importe d’être capable de répondre sans délais aux défis actuels dont la pandémie, mais aussi de mieux se préparer pour affronter demain.

Il y a 150 ans, la défaite surprise de l’Empire de Napoléon III amena la proclamation de la République, mais aussi instilla le ferment sournois amenant au naufrage de l’Europe des monarchies en 1914, en raison des rivalités impériales. Il y a 80 ans, la France connaissait la débâcle, la honte et la souffrance pour avoir eu trop confiance en elle-même. Le général de Gaulle, par son Appel, releva notre pays en ayant toujours le souci de préserver son indépendance et sa souveraineté. Aujourd’hui encore, la question reste d’actualité. ♦

Jérôme Pellistrandi