Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Avril 2017 - n° 799

Présidentielle : questions de défense

« L’Armée c’est la Nation »

Napoléon Bonaparte

Éditorial - Jérôme Pellistrandi

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Pour changer de page, vous pouvez utiliser les boutons en fin de liste, votre souris (clic gauche et déplacement sur l'écran) ou un stylet si vous disposez d'un écran tactile.

Revue Défense Nationale - Avril 2017 - n° 799

Présidentielle : questions de défense

Le temps des choix est arrivé avec l’élection du président de la République, chef des Armées. À travers le bulletin de vote, chaque électeur – souvent sans en avoir réellement conscience – va choisir une politique de défense.

Certes, il est de bon ton d’affirmer que depuis des années la défense fait l’objet d’un large consensus entre Gauche et Droite, la dissuasion nucléaire restant la pierre angulaire. Or, la fragmentation d’un monde multipolaire où les tensions se sont transformées en crises ouvertes, voire en guerres, a aussi un impact sur notre politique de défense et sur les grandes orientations à venir.

Il était donc de la responsabilité de la Revue de participer au débat politique en demandant aux candidats de s’exprimer. Cette longue séquence électorale avait commencé à l’automne avec les primaires de la Droite et du Centre puis avec celles de la Belle Alliance Populaire. Nous avions ainsi publié les projets Défense de la plupart des prétendants à la qualification. À quelques jours du premier tour, ce sont sept candidats, sur les onze qualifiés, qui s’expriment dans les pages de la Revue. L’exhaustivité n’a pu être atteinte, soit par des dépôts de candidature trop tardifs, soit par l’absence d’avis sur la défense (sic !).

Il y a certes des points de convergences : la dangerosité croissante du monde avec le terrorisme islamiste, mais aussi le retour des États-puissance comme la Russie ou la Chine, ou encore les conséquences du Brexit et les errements de la nouvelle Administration Trump. Mais il y a aussi des divergences très profondes, notamment au sujet de l’Otan et de l’Union européenne. Certains prévoient le retrait pur et simple de l’Alliance atlantique et des structures européennes, et une défense strictement assurée par nos forces, sans coopération structurée avec nos partenaires. Ce basculement stratégique serait couplé à un dialogue avec la Russie de M. Poutine. Par contre, il existe désormais une fenêtre d’opportunité pour la France de dynamiser enfin le projet européen d’une défense partagée, en y associant également l’Otan, dans la mesure où les faits récents – Brexit, élection américaine – ont réveillé les consciences européennes. La paix n’existe pas que par la volonté mais aussi avec les outils militaires nécessaires. Et dans un monde où le rapport de force est redevenu l’Alpha et l’Omega des relations internationales, il est urgent de renforcer notre défense en lui donnant notamment des budgets accrus. C’est la fameuse barre des 2 % du PIB. Bien sûr, ce seuil nécessite une vraie réflexion et des choix argumentés, tant qualitatifs que quantitatifs, et s’appuyant sur un calendrier défini par la prochaine LPM.

Autant d’enjeux et de pistes proposés dans ce dossier « Présidentielle ». Les électeurs doivent maintenant exprimer clairement leurs choix, mais il appartiendra au futur Président et à sa majorité de conduire une politique de défense crédible pour répondre à des menaces non seulement croissantes et n’épargnant personne. Le monde de 2017 est dangereux. En cinq ans, notre pays a dû affronter des épreuves dramatiques tant à l’extérieur de ses frontières que sur son territoire avec les attaques terroristes. Nos forces sont engagées pour défendre nos concitoyens, nos intérêts mais aussi pour rétablir la sécurité et la paix dans des territoires en proie à la guerre. Il est donc urgent et vital de donner les moyens d’agir et de vaincre aux hommes et aux femmes qui servent sous le drapeau de la Nation.

 

Les noms des candidats pour le dossier « Présidentielle : questions de défense » apparaissent en couverture suivant l’ordre alphabétique et dans le sommaire suivant l’ordre d’arrivée des textes à la rédaction.

Jérôme Pellistrandi

Revue Défense Nationale - Avril 2017 - n° 799

Présidentielle : questions de défense

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Florilège historique

« L’impact de 1870 sur la pensée militaire française » (août-septembre 1970) par Witold Zaniewicki

Le 28 octobre 1870, le maréchal François Achille Bazaine capitule à Metz et livre ses troupes et leurs armements à l’ennemi prussien. Nommé commandant en chef de l’armée du Rhin le 12 août, il se replie dès le 16 août sur la garnison de Metz, privant Napoléon III des unités qui auraient pu reprendre le combat. Bazaine est né en 1811 à Versailles. Ayant échoué au concours de Polytechnique, il s’engage comme soldat en 1831 et accède à l’épaulette en 1833. Il participe aux grandes expéditions du Second Empire, notamment au Mexique. Sa capitulation est considérée comme une trahison et il est traduit en 1873 devant un conseil de guerre qui le condamne à mort avant de demander sa grâce. Il s’évade en 1874 pour l’Espagne où il achève sa vie à Madrid en 1888. La défaite de 1870, outre la proclamation de la IIIe République, va entraîner une refonte complète de l’organisation militaire française, tirant les leçons de l’échec. Une des grandes réformes sera la création de l’École de Guerre à l’École militaire à Paris pour former les officiers à la conduite de la guerre, après une première partie de carrière dans la troupe.
  Lire la suite

e-Recensions

Bernard Zeller : Le Procès du commandant de Saint Marc  ; Nouvelles Éditions Latines, 2021 ; 210 pages.

5 juin 1961, 14 heures : dans la grande salle d’audience du palais de justice de Paris, un officier en grande tenue, décorations pendantes, béret vert sur la tête, est introduit devant le Haut Tribunal militaire. Le commandant Hélie de Saint Marc fait son entrée dans l’Histoire. Quatre heures plus tard, l’audience est suspendue : le tribunal se retire pour délibérer. L’audience reprend à 20h15 : le président Patin donne lecture de la sentence : Lire la suite

Pierre Brière

Les cahiers de la RDN

Cahier - Septembre 2021 - 344 pages

Cahier numérique - Juillet 2021 - 37 pages

Les Repères de la RDN

Lettre mensuelle d'informations tirées de sources ouvertes, réservée aux membres cotisants du CEDN

Repères