Juin 1953 - n° 104

Le général A.-M. Gruenther qui, entre autres missions remplies au cours de sa féconde carrière, et selon les termes mêmes d'une belle citation, en août 1945 « fit preuve d'une capacité exceptionnelle de coordination et de direction quand il eut à faire face aux innombrables problèmes qu'il rencontra dans les différentes missions accomplies par la Ve Armée en Afrique du Nord et en Italie », avant de devenir commandant adjoint des Forces américaines à Vienne, a donné toute sa mesure comme chef d'État-major du Grand Quartier Général Suprême des Puissances alliées en Europe. C'est la grande œuvre qu'il a créée aux côtés des généraux Eisenhower et Ridgway, qu'il a bien voulu esquisser pour nous.

  p. 651-658

L’île qui a une superficie de 35 970 km2 (soit celle de six départements français, environ) – les deux tiers ne sont pas cultivables – est séparée de la Chine continentale par le détroit de Formose. Dans son étranglement le détroit est quatre fois plus large que le Pas-de-Calais. Une navigation de moins d’une journée permettrait à une flottille de jonques d'aborder les rivages de Formose. Il est vrai qu'à l'ouest ceux-ci sont d'accès relativement difficile, en raison de bas-fonds, de barres de sable et de marécages ; qu'à l'est, des falaises dominent le Pacifique. Lire la suite

  p. 659-669
  p. 670-683

Le 22 janvier 1944, les Alliés exécutent le débarquement d’Anzio (opération Shingle) dans des conditions de surprise tactique exceptionnelles. Mais, faute d’avoir été exploité sur-le-champ, il se transforma rapidement en une épuisante bataille d’usure qui devait se prolonger pendant 131 jours, et au cours de laquelle les Alliés furent à deux doigts de se faire rejeter à la mer. Lire les premières lignes

  p. 684-697

Le monde moderne est caractérisé par des flux divers et incessants traversant la planète. De nombreux pays ont établis différentes stratégies afin d’améliorer leur transport de marchandises, vecteur de paix et de développement. La mer, la terre et les airs se prêtent généralement à ce type de besoin, mais l’auteur met en lumière un autre domaine oublié en France (tandis que d’autres réinvestissent massivement), alors qu’il présente de nombreux avantages encore sous estimés : la batellerie. Lire les premières lignes

  p. 698-705

Biographie de Jean Moulin pendant la Seconde Guerre mondiale : du préfet pendant l'invasion de la France en mai-juin 1940 au résistant, envoyé du général de Gaulle depuis Londres pour unifier la Résistance, capturé et torturé par la Gestapo le 21 juin 1943. Lire les premières lignes

  p. 706-715
  p. 716-723
  p. 724-731

Chroniques

  p. 732-736
  p. 736-741
  p. 741-746
  p. 746-751
  p. 751-755
  p. 755-759
  p. 760-764

Bibliographie

Doré Ogrizek : L’Afrique Noire. Le Monde en couleurs  ; Éditions Odé, 1952 ; 461 pages - Edmond Delage

C’est un fort joli livre que vient de publier, sur l’Afrique Noire, avec un spirituel avant-propos de Maurice Bedel et des textes généralement de haute qualité, M. Doré Ogrizek. Il se caractérise par l’élégance de sa présentation, le grand nombre de ses illustrations en couleurs : l’Afrique Noire ne nous y apparaît plus aussi mystérieuse que par le passé. Au secret des civilisations mal connues se mêlent les attraits d’une évolution rapide, sur certains points. La nature y reste grandiose et magnifique. C’est une véritable croisière de découvertes que la lecture de ce nouveau tome du Monde en couleurs. ♦

  p. 765-765

Jean Calmel : Pilotes de nuit  ; Éditions La Table Ronde, 1952 ; 243 pages - Edmond Delage

Nous possédons déjà de nombreux ouvrages sur la guerre aérienne. Le lieutenant-colonel Calmel n’a pas eu la prétention de rivaliser avec des œuvres d’un caractère littéraire ou parfois romanesque comme celles de Jules Roy. Il nous a donné celle d’un homme de métier, appartenant au groupe « Guyenne » qui, avec son frère jumeau, a accompli deux cent vingt-neuf missions de bombardement et perdit au combat trente-sept équipages avec cent soixante-dix tués ou disparus. Il a vu de près le danger souvent mortel couru par les bombardiers. Réussir de nuit à mettre une bombe au but au milieu du barrage d’acier, était, quant au danger couru, aussi méritoire que le combat échevelé mené par les chasseurs. Sans recherche littéraire, l’auteur a atteint souvent la grandeur et toujours le pittoresque instructif. ♦

  p. 765-765

Marcel Reinhard : Le grand Carnot. T. II : 1792-1823, L’organisateur de la Victoire  ; Librairie Hachette, 1950 ; 746 pages - H. C.

Faisant suite au premier tome De l’Ingénieur au Conventionnel, que la critique a salué comme la première biographie complète de Lazare Carnot le nouvel ouvrage de M. Marcel Reinhard fait connaître, en un brillant exposé la longue carrière mouvementée de l’homme qui fut une des grandes figures de la Révolution. Lire la suite

  p. 766-766

Capitaine John Creswell : Generals and Admirals  ; Greenwood Press, 1952 ; 192 pages - L.

Les opérations amphibies, qui mettent en action des forces navales et des éléments de l’armée de terre (et, désormais, des forces de l’Armée de l’Air), exigent-elles un commandement unique, auquel sont subordonnés les chefs des diverses armes ? ou peuvent-elles admettre un « joint command », les décisions résultant de l’accord de ces chefs ? Lire la suite

  p. 766-767

Norman Hillson : Alexander of Tunis  ; W.H. Allen, 1952 ; 252 pages - L.

Jeune officier de 23 ans en 1914, le futur maréchal Alexander commande en 1916 un régiment, et sa brillante conduite pendant la Première Guerre mondiale lui vaut une véritable célébrité. Mis à la disposition du gouvernement letton, il commande contre les Bolcheviks une petite division. Après divers stages à Constantinople, au Staff College, au War Office, il prend part, à la tête d’une brigade, à des opérations en pays montagneux contre des tribus révoltées aux frontières de l’Afghanistan. En 1938, à 46 ans, il reçoit en Angleterre le commandement de la 1re Division, avec laquelle il débarque en France dès la mobilisation. À Dunkerque, en juin 1940, il est le dernier Britannique à quitter le sol de France. En 1942, il est envoyé en Asie, où, par sa lente et habile retraite de Birmanie, il sauve l’Inde de l’invasion japonaise. Lire la suite

  p. 767-768

Brigadier The Viscount Dillon : Memories of Three Wars  ; Allan Wingate, 1951 ; 145 pages - L.

Mort en 1946, l’auteur, descendant de la fameuse famille irlandaise des Dillon, avait été témoin de trois guerres : la guerre Sud-Africaine (1899-1902), à laquelle il avait pris part comme jeune officier des Services de l’Intendance, – la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle, après deux années dans la troupe et dans l’État-major, il avait été détaché comme officier de liaison auprès du Haut Commandement français et, notamment, auprès de Foch, dont il avait conquis la confiance et l’amitié, – la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il fut, en 1939-1940, le chef de la mission militaire britannique en Afrique du Nord. Lire la suite

  p. 768-768

Général Georges Catroux : Lyautey le Marocain  ; Librairie Hachette, 1952 ; 319 pages - Edmond Delage

Le général Catroux, après avoir donné sur la période du dernier conflit mondial d’intéressants ouvrages, remonte plus avant dans ses souvenirs et nous trace de l’œuvre de son maître Lyautey une image fidèle et très personnelle. C’était, semble-t-il, une gageure que de vouloir ajouter beaucoup de traits nouveaux à cette grande figure désormais historique. L’auteur y est cependant parvenu. Il ne cache pas, d’ailleurs, les difficultés qu’il a eues parfois à tenir tête à ce grand fondateur d’empires qui n’admettait guère réticences et contradictions. Il rend un hommage particulier aux initiatives de Lyautey, sauveur du Maroc, au cours de la guerre 1914-1918 et il éclaire d’un jour très cru les rapports de Lyautey et de Pétain pour lequel il ne manifeste ni sympathie ni admiration au cours de sa lutte contre Abd el-Krim. ♦

  p. 768-769

Ewan Butler et Gordon Young : Goering tel qu’il fut  ; Librairie Arthème Fayard, 1952 ; 415 pages - Edmond Delage

C’est un livre fort intéressant qui vient d’être traduit de l’anglais, d’ailleurs avec talent, par A. Ravaut et Y. Massip, sur Gœring. Ewan Butler et Gordon Young étaient bien préparés par leur carrière à cette œuvre très vivante et qui dépasse souvent le cadre d’un simple portrait. Ewan Butler fut correspondant du Times jusqu’à la déclaration de guerre à Berlin et Gordon Young chef du bureau de l’Agence Reuter dans la même capitale. Ce dernier eut souvent l’occasion de rencontrer personnellement celui qu’on a appelé le maréchal sans gloire. Il connut sa vie intime, notamment ses rapports avec la famille de sa première femme Carin. Lire la suite

  p. 769-769

René Maran : Savorgnan de Brazza  ; Éditions du Dauphin, 1951 ; 246 pages - Henry Freydenberg

Après un résumé court mais bien documenté des diverses activités françaises pour s’implanter en Afrique depuis le XIVe siècle, M. René Maran en vient à l’histoire contemporaine et aux explorations réalisées généralement par des officiers de Marine français au cours de longues stations des navires français chargés d’empêcher la traite des esclaves. C’est là le commencement de la longue suite de randonnées de Savorgnan de Brazza. Italien d’origine, amoureux de la mer et explorateur né, entré au Borda [École navale] comme élève étranger, sa vocation se dessine au cours d’une station dans les mers du sud. Lire la suite

  p. 769-770

Amiral Gabriel Auphan : Les échéances de l’histoire ou l’éclatement des empires coloniaux de l’Occident  ; Éditions les Îles d’Or, 1952 ; 360 pages - Edmond Delage

Sous ce titre, l’amiral Auphan, qui, après avoir longtemps servi avec ferveur la Marine, s’est tourné vers l’étude des grands problèmes historiques, nous donne ses vues sur les grands empires coloniaux depuis les Croisés, l’établissement espagnol en Amérique jusqu’à l’essor du XVIIIe siècle, l’emprise mercantile britannique, les conquêtes impériales du XIXe siècle et, enfin, les conséquences coloniales des guerres mondiales. On voit l’ampleur de ses recherches et de ses méditations. Il ne s’agit pas ici seulement d’une étude objective, mais d’une critique générale des systèmes coloniaux inspirée par une foi profonde. Lire la suite

  p. 770-770

Lieutenant-colonel Henri Carré : Les grandes heures du général Pétain : 1917 et la crise du moral  ; Édition du Conquistador, 1952 ; 244 pages - Edmond Delage

Le printemps de l’année 1917 a marqué une des phases les plus critiques de la Première Guerre mondiale. À la suite de l’échec sanglant de notre offensive du 16 avril, des mutineries éclatèrent qui s’étendirent rapidement jusqu’à plus de la moitié des divisions françaises, sans épargner les corps d’élite eux-mêmes. Notre armée se trouvait menacée d’une dissolution totale, telle que l’Armée russe, notre alliée, venait d’en donner le déplorable exemple sur le front oriental, en s’écroulant tout entière et en livrant ses lignes à l’ennemi. Lire la suite

  p. 770-771

Jacques Bourcaut : Les frontières de l’Océan  ; Éditions Albin Michel, 1952 ; 320 pages - M. L.

Les frontières de l’Océan, ce titre inattendu devient parfaitement clair en lisant l’ouvrage, et la nouveauté du sujet le justifie entièrement. Lire la suite

  p. 771-772

Revue Défense Nationale - Juin 1953 - n° 104

Revue Défense Nationale - Juin 1953 - n° 104

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Juin 1953 - n° 104

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.