Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 1991 - n° 524

  p. 9-23
  p. 25-40

Colloque - L'Afrique australe dans les stratégies internationales

Au tournant de la grande année 1989-1990 qui vit se produire de si formidables changements dans le monde, de nombreux interlocuteurs africains m’ont souvent recommandé de ne pas concentrer exclusivement notre attention sur la transformation qui était en cours en Europe de l’Est : un changement de même ampleur, disaient-ils, était en train de se produire en Afrique du Sud et valait qu’on s’y arrête, qu’on en prenne la mesure et qu’on en voie les conséquences. Ils avaient, en grande partie, raison. Lire la suite

  p. 41-43

L’auteur, ancien ambassadeur de France en Afrique du Sud, détaille les principales avancées opérées par le président de Klerk vers l’abolition de l’apartheid et l’instauration de nouvelles institutions, travail de longue haleine dans un contexte très troublé. Lire les premières lignes

  p. 45-51
  p. 53-61
  p. 63-74

• Tous les observateurs portent un regard bienveillant sur l’évolution dans laquelle s’est engagée l’Afrique du Sud, enfin dégagée de cette chape de l’apartheid et à la recherche de solutions adéquates. D’où un optimisme certain. Si les voisins de ce pays, qu’ils soient dans l’océan Indien ou dans la région australe du continent, tirent certainement de grands bénéfices de cette évolution, les pays francophones, eux, ne peuvent guère en attendre d’effets notables. Subsistent malgré tout les grands problèmes communs à toute l’Afrique : démographie, urbanisation, formation, etc. Lire la suite

  p. 75-76

Je voudrais d’abord citer un nom, par amitié, celui de Pierre Mayer, qui a participé à de nombreux colloques de ce type et qui était un spécialiste de l’Afrique du Sud. Il nous a discrètement quittés il y a deux mois, sinon il aurait été ici et serait intervenu de façon magistrale (1)Lire la suite

  p. 77-78

Repères - Opinions - Débats

  p. 79-87
  p. 89-102

Avec les bouleversements actuels, on n’évoque plus beaucoup la Somalie, qui a pourtant connu récemment des événements tragiques. L'auteur nous fait le bilan très complet de l’évolution politique de ce pays, de l’indépendance en 1960 à la mise en place de la dictature en 1969 et à la révolution de 1990-1991. Il semble bien que la Somalie, déjà classée dans les pays les plus pauvres du monde, soit encore loin d’être en mesure de résoudre ses difficultés. Lire les premières lignes

  p. 103-118
  p. 119-131
  p. 133-148
  p. 149-157

Dans un dossier sur les industries d’armement publié dans notre revue en février 1991, l'auteur, contrôleur général des armées (CR), avait traité de l'évolution technologique des munitions. Dans l’article qui suit, il décrit les répercussions de cette évolution sur les mines, arme défensive sans doute mais combien redoutable. Le récent conflit du Golfe nous a bien montré que la guerre des mines terrestre et navale, à laquelle les médias n'attachent pas toujours l’importance voulue, était bien réelle Lire les premières lignes

  p. 159-167

Chroniques

  p. 169-172
  p. 173-178
  p. 179-181
  p. 182-191
  p. 192-194
  p. 195-198
  p. 199-202
  p. 203-206
  p. 207-207

Bibliographie

Yves-Marie Laulan : La planète balkanisée  ; Économica, 1991 ; 212 pages - Charles-Henry Clermont-Tonnerre (de)

Beaucoup plus que l’observation fine et percutante d’un haut fonctionnaire international sur les derniers événements politiques et économiques, c’est une réflexion très profonde sur l’évolution géopolitique de la planète que nous propose M. Yves-Marie Laulan. Lire la suite

  p. 208-209

Pierre Viaud (dir.) : Les religions et la guerre  ; (sous l’égide du SGDN) Éditions du Cerf, 1991 ; 583 pages - Pierre Morisot

Pierre Viaud a réuni les interventions de 21 théologiens (ou « penseurs engagés ») sur six thèmes énoncés dans une utile « présentation synoptique » et relatifs à la position des grandes religions monothéistes face au phénomène de la guerre. Le plan est toutefois établi par religion et non par thème ; se succèdent ainsi le judaïsme, le christianisme selon ses trois composantes, et l’islam. Juifs et orthodoxes sont les moins gourmands en volume, avec chacun moins de 10 % du total ; l’ensemble chrétien en occupe près de la moitié, l’islam approche de 40 % (mais en raison d’un article de plus de 100 pages du docteur Belkhodja qui – faute peut-être de pénétrer la mentalité musulmane – nous paraît hors sujet). Lire la suite

  p. 209-210

Revue Défense Nationale - Octobre 1991 - n° 524

Revue Défense Nationale - Octobre 1991 - n° 524

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.