Octobre 1993 - n° 546

Discours de Monsieur François Léotard, ministre d'État et ministre de la Défense, le 2 septembre 1993, devant les auditeurs de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Lire la suite

  p. 9-25

Colloque - Technologies et conflits

Nous sommes ici réunis pour une soirée d’études comme le Comité d’études de défense nationale et la revue Défense Nationale en ont organisé régulièrement depuis qu’elles ont été instituées par l’un de mes prédécesseurs, l’amiral Duval. Nous l’avons fait jusqu’ici avec la collaboration de la Fondation pour les études de défense nationale (FEDN) que présidait M. Pierre Dabezies. Cette institution a cessé ses activités, mais nous avons cru devoir assurer la continuité de ces journées et soirées d’études, et notre conseil d’administration a choisi de consacrer celle-ci aux rapports entre les technologies et les conflits. Lire la suite

  p. 27-28
  p. 29-37
  p. 45-48
  p. 39-44

• On a beaucoup parlé des technologies au pluriel, c’est-à-dire qu’on a relativement peu tenu compte de la stratégie globale dont parlait le général Bresson. Si dans le domaine du renseignement spatial on pousse chacune des technologies dans ses retranchements comme les scientifiques, les ingénieurs et même les industriels cherchent à le faire, équipement par équipement, alors on va tenter de décrypter jusqu’aux plaques d’immatriculation des camions : à quoi bon ? Si on parle de fusion de données, on va songer à des techniques très pointues, très numériques, allant jusqu’à envisager le traitement du signal, mais on aura peut-être oublié, plus globalement, que derrière le renseignement d’origine spatiale il faut des systèmes d’information qui soient architectures de manière à traiter les données. Ne nous a-t-on pas présenté une vision un peu « catalogue » des technologies, en risquant d’oublier la cohérence des systèmes examinés ? Comment prendre en compte la stratégie globale dans l’enseignement et dans la définition opérationnelle des systèmes ? Lire la suite

  p. 49-52

Repères - Opinions - Débats

Dans son livre La paix et la guerre (1), le général Jean Salvan parle de mon aveuglement. C’est La guerre est morte (2) ouvrage au titre explicite, qui motive ce jugement. Moi qui me croyais petit roi des aveugles, me voici rabaissé au niveau de mes médiocres sujets ! Toutefois, la déchéance peut être salutaire si elle oblige à soumettre la théorie de la guerre morte à l’épreuve du temps. On me fera pourtant l’amitié de croire que je n’ai pas attendu, pour me livrer à cet examen, la rude apostrophe de mon camarade (3)Lire les premières lignes

  p. 53-56

L'auteur, en qualité de membre associé de la Fondation pour les études de défense nationale (FEDN), faisait partie de l’observatoire stratégique des États-Unis. Ce groupe a notamment publié en 1991 Les lauriers incertains, stratégie et politique militaire des États-Unis, 1980-2000, sous la direction de François Géré. Lire les premières lignes

  p. 57-71
  p. 73-92
  p. 93-100
  p. 101-110
  p. 111-126
  p. 127-137
  p. 139-149
  p. 151-160

Chroniques

  p. 161-165
  p. 166-173
  p. 174-176
  p. 177-178

Le 13 juillet 1992, l’aviso Premier-Maître L’Her, de la flottille de la Méditerranée, rallie le détroit d’Otrante pour participer, au sein d’un groupe de bâtiments de l’Union de l’Europe occidentale (UEO), à la surveillance de l’embargo décrété à l’encontre des pays de l’ex-Yougoslavie : c’est le début de la mission Sharp VigilanceLire les premières lignes

  p. 179-181
  p. 182-184
  p. 185-188
  p. 189-191

Bibliographie

Philippe Moreau Defarges : Relations internationales  ; Le Seuil, 1993 ; 520 pages - Pierre Morisot

Le métier, dur mais lucratif, de rédacteur de notes de lecture pour la revue Défense Nationale amène à compulser nombre d’ouvrages traitant de géopolitique. Prétendre présenter les relations internationales en deux tomes allant du particulier au général (« Questions régionales » : « Questions mondiales ») sur 600 pages de format réduit, alors qu’il serait sans nul doute plus facile de le faire sur 6 000, est la marque d’un effort digne de louanges. Moreau Defarges, qui n’est pas un débutant, a certainement dû tailler impitoyablement dans son abondante documentation, où figurent d’ailleurs plusieurs de ses propres productions. Lire la suite

  p. 192-193

Jacques Sapir : Les bases futures de la puissance militaire russe  ; Éditions Cirpes, 1993 ; 140 pages - Pierre Morisot

Ne s’agirait-il pas plutôt des « bases de la future puissance militaire russe » ? C’est en effet dans l’époque contemporaine que l’auteur a choisi deux voies de recherche qu’il a sans doute jugées plus particulièrement révélatrices. Lire la suite

  p. 193-194

Philippe Decraene / Philippe Rondot : L’Afrique centrale / La Syrie  ; Éditions Cheam, La Documentation française, 1993 ; 191 pages / Puf, 1993 ; 128 pages - Claude Le Borgne

Nous nous devons de signaler aux lecteurs de notre revue deux rééditions opportunes. Lire la suite

  p. 195-195

Rémy Leveau : Le sabre et le turban, l’avenir du Maghreb  ; François Bourin, 1993 ; 272 pages - Claude Le Borgne

Professeur à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris et directeur de recherches à « Sciences Po », Rémy Leveau est un orientaliste discret. Il faut donc porter attention à ce qu’il écrit. Le livre qu’il publie s’appuie sur quelques-uns de ses travaux antérieurs, opportunément rajeunis au moment où le Maghreb (entendez les trois pays d’Afrique du Nord), travaillé par ses islamistes, est à la croisée des chemins. Lire la suite

  p. 195-196

Roger Faligot et Rémi Kauffer : Histoire mondiale du renseignement. Tome I : 1870-1939  ; Éditions Robert Laffont, 1993 ; 572 pages - Michel Klen

Les nombreuses péripéties des activités de renseignement ont souvent engendré des controverses et alimenté des débats. Les luttes clandestines que se sont livrées les différentes puissances du globe ont toujours constitué une réalité géopolitique qui a parfois influé sur le cours des événements. Revêtant de multiples formes, ces guerres secrètes ont subi une évolution importante en diversifiant leurs méthodes et en s’adaptant au changement des mentalités ainsi qu’au développement des technologies. Lire la suite

  p. 196-197

André Collet : Armements et conflits contemporains - De 1945 à nos jours  ; Éditions Armand Colin, 1993 ; 295 pages

Les conflits et les armements constituent deux termes indissociables. Cet ouvrage analyse les relations entre ces deux entités dans une évocation des grands événements internationaux qui ont jalonné la période de 1945 à 1992. L’étude qui est proposée au lecteur n’aborde pas seulement le caractère technique du problème ; elle s’intéresse également aux aspects stratégique, géopolitique, économique et militaire. L’ambition de ce livre couvre, en effet, un très large domaine dans lequel l’observation des faits s’inscrit dans une triple perspective : dégager les véritables enjeux des conflits de ces cinquante dernières années qui, au-delà des luttes ancestrales, des rivalités ethniques et religieuses, des antagonismes idéologiques et des querelles de frontières, ont subi les conséquences de la décolonisation, de la guerre froide et de la complexité des rapports entre les grandes puissances ; examiner l’évolution des matériels de guerre dont les percées technologiques ont totalement bouleversé les doctrines tactiques et stratégiques ; analyser le développement de la politique internationale par les courants du commerce des armes qui constituent toujours de précieux indicateurs de l’évolution de certaines zones (en particulier les États du Tiers-Monde). Lire la suite

  p. 197-198

Stéphane Yerasimos : Istanbul, 1914-1923, capitale d’un monde illusoire, ou l’agonie des vieux empires  ; Éditions Autrement, 1992 ; 230 pages - Michel Klen

Istanbul, en cette veille de la Grande Guerre avec six millions d’habitants dont la moitié seulement est musulmane, représente la quintessence de l’Orient. Elle fut le témoin d’une rare coexistence religieuse. Un sultan calife y cohabite avec un patriarche œcuménique de Constantinople, archevêque de la nouvelle Russie, un patriarche des Arméniens, un nonce apostolique, sans compter l’archevêque des Arméniens catholiques, le grand rabbin ou le représentant de l’exarque des Bulgares. Situé à l’intersection du « Drang nach Osten » et de la descente vers les mers chaudes, au point précis où la route maritime des Détroits coupe celle, terrestre, du chemin de fer Berlin-Bagdad, Istanbul est le trophée majeur de la guerre, le lieu magique où Nicolas II de Russie, Ferdinand de Bulgarie et Constantin de Grèce rêvent chacun d’être couronné dans Sainte-Sophie empereur de la nouvelle Rome. Cependant, le décor se fissura très vite ; la fin d’un monde s’approchant, le jeu subtil des intrigues, plans et machinations se mit bien vite en place. Lire la suite

  p. 198-198

Revue Défense Nationale - Octobre 1993 - n° 546

Revue Défense Nationale - Octobre 1993 - n° 546

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Octobre 1993 - n° 546

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.