Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Le Conseil européen de Nice, comme la Conférence intergouvernementale (CIG) dont il conclut les travaux, a permis de vérifier qu'il y a indubitablement un réel besoin de « plus » et de « mieux » d'Europe. Partout, les commentaires de la classe politique et de la société civile appellent à une initiative politique forte en faveur d'une véritable relance du projet européen, voire d'une réforme politique et institutionnelle de l'Union. Lire la suite

  p. 5-18

Intervention du directeur général du FMI lors de la conférence Méditerrannée-Europe qui s’est déroulée du 9 au 11 mars 2001 à Alger sur le thème « Mondialisation, développement, société, culture ». L’auteur aborde les chances et les menaces puis aborde les responsabilités de l’universel et celles universelles. Enfin, il traite de solidarité et pauvreté mondiale ainsi que de la solidarité méditerranéenne.

  p. 19-33

Les États-Unis

Isolationnisme, unilatéralisme, hégémonisme, voilà des mots qui qualifient l'Amérique plus que tout autre pays de la planète. Plus qu'un jugement passionnel, il est utile de chercher à comprendre les raisons profondes, historiques, culturelles mais aussi constitutionnelles qui expliquent pourquoi les États-Unis agissent ainsi. Lire la suite

  p. 34-49

Depuis que George Bush senior annonça l'instauration d'un « nouvel ordre mondial » garantissant la paix et respectueux du droit international, il semble que les États-Unis ont pris conscience que cet ordre multipolaire mythique qui devait rendre à l'Onu sa place privilégiée dans le maintien de la paix et la gestion des crises, n'était tout compte fait qu'une vue de l'esprit. L'ordre unipolaire qui s'est effectivement imposé après la disparition de l'ancien ordre bipolaire, laisse aux États-Unis le libre choix entre respecter le droit international public et ne pas le respecter, parce qu'ils sont de fait l'unique État vraiment souverain du monde. L'obligation ancienne et maintes fois réitérée de ne pas recourir à la force est-elle applicable aux États-Unis ? Il semble s'agir d'une règle de droit international qu'ils ont jugé utile à certaines époques, mais qu'ils respectent ou non, en ne tenant compte que de leurs intérêts, et qu'ils se reconnaissent le droit de violer en toute impunité, faisant prévaloir la loi du plus fort parce qu'ils ont décidé d'être des hors-la-loi.

  p. 50-62

Nos vieilles nations européennes ne sauraient renoncer aux liens d'amitié qui les unissent aux États-Unis d'Amérique. Cependant, certains aspects de leurs relations actuelles peuvent, si l'on n'y prend garde, les altérer. En effet les descendants des wasp qui fondèrent le Nouveau Monde, cédèrent de suite au marché. Dès lors la pratique du libéralisme absolu s'imposa à eux comme la voie du salut de l'humanité. Leurs succès en ce domaine les conduisirent à revendiquer une autorité qui dégénéra en une volonté hégémonique, le culte du profit devenant la motivation fondamentale de l'activité humaine au détriment d'un humanisme authentique. Ceci conduisit les États-Unis à vouloir mettre en tutelle l'Union européenne en formation. Toutefois, l'ensemble du peuple américain, épris d'équité et animé par un puissant sentiment national, ne peut être l'initiateur d'une telle politique. Les responsables sont banquiers et hommes d'affaires, grands prêtres du culte de l'argent, organisateurs de puissantes sociétés d'influence tels le Bilderberg, le Council on Foreign Relations et la Trilatérale. Cette lettre est un appel à la sagesse du peuple américain pour qu'il reste au service de la démocratie et des valeurs humanistes.

  p. 63-72

Les difficultés rencontrées par l' US Army lors de son déploiement au Kosovo, avec notamment le relatif échec de la Task Force Hawk , organisée autour des hélicoptères de combat Apache , ont conduit le général Shinseki, alors nouveau chef d'état-major de l'armée de terre, à proposer un processus de modernisation et de restructuration de l' US Army en octobre 1999, pour « refonder » l'armée de terre et lui redonner un rôle stratégique majeur, alors que l' US Air Force se réjouissait publiquement de ses succès et de ses capacités à régler « seule » les crises. Lire la suite

  p. 73-80

Repères - Opinions - Débats

En augmentation de plus de 5 % par an depuis vingt ans, le transport maritime est une activité économique majeure, où la France se doit d'être présente. On sait pourtant le déclin de notre flotte marchande, régulièrement évoqué. L'importance stratégique d'une marine marchande forte, battant pavillon français n'échappe à personne : elle permet à la France d'être présente partout dans le monde, et contribue ainsi à sa stratégie d'influence. Quant à notre stratégie de projection de forces, elle repose pour une grande part sur le transport maritime, seul moyen efficace pour transporter à de grandes distances des forces et entretenir les flux logistiques qui leur sont nécessaires. On comprend bien que le complément apporté par la marine marchande ne peut l'être de façon efficace que sous pavillon national, seule garantie d'autonomie de notre action. Lire la suite

  p. 81-97

La problématique angolaise constitue un cas d'étude particulier dans les milieux qui traitent des questions géopolitiques, stratégiques et militaires. L'exceptionnelle durée du conflit, les enjeux économiques, l'intervention des grandes puissances, le jeu des alliances et les dérives mafieuses, ont bouleversé ce pays de l'Afrique australe, aujourd'hui exsangue bien que potentiellement très riche. C'est précisément cette richesse alimentée par des ressources importantes de pétrole et de diamant qui constitue le nerf de cette guerre civile atypique.

  p. 98-112

Le Salvador vient de « dollariser » son économie. Par ailleurs, les tremblements de terre qui l'ont frappé durant les mois de janvier et février derniers, ont mis en évidence les progrès accomplis ces dernières années par ce pays désormais en paix, mais également, ses faiblesses structurelles qui limitent son développement. Il est intéressant de faire le point sur un pays qui reste, avec le Guatemala, un des piliers de l'intégration centraméricaine. L'auteur n'avait rien écrit sur le Salvador pour Défense Nationale depuis novembre 1999.

  p. 113-122

Défense Nationale a publié l'an dernier au mois de mars une étude de Paul Giniewski sur « L'exode des Arabes palestiniens (1947-1948) » qui en exposait les origines historiques. Depuis, les négociations de paix israélo-palestiniennes de Camp David, de Washington, de Wye Plantation, de Taba et d'Elath ont remis la question des réfugiés à l'avant-scène en tant que composante, apparemment insoluble, d'un règlement définitif du contentieux. L'auteur étudie ici les aspects juridiques et politiques actuels du problème, à la lumière des événements les plus récents.

  p. 123-134

La rue, lieu d'agitation, est désormais à prendre en compte dans l'analyse de la politique internationale. Exemples : intifada , pression dans les pays de l'est européen avant leur libération, émeutes diverses conduisant au renversement des hommes en place ; s'y ajoutent des attentats contre des chefs d'État et des personnalités marquantes. D'énormes masses humaines sont mises en jeu, qu'il est souvent difficile de ramener à la raison. La rue est utilisée maintenant pour montrer l'intérêt que l'opinion attache à des questions d'ordre international (défense des droits de l'homme, soutien ou réprobation des actes de gouvernements étrangers, manifestations contre le terrorisme).

  p. 135-141

Chroniques

  p. 142-147
  p. 148-151
  p. 151-152
  p. 153-155
  p. 156-158
  p. 159-161
  p. 162-173
  p. 174-178
  p. 179-184

Bibliographie

Thierry Garcin – nos lecteurs le savent puisque son œuvre est déjà importante –, est docteur en sciences politiques, ancien de l’IHEDN et producteur sur France Culture de l’émission quotidienne intitulée « Les enjeux internationaux ». Aujourd’hui, puisqu’il enseigne aussi dans plusieurs universités parisiennes et au Centre d’études diplomatiques et stratégiques, il nous présente un manuel à l’usage des étudiants en relations internationales, qui résume ses réflexions sur les « Grandes questions internationales » depuis la chute du mur de Berlin, comme l’annonce le titre qu’il a adopté. Lire la suite

  p. 185-186

Robert Temple : Le génie de la Chine - 3000 ans de découvertes et d'inventions  ; Éditions Philippe Picquier ; 256 pages - Michel Klen

L’extraordinaire sens de l’invention de la Chine antique et médiévale, associé à une fine perception des phénomènes naturels, ont permis à l’ex-empire du Milieu de posséder dans le passé une importante avance technologique sur les autres civilisations, en particulier sur l’Occident. Les Chinois sont en effet à l’origine d’une multitude de découvertes scientifiques qui couvrent les domaines de l’agriculture, de l’industrie, de la médecine, des mathématiques et de l’art de la guerre. Ces cinq chapitres d’invention sont étudiés en détail par Robert Temple, un auteur anglophone qui eut le privilège d’avoir servi en Chine pendant la Seconde Guerre mondiale à titre de conseiller scientifique de l’ambassade britannique. Cette affectation a ouvert des réseaux d’amitié à cet érudit qui a pu ainsi se familiariser avec l’histoire du pays de Confucius. Depuis cette période, Robert Temple a effectué de nombreuses missions pour l’Unesco et a écrit une dizaine de livres sur la culture chinoise, notamment sur ses aspects scientifiques. Le document qu’il nous propose aujourd’hui est une version abrégée de l’œuvre monumentale (plusieurs milliers de pages) de Joseph Needham Science et civilisation en ChineLire la suite

  p. 186-188

Claude Arpi : Tibet, le pays sacrifié  ; Calmann-Lévy, 2000 ; 350 pages - Alain Lamballe

Claude Arpi vit en Inde depuis de nombreuses années. Il connaît fort bien ce pays, mais aussi son environnement géographique immédiat. L’ouvrage qu’il vient de publier est un exemple d’érudition. Lire la suite

  p. 188-190

Yvonne Bollmann : La bataille des langues en Europe  ; Bartillat, 2001 ; 173 pages - Jacques Walch

La « Charte européenne des langues régionales ou minoritaires » adoptée par le Conseil de l’Europe en 1991 est une machine de guerre consciente et volontaire de l’Allemagne contre la France. Il est de la liberté d’Yvonne Bollmann de le prétendre et d’essayer de le démontrer. Elle s’appuie pour cela sur une radioscopie très précise du groupe de pression organisé autour de la revue Europa Ethnica publiée à Vienne et spécialisée dans la question des nationalités et des minorités. Elle montre aussi que l’attitude de l’Allemagne au Conseil de l’Europe dans le domaine des langues et des minorités correspond à une très ancienne tradition diplomatique. Lire les premières lignes

  p. 190-190

Revue Défense Nationale - Mai 2001 - n° 631

Revue Défense Nationale - Mai 2001 - n° 631

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Mai 2001 - n° 631

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.