Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Novembre 1975 - n° 349

Nous reproduisons ci-dessous l’allocution prononcée par M. Jacques Chirac, Premier ministre, à l’occasion de l’ouverture, le 16 septembre, de la XXVIIIe session de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale. Ayant rappelé que la défense ne s’improvise pas et que le colonel de Gaulle écrivait déjà en 1934 : « Dans les quelques journées où, deux ou trois fois par siècle, le destin d’un peuple est joué sur les champs de bataille, le jugement, l’attitude, l’autorité des chefs dépendent surtout des réflexes intellectuels et moraux qu’ils ont acquis pendant toute leur carrière… La véritable école du commandement c’est la culture générale », M. Jacques Chirac a souhaité à ses auditeurs : « une féconde année de réflexion en toute liberté dépensée et d’expression », puis il a poursuivi : Lire la suite

  p. 7-14

Allocution du Chef d'État-major des armées au Centre des hautes études militaires le 4 septembre 1975 à l'occasion de sa nouvelle session annuelle. Le CHEM admet chaque année une vingtaine d’officiers supérieurs ou généraux des trois armées et leur fournit l’occasion d’une ultime préparation à des postes de responsabilité importants. Lire la suite

  p. 15-26
  p. 27-40
  p. 41-46

Puissance jusqu’ici essentiellement continentale, la Chine s’affirme patiemment et prudemment sa présence dans les îles et chez les riverains du Pacifique et y développe ses relations commerciales. Il existe cependant un décalage notable entre les ambitions de son idéologie et la faiblesse de son appareil aéromaritime civil et militaire qui n’est nullement à la mesure de cet océan. Lire la suite

  p. 47-59
  p. 61-74
  p. 75-85
  p. 87-91
  p. 93-100
  p. 101-112
  p. 113-127

Chroniques

  p. 129-134
  p. 135-140
  p. 141-150
  p. 151-153
  p. 154-159
  p. 160-163
  p. 164-169

Bibliographie

Ce sixième volume, rédigé par Rolf Björnerstedt, Carl-Göran Heden et Robert Neil avec l’aide d’une équipe de spécialistes internationaux, clôt la série des études que le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) a consacrées aux problèmes de la guerre chimique et biologique, reprenant ainsi à son compte une idée jadis lancée par le Comité Pugwash (1) groupant des scientifiques de tendance pacifiste. Lire la suite

  p. 170-171

Roger Errera : Les libertés à l’abandon  ; (3e édition) Éditions du Seuil, 1975 ; 316 pages - P. R.

Ce livre, d’une étonnante densité, s’inspire de deux préoccupations qui ne coïncident pas toujours : d’une part c’est un plaidoyer convainquant en faveur du renforcement de la protection des libertés en France et une critique souvent pertinente des carences en cette matière ; d’autre part c’est une étude historique et juridique d’une remarquable précision sur l’évolution et l’état présent de quelques problèmes concernant les libertés en France : liberté de l’information, protection juridictionnelle des libertés, droits économiques et sociaux, notamment en matière syndicale, protection de la vie privée, droit des minorités, action internationale pour la protection des droits de l’homme. Lire la suite

  p. 171-171

Pierre Marie Gallois : La grande berne. L’atome et les négociations Est-Ouest  ; Éditions Plon, 1975 ; 476 pages - Georges Vincent

Les trente-cinq chefs d’État signataires de la déclaration d’Helsinki ont-ils tous été plus ou moins consciemment les acteurs d’un vaste carnaval destiné, comme le redoutait le président Pompidou, à « l’apothéose » du leader soviétique bien plus qu’à « l’ouverture » de son régime ? Telle est l’opinion que Pierre Marie Gallois formulait en ces termes à la veille de la réunion finale de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) : « Si solennelle que soit l’heure des paraphes, elle n’effacera ni les annexions ni les occupations arbitraires. Des hommes de gouvernement auront seulement trompé l’attente des opinions publiques en leur laissant croire que de ce genre de rencontres sortiraient la paix et la sécurité ». Lire la suite

  p. 172-173

Paul-Marie de La Gorce : L’effort de défense de quelques grandes puissances. Union soviétique, États-Unis, République fédérale d’Allemagne, Grande-Bretagne  ; Fondation pour les études de défense nationale (FEDN), juin 1975 ; 154 pages - Georges Vincent

Si les données statistiques concernant les budgets militaires et les effectifs en personnels et matériels permettent de mesurer l’effort de défense d’une Nation, elles ne suffisent pas à en saisir les motivations ni à apercevoir les lignes de son évolution probable. Il est indispensable de les replacer dans leur contexte politique et stratégique, de les éclairer par les éléments tirés de la situation historique, démographique et économique. La défense forme un tout dont la compréhension nécessite un effort d’analyse qui ne fait pas seulement appel aux seules données militaires. C’est bien ainsi que procède Paul-Marie de La Gorce, historien et journaliste connu, dans ces études portant sur les quatre puissances dont l’action en ce domaine est capitale pour la paix du monde et dont la France doit tenir compte à un moment où elle entend rénover sa défense. Lire la suite

  p. 173-173

André Kaspi : La vie politique aux États-Unis. Vol. 1 : Hier et Vol. 2 : Aujourd’hui  ; Éditions Armand Colin, 1973 ; 144 et 272 pages - André Nolde

Bien qu’il s’agisse d’un ouvrage paru il y a plus de deux ans, nous croyons utile de le signaler aux lecteurs de la revue. Ils y trouveront en effet la réponse à la plupart des questions que tous les non-Américains se sont posées, et n’ont sans doute pas cessé de se poser, depuis qu’a éclaté l’affaire du Watergate qui perturba si profondément la vie politique américaine. Cette affaire a révélé aux non initiés l’originalité et l’extrême complexité des rouages des différents pouvoirs aux États-Unis. Il n’était possible d’en suivre et d’en comprendre les péripéties que dans la mesure où l’on était familiarisé avec la constitution du pays et le fonctionnement de ses institutions. Lire la suite

  p. 174-174

Simon Leys : Ombres chinoises  ; Union générale d’éditions, 1974 ; 312 pages - André Nolde

« Allez donc savoir… ! », comme disait avec dépit ce joueur de bridge lorsqu’il s’était trompé sur la place d’un honneur dans la main adverse. Telle est la réflexion qu’on ne peut s’empêcher de faire en refermant le petit livre de Simon Leys, surtout quand on a lu et qu’on s’est passionné pour les reportages, études, articles, etc. parus pendant et après la Révolution culturelle prolétarienne en Chine, que les auteurs en aient été Peyrefitte, Massip, Illiez, Karol ou autres Féjtö. Lire la suite

  p. 175-176

Louis Dumont : La civilisation indienne et nous  ; Éditions Armand Colin, 1975 ; 141 pages - A. L.

Il s’agit d’une deuxième édition d’un ouvrage paru en 1964, mis à jour par des notes de bas de page et complété par deux études en annexe (l’une sur un dieu populaire tamoul et l’autre sur la communauté de village). Consacré à la société indienne traditionnelle d’hier et d’aujourd’hui, ce petit livre atteint pleinement le vœu exprimé par l’auteur de rendre le sujet parfaitement accessible aux non-spécialistes. Lire la suite

  p. 176-176

Jacques Pouchepadass : L’Inde au XXe siècle  ; Puf, 1975 ; 207 pages

D’une lecture facile, ce livre sur l’histoire de l’Inde au XXe siècle satisfera tous ceux, étudiants ou non, qui désirent mieux comprendre ce pays. L’auteur consacre les deux tiers de l’ouvrage à la période qui précède l’indépendance 1900-1947, un tiers donc à l’Inde indépendante de 1947 à 1974. Lire la suite

  p. 177-177

Georges Roditi : L’esprit de perfection  ; Éditions Stock, 1975 ; 137 pages - André Nolde

On entend dire couramment que le goût de la lecture ne serait pas, ou ne serait plus, très répandu en France. Et ceux-là même qui n’en seraient pas dépourvus, ne trouveraient plus, dans la production actuelle, de quoi le satisfaire. Leur inclination serait ainsi contrariée, faute de stimulant. Lire la suite

  p. 177-178

Olivier Todd : Les canards de Ca-Mao  ; Éditions Robert Laffont, 1975 ; 339 pages - André Nolde

Pour nous parler de l’Indochine qu’il connaît bien, Olivier Todd, indifféremment journaliste ou romancier, n’a pas voulu choisir entre deux genres qu’il affectionne également et qu’il pratique avec le même bonheur. Son nouveau livre utilise les techniques du reportage tout autant que celles du roman. Aucune des deux n’est suffisante à elle seule, pense-t-il sans doute, pour rendre compte d’une réalité aussi déroutante, décrire un pays aussi attachant et comprendre un peuple aussi angoissé par son devenir. Lire la suite

  p. 178-179

Revue Défense Nationale - Novembre 1975 - n° 349

Revue Défense Nationale - Novembre 1975 - n° 349

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.