Décembre 1982 - n° 427

Discours du ministre de la Défense devant les auditeurs de la 35e session de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), le 16 novembre 1982. Lire la suite

  p. 7-21

Volonté de défense et sécurité en Europe

Le thème du colloque qu’avaient organisé conjointement le 17 juin, sous la présidence de M. Jean-Marie Soutou, Ambassadeur de France, le Comité d’études de défense nationale, éditeur de la revue, et la Fondation pour les études de défense nationale, avait pour libellé : « Volonté de défense et sécurité de l’Europe ». Lire la suite

  p. 23-25

L'auteur a résumé lors de ce colloque ses réflexions sur les attitudes qui, en République fédérale allemande (RFA), peuvent mettre actuellement en question sa volonté de défense.

  p. 27-35

L'auteur, professeur de relations internationales à l’Université Paris X et secrétaire du Parti socialiste (PS) aux relations internationales, a fait part, lors de ce colloque, de son opinion sur la situation en France dans ce domaine.

  p. 37-43

L'auteur a analysé lors de ce colloque les différents points de vue allemands sur l’évolution de la sécurité en Europe.

  p. 45-59

Éditorialiste du journal Le Monde dont il a été le correspondant à Moscou et à Washington, l'auteur a examiné lors de ce colloque les réactions qui se développent aux États-Unis face au pacifisme européen et aussi, comme l’exigeait l’actualité, les tendances du nouveau pacifisme américain.

  p. 61-69

L'auteur, ambassadeur de France et ancien représentant de notre pays au Conseil de l’Atlantique Nord, a développé lors de ce colloque les idées qu’il avait présentées peu de temps auparavant dans un article très remarqué paru dans Le Monde (« Dissuasion hexagonale ou défense européenne ? », 14 avril 1982) sur le rôle que pourrait prendre la France dans la sécurité de l’Europe.

  p. 71-79

Les cinq articles qui précèdent ont donné la reconstitution des exposés qui ont constitué le fondement de notre journée d’études sur le sujet : « Volonté de défense en Europe ». Ils ont bien évidemment provoqué nombre d’interventions de la part des participants sous forme de commentaires et de questions. Comme d’habitude, nous présentons ici un condensé de ces interventions, en cherchant à leur laisser leur originalité tout en évitant les redites ou les digressions. Il est bien évident que ce travail, qui a fait de son mieux pour respecter la pensée de ceux qui ont pris la parole, traduit des opinions très diverses, quelquefois contradictoires, et qui n’engagent en aucune façon la revue. Lire la suite

  p. 81-104

En faisant part ci-après à nos lecteurs des quelques interrogations que ces débats très riches nous ont suggérées, nous n’entendons d’aucune façon, soulignons-le une nouvelle fois à l’occasion de ce colloque, arbitrer entre les opinions parfois divergentes qui y ont été exprimées, ou dégager un quelconque point de vue « maison » sur les sujets que nous avions soumis à la sagacité de nos invités. Notre propos se borne en effet à susciter maintenant sur les mêmes sujets la réflexion de nos lecteurs, en leur proposant les cinq thèmes suivants, qui correspondent à des questions que nous nous posons à nous-mêmes, sans leur avoir encore trouvé les réponses qui nous satisfassent pleinement. Lire la suite

  p. 105-112

Repères - Opinions - Débats

L'auteur a exposé ce que l'on va lire lors de la 24e Conférence annuelle organisée par l'Institut international d’études stratégiques de Londres (IISS) en septembre 1982 à La Haye, sur le sujet : « défense et consensus : les aspects internes de la sécurité européenne ». Cet article paraît également en anglais dans Adelphi Papers, publication de l'IISS.

  p. 113-124

L’auteur s’est efforcé de dégager la pensée du président de la République, François Mitterrand, en ce qui concerne la politique de défense de la France, au travers des nombreuses déclarations qu’il a faites depuis son élection. Lire les premières lignes

  p. 125-143
  p. 145-151

Chroniques

Le président libanais Amine Gemayel est, le 20 octobre 1982, rentré à Beyrouth avec de nouveaux atouts. Son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies a reçu un accueil qui allait très au-delà de la simple courtoisie, et il a nettement laissé entendre que les États-Unis peuvent prendre beaucoup d’initiatives pour la recherche d’un nouvel équilibre régional au Moyen-Orient. À Paris et à Rome, il a trouvé des encouragements qui lui laissent espérer un renforcement de la force multinationale, à la fois instrument et symbole. Il est reparti du Vatican avec un appui moral qui peut avoir des répercussions politiques. Lire les premières lignes

  p. 153-156

• Dans son n° 9/1982, la Revue Internationale de Défense, sous la signature de C.N. Donnelly, expert britannique, publie un article intitulé « Le groupe de manœuvre opérationnel soviétique, un nouveau défi lancé à l’Otan »Lire les premières lignes

  p. 157-161

Sans conteste cette rentrée d’automne a été marquée par un certain foisonnement du débat sur les questions militaires. À lire les journaux du mois d’octobre ce fait est patent. Il y a d’abord eu les déclarations répétées du général Rogers sur la primauté des armements conventionnels dans la défense de l’Europe. L’insistance du commandant du SHAPE (Grand quartier général des puissances alliées en Europe) a conduit les responsables allemands à s’interroger sur la possibilité d’un resserrement des liens militaires avec la France et ce fut l’un des sujets abordés lors du sommet de Bonn. Lire les premières lignes

  p. 162-166

En 1979, le gouvernement péruvien pouvait affirmer : « il n’y a plus de guérilla au Pérou. Celle-ci a cessé en 1965 avec l’anéantissement des guérilleros implantés dans les Andes ». Or, aujourd’hui, l’actualité péruvienne est marquée par l’activité incessante et croissante du mouvement subversif Sendero luminoso. Ce mouvement, créé en 1974, est une des nombreuses fractions du parti communiste péruvien. Il est connu sous le nom de « Sentier lumineux » car ses premiers tracts promettaient de suivre « le sentier lumineux de Juan Carlos Mariátegui » qui avait, dans les années 1920, jeté les bases d’un marxisme à la péruvienne. Lire les premières lignes

  p. 167-169

Les contraintes de temps font que la présente chronique est rédigée avant le 12 novembre 1982, date de la présentation du budget de la défense à l’Assemblée nationale. Il y a fort à parier que, ce jour-là, les parlementaires seront nombreux à regretter que l’effort de rigueur auquel le Gouvernement vient d’astreindre les dépenses publiques porte aussi lourdement sur les crédits militaires. Pour réduire en effet le déficit budgétaire pour l’année en cours, il vient d’être décidé d’annuler 22 milliards de francs d’autorisations de programme et 6,3 milliards de crédits de paiement. Sur ces totaux la Défense se voit amputée respectivement de 13,4 MMF et de 3,2 MMF. Quant à son budget pour 1983, il est l’un des moins bien partagés puisqu’il ne progressera que de 8,4 % – moins que la dérive des prix – alors que dans l’ensemble, le budget de l’État bénéficiera d’une croissance de 11,7 %. Lire les premières lignes

  p. 170-173

M. Mitterrand, président de la République, a rendu visite à l’Armée de terre le 15 octobre 1982 au camp de Canjuers. Le chef de l’État a été accueilli par M. Hernu, ministre de la Défense, M. Lemoine, secrétaire d’État à la Défense, le général Lacaze, Chef d’état-major des armées et par le général Delaunay, Chef d’état-major de l’Armée de terre (Cemat) : Lire les premières lignes

  p. 174-177

Depuis le 1er juin 1982, la Marine française a participé aux différentes phases de l’action internationale au Liban. Les opérations successives ont nécessité la mise en œuvre d’une partie importante de la flotte du Levant. Il y a eu sur zone jusqu’à 8 unités de combat et de soutien, représentant quelque 2 900 hommes. Les moyens ont consommé quelque 8 000 tonnes de mazout, 5 000 t de gasoil et 70 m3 de combustible aéronautique. Lire les premières lignes

  p. 178-181

Il y a quelques mois la décision de principe de lancer la fabrication d’un biturbo-propulseur franco-italien, l’ATR 42, a été prise. À la même époque les premiers C-160 Transall de la série relancée ont été livrés à l’Armée de l’air. Par ailleurs la société Dassault poursuit les essais de l’Atlantic de nouvelle génération alors que le Xingu et l’Epsilon sont en expérimentation sur la base de Mont-de-Marsan. Parallèlement le Lockheed C-130 Hercules, le Fokker F-27 ou le British Aerospace 746 continuent honorablement leur carrière débutée il y a 25 ans. Tous ces faits tendent à prouver que l’hélice, qui semblait destinée à disparaître, sauf pour la propulsion des aéronefs légers, connaît aujourd’hui un regain d’intérêt. Lire les premières lignes

  p. 182-186

Il y a un an on apprenait la décision du président Senghor d’abandonner la direction des affaires au Sénégal. Le même scénario vient de se produire au Cameroun. À 58 ans, Amadou Ahidjo, drapé comme toujours dans son grand boubou blanc et coiffé d’un bonnet brodé, abandonne le pouvoir dans un pays qui a bien failli n’être qu’un État mort-né et qui est aujourd’hui l’un des plus sereins d’Afrique. En dépit des troubles qui ont durement marqué le Cameroun au départ, le niveau de vie de ses habitants a plus que doublé depuis l’indépendance et en mai dernier le président Ahidjo pouvait célébrer avec un faste inhabituel le dixième anniversaire de l’unification. Elle est son œuvre propre et il en affichait l’intention dès 1962 : « l’unité politique est la condition sine qua non de l’unité des esprits, de l’unité des sentiments patriotiques, c’est-à-dire d’une réelle unité nationale » (devant le 4e Congrès de l’Union camerounaise). Pendant 25 ans il aura été le pivot d’une communauté éclatée en plus de 200 ethnies et où voisinent une centaine de langues. Lire les premières lignes

  p. 187-193

* Dans mon esprit la dissuasion ne peut qu’être globale et je ne pense pas que l’on puisse séparer, dans le raisonnement et dans l’action, la force nucléaire proprement dite d’un certain nombre d’éléments hors desquels elle se trouverait isolée. Je pense en particulier au rôle que doivent jouer notre 1re Armée et l’Armée de terre… L’Armée de terre est intimement associée au maniement stratégique et dissuasif de nos forces. Lire la suite

  p. 194-195

Bibliographie

International Insitute for Strategic Studies : The Military balance 1982-1983  ; IISS, 1981 ; 140 pages - Olivier Sevaistre

Cet ouvrage, comme chaque année, fait une analyse quantitative des forces militaires dans le monde, ainsi que des forces dites « paramilitaires », gendarmeries, garde-frontières, milice, etc. Pour les deux superpuissances et les deux alliances, Otan et Pacte de Varsovie, ainsi que pour chaque grande région du globe, Moyen-Orient et Afrique du Nord. Afrique subsaharienne, Asie et Australasie, Amérique latine, il est donné des prévisions de mise en service, des diagrammes d’organisation, des relevés des principaux accords existant dans la région. Lire la suite

  p. 196-196

Philippe Masson : La Mer  ; Librairie Larousse, 1982 ; 312 pages - Olivier Sevaistre

Dans cet ouvrage très bien édité, avec de nombreuses illustrations. Philippe Masson. chef de la section « Études historiques » du Service historique de la Marine, présente d’une manière extrêmement agréable le monde maritime, d’abord la mer elle-même, ses caractéristiques, ses richesses mais aussi la manière dont l’homme s’en sert par les transports maritimes, ce qui le conduit à étudier le rôle de plus en plus important joué par ces transports dans l’économie mondiale, enfin les marines de guerre et aussi la mer et l’art, l’archéologie sous-marine. Lire la suite

  p. 196-197

Philippe Rondot : Le Proche-Orient à la recherche de la paix, 1972-1982  ; Puf, 1982 ; 210 pages - Claude Le Borgne

À une époque qui fait ses délices du « meurtre du père », on éprouve une satisfaction apaisante à lire les Rondot, à passer sans presque s’en apercevoir de Pierre à Philippe et de Philippe à Pierre, à entendre Philippe faire référence à Pierre. Le fils en effet a mis ses pas, exactement, dans ceux de son père. Même passion pour le Proche-Orient, même goût pour l’étude, appuyée sur des contacts fréquents avec les pays et les hommes dont on parle. Même style clair au service d’une pensée rigoureuse. Même usage discret de l’uniforme et de la carrière militaire, vaguement évocateur des Lawrence, Saint John B. Philby et autres Glubb Pacha, et du folklore anglo-arabe de la belle époque. Lire la suite

  p. 197-198

Roger Rotman : URSS – Dissidence et dissident  ; Éditions Le Sycomone, 1982 ; 142 pages - Eugène Berg

C’est un bien utile petit ouvrage, agrémenté d’utiles citations que nous livre Roger Rotman sur ce mouvement de la dissidence, devenue au cours des années soixante et soixante-dix – selon les mots d’Alexandre Zinoviev – la « mauvaise conscience de la société soviétique ». Lire la suite

  p. 199-199

Revue Défense Nationale - Décembre 1982 - n° 427

Revue Défense Nationale - Décembre 1982 - n° 427

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.

Revue Défense Nationale - Décembre 1982 - n° 427

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.