Edito

Le commandement opérationnel des armées françaises doit utiliser les capacités multiples des forces au mieux des fins politiques arrêtées par le président de la République qui en est le chef, mais aussi des contraintes et des plans des diverses coalitions dans lesquelles elles sont engagées. C’est ce que nous rappelle le grand chancelier de la Légion d’honneur qui a exercé récemment la charge de chef d’état-major des armées. Lire la suite

  p. 1-1

Dans cette réflexion, l’ancien chef d’état-major des armées met en perspective son expérience d’emploi des forces engagées en coalitions multinationales dans des crises aux profils multiples ; il souligne l’importance du dialogue entre responsables politiques et chefs militaires. Lire les premières lignes

  p. 7-12

Afrique stratégique

L’histoire moderne du continent africain est celle d’une lente émergence d’un pôle continental à la recherche de son identité géostratégique et de sa viabilité géoéconomique. Lire les premières lignes

  p. 15-20

Évaluer la conflictualité latente de l’Afrique de l’Ouest, c’est prendre la mesure des vulnérabilités structurelles de cette région et des interférences extérieures qui la fragilisent. Lire les premières lignes

  p. 21-28

L’important potentiel de l’Afrique de l’Est ne pourra être mis en valeur que si la stabilité peut y être consolidée. Porte ouverte de l’Afrique sur l’Asie, cette sous-région peu connue est aujourd’hui prometteuse. Lire les premières lignes

  p. 29-38

L’Afrique du Sud s’affirme comme une de ces nations à fort potentiel qui émerge au premier plan des puissances du XXIe siècle. L’auteur fait un inventaire soigné des facteurs de force de ce pays austral. Lire les premières lignes

  p. 39-45

Difficile de rêver quand on sait que la Terre est ronde. Tout le monde le sait, heureusement nul n’y croit : la Terre continue d’être plate, au diable Copernic, au diable Galilée ! Qui pourrait vivre dans l’idée qu’il a la tête en bas ou bien, s’il l’a en haut, que d’autres aux antipodes l’ont en bas ? Personne. Qui pourrait supporter plus d’un instant la perspective d’être emporté dans une ronde vertigineuse à double révolution ou, pire encore, de se voir cloué au sol comme un peson par la force gravitationnelle ? Personne. Tout le monde sait aussi que la matière n’est que vide sidéral où tourbillonnent à l’aise de minuscules particules. Tout le monde le sait, heureusement nul n’y croit. Qui pourrait survivre, sans cesse conscient de cette abracadabrante interprétation de l’évidence visible ? Personne. Tout le monde sait encore que notre corps est constitué, pour l’essentiel, d’eau. Heureusement, nul n’y croit. Qui pourrait s’accepter sous la forme d’une outre ? Personne. Lire la suite

  p. 46-46

Repères - Opinions - Débats

L’histoire des relations entre Défense et Université est marquée par des flux et des reflux qui reflètent la priorité fluctuante accordée à l’esprit de défense et à la recherche stratégique. Lire les premières lignes

  p. 49-57

Dans cet essai original, l’auteur nous entraîne dans la dialectique de la paix et de la guerre au XXIe siècle. Derrière le genre littéraire pointent les difficiles choix stratégiques d’aujourd’hui. Lire les premières lignes

  p. 58-64

Ce sont les récents engagements militaires de l’Otan qui conditionnent le nouveau concept stratégique dont l’Alliance a besoin pour s’établir au début du XXIe siècle, sa capacité opérationnelle et ses partenariats, notamment avec la fédération de Russie. Lire les premières lignes

  p. 65-74

En participant pleinement au commandement intégré de l’Otan moyennant un coût humain et financier non négligeable, la France entend bien peser sur la modernisation de l'Alliance atlantique et promouvoir son approche européenne. Lire les premières lignes

  p. 75-80

En décomposant les phénomènes qui se combinent dans la nouvelle piraterie maritime, on peut mesurer en quoi elle affecte les États, elle nourrit une nouvelle forme de criminalité, et comment on peut la combattre. Lire les premières lignes

  p. 81-87

Le Japon semble sortir d’une réserve stratégique qui limitait son engagement international. Sa nouvelle politique africaine passe par l’Afrique de l’Est et la base de Djibouti. Lire les premières lignes

  p. 88-92

Cette forme de guerre pratiquée depuis des temps reculés pose aujourd’hui la question des nouvelles pathologies politiques que secrètent des États fragiles et qui favorisent leur développement endémique. Lire les premières lignes

  p. 93-99

L’enrôlement d’enfants dans les conflits modernes tend à se banaliser et pose la difficile question, militaire et juridique, de leurs affrontements par les armées régulières. Lire les premières lignes

  p. 100-106

Cette réflexion sur la future implantation des organes centraux de la Défense à Balard pose la question de la vulnérabilité de toute concentration fonctionnelle. Lire les premières lignes

  p. 107-109

Revues - Rapports

Il est courant d’entendre dire que la recherche stratégique française est en crise. Les arguments sont bien connus. Tout d’abord, le manque criard de moyens : aucun centre de recherche français ne peut rivaliser, non seulement avec les think tanks américains, mais même avec les grands instituts européens. Seul l’Ifri dispose d’un budget lui permettant de se situer dans le peloton de tête des instituts internationaux, mais il a une vocation généraliste et ne consacre qu’une faible part de son activité à la recherche stratégique. Il en résulte une pénurie dramatique de chercheurs et donc l’incapacité à lancer des grands programmes de recherche. Ensuite, le manque de reconnaissance de la part des pouvoirs publics qui ont toujours proclamé en paroles la nécessité d’une recherche indépendante pour, souvent, s’en désintéresser dans les faits. Quiconque a un peu fréquenté les couloirs du ministère de la Défense ou consulté les appels d’offres de la Délégation aux affaires stratégiques (DAS) sait parfaitement que la recherche fondamentale est éloignée des préoccupations des donneurs d’ordres, qui ne retiennent que des sujets techniques ou dictés par l’actualité. Il n’y a aucune chance d’obtenir un contrat sur les concepts, les principes ou les méthodes de la stratégie ou sur la validité des enseignements des grands auteurs, tout ce qui ressortit à la stratégie fondamentale. Le ministère ne finance que de la stratégie appliquée. Il a très largement tourné le dos à cette théorie générale qui fut, depuis le XVIIIe siècle, une spécialité des stratégistes français qui, jusqu’à Castex, Beaufre, Gallois et Poirier, ont rayonné dans le monde entier. Les instituts ont dû s’adapter à cette exigence. Ce qu’ils font, et qui est certes très nécessaire, relève davantage de l’expertise que de la recherche. Lire les premières lignes

  p. 113-116

En Asie les aires d’inquiétude, de tensions, voire de crises demeurent nombreuses : soit que les situations locales apparaissent préoccupantes du fait de ferments de déstabilisation politique, soit que des crises s’apaisent sans pour autant que l’on soit totalement assuré qu’elles ne présentent pas de risques de résurgence, soit que d’autres ne trouvent pas d’issues dans l’immédiat ni de réelles perspectives dans le futur malgré l’application de volontés politiques, soit enfin que de vives tensions soudaines s’exacerbent pour devenir réellement préoccupantes. Lire les premières lignes

  p. 116-119

L’Église catholique rassemble, aujourd’hui, environ un sixième de l’humanité. C’est, bien sûr, une institution à vocation essentiellement religieuse. Cependant, clercs ou laïcs, les membres de cette communauté sont tous, simultanément, citoyens de l’un des quelque deux cents États qui se partagent la planète. De plus, et à la différence de tous les autres groupements humains, dotés d’un caractère religieux, cette Église est fortement centralisée et hiérarchisée, sous l’autorité d’un seul homme, le Souverain Pontife. Ce titre rend bien compte d’un double caractère, ce que confirment les quelque deux mille ans d’histoire de l’Église ; la vocation d’universalité que celle-ci revendique, et qui transparaît dans le qualificatif de catholique, doit se comprendre dans le sens spirituel, mais ne peut éviter de déborder sur le plan temporel. Il est donc normal et nécessaire que la papauté entretienne avec le monde, organisé en États abritant quasiment tous des communautés de fidèles, des relations relevant de ces deux domaines, celui du politique et celui du religieux. Lire les premières lignes

  p. 119-123

Dans son recueil Réflexions et aventures réédité récemment dans la collection « Texto » des Éditions Tallandier, Winston Churchill raconte un épisode de la guerre sous-marine pendant la Première Guerre mondiale, épisode qui mériterait d’être commenté et analysé dans toutes les écoles, non seulement militaires, mais aussi toutes les écoles qui forment des « élites » et que notre douce France aime tant. Lire les premières lignes

  p. 124-125

Recensions

Maxime Gillet : Principes de pacification du Maréchal Lyautey  ; Économica, 2010 ; 128 pages - Yves Wemaere

Qu’avons-nous lu du Maréchal Lyautey, qu’avons-nous retenu de son message ? Passé le « rôle social de l’officier », les écrits de celui qui fut membre de l’Académie semblent immédiatement moins accessibles, alors même que les conflits d’Irak ou d’Afghanistan voient émerger à nouveau des principes de pacification et de contre-insurrection dont il se serait fait le chantre. C’est très certainement cette réflexion qui a conduit le commissaire commandant Maxime Gillet, alors stagiaire de la promotion « Maréchal Lyautey » du Collège interarmées de défense, à œuvrer à la redécouverte des écrits de cet illustre parrain de promotion. Lire la suite

  p. 127-128

Richard André, Bertrand Soubelet, Serge Soulet et François-Xavier de Woillemont : Le soutien de la nation à l’action militaire  ; Le Fantascope, 2009 ; 98 pages - Pierre Morisot

On ne peut que se féliciter de voir des auditeurs du Chem, officiers chevronnés ayant exercé des commandements effectifs et importants, sortir des classiques et ambitieux rapports à la destination hasardeuse et prendre l’initiative de se concentrer sur un sujet précis et bien d’actualité, à propos duquel ils estiment devoir et pouvoir approfondir la réflexion. Lire la suite

  p. 128-129

Dominique Moïsi : La Géopolitique de l’émotion  ; Flammarion Champs actuel, 2010 ; 270 pages - Claude Le Borgne

Ce petit livre, souvent écrit à la première personne, pourrait passer pour testament si l’on ne savait Dominique Moïsi trop jeune pour nous en livrer un. Prenons-le donc pour un rapport d’étape. Ce n’est pas une thèse que celui-ci présente, mais un regard nouveau sur la géopolitique : les émotions populaires servent ici de lunettes. Simplifiant à dessein, l’auteur en distingue trois, géographiquement situées : l’espoir est en Asie, l’humiliation dans le monde arabo-musulman, la peur en Occident. Lire la suite

  p. 129-130

Henry Laurens : Le rêve méditerranéen  ; CNRS éditions, 2010 ; 62 pages - Eugène Berg

Que reste-t-il dans les représentations collectives de la Méditerranée braudelienne, devenue un personnage historique ? Même si la Méditerranée a beaucoup perdu de sa suprématie et de son aura, à l’ère de la mondialisation, elle reste un espace riche d’espoirs comme de défis communs à ses deux rives. C’est ce que vise à montrer en quelques courtes pages incisives l’un des meilleurs orientalistes français, professeur au Collège de France. Lire la suite

  p. 130-131

Georges Lory : L’Afrique du Sud  ; Karthala, 2010 ; 246 pages - Eugène Berg

Depuis qu’il a mené des recherches à l’université de Stellenbosch en 1974, Georges Lory écrit sur l’Afrique du Sud, dont il a traduit plusieurs écrivains de l’afrikaans ou de l’anglais. Après avoir été chargé des relations internationales à RFI, le voilà revenu dans le pays depuis 2009, comme délégué des Alliances françaises, après y avoir été déjà conseiller culturel. Tout cela lui a permis de procéder à la refonte complète de son livre. Lire la suite

  p. 131-131

Jean-Christophe Rufin : Katiba  ; Flammarion, 2010 ; 392 pages - Claude Le Borgne

Le diplomate écrivain est un personnage familier de notre patrimoine littéraire. Jean-Christophe Rufin, élu à l’Académie française en 2008 au siège d’Henri Troyat, perpétue la tradition. Ce qu’il nous propose ici n’est pourtant pas classique, c’est un thriller saharien. On connaît la technique, que l’auteur met ici en œuvre : fabriquez un scénario complexe, montage d’horloger où s’engrènent lieux divers et personnages nombreux, cassez-le ensuite et livrez-en les pièces au lecteur en un désordre étudié qui le tient en haleine au long de sa lecture. Dans ce travail d’orfèvre, Jean-Christophe Rufin utilise son expérience, celle des urgentistes de la misère que l’on dit « humanitaires ». Lire la suite

  p. 132-132

Jacques Frémeaux : De quoi fut fait l’Empire – Les guerres coloniales au XIXe siècle  ; CNRS Éditions, 2010 ; 576 pages - Émilie Chavaroche

Jacques Frémeaux, historien et professeur des universités, est l’un des plus grands spécialistes de l’histoire coloniale. Dans son dernier ouvrage, fruit d’un travail important, il nous livre la première histoire des politiques de conquêtes menées au cours du XIXe siècle par les puissances coloniales. L’objectif de ce livre est de nous faire redécouvrir la période coloniale du XIXe siècle que l’auteur fait débuter en 1830 pour la clore en 1914. Ne se contentant pas de relater l’histoire coloniale propre à chaque puissance, il a choisi d’opter pour une méthode tout autre afin de retracer cette aventure. Jacques Frémeaux a ainsi cherché les caractéristiques communes à cette période et a établi une synthèse permettant d’envisager la globalité des différents enjeux et intérêts de ces guerres coloniales. Lire la suite

  p. 132-133

Pol-Henry Dasseleer : Gazprom  ; L'Harmattan, 2009 ; 156 pages - Pierre Morisot

Que l’on ne s’attende pas ici à une description technique de forages et de tuyauteries. Ce livre est un ouvrage de géopolitique, patronné par un think tank belge, et entend étudier un élément majeur et indispensable des futures relations russo-européennes. C’est que Gazprom n’est pas seulement l’équivalent de ce que nous connaissons chez nous avec Total ou EDF, mais un véritable « centre de pouvoir » depuis Saint-Pétersbourg, complémentaire (et non concurrent) du gouvernement moscovite. Ce « géant gazier » assurant 86 % de la production nationale du précieux fluide et détenant 70 % des réserves, présent également dans le pétrole, l’électricité, le nucléaire ou les médias emploie plus de 300 000 personnes et contribue pour 25 % au budget de l’État. Prière donc de ne pas confondre le sujet avec le « marché des yaourts » ! Lire la suite

  p. 134-135

Jean-Marie Deblonde et Philippe Veyron : Géopolitique du conflit israélo-palestinien - Les hommes, la terre, l'eau  ; Éditions Ellipses, 2009 ; 237 pages - Marine Berthon

Cet ouvrage traite du conflit israélo-palestinien depuis ses racines (fin du XIXe siècle) jusqu’à nos jours. Les auteurs s’intéressent tout d’abord à l’incompatibilité flagrante pour les Israéliens et les Palestiniens de vivre ensemble après trente ans de mandat britannique. L’immigration constante et la recherche de l’autonomie socio-économique des Juifs les ont amenés à créer une économie indépendante et parallèle. Le partage est impossible tant économiquement que stratégiquement, l’appropriation des eaux étant toujours en toile de fond du différend communautaire. Lire la suite

  p. 135-136

Henri-Louis Védié : Maroc : l’épreuve des faits et des réalisations  ; Éditions Eska, 2009 ; 183 pages - Jean-Luc Lefebvre

Un livre commis par un économiste français qui s’ouvre sur une citation de Charles de Gaulle, ce n’est pas courant. Un bilan économique accessible à tous, contenant juste ce qu’il faut de tableaux, de graphiques et de cartes permettant la compréhension du sujet, c’est bien rare. Une œuvre issue de la double intelligence de l’esprit et du cœur, qui découvre et décrypte le miracle marocain en marche, c’est une précieuse clé de discernement de l’évolution des rapports euro-méditerranéens au sein desquels le royaume chérifien est appelé à jouer un rôle croissant. Lire la suite

  p. 137-137

Revue Défense Nationale - Novembre 2010 - n° 734

In this contribution, the former Chief of Defence Staff sets out his experience of the employment of forces engaged in multinational coalitions in various kinds of crises. He emphasizes the importance of dialogue between political leaders and military chiefs.

The modern history of Africa is one of the slow emergence of a continent seeking a geostrategic identity and geoeconomic viability.

Assessing the potential for conflict in west Africa involves an appreciation of the structural vulnerabilities of the region and the external influences which are weakening it.

The great potential of east Africa can only be realized if its stability can be assured. As Africa’s open doorway to Asia, this little-known region has a promising future.

South Africa has established itself as a nation with great potential that is taking its place among the foremost powers of the twenty-first century. The author provides a meticulous inventory of the elements of power of this southern country.

Opinions and Viewpoints

The history of relations between the worlds of defence and academia is marked by an ebb and flow reflecting the fluctuating priority accorded to defence and strategic research.

In this original essay, the author involves us in the dialectic of peace and war in the twenty-first century. Today’s difficult strategic choices can be detected behind the literary allusions.

NATO’s recent military engagements have influenced the new Strategic Concept which the Alliance needs at the beginning of the twenty-first century to establish its operational capabilities and partnerships, notably with the Russian Federation.

Playing a full part in NATO’s integrated command structure, at a human and financial cost that is far from negligible, France intends to influence the modernisation of the Atlantic Alliance and promote its European approach.

By dissecting the phenomena that make up today’s form of maritime piracy, one can see how it affects states and feeds a new form of criminality and how to combat it.

Japan seems to be shedding the strategic timidity which limited its international involvement. Its new Africa policy is evident in east Africa and the Djibouti base.

This ancient form of war today poses the question of the new political pathologies which fragile states foster and which favour their endemic development.

The recruitment of children in modern conflicts is becoming widespread and poses the difficult military and legal question of how regular forces are to deal with them.

This study on the proposed establishment of the central defence organs at Balard raises the question of the vulnerability of functional centralization.

Book reviews

Maxime Gillet : Principes de pacification du Maréchal Lyautey  ; Économica, 2010 ; 128 pages - Yves Wemaere

Richard André, Bertrand Soubelet, Serge Soulet et François-Xavier de Woillemont : Le soutien de la nation à l’action militaire  ; Le Fantascope, 2009 ; 98 pages - Pierre Morisot

Dominique Moïsi : La Géopolitique de l’émotion  ; Flammarion Champs actuel, 2010 ; 270 pages - Claude Le Borgne

Henry Laurens : Le rêve méditerranéen  ; CNRS éditions, 2010 ; 62 pages - Eugène Berg

Georges Lory : L’Afrique du Sud  ; Karthala, 2010 ; 246 pages - Eugène Berg

Jean-Christophe Rufin : Katiba  ; Flammarion, 2010 ; 392 pages - Claude Le Borgne

Jacques Frémeaux : De quoi fut fait l’Empire – Les guerres coloniales au XIXe siècle  ; CNRS Éditions, 2010 ; 576 pages - Émilie Chavaroche

Pol-Henry Dasseleer : Gazprom  ; L'Harmattan, 2009 ; 156 pages - Pierre Morisot

Jean-Marie Deblonde et Philippe Veyron : Géopolitique du conflit israélo-palestinien - Les hommes, la terre, l'eau  ; Éditions Ellipses, 2009 ; 237 pages - Marine Berthon

Henri-Louis Védié : Maroc : l’épreuve des faits et des réalisations  ; Éditions Eska, 2009 ; 183 pages - Jean-Luc Lefebvre

Revue Défense Nationale - Novembre 2010 - n° 734

Le commandement opérationnel des armées françaises doit utiliser les capacités multiples des forces au mieux des fins politiques arrêtées par le président de la République qui en est le chef, mais aussi des contraintes et des plans des diverses coalitions dans lesquelles elles sont engagées. C’est ce que nous rappelle le grand chancelier de la Légion d’honneur qui a exercé récemment la charge de chef d’état-major des armées.

C’est à l’Afrique que ce numéro d’automne s’intéresse une nouvelle fois en cette année du cinquantenaire des indépendances. Bilans et perspectives régionales qui sont proposés ici permettent de mieux comprendre où va ce continent proche dont le destin est conjugué à celui de l’Europe depuis plusieurs siècles.

Vous trouverez aussi selon l’usage matière à réflexion, information et débat stratégique dans la variété des repères fournis et des opinions exprimées dans ce numéro auxquelles font écho les tribunes diffusées chaque semaine sur notre site. Vous êtes invités à y contribuer en alimentant cette rubrique nouvelle. Les questions ne manquent pas et les angles pour les aborder se multiplient en cette période où la dimension militaire des questions de sécurité tend à se diluer dans les combinaisons d’une approche globale aux effets plus difficiles à mesurer. Le débat stratégique devra encore se développer en 2011 si l’on veut continuer à éclairer le paysage de la sécurité et de la défense dans la période de transition actuelle et à informer nos concitoyens sur les enjeux qui se profilent dans ce domaine.

Pour vous y aider, vous trouverez dans ce numéro à la page 142 un aperçu des projets de développement de la RDN pour 2011 et en particulier le détail de notre planification éditoriale ; les auteurs militaires et chercheurs académiques sont sollicités pour présenter leurs réflexions et travaux, notamment ceux qui pensent qu’une relève de génération doit s’esquisser maintenant pour aborder les temps stratégiques nouveaux que nous entrevoyons.

Pour terminer cet éditorial par une note plus grave, la rédaction salue avec tristesse la mémoire du préfet Alain Ohrel, l’un des membres éminents du conseil d’administration du Comité d’études de défense nationale, emporté par la maladie au mois d’octobre. ♦

Jean Dufourcq

Revue Défense Nationale - Novembre 2010 - n° 734

La RDN vous invite dans cet espace à contribuer au « débat stratégique », vocation de la Revue. Cette contribution doit être constructive et doit viser à enrichir le débat abordé dans le dossier. C’est l’occasion d’apporter votre vision, complémentaire ou contradictoire. Vos réponses argumentées seront publiées sous votre nom après validation par la rédaction.

Aucune contribution n'a encore été apportée.

Janvier 2023
n° 856

Pour une stratégie d'influence

 

Actualités

30-01-2023
27-01-2023
26-01-2023
21-01-2023
15-01-2023
02-02-2023

Le jeudi 2 février 2023, le Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC) organisera son colloque annuel de pensée militaire de l’armée de Terre à l’École militaire (Paris), en amphithéâtre Foch, à partir de 14 h.

Les conflits récents en Ukraine, au Haut-Karabagh ou au Moyen-Orient, ainsi que les tensions en Asie, sont révélateurs des enjeux majeurs de la guerre de haute intensité. S’ils permettent de réfléchir aux guerres d’aujourd’hui, ils sont aussi une source de réflexion pour les guerres de demain.

Agenda

Colloques, manifestations, expositions...

Liens utiles

Institutions, ministères, médias...