Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Mai 1971 - n° 300

Directeur, depuis 1967, de la division « Affaires Civiles » du Secrétariat général de la Défense nationale, l'auteur est particulièrement bien placé pour faire le bilan de l'action entreprise pour la protection de la population depuis l'ordonnance du 7 janvier 1959. Les idées qu'il avance et les mesures qu'il préconise ici n'engagent cependant que lui-même.

  p. 707-717

De formation médicale psychologique et psychanalytique, l'auteur a rencontré le problème de la carrière militaire tel qu'il se pose, d'une part dans les préoccupations de l'Administration centrale, d'autre part dans les réflexions du personnel militaire lui-même. Il lui est apparu que l'évolution de la conjoncture polémologique et tout particulièrement l'apparition de la situation nouvelle dite de dissuasion conduit à reconsidérer le lien social qui unit l'officier à l'institution militaire. C'est pour l'élaboration de ce nouveau contrat bilatéral qu'il propose quelques bases de réflexion.

  p. 718-727

Après avoir tenté de s'opposer à l'unification de l'Europe occidentale, la Grande-Bretagne a posé sa candidature à la Communauté européenne, rompant ainsi avec l'une des constantes de sa politique étrangère. Mais l'histoire ignore la génération spontanée : ce n'est pas l'Angleterre de Victoria qui se veut européenne, mais celle dont la monnaie s'est tragiquement affaiblie, dont l’« Armée des Indes » n'est plus qu'un souvenir et qui ne peut plus prétendre au « Rule Britannia »… Lire la suite

  p. 728-739

Au cours de la prochaine décennie, l’intérêt des affaires mondiales se situera notamment dans la zone Asie-Pacifique et l’avenir du Japon dépendra largement des rapports futurs entre la Chine et les deux super-puissances. Lire les premières lignes

  p. 740-757
  p. 758-769
  p. 770-779

Après vingt ans de relations économiques limitées à des échanges commerciaux de volume modeste et de forme primitive assimilable au troc, la France et l'URSS se sont engagées depuis 1966 sur la voie d'une coopération multiple, technique, scientifique, industrielle, accompagnée d'un élargissement de leur commerce mutuel. Quelles conclusions, quelles promesses pour l'avenir, peut-on tirer d'un premier bilan ?

  p. 780-792

De l'étude des phénomènes de résistance tels qu'ils se sont manifestés durant la Seconde Guerre mondiale contre l'occupant, est-il possible de dégager des éléments spécifiques communs ? Quels aspects particuliers à certaines situations convient-il de rejeter comme non caractéristiques ? Une telle recherche se propose de jeter les premiers fondements d'une méthodologie propre à l'étude des problèmes de résistance. Elle peut, à condition d'en user avec prudence, éclairer l'attitude prospective du stratège lorsqu'il envisage les éventualités dans lesquelles une nouvelle résistance pourrait avoir à jouer. Lire la suite

  p. 793-808
  p. 809-814
  p. 815-821
  p. 822-837

Chroniques

  p. 838-845
  p. 845-847
  p. 848-855
  p. 856-860
  p. 861-866
  p. 866-870

Bibliographie

Jacques Georgel : Le franquisme. Histoire et bilan 1939-1969  ; Éditions du Seuil, 1970 ; 402  pages - Jean Némo

Dans un pays que la géographie a nettement compartimenté, sur un sol pauvre, disposant d’une infrastructure restreinte de communications, un peuple de 34 millions d’habitants vit dans une flagrante inégalité sociale, que la rigidité des structures empêche de se développer à la même vitesse que les autres pays européens. Un régime autoritaire, centralisateur, s’appuyant sur des forces conservatrices, devant recourir à l’étranger, et notamment aux États-Unis, pour tenter de faire enfin « décoller » l’économie, faute d’une suffisante capacité d’investissements nationaux, accentue encore les traits géographiques et sociaux, contrariant les premiers et renforçant les seconds. Le résultat est que l’Espagne continue de vivre avec ses contradictions et que certaines d’entre elles s’accentuent même davantage. L’habileté et la subtilité politiques du général Franco permettent cependant au régime de s’imposer, l’opposition étant par elle-même divisée, au surplus muselée, et par suite incapable de se dresser comme une force de contrepoids, a fortiori de relève. Lire la suite

  p. 871-871

Claude Moisy : L’Amérique sous les armes  ; Éditions du Seuil, 1971 ; 274 pages - H. N.

Si la polémologie est l’art de démonter le mécanisme des conflits, Claude Moisy se montre polémologue d’une exceptionnelle clairvoyance en dénonçant l’état d’agressivité dans lequel un complexe militaro-industriel maintient les États-Unis. La dynamique de ce complexe est simple : le danger défini, il faut inventer l’arme ; une fois qu’elle est inventée, il faut la produire et, puisqu’elle est produite, il faut l’utiliser… « L’Amérique sous les armes », ne signifie donc pas qu’elle attend, la carabine aux pieds, le moment de la mettre en joue, mais bien qu’elle est écrasée sous la cuirasse qu’elle s’est forgée face à une menace qu’elle entretient avec soin pour justifier le prix exorbitant de sa sécurité. Or, le prix payé aux industries de guerre s’est avéré être un élément déterminant dans la prospérité du pays. Et Melvin Laird, éminence grise du président Nixon, de donner du complexe cette définition sans équivoque : « L’équipe militaire, industrielle, scientifique et syndicale qui est indispensable au progrès de la nation dans la sécurité ». Lire la suite

  p. 871-872

Philippe Richer : La Chine et le Tiers-Monde  ; Éditions Payot, 1971 ; 439 pages - André Nolde

L’excellente « Bibliothèque historique » de Payot vient de s’enrichir d’un nouvel ouvrage consacré à un vaste et important sujet – La Chine et le Tiers-Monde – qui revient souvent dans les conversations ou dans les articles de presse, mais qui est au fond assez mal connu. Ce reproche ne devrait plus désormais s’adresser à ceux qui auront eu le goût et le loisir de lire attentivement l’étude de Philippe Richer, chargé de cours à l’Institut d’études politiques (IEP) de l’Université de Grenoble. L’auteur possède sur le sujet traité une information qui frappe par son étendue. Il a dépouillé, analysé et interprété un nombre impressionnant de documents. Chronologie, bibliographie, notes et index, rassemblés en fin de volume, facilitent les recherches et font de cet ouvrage un outil scientifique de grande qualité. Lire la suite

  p. 873-874

Edgar Morin : Journal de Californie  ; Éditions du Seuil, 1970 ; 272 pages - Jean Némo

Si la Californie est « l’Amérique de l’Amérique », il doit y être possible d’y déceler les traits de l’évolution de la civilisation américaine, mieux qu’on ne pourrait le faire en aucun autre État. L’auteur, ayant séjourné à l’Université de San Diego, y a observé les formes – ou certaines des formes – de la contestation soulevée par les traditions déjà fortes d’une société de consommation qui se croit triomphante. Sous forme de notes, de réflexions, d’idées présentées le plus souvent à l’état brut, sans souci de rédaction détaillée, et mêlées d’autre part à des observations banales sur ses impressions de voyageur, Edgar Morin suggère bien plus qu’il ne décrit ce qui pourrait être la naissance d’une révolution culturelle américaine. Lire la suite

  p. 874-874

Laurence Wylie : Chanzeaux, village d’Anjou  ; Éditions Gallimard, 1970 ; 496 pages - Jean Némo

Sous la direction de Laurence Wylie, professeur de sociologie française à l’Université de Harvard, toute une équipe de collaborateurs américains a minutieusement étudié, pendant huit ans, un village proche d’Angers, à la limite orientale des Mauges, à la jonction de l’ancien « pays chouan » (ou plutôt vendéen) et du Saumurois. Cette longue étude est menée scientifiquement, mais présentée suivant une formule agréable de descriptions successives de la société communale où l’humour n’est pas absent, non plus que la marque d’un sincère attachement pour ce coin de terre française où les traditions catholiques et conservatrices sembleraient avoir pour toujours dessiné des traits immobiles suivant un schéma simple. Lire la suite

  p. 874-875

Varii Auctores : « Les politiques économiques dans la zone atlantique »  ; in Revue d’Économie Politique, 1970 ; 303 pages - P. C.

Cet ouvrage, présenté par le regretté Professeur Jacques Houssiaux, reproduit les quinze rapports présentés en septembre 1969 à un colloque de l’Association internationale des sciences économiques. Quatre catégories de problèmes ont été abordées : les politiques économiques extérieures des grands pays de la zone atlantique, les problèmes d’échanges et de règlements internationaux, les problèmes agricoles et industriels, enfin « l’avenir des relations économiques dans la zone atlantique ». Lire la suite

  p. 875-875

John K. Galbrath : L’ère de l’opulence  ; Éditions Calmann-Lévy, 1970 ; 344 pages - Jean Némo

Il s’agit de la traduction d’une nouvelle édition de ce livre qui, en 1961, fit une grande impression parmi les économistes et les hommes d’État américains, de même que dans l’opinion publique. L’auteur, en effet, a été frappé de la survivance, au sein de la société économique américaine si abondante, si opulente, d’îlots de pauvreté plus navrants et plus scandaleux que ceux du Tiers-Monde. Le remède était aux yeux de John K. Galbraith, une participation plus grande de l’État dans les affaires, de telle sorte que l’opulence ne profite pas seulement aux riches, mais qu’elle étende ses bienfaits sur les pauvres. L’attaque contre le système libéral était directe et violente. Lire la suite

  p. 875-876

Khrouchtchev : Souvenirs  ; Éditions Robert Laffont, 1971 ; 589 pages - André Nolde

La publication des Souvenirs de Khrouchtchev constitue incontestablement un événement important. S’en féliciteront non seulement les spécialistes – les kremlinologues comme on a pris l’habitude de les appeler – mais également tous ceux qui aiment découvrir le passé directement dans les documents plutôt qu’à travers l’œuvre des historiens. Lire la suite

  p. 876-879

Amiral Maurice de Brossard : Kerguelen. Tome I. Le découvreur  ; Éditions France-Empire, 1970 ; 598 pages - Jean Némo

Le récit d’une vie de marin, bien tôt commencée et longuement menée sous Louis XV, Louis XVI et sous la République, a de quoi captiver, surtout lorsqu’elle est celle d’un homme qui devait laisser un nom parmi les explorateurs. L’amiral de Brossard a minutieusement reconstitué les épisodes de cette existence, ceux qui se sont déroulés dans la monotonie du service à la mer comme ceux qui ont eu pour cadre des terres nouvelles. En même temps que l’évocation d’un homme, c’est celle de toute une époque de l’histoire de notre Marine qui nous est ainsi offerte, histoire dans les deux cas mouvementée, non exempte de petitesses à côté des grandeurs de certains moments. Lire la suite

  p. 879-879

Jean Jaurès : La guerre franco-allemande 1870-1871  ; Éditions Flammarion, 1971 ; 316 pages - Witold Zaniewicki

Cet ouvrage paru en février 1908 n’avait encore jamais été réédité. La préface du Professeur Jean-Baptiste Duroselle et la postface de Mme Rebérioux éclairent cette œuvre au sujet « ponctuel » si peu dans la manière de Jaurès. Elle est née de l’angoisse qu’il avait en 1905-1907 et qu’il ressentait depuis 1898 de la menace d’un nouveau conflit, pour cela il avait le souci de faire la lumière sur les origines de la guerre précédente en démontant ses mécanismes politiques. Pour lui, la France est responsable par excès d’égoïsme national et hostilité à la légitime unité allemande, tout le livre n’est là que pour apporter la preuve de cette « vérité ». Lire la suite

  p. 879-880

Revue Défense Nationale - Mai 1971 - n° 300

Revue Défense Nationale - Mai 1971 - n° 300

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.