Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Octobre 1971 - n° 304

Allocution prononcée le 1er juin 1971 devant les auditeurs de la 23e session de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Lire la suite

  p. 1411-1431

Nombreux sont les décrets et arrêtés qui, depuis l'ordonnance du 7 janvier 1959 portant organisation générale de la Défense, sont venus compléter et préciser l'architecture de ce monument légal sur lequel repose la défense nationale. Mais leur connaissance, en raison même de leur multitude, ne suffirait pas à donner une claire vision de cet ensemble. L'auteur présente de façon simple et claire les structures de la défense nationale en transformant l'exposé qu'il avait fait aux auditeurs de l'Institut des hautes études de Défense nationale le 18 janvier dernier.

  p. 1432-1450

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et pendant plusieurs années, les études conduite au sein de l'Armée de terre ont essentiellement visé à tirer les conséquences les plus urgentes de l'apparition du feu nucléaire sur le champ de bataille : adaptation de la structure de nos grandes unités aux exigences du combat moderne, mise au point d'un armement nucléaire tactique, élaboration de nouvelles doctrines d'emploi. L'aboutissement progressif de ces travaux a depuis quelques temps permis de porter l'effort en des domaines qui n'en sont pas moins prioritaires ni moins importants que les questions opérationnelles. C'est ainsi que notre système de mobilisation – dont la mise en oeuvre concerne directement les cadres de la nation – fait à son tour l'objet de profondes transformations. L'auteur évoque les orientations techniques et les aspects humains.

  p. 1451-1463

Jadis domaine incontesté de la suprématie navale britannique, l'océan Indien et ses rivages apparaissent de plus en plus comme le théâtre des rivalités stratégiques et économiques des grandes puissances. L'auteur nous dit quelle est l'importance de cet enjeu, quels sont les intérêts et les motivations des puissances, les points d'application de leurs efforts, enfin quelle est l'attitude des riverains, en général « non alignés », et dont l'Inde fait figure de chef de file, face à cette compétition des grands.

  p. 1464-1479

L'auteur s'est attaché, depuis 1970, à l'étude des États limitrophes de l'URSS en Asie méridionale et de leurs relations avec l'Union soviétique, les États-Unis et la Chine. État-tampon qui, aux passes de Khaiber, commande la route de Samarkand vers l'Inde et l'océan Indien, l'Afghanistan a su profiter de la rivalité américano-soviétique pour se faire octroyer une aide économique russe importante pour le développement de son infrastructure, tandis que les Américains portaient leur effort sur la partie sud du pays. Les « routes de la coexistence pacifique » se sont ainsi rejointes cependant que l'Afghanistan modernisait ses institutions politiques. Lire la suite

  p. 1480-1496

La réforme des finances locales constitue, depuis plusieurs décennies déjà, un thème constant de réflexion, tant pour les élus locaux que pour les membres du parlement et du gouvernement. Il ne s'agit pas là d'une question purement fiscale, mais d'un problème infiniment plus vaste qui touche à l'équipement urbain, à l'aménagement du territoire, à la régionalisation, de nouveau à l'ordre du jour, voire même – comme c'est le cas aux États-Unis – à des risques de subversion interne directement liée aux phénomènes de ségrégation raciale. Ces différents éléments confèrent plus que jamais aujourd'hui un caractère d'actualité à la question fondamentale, et sous-jacente, de savoir dans quelles conditions les collectivités locales sont en mesure de financer elles-mêmes les investissements qui leur sont nécessaires. Lire la suite

  p. 1497-1514
  p. 1515-1519
  p. 1520-1526

La complexité croissante des matériels militaires a conduit les armées à mener depuis vingt ans des études et des recherches en matière d'ergonomie. Ces travaux ont d'abord été le fait d'organismes techniques relevant des états-majors ou de la direction du service de santé des armées. Ils se sont matérialisés sous forme d'études menées sur les matériels et par la publication de notices techniques. Le caractère fondamental de certaines recherches et la nécessité de faire appel de plus en plus souvent à des laboratoires extérieurs aux armées ont amené la création au sein de la direction des recherches et moyens d'essais d'une division chargée de promouvoir des recherches dans ce domaine.

  p. 1527-1535

Chroniques

  p. 1542-1546
  p. 1536-1542
  p. 1547-1554
  p. 1555-1560
  p. 1561-1565
  p. 1566-1570
  p. 1571-1573

Bibliographie

Pierre Antoine : Morale sans anthropologie  ; Éditions Épi, 1970 ; 123 pages - H. N.

Tout homme, conscient de la place qu’il tient dans le groupe où il est obligé de s’insérer, est confronté à des problèmes moraux, donc à la morale. Lire la suite

  p. 1574-1574

Jean Courquet : L’hôpital aujourd’hui et demain  ; Éditions du Seuil, 1971 ; 92 pages - M. T.

Une équipe qui se présente comme « d’usagers de l’hôpital : non comme malades, mais comme informateurs et réformateurs » apporte sa contribution au dossier de cette grande entreprise industrielle et commerciale qu’est devenu l’hôpital. Une entreprise qu’on ne cesse de critiquer, d’accuser d’anarchie, de désordre, de gaspillage de temps et d’argent et qu’on considère souvent comme le tombeau des finances publiques. Lire la suite

  p. 1574-1575

Guy de Carmoy : Le dossier européen de l’énergie  ; Éditions d’Organisation, 1971 ; 196 pages - M. T.

L’indépendance énergétique des pays développés devient de plus en plus précaire : les Nations pauvres, qui les approvisionnent, découvrent leur force et accroissent leurs exigences. Comment les économies occidentales supporteront-elles cette nouvelle situation du marché de l’énergie ? Seul un bilan précis, détaillé, des besoins et des ressources permet de répondre à la question. C’est à ce travail que s’est livré Guy de Carmoy, ancien inspecteur général des Finances et professeur à l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) Lire la suite

  p. 1575-1575

Vitalis Cros : Le temps de la violence  ; Presses de la Cité, 1971 ; 347 pages - Georges Vincent

Les ouvrages sur les derniers moments de la guerre d’Algérie ne manquent pas, mais jusqu’ici, à part les journalistes dont c’est le métier – en attendant que le recul du temps permette aux historiens de s’emparer du sujet – c’était généralement d’anciens chefs de l’Organisation de l’armée secrète (OAS), qui, sans pudeur et sans remords apparent, en dépit de l’ignominie des crimes commis, en étaient les auteurs ou en fournissaient complaisamment la matière. Il fallait qu’un responsable de l’ordre, directement impliqué dans cette tragédie, livrât à son tour son témoignage. C’est ce que vient de faire Vitalis Cros, qui fut Préfet de police d’Alger de novembre 1961 à juillet 1962, et qui est aujourd’hui Haut fonctionnaire de Défense au ministère de l’Intérieur. Rendons-lui grâce de l’avoir fait sans prétention, sans agressivité, avec une objectivité et une mesure qui l’honorent. On appréciera son souci de ne pas rouvrir des plaies à peine fermées encore qu’il ne soit pas inutile d’insister sur la vanité monstrueuse de l’action séditieuse de 1961-1962. Lire la suite

  p. 1575-1577

Jean Deleyne : L’économie chinoise  ; Éditions du Seuil, 1971 ; 224 pages - M. T.

En 1971, ce n’est qu’à 100 millions d’habitants près que l’on peut évaluer la population chinoise. C’est dire si la Chine populaire demeure encore un « continent inconnu », tant au point de vue économique qu’au point de vue démographique. Et la Révolution culturelle n’est pas venue arranger les choses, du moins pour les observateurs étrangers : outre qu’elle a transformé le pays en un véritable camp retranché, on s’interroge encore sur ses conséquences. Lire la suite

  p. 1577-1577

Robert L. Heilbroner : Les grands économistes  ; Éditions du Seuil, 1971 ; 336 pages - M. T.

Un classique de l’initiation économique qui s’attache à faire comprendre comment les grands économistes ont éclairé et éclairent encore notre société. Non un cours exhaustif, mais une tentative de familiarisation avec les concepts économiques qui ont changé le monde, une recherche du sens de l’histoire qui se dégage de la science économique. Lire la suite

  p. 1577-1578

François de Combret : Les trois Brésil  ; Éditions Planète, 1971 ; 292 pages - M. T.

Ce n’est pas en touriste que François de Combret a parcouru le Brésil ; lauréat de la Fondation Singer-Polignac grâce à laquelle il a paru entreprendre ce voyage, c’est poussé par une curiosité digne d’un journaliste qu’il est allé à la rencontre des paysages de misère qui peuplent le véritable Brésil : celui des favelles (favelas) de Rio, des alagados de Bahia, celui du polygone de la famine, de la sécheresse et de la révolte, le NordesteLire la suite

  p. 1578-1578

François Fejtö : Dictionnaire des partis communistes et des mouvements révolutionnaires  ; Éditions Casterman, 1971 ; 234 pages - André Nolde

Beaucoup des lecteurs de notre Revue, ceux en tout cas – nombreux – qui s’intéressent au rôle international du marxisme et à son évolution, connaissent déjà François Fejtö. La quelque douzaine d’ouvrages importants, sans parler des articles, qu’il a publiés en France et à l’étranger sur l’histoire du communisme mondial fait autorité. Ils portent la marque d’un esprit curieux, sans préjugés, dont la réflexion – toujours profonde – est alimentée par une érudition vraiment encyclopédique sur le sujet auquel il s’est consacré sans partage. Lire la suite

  p. 1578-1579

Celso Furtado : L’Amérique latine  ; Éditions Sirey, 1970 ; 300 ages - Jean Némo

L’auteur est un économiste célèbre, professeur associé à la Faculté de Droit et de Sciences économiques de Paris, mais qui parle ici de questions qui le touchent de près, puisqu’il est brésilien. L’originalité de son ouvrage est de présenter une étude économique régionale, tout en conservant les traits caractéristiques de chacun des pays de la région. Région immense, en plein développement démographique, en début d’essor industriel, où les différences sont profondes entre les divers degrés de développement atteint suivant les pays et suivant les secteurs. Œuvre de synthèse, il était particulièrement difficile de la réussir, tant en raison de la disparité des éléments constitutifs que du mouvement rapide qui anime présentement les États d’Amérique latine. Lire la suite

  p. 1579-1579

Charles Wright-Mills : Les causes de la troisième guerre mondiale  ; Éditions Calmann-Lévy, 1970 ; 272 pages - Jean Némo

L’auteur s’est rendu célèbre aux États-Unis par plusieurs livres qui ont déchaîné de violentes controverses. Bien qu’il soit décédé, les jeunes étudiants américains continuent de se réclamer de lui au cours de leurs protestations contre la société actuelle et contre la politique de leur gouvernement. C’est qu’il met en cause et en accusation l’élite américaine, notamment l’élite militaire liguée avec l’élite industrielle, et dénonce l’indifférence de la masse en essayant de lui faire comprendre qu’elle ne doit pas suivre aveuglément ses dirigeants et se rendre complice des inégalités sociales et des guerres que leurs décisions entraînent. Lire la suite

  p. 1579-1580

Raymond Moch : L’homme informatifié  ; Éditions Robert Laffont, 1971 ; 218 pages - H. N.

En moins de vingt ans, le progrès a réduit dans d’incroyables proportions les délais alloués aux hommes pour réagir aux sollicitations pressantes et multiples du monde extérieur. Fort heureusement, dans le même temps, a été mis au point un ensemble technique permettant à ceux qui ont le pouvoir de décision de manipuler en des délais records des quantités considérables d’informations et de leur faire subir des traitements très élaborés. Mais « l’amplificateur de puissance » ainsi mis en place n’est qu’un des éléments fondamentaux de l’Informatique. Lire la suite

  p. 1580-1581

Henri Perroy : L’Europe devant le Tiers-Monde  ; Éditions Aubier-Montaigne, 1971 ; 320 pages - André Nolde

Il ne s’agit pas d’un ouvrage de vulgarisation. Henri Perroy ne s’adresse pas au grand public. Pour suivre le développement de sa pensée, il faut déjà avoir acquis une sérieuse spécialisation en matière d’économie internationale ou, pour le moins, ne pas être rebuté par l’effort nécessaire pour maîtriser en compagnie de l’auteur les statistiques et les tableaux les plus complexes relatifs au commerce, à la production et aux investissements dans le monde. Plutôt qu’une lecture, c’est l’étude d’un dossier qui nous est en fait proposée. Lire la suite

  p. 1581-1582

Pablo Torres : La contre-insurrection et la guerre révolutionnaire  ; Éditions L’Herne, 1971 ; 219 pages - André Nolde

En refermant le livre de Pablo Torres, on est étonné que cet ouvrage ait trouvé un éditeur, en France, et en 1971. Depuis bien des années la guerre révolutionnaire n’est apparemment plus une préoccupation majeure du Français, comme elle a pu l’être aux époques du Vietnam et de l’Algérie. Le lecteur, s’il s’intéresse encore à ces événements, risque en outre, dans le cas particulier, d’être rebuté par trop de détails et trop de minutie dans certaines descriptions, comme celle de l’Équipement pour 40 guérilleros, véritable « Tableau de dotation » où rien ne manque depuis les 5 mitraillettes Madsen 9 mm jusqu’aux allumettes placées dans des sachets de plastique et les deux brosses à dents individuelles, ou encore par l’énumération fastidieuse et exhaustive de toutes les manœuvres, de toutes les attitudes et de tous les procédés d’instruction que doit connaître le parfait guérillero. Tout ceci ne serait-il pas mieux à sa place dans un Bulletin de Renseignement du 2e Bureau ou dans une Directive d’état-major, à la rigueur dans un cours d’École de Guerre ? Quel autre public, qui ne soit pas spécialisé, comptait-on donc toucher ? Lire la suite

  p. 1582-1582

Douglas Orgill : The Tank Studies in the Development and Use of a Weapon  ; Éditions Heinemann, 1970 ; 280 pages - Jean Némo

L’imagination populaire, secondée d’ailleurs par celle des écrivains militaires, a fait du char de combat l’instrument moderne d’une cavalerie adaptée à nos techniques et à notre temps. En réalité pourtant, affirme l’auteur, le char n’a pas réussi à remplir les missions traditionnelles de la cavalerie, bien que ses équipages aient souvent été animés de l’esprit cavalier. Dès son apparition sur le champ de bataille, il s’est heurté à des difficultés dues à ses insuffisances techniques, à l’efficacité des mesures et des armes antichars, à l’action du char adverse ; aussi est-il resté un moyen de feu, de puissance et d’écrasement et n’a-t-il jamais pu conquérir sa pleine autonomie. Seule, la campagne de France de 1940 a été menée par le char, noyau central des unités blindées allemandes ; mais dans des conditions de chances et d’audace telles qu’elles lui enlèvent toute valeur probante ; un peu plus de cohésion et d’agressivité dans la défense française lui aurait présenté des obstacles qu’il n’aurait pu vaincre, et le succès fut l’œuvre de l’aviation beaucoup plus que la sienne propre. Lire la suite

  p. 1583-1583

Baron Jean Thiry : Lützen et Baützen  ; Éditions Berger-Levrault, 1971 ; 313 pages - J. D.

Le baron Jean Thiry publie le 23e volume de sa monumentale collection intitulée « Napoléon Bonaparte ». Le livre s’ouvre sur le 18 décembre 1812, jour où Napoléon rentre à Paris, à son retour de Russie et se ferme sur la signature de l’armistice de Plaiswitz et la médiation de Metternich à Dresde à la fin de juin 1813. Lire la suite

  p. 1583-1583

Gordon Wrigt : L’Europe en guerre 1939-1945  ; Librairie Armand Colin, 1971 ; 260 pages - Witold Zaniewicki

Professeur à Stanford University, Gordon Wright nous offre une vision globale de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. L’histoire proprement militaire et diplomatique est réduite à quelques chapitres éclairant sur l’expansion de la puissance allemande, la remontée de la puissance alliée, la dislocation de l’Empire nazi et l’après-guerre qui voit les vainqueurs passer de la grande alliance à la guerre froide. Mais l’originalité de cet ouvrage, traduit de l’américain, intéresse tout particulièrement l’historien militaire car l’auteur, laissant la discussion ouverte et exposant les termes de la controverse lorsque les problèmes ne sont pas élucidés, nous brosse un tableau magistral d’une mutation des formes de la guerre. Il trace les dimensions nouvelles de cette guerre « totale » : une dimension économique qui fait de la science économique une arme offensive, une dimension psychologique aux styles particuliers suivant qu’il s’agit des Nazis, des Occidentaux ou des Soviétiques. Enfin, et ceci est le plus neuf, une dimension scientifique qui aboutit à l’ère des missiles et à l’ère nucléaire. Lire la suite

  p. 1584-1584

Revue Défense Nationale - Octobre 1971 - n° 304

Revue Défense Nationale - Octobre 1971 - n° 304

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.