Pour profiter de leurs numéros numériques, les abonnés doivent avoir un compte en ligne            

Juillet 1971 - n° 302

Le général de division Jean Némo qui s’est éteint le 18 mai au terme d’une longue et douloureuse maladie, apportait à notre Revue une contribution fidèle depuis quinze ansLire la suite

  p. 1061-1062

Dix ans après la constitution du CERS/ESRO (Conseil européen de recherches spatiales) et du Cecles/ELDO (Conseil européen pour la mise au point et la construction de lanceurs d'engins spatiaux), les Européens se sont séparés à l'issue de la Conférence spatiale européenne de Bruxelles en novembre 1970 sur un constat d'échec. Seules la France, l'Allemagne et la Belgique étaient prêtes à consentir l'effort nécessaire pour la réalisation d'un lanceur européen autonome, capable de placer en orbite un satellite de communications géostationnaire (Europa III), la France a annoncé en outre son intention de se retirer du CERS/ESRO si l'organisation n'était pas l'objet de réformes de structures profondes. Lire la suite

  p. 1063-1070

Il y aura, sinon toujours, du moins longtemps encore, des avions de combat. Comment donc les concevoir ? Dans la course au progrès, il faut savoir marquer des étapes, les fixer et les couvrir, tel est le problème de la genèse des matériels aériens de combat. L'auteur appartient au Bureau des programmes de matériels de l'État-Major de l'Armée de l'air. Il décrit ici le processus de génération de ces matériels à partir de la politique de défense définie par le gouvernement et des besoins exprimés par l'Armée de l'air en fonction des missions prévues. Lire la suite

  p. 1071-1082
  p. 1083-1090

L'auteur traite aujourd'hui du délicat problème de la positon du Vatican devant les armements nucléaires. Il importe de remarquer combien cette position est nuancée, contrairement à ce qui est présenté quelquefois comme une condamnation ex abrupto. En particulier, la détention de ces armes est tolérée dans la mesure où elles s'avéreraient nécessaires à assurer la légitime défense d'un pays contre des armes du même type, tant qu'un désarmement universel, progressif et contrôlé n'est pas réalisé. C'est vers ce désarmement dans le cadre d'organisations internationales que tendent tous les efforts de la papauté.

  p. 1091-1111

On a dit que le conflit nucléaire avait déjà eu lieu, à Cuba, en 1962. Manœuvre audacieuse des Soviétiques mise en échec par la riposte ferme et mesurée de l’administration Kennedy, c’est ainsi que l’opinion occidentale se représente assez couramment ce qu’on a appelé la crise des missiles. Cette compréhension des événements est peut-être à réviser. L'auteur a rouvert le dossier des interprétations proposées et tente ici d’en dégager quelques thèmes de réflexions. Lire les premières lignes

  p. 1102-1122

Empire surgi du fond des âges, l’Éthiopie est confrontée à trois problèmes : la rébellion en Érythrée, la normalisation de ses rapports avec le Soudan à l'ouest et la Somalie à l'est, enfin, le plus redoutable de tous, celui de l'évolution interne marquée il y a deux ans par l'agitation des étudiants. Monarchie quasi absolue, entourée d’États d'inspiration socialiste, championne de l'unité africaine, l’Éthiopie bénéficie de l'appui américain tout en entretenant de bons rapports avec Moscou et Pékin. Lire la suite

  p. 1123-1135
  p. 1136-1153
  p. 1154-1166
  p. 1167-1175
  p. 1176-1180
  p. 1181-1186

Les problèmes de l'adaptation professionnelle ne concernent pas seulement les physiologistes ou les sociologues. Il y a dans le choix d'un métier et dans les attitudes profondes de l'être humain à l'égard de son travail des mécanismes psychologiques très complexes et qui ont un grand retentissement sur l'équilibre personnel des sujets. C'est ce qu'on peut observer chez les aviateurs, malgré le caractère très technique de leur fonction. L'auteur présente ici une simple approche de ces problèmes en leur apportant l'éclairage de la psychanalyse. Les opinions exprimées n'engagent que lui-même.

  p. 1187-1194

Chroniques

  p. 1195-1202
  p. 1202-1205
  p. 1205-1211
  p. 1211-1218
  p. 1218-1222
  p. 1222-1225

Bibliographie

Jean Carral : La prise du pouvoir mondial  ; Éditions Denoël, 1971 ; 263 pages - André Nolde

La thèse défendue par Jean Carral avec brio et ingéniosité peut être résumée simplement. Dans un but délibéré de domination économique et politique, les deux grands, États-Unis et URSS, se sont partagé le monde. Leurs méthodes diffèrent. Elles ont nom : capitalisme salarial dans la zone réservée aux États-Unis, servage féodal dans celle attribuée à l’URSS. Le résultat est le même : un sous-développement, consciemment organisé et entretenu, des pays tiers. Pour réussir dans cette entreprise, les deux grands – les monopolistes comme les appelle Jean Carral – sont de mèche. Ils s’entraident. Mieux : ils se concertent. En fait, ils se sont mis d’accord pour que le pouvoir mondial qu’ils ambitionnent soit exercé en commun. Lire la suite

  p. 1226-1226

Claude Chambart : Histoire mondiale des maquis  ; Éditions France-Empire, 1970 ; 602 pages - Witold Zaniewicki

Cet ouvrage, suivi d’une bonne bibliographie, illustré de cartes éclairantes, se lit facilement et toujours avec intérêt. S’il ne s’adresse pas aux spécialistes mais au grand public, il a le mérite de nous brosser une synthèse saisissante des faits de Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale. Par-là même il attire notre attention, en dépassant l’anecdote et le simple récit, sur la forme de combat particulière que constitue la guérilla. L’auteur en recherche des exemples dans le passé lointain et met l’accent sur un phénomène que nous retrouvons dans les guerres révolutionnaires contemporaines. ♦

  p. 1227-1227

Robert Conquest : La Grande Terreur  ; Éditions Stock, 1969 ; 579 pages - André Nolde

Avec des titres, parmi d’autres, comme Le IIIe Reich de William L. Shiver ou La Russie en guerre d’Alexandre Werth, la collection « Témoins de notre temps » des Éditions Stock s’est déjà acquis une très solide réputation. L’originalité de ces ouvrages tient à ce qu’ils se situent à mi-chemin entre l’étude historique et le grand reportage. Ils empruntent à la première sa rigueur dans le choix et l’interprétation des documents. Du second, ils ont la spontanéité et la vivacité caractéristiques des témoignages vécus. Lire la suite

  p. 1227-1228

Alexander Dallin : La Russie sous la botte nazie  ; Éditions Fayard, 1970 ; 500 pages - Jean Némo

Dû à un allemand naturalisé américain, ce livre a paru en langue anglaise en 1957. La traduction qui nous en est donnée est allégée ; et pourtant, sa lecture exige un véritable travail, tant sont longs et enchevêtrés les développements. Il est regrettable que cette étude soit si rébarbative, car elle est sans doute la plus complète de celles qui ont pris pour sujet l’occupation allemande en URSS. Celle-ci fut moins bien préparée que la campagne militaire ; il s’agissait, en gros, de soumettre les « sous-hommes » qu’étaient les Slaves, dans l’esprit des Nazis, à une condition servile et de leur faire exploiter, au profit du IIIe Reich, les ressources naturelles de leur sol. Lire la suite

  p. 1229-1229

Léo Hamon : Acteurs et données de l’histoire. T. I  ; Puf, 1971 ; 358 pages - André Nolde

Le nouvel ouvrage de Léo Hamon a tout le sérieux et toute la densité – parfois synonyme de lourdeur – d’un traité de sociologie en bonne et due forme : le plan en est rigoureusement logique, les idées s’enchaînent bien, chacune est à son aise dans le chapitre qui lui est consacré, comprenant, comme il se doit, introduction, exposé proprement dit et conclusion. Lire la suite

  p. 1229-1230

Henri Michel : Jean Moulin l’unificateur  ; Éditions Hachette, 1971 ; 254 pages - Witold Zaniewicki

Cette réédition, revue et complétée, est d’une telle richesse que pour en profiter pleinement il est bon d’avoir déjà une connaissance de base des problèmes complexes de la Résistance française. Lire la suite

  p. 1230-1230

Sergio I. Minerbi : L’Italie et la Palestine 1914-1920  ; Puf, 1971 ; 297 pages - André Nolde

L’histoire diplomatique a ceci de particulier qu’elle ne saurait être écrite « à chaud ». Les documents qui lui servent de trame ne deviennent accessibles dans les archives publiques que longtemps après les événements : une cinquantaine d’années dans le cas des principales puissances européennes. Les passions se sont alors décantées. La plupart des acteurs ont disparu. La parole est à l’historien, par opposition – sans que celle-ci soit forcément péjorative – au journaliste, à l’homme politique, au romancier même, qui ne peuvent être que des témoins, d’un passé d’ailleurs trop récent pour être justiciable de l’histoireLire la suite

  p. 1230-1231

Amiral Philippon : Le métier de la mer  ; Éditions France-Empire, 1971 ; 526 pages - Y. B.

Sous le nom d’Hilarion, et sous le titre S et G, l’amiral Philippon avait déjà conté comment à Brest, en 1941 et 1942, il avait recueilli et transmis aux services de renseignement de Londres des informations du plus haut intérêt dont l’exploitation avait permis de très fructueuses opérations contre de grands bâtiments de la marine allemande. Il nous donne aujourd’hui un récit dont l’aventure brestoise n’est plus qu’un épisode. C’est en effet toute une vie de marin que l’on voit se dérouler sur la toile de fond d’une période au cours de laquelle, comme le dit l’auteur, « les officiers de sa génération ont épaulé cinq ou six guerres », et dont il a personnellement vécu, ou tout au moins approché, les drames et les cas de conscience. Lire la suite

  p. 1231-1232

Alvin Toffler : Le Choc du futur  ; Éditions Denoël, 1971 ; 539 pages - P. C.

Ce livre obtient actuellement un grand succès de librairie. Frappé par les bouleversements qu’entraîne chez nos contemporains l’accélération du changement, l’auteur tente d’apporter des solutions à la crise d’adaptation collective du monde actuel. Pour lui la rupture avec le passé est totale. Ce qui marque notre temps c’est l’éphémère, le nouveau et le divers. Nos facultés actuelles d’adaptation ne nous permettent pas de supporter l’instabilité permanente, le renouvellement continu et l’« hyperchoix ». Il nous faut donc pour survivre : régulariser les stimulations qui nous assaillent au moyen d’une éducation appropriée, révolutionner notre enseignement en ne gardant que l’étude des matières susceptibles d’être utiles pour l’avenir et maîtriser la technologie grâce à une planification plus humaine. Lire la suite

  p. 1232-1232

Revue Défense Nationale - Juillet 1971 - n° 302

Revue Défense Nationale - Juillet 1971 - n° 302

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.