L'équipe de la RDN vous souhaite une bonne année 2021 !           

Novembre 1972 - n° 316

  p. 1587-1591
  p. 1592-1597
  p. 1598-1618
  p. 1619-1631
  p. 1632-1643
  p. 1644-1659
  p. 1660-1667

Après la conférence qui vient d'avoir lieu sans succès sur l'avenir de l'Irlande du Nord et avant les consultations (élections locales et référendum) qui doivent se tenir prochainement, nous avons jugé utile de dresser un bilan de l'action qui a été entreprise par le gouvernement britannique et son super-ministre à Belfast, M. Whitelaw. Jacques Leruez (spécialiste des problèmes anglo-saxons au Centre d'études des relations Internationales) s'efforce de montrer ce qui est spécifique dans le conflit nord-irlandais actuel et se garde de généralisations faciles sinon abusives. Lire les premières lignes

  p. 1668-1686
  p. 1687-1705
  p. 1706-1711
  p. 1712-1717
  p. 1718-1727

Chroniques

  p. 1728-1736
  p. 1736-1743
  p. 1743-1750
  p. 1750-1757
  p. 1758-1762
  p. 1763-1768

Bibliographie

Emmanuel Berl : Le virage  ; Éditions NRF-Gallimard, 1972 ; 165 pages - Georges Vincent

Emmanuel Berl a consacré sa vie au journalisme et à la littérature, mais il s’est aussi essayé à l’histoire et au roman, non sans succès puisqu’il a reçu en 1967 le Grand prix de Littérature de l’Académie française. Lire la suite

  p. 1769-1769

Tim Pat Coogan : IRA, histoire et actualité de l’armée républicaine irlandaise  ; Éditions Alain Moreau, 1972 ; 516 pages - André Nolde

L’Armée républicaine irlandaise (IRA), mouvement politique qui a délibérément choisi la violence comme moyen d’action pratiquement unique, et d’ailleurs statutaire, a été créée au lendemain du soulèvement de 1916. Elle avait donc un demi-siècle d’existence et une histoire déjà longue et animée lorsqu’éclatèrent, il y a bientôt trois ans, en Ulster, les affrontements sanglants qui lui valurent d’être poussée au premier plan de l’actualité mondiale. Lire la suite

  p. 1769-1770

Maurice Duverger : Janus. Les deux faces de l’Occident  ; Éditions Fayard, 1972 ; 270 pages - Claude Delmas

Ce livre constitue la première analyse comparative du « système occidental », c’est-à-dire de l’ensemble formé par les institutions politiques, les structures économiques, les croyances religieuses, les traditions culturelles communes à l’Occident-l’Europe occidentale et les pays (États-Unis, Canada, Australie, etc.) formés par sa civilisation. Pour Maurice Duverger, ces divers éléments sont interdépendants et réagissent globalement aux modifications de l’environnement. Son objet principal est d’analyser ces relations et ces réactions, afin d’expliquer la nature profonde du système occidental et de la crise qu’il traverse aujourd’hui. Lire la suite

  p. 1770-1770

Jacques Ellul : De la révolution aux révoltes  ; Éditions Calmann-Lévy, 1972 ; 382 pages - André Nolde

Combattant de la Résistance, professeur d’université, théologien à ses heures, Jacques Ellul a toujours orienté ses réflexions vers les sujets qui touchent au comportement de l’individu, à la vie en société et à notre temps. Écrivain de talent, doué d’une grande facilité d’expression, il sait présenter le fruit de sa méditation en un style direct, imagé, chaud et coloré, qui procède d’une remarquable maîtrise du vocabulaire et du langage. Lire la suite

  p. 1771-1771

Ferenc Janossy : La fin des miracles économiques  ; Éditions du Seuil, 1972 ; 303 pages - André Nolde

Avec cet ouvrage, dont le titre est à notre avis beaucoup trop restrictif, Ferenc Jannosy, un ingénieur et économiste hongrois étroitement associé dans son pays à la planification d’État, nous convie à une ample réflexion sur les causes et les ressorts du développement économique dans le monde. Ce qu’on a appelé les miracles économiques – et l’auteur pense surtout à l’Allemagne de l’Ouest, au Japon et à l’Italie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale – ne sont en réalité, nous dit-il, que de simples péripéties, qui s’expliquent par les nécessités de la reconstruction, mais qui ne doivent pas masquer une tendance générale remarquablement stable qui maintient – ou ramène tôt ou tard – chaque pays dans la voie qui lui est tracée par sa vocation originale. Lire la suite

  p. 1771-1772

Don K. Price : Science et Pouvoir  ; (traduit de l’américain par France Aubert) Éditions Fayard, 1972 ; 305 pages - C. B.

Par une analyse des situations l’auteur, qui possède une longue expérience des milieux gouvernementaux, nous montre l’impact de la science sur les autres activités humaines. La science devenant indispensable pour régler les grandes questions de guerre ou de paix, de nouvelles bases de relations entre politique et science doivent être trouvées. Lire la suite

  p. 1772-1772

Maurice J.C. Vile : Le régime des États-Unis  ; Éditions du Seuil, 1972 ; 298 pages - H. N.

À l’heure où les États-Unis s’apprêtent à élire leur Président, ce livre vient très opportunément éclairer pour nous les arcanes des institutions américaines. Il faut bien avouer que le système électoral avec ses opérations primaires, ses conventions, sa campagne finale menée dans la liesse populaire au bruit des orphéons, à grand renfort de défilés de jupettes et d’exhibitions de carnaval, nous apparaît surprenant. Surprenant aussi ce bipartisme dont l’on apprend qu’il n’est que coalition éphémère d’une multitude de partis. Lire la suite

  p. 1772-1773

René Dumont : Paysannerie aux abois  ; Éditions du Seuil, 1972 ; 254 pages - André Nolde

René Dumont, qu’il n’est guère besoin de présenter à nos lecteurs, est un non-conformiste impénitent. Dans Paysanneries aux abois, il poursuit la lutte commencée il y a quelque dix ans contre les poncifs et les idées sécurisantes, si abondamment propagés dans les pays nantis concernant le sous-développement des pays récemment rendus à l’indépendance. Lire la suite

  p. 1773-1773

Jean-Paul Bertrand : Bonaparte et le Duc d’Enghien. Le duel des deux France  ; Éditions Robert Laffont, 1972 ; 205 pages - André Nolde

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le titre de cet ouvrage, il ne s’agit pas d’un récit historique à proprement parler. L’action, assez brièvement rappelée, est supposée connue, ainsi que les circonstances historiques du conflit qui opposa en 1804, à la veille de son couronnement comme empereur, Bonaparte aux royalistes. Le propos de Jean-Paul Bertrand est autre. Lire la suite

  p. 1774-1774

Philippe Erlanger : Louis XIII  ; Librairie Académique Perrin, 1972 ; 411 pages - H. N.

« Louis XIII fut le dernier des rois de France à être pleuré par ses sujets ». « Il incarna, affirme encore Philippe Erlanger, la souveraineté nationale autant que le droit divin ». Pourtant rien ne le prédisposait, hors son orgueil, à gouverner un État. Déchiré entre un père qu’il adore mais dont la conduite l’horrifie, et une mère qu’il veut aimer mais qui se refuse à sa tendresse, avili par ceux-là mêmes qui ont la charge de l’élever, enfant encore marié à une autre enfant qu’il se force à désirer, il entreprend dès l’adolescence le combat qu’il mènera jusqu’à son lit de mort contre lui-même pour donner à son peuple l’image de sa grandeur. Lire la suite

  p. 1774-1774

Robert Rothschild : La chute de Chiang Kaï Shek  ; Éditions Fayard, 1972 ; 358 pages - André Nolde

Robert Rothschild, actuellement ambassadeur de Belgique en France, était encore un tout jeune diplomate lorsqu’en juillet 1944 le gouvernement belge en exil le nomma premier secrétaire à son ambassade de Chongqing. Après la victoire des Alliés, Rothschild suivit Tchang Kaï-chek à Shanghai et fut, peu après, nommé consul général de son pays dans cette ville. Il devait ainsi rester plus de six ans en Chine, à des postes d’observation particulièrement intéressants et à une époque très riche en événements historiques et en péripéties diplomatiques de tout ordre, puisqu’elle correspond à l’effondrement de l’ancien régime du Kuomintang et à l’inauguration du règne de Mao Tsé-toung. Lire la suite

  p. 1775-1775

Wladimir d’Ormesson : Présence du général de Gaulle  ; Librairie Plon, 1971 ; 199 pages - J.-L. T. R.

Publiciste et gaulliste ardent, Monsieur d’Ormesson a écrit ce petit ouvrage pour justifier son admiration et situer le général de Gaulle, prendre, en quelque sorte, sa mesure. À travers ses réflexions, ses souvenirs, des extraits de ses écrits passés, l’auteur fait sentir cette grande « présence » qui a dominé son époque et infléchi le cours de l’Histoire. Lire la suite

  p. 1775-1775

Revue Défense Nationale - Novembre 1972 - n° 316

Revue Défense Nationale - Novembre 1972 - n° 316

Il n'y a pas d'éditorial pour ce numéro.